Séminaire LPCM, Séance 2 : Animation japonaise – Mercredi 16 février 2022, 17h-19h

Le séminaire de recherche mensuel de la LPCM vise à favoriser les rencontres et les échanges entre les chercheur·se·s qui se spécialisent dans l’analyse des cultures populaires et médiatiques, quel que soit leur ancrage disciplinaire (littérature, sciences de l’information et de la communication, sociologie, histoire, économie, musicologie, humanités numériques…) et leur objet d’étude (littérature, bande dessinée, littérature jeunesse, cinéma, séries télévisées, productions transmédiatiques, musique, jeux vidéo, jeux, figurines, images…). 

Les séances auront lieu en co-modal.

Organisatrices : Fanny Barnabé (Epitech), Anaïs Goudmand (Sorbonne Université), Aurélie Huz (Université Paris Nanterre), Alice Jacquelin (Université Paris Nanterre)

Séance 2 – Mercredi 16 février 2022, 17h-19h : Animation japonaise

Lieu : Epitech Paris, 18 rue Pasteur, 94270 Kremlin-Bicêtre – Salle Ada Lovelace (4e étage, bâtiment Paritalie)

Lien de connexion : https://unil.zoom.us/j/4886436683

Programme

Répondant : Julien Bouvard (Université Jean Moulin Lyon 3)

  • Oriane Sidre (Université Picardie Jules Verne) :

« En quête d’un dialogue entre littérature et animation : la vie et l’œuvre de Miyazawa Kenji dans le film Fantaisie d’Îhatôbu : Le Printemps de Kenji (Kawamori Shôji, 1996) »

Abstract :

Présent depuis de longues années dans les programmes scolaires japonais, le conteur et poète Miyazawa Kenji (宮沢賢治 1896-1933) jouit d’une forte popularité au sein de son pays. Depuis la disparition de l’auteur, les efforts de publication de ses écrits et les commémorations se sont multipliés et Miyazawa est peu à peu devenu un nom très apprécié par les Japonais. Cette valorisation s’accompagne d’une médiatisation progressive de certains textes, expressions ou images issus à la fois des écrits et du vécu de l’auteur. Miyazawa comme son œuvre inspirent ainsi des réappropriations artistiques très diverses, dans les mangas et les albums, à la télévision, au cinéma ou au théâtre.

Afin de mieux approcher cette popularité, nous proposons d’étudier l’un des nombreux films biographiques ayant porté la vie de l’auteur à l’écran : Fantaisie d’Îhatôbu : Le Printemps de Kenji (Îhatôbu gensô : KENJI no haru イーハトーブ幻想〜KENJIの春, Kawamori Shôji 河森正治). Diffusé en 1996 sur la chaîne Nippon Television, dans le cadre de la commémoration des cent ans de naissance de l’écrivain, ce long-métrage d’animation transpose à l’écran certains événements remarquables de la vie de Miyazawa tout en confirmant la sélectivité et la prégnance de certains motifs de son œuvre. Le conteur y est transformé en véritable personnage d’animation, s’inscrivant par-là dans des rapports médiaux et médiatiques singuliers.

Outre l’examen du trouble entre le matériau biographique et le fantastique des contes de Miyazawa, nous essayerons de comprendre les gestes de transposition par leur articulation en deux tendances. D’une part, le film participe à un réseau d’images associées à l’écrivain et joue sur l’effet de reconnaissabilité des motifs intégrés à son esthétique. D’autre part, les caractéristiques de ce long-métrage et les choix intentés par son équipe sont à l’origine de nouvelles reconfigurations intermédiales, questionnant les possibilités de transfert du littéraire vers l’animé..

  • Matteo Watzky (Université Paris 8 Vincennes – Saint-Denis) :

« Comment étudier l’animation ? Enjeux et méthode de la “micro-analyse” »

Abstract :

Ces dernières années ont vu un rapide développement des travaux sur le cinéma d’animation en général et en particulier sur l’animation japonaise. Dans le cadre de ce qu’il convient d’appeler les anime studies anglo-saxonnes, les recherches se sont surtout centrées sur des analyses narratives ou thématiques, sociologiques, culturelles ou médiatiques. Peu de travaux ont adopté une approche franchement esthétique et technique, qui prenne pleinement en compte le mode de production du mouvement en animation et ses conséquences pour l’analyse. Nos propres recherches, centrées sur l’animation japonaise, cherchent à combler ce manque, notamment par une tentative d’élaboration de ce que nous avons appelé la “micro-analyse” : une analyse du mouvement lui-même dans l’animation, à l’échelle de très brèves séquences.

Concrètement, il s’agit d’étudier la mise en mouvement, par la succession de dessins, des figures en animation à travers les concepts propres à la technique (timing, spacing, posing….) et d’identifier les gestes proprement artistiques qui s’y déroulent. La “micro-analyse” n’est qu’un moment dans ce qui pourrait être une étude plus complète du cinéma d’animation, mais elle pourrait constituer un réel apport théorique et méthodologique : elle permettrait notamment de spécifier l’étude de l’animation par rapport à celle d’autres images en mouvement (notamment le cinéma en prises de vues réelles). La mise en place de cette méthode spécifique aurait alors deux prolongements. En amont, elle nécessite une compréhension précise des modes de production dans le cinéma d’animation ; en aval, elle permettrait de faire avancer les recherches historiques et esthétiques sur l’animation. Il s’agirait donc d’étudier l’animation d’après des modèles proches de l’histoire de l’art, dans l’objectif de reconstituer les conditions et les enjeux du travail artistique dans leurs dimensions tant esthétiques que politiques.


Les auditeur·rice·s qui souhaitent se rendre sur place doivent obligatoirement s’inscrire en écrivant à l’adresse suivante une semaine avant les séances : atelierlpcm@protonmail.com.

Nous encourageons les participant·e·s à adhérer à la LPCM :

https://lpcm.hypotheses.org/adherer-a-lassociation



Citer ce billet
Fanny Barnabé (2022, 3 février). Séminaire LPCM, Séance 2 : Animation japonaise – Mercredi 16 février 2022, 17h-19h. LPCM. Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r2mg

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.