Appel à contributions : Peut-on sauver le passé ? Imaginaires et récits contre-factuels

Appel à contributions pour un numéro de la revue Cultx : “Peut-on sauver le passé ? Imaginaires et récits contre-factuels”

Échéance des propositions : 10 février 2022

« Il y a surabondance d’espoir, mais rien pour nous »  (Kafka)

Les romanesques dickien (Le Maître du Haut Château) ou kingien (22/11/63) interrogent la capacité des imaginaires parachroniques à exhausser quelques grands moments de bascule historique – en tout cas considérés tels par une communauté… pour « sauver » un passé insatisfaisant ou toxique ; la diégèse du High Castle opère d’ailleurs une double torsion, puisqu’elle imagine d’abord un passé qui n’a pas eu lieu (victoire de l’Axe sur les démocraties) pour ensuite mieux acter une parachronie à l’intérieur de la parachronie, en l’espèce l’ouvrage d’un écrivain fictif, Hawthorne Abendsen, qui suppose, à l’inverse, les conséquences d’une victoire des Alliés, mais qui n’aboutissent absolument pas à « notre » monde. On comprend alors pourquoi le titre désigne une « maison isolée, une véritable forteresse », où vivrait Abendsen pour se protéger des puissants de l’heure, qui essaient d’éliminer en lui l’auteur du « Poids de la sauterelle » : ce roman constitue le vrai lien entre tous les personnages, et est mentionné de nombreuses fois au cours du récit. Son titre provient d’une citation de l’Ecclésiaste (12:5) : « et les sauterelles deviendront un fardeau »…

Pour Stephen King, le voyage temporel va se doubler d’une mission salvatrice : Jake Epping, un professeur un peu paumé, accepte de traverser un portail temporel pour empêcher l’assassinat de John F. Kennedy. Mais peu à peu la question initiale (peut-on sauver Kennedy?) mute en autre chose : faut-il sauver le passé ? Car modifier un élément ne garantit en rien l’advenue d’un monde meilleur.


Cette problématique informe depuis longtemps les travaux des historiens, qui de Robert Fogel à Quentin Deluermoz et Pierre Singaravélou, réorientent un présent hypothétique en étoilant un champ des possibles vertigineux – ces hypothèses incréées contredisant l’idée d’une histoire téléologique, mais accréditant au contraire la vision d’un nuage d’options, d’événements, d’accidents qui, différemment agglutinés, ouvrent sur le point de vue multifactoriel d’une histoire alternative, donc sans « terme ». Au fond, on retrouve là l’une des propositions du Laboratoire des Imaginaires, qui questionne comment « Raconter l’Histoire. Récits et Histoire dans les cultures de l’imaginaire» en précisant : « C’est l’intensité des événements, la multitude des points de vue et la façon de construire le récit qui semblent donner au texte une ambition historique au sein de la diégèse. L’extension de l’histoire sur une vaste période temporelle sert également cet intérêt en permettant à l’audience d’un média de voir se dérouler l’Histoire alors qu’elle a lieu » (Manon Berthier, Corentin Daval et Marie Kergoat).

Films, séries, romans déclinent un riche nuancier de « retours au passé » qui, sous une forme ou une autre, permettent son amélioration sa bifurcation, son réalignement. Cette pulsion réparatrice prend bien des formes, théoriques, éthiques, esthétiques… qu’il nous faudrait scruter d’une part, ordonner d’autre part. C’est pourquoi, en passant par La Jetée (Chris Marker), devenu autre film (L’armée des douze singes), à son tour devenu série (Douze singes), mais aussi Dr Who, Fringe... on pourrait réfléchir aux conditions de possibilité de ces opus (quand ? pour qui ? accueil?), et aux stratégies d’évitement que pareille entreprise met en jeu, puisqu’après avoir tout fait pour sauver un tel ou gagner telle bataille, il faut tout détricoter pour revenir dans des realia où le meurtre a bien eu lieu, où la centrale nucléaire s’est vraiment fissurée, où l’épidémie s’est effectivement répandue.

Donc, assassinat politique, début de pandémie ou catastrophe nucléaire, le saut dans le passé ne peut qu’amener à déjouer des paradoxes logiques très présents également dans le film Looper ou la série Dark. Ce sont ces aspects (modalités, syntaxe, mobilisation des imageries) qui pourront s’actualiser en plusieurs sous-thèmes, tous plus ou moins issus du « What if… », producteur d’univers parallèles et de réalités alternatives.

Quelques pistes soumises aux sagacités :

-S’agit-il de sauver un passé… avéré, ou bien le passé tel qu’il se présente dans la fiction déjà élaborée ?
-Les opérations de cancel culture, en essayant d’épurer le passé d’éléments ressentis comme offensants par les contemporains, font-elle partie de cette volonté rédemptrice générale ?
-Proposer une réalité alternative, y compris par l’hypothèse steampunk, revient-il à guérir le présent dans l’ordre du symbolique ?
-Comment expliquer l’échec sans cesse réitéré des tentatives de rectifications (fictionnelles) du passé ?
-Les théories complotistes et les interprétations paranoïaques des événements actés forment-elles, elles aussi, un « grand récit » alternatif (Mr Robot)?

Les propositions (un titre, un abstract, les coordonnées), adressées à zacasta@wanadoo.fr sont espérées jusqu’au 10 février 2022 et, selon les réponses données dans la foulée, les textes complets devront parvenir mi-juillet 2022 au plus tard.

L’ensemble des contributions retenues sera publié dans un numéro de la revue en ligne Cultural Express (V. Piegay et M. Freyheit dir).

Courte bibliographie d’appui :

– Pour une définition rapide : “Histoire contrefactuelle”, https://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_contrefactuelle

– Robert Fogel, Railroads and American Economic Growth : Essays in Econometric History, 1964.

– Quentin Deluermoz et Pierre Singaravélou, Pour une histoire des possibles. Analyses contrefactuelles et futurs non advenus, 2016  éd. du Seuil, 450 p.

– présentation: https://www.telerama.fr/idees/l-uchronie-ou-si-l-histoire-m-etait-contee-avec-des-si,137940.php

– conférence: https://www.bnf.fr/fr/agenda/et-si-introduction-lhistoire-contrefactuelle-et-letude-des-possibles-du-passe 

– article en complément: RHMC_593_0070

-Florian Besson, Jan Synowiecki (dir.), Écrire l’histoire avec des « si », Paris, Rue d’Ulm, coll. «Actes de la recherche à l’Ens », 2015.
– L’imaginaire du temps dans le fantastique et la science fiction, Guillaud et Vas-Deyres, PU de Bordeaux, Eidôlon, Septembre 2011.
-Le présent « refiguré » par le passé : trois stratégies narratives de recomposition du présent dans la science-fiction (Jean-Loup Héraud, en ligne https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00971368).
– Dominique Maingueneau,  Le discours littéraire, Paratopie et scène d’énonciation, 2004, Armand Colin.

Films :

La Jetée : film français de science-fiction de Chris Marker, sorti en 1962 et d’une durée de 28 minutes. Ce film expérimental est en fait un « photo-roman » selon le générique, c’est-à-dire un diaporama de photographies en noir et blanc (à l’exception d’un seul plan filmé), commenté par un narrateur unique, et accompagné d’une bande-son réalisée par Trevor Duncan.

L’Armée des douze singes (12 Monkeys) : film de science-fiction américain réalisé par Terry Gilliam et sorti en 1995, librement adapté du court métrage La Jetée, de Chris Marker (1962).

Looper : film de science-fiction américain écrit et réalisé par Rian Johnson, sorti en 2012.

Séries : 

22/11/63 : réalisation par Kevin Macdonald, James Strong, John David Coles et James Kent  (scénario : Bridget Carpenter) de l’adaptation télévisée de 11/22/63, un roman de science-fiction de Stephen King. Sur fond de voyage dans le temps, le roman comporte une trame principale où le narrateur tente d’empêcher l’assassinat de John F. Kennedy, et une trame secondaire, mais essentielle, sous la forme d’une histoire d’amour entre le narrateur et une jeune femme des années 1960.

Dark : série télévisée de science-fiction allemande diffusée depuis le 1er décembre 2017 sur Netflix. Tous les épisodes de la série sont écrits par Jantje Friese et réalisés par Baran bo Odar.

Fringe : série télévisée américaine de science-fiction et d’horreur, co-créée par J. J. Abrams, Alex Kurtzman et Roberto Orci, et diffusée entre le 9 septembre 2008 et le 18 janvier 2013 sur le réseau Fox. La série peut être décrite comme un croisement entre X-Files, Au-delà du réel, et La Quatrième Dimension.

12 Monkeys: série télévisée américaine créée par Terry Matalas et Travis Fickett, diffusée du 16 janvier 2015 au 6 juillet 2018 sur Syfy3 aux États-Unis. Cette série est l’adaptation du film L’Armée des douze singes (12 Monkeys) de 1995, réalisé par Terry Gilliam, lui-même inspiré du court métrage français La Jetée de 1962 réalisé par Chris Marker.

Doctor Who (trad. litt. : « Docteur Qui ») : série télévisée britannique de science-fiction créée par Sydney Newman et Donald Wilson et diffusée depuis le 23 novembre 1963 sur BBC One. Elle raconte les aventures du Docteur, qui voyage à travers l’espace et le temps à bord d’un vaisseau spatio-temporel ayant l’apparence extérieure d’une cabine d’appel téléphonique de la police britannique, le TARDIS (Time And Relative Dimension In Space, qu’on trouve aussi traduit en version française par « Temps à relativité dimensionnelle inter-spatiale »).



Citer ce billet
Anaïs Goudmand (2021, 8 décembre). Appel à contributions : Peut-on sauver le passé ? Imaginaires et récits contre-factuels. LPCM. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r2kt

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.