Appel à contributions : Marilyn Monroe, personnage de théâtre

Appel à articles pour numéro de revue : “Marilyn Monroe, jouée”

Échéance des propositions : 1er décembre 2021

Le théâtre n’a pas attendu la commémoration des 60 ans du décès de l’actrice de cinéma qui se rêvait comédienne de théâtre, Marilyn Monroe, pour la jouer en de multiples versions scéniques, adaptées de ses lettres, de biographies ou mues par l’admiration : Marilyn Forever Blonde… The Marilyn Monroe Story In Her Own Words & Music de Greg Thompson (2007), Je m’appelle Marilyn de Yonnick Flot (2008), Marilyn de Krystian Lupa (2009) Norma Jeane de Pierre Glénat (2012), Marilyn, My Secret, de Willard Manus et Odalys Nanin (2013), Marilyn, intime de Didier Goupil (2014), Marilyn Inside (2021) de Cécile Barcaroli, entre autres, mais également des comédies musicales, des ballets, des performances, un opéra composent une « Marilyn personnage ».

Comment est « jouée » cette image de cinéma dont le corps et le visage sont immédiatement reconnaissables, objets médiatiques et objets de consommation(s), matériau pour les plus grands artistes postmodernes (Rauschenberg, Warhol, Dali, Serra, Rosenquist…) comme pour les plus convenus des produits dérivés de sa notoriété ? Quels décors, quels dispositifs (le spectaculaire ou le minimalisme, le monologue, l’épure scénique ?), sont-ils choisis pour représenter celle qui est si souvent associée au kitsch et au clinquant d’une époque d’opulence et de surconsommation, mais dont on a récemment remis en lumière l’intellect et le cheminement intime (Fragments, poèmes, écrits intimes et lettres publiés) ? quelles actrices, enfin, pour Marilyn ? Des bondes pulpeuses ou, pour défier l’illusionnisme, des brunes longilignes ? Se jouer de Marilyn, jouer avec Marilyn, est-ce plutôt incarner la star ou la femme ? Norma Jean ou Marilyn ?


À quoi joue-t-on ? À se souvenir ? À s’inspirer d’une icône, à converser avec une femme de légende (les hommes, les médicaments, le suicide) ? Quel jeu avec Marilyn ? La notion de « secret », d’énigme irréductible de la star rivalise avec celle d’intimité, de proximité avec la femme (ma Marilyn, Marilyn, ma grand-mère et moi…) dans ces mises en scène.

Femme dont les biographes ne manquent de souligner à quel point elle fut jouée (par les hommes encore, par les producteurs, par les Kennedy, par les médias), trahie, manipulée, quels enjeux lui assigner dans une pièce où ceux-là qui l’entourèrent sont singulièrement absents, où elle a, par la médiation d’une actrice d’aujourd’hui, la parole et occupe un seule (très seule) en scène ?

Les propositions d’articles pourront porter sur une ou plusieurs œuvres scéniques (théâtre, opéra, danse …) proposant une forme de biographie scénique de Marilyn Monroe. On s’intéressera particulièrement à une réflexion sur les processus d’incarnation à la scène d’une icône à l’image figée par l’aura d’un décès prématuré ; aux motivations et aux soubassements idéologiques de telles propositions (lectures féministes, historiques, autobiographiques etc.) ; au travail d’écriture sur les stéréotypes et les motifs attachés à la star (la chanson, la blondeur, la fragilité etc.), cette liste n’étant pas exhaustive.

–       Proposition en français ou en anglais, avec titre, à envoyer avant le 1er décembre 2021, accompagnée de quelques lignes de bio-bibliographie de l’auteur/autrice à :

–       florence.fix@univ-rouen.fr

–       corinne.francois@u-bourgogne.fr

–       Après acceptation, les articles sont attendus pour le 15 mars 2022.



Citer ce billet
Anaïs Goudmand (2021, 18 novembre). Appel à contributions : Marilyn Monroe, personnage de théâtre. LPCM. Consulté le 18 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r2k5

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.