Appel: Spectateurs et écrans

APPEL REVUE ÉCRANS N°2 :
NUMEROS : « SPECTATEURS ET ECRANS »

Aujourd’hui l’image est dispersée : elle apparaît sur des supports
différents. La même image filmique peut apparaître sur des dispositifs
d’écrans variables et dans des contextes sociaux distincts. L’image
photographique qui connaît cette dispersion depuis longtemps – elle est
affiche, page de journal, tableau exposée – s’expose aujourd’hui sur les
écrans d’ordinateur ou de téléphone. L’image télévisuelle, dont l’immense
appétit a depuis longtemps avalé et reformaté toutes sortes d’images et de
spectacles, est de plus en plus déplacée sur les écrans d’ordinateurs. Il en
est de même pour l’image cinématographique, aujourd’hui visible en Imax
aussi bien que sur un téléphone. La réflexion sur les supports n’est pas
neuve en peinture : l’image picturale a même devancé cette dissémination.
Cependant, le numérique et ses multiples développements ont largement
accentué le mouvement, qui ne peut plus être ignoré.
Ce mouvement pose de nombreux problèmes. Quels effets sur le sens
sont-ils produits, et ces effets sont-ils les mêmes pour tous les spectateurs ?
Le dispositif de présentation devient-il l’élément décisif de l’appropriation par
le spectateur des images ? Ou bien l’usage habituel et fréquent par le
spectateur de ces différents dispositifs a-t-il pour conséquence d’atténuer les
effets de cette dispersion ? Une série télévisée vue sur le téléviseur du salon,
une fois par semaine ou en bloc sur l’écran d’ordinateur reste-t-elle la même
série télévisée ? Cette série vue en famille face à un écran plasma, ou bien
dans un bus, les écouteurs sur les oreilles, le regard concentré sur un
téléphone, est-elle perçue de la même façon ? Les outils numériques qui
sont aussi des instruments de production modifient-ils l’activité de réception ?
L’histoire du cinéma, par exemple, recèle de nombreux exemples de ce
type de problème. Les spectateurs découvrant dans un cinéma immense une
superproduction muette dans les années 1920, peuvent-ils être comparés
aux abonnés d’une salle de concert classique qui découvrent le même film,
en version restaurée, 90 ans plus tard, accompagné par leur orchestre
symphonique favori ? Entre ces deux dates, les tailles des écrans et les
capacités des salles ont changé de nombreuses fois, les spectateurs se sont
dispersés. La façon d’aller au cinéma s’est transformée. Peut-on définir ce
qu’est « un » spectateur « de cinéma-sur-grand-écran » aujourd’hui, dans le
contexte de multiplication des écrans ? Peut-on faire une historiographie des
études spectatorielles, en observant la façon dont la dispersion s’est
accélérée ou ralentie ?
Écrans attend les chercheurs désireux d’aborder l’une ou l’autre des
questions posées par la dispersion des images sur l’activité spectatorielle.
Afin de traiter d’un tel problème, il faudra poser une théorie du spectateur :
préciser de quel(s) spectateur(s) (modèle, saisi dans une relation sociale
spécifique, cadré par un contexte de présentation, impliqué par un dispositif,
etc.) l’on parle. Ce travail pourrait donc être l’occasion de revisiter une
théorie de la réception elle-même bien dispersée et même éparpillée.
Les propositions de communications sont à adresser avant le 15 mars
2012. Les réponses seront données avant le 15 avril. Les articles sont
attendus pour une première version le 1er juillet et une seconde avec les
éventuelles modifications demandées le 1er septembre.
Martin.Barnier@univ-lyon2.fr
Sonia.cabrita@univ-lyon.fr
Le numéro 2 d’Ecrans doit paraître en novembre 2012.