Colloque : “Loisirs et styles de vie” (MSH Paris Nord)

Colloque “Loisirs et styles de vie”

14-15 octobre 2021

Auditorium de la Maison des Sciences de l’Homme (MSH) Paris Nord, 20 avenue George Sand 93210 Saint-Denis (métro ligne 12 Front Populaire)

Le colloque est coordonné par Quentin Gilliotte, Emmanuelle Guittet et Maylis Nouvellon. Il est soutenu par l’Association Française de Sociologie, le LabEx ICCA – Industries Culturelles & Création Artistique, le CERLIS (Centre de recherche sur les liens sociaux, UMR 8070), le laboratoire EXPERICE (Centre de recherche interuniversitaire Experience Ressources Culturelles Education, EA 3971) et l’UFR ESTHUA Tourisme et culture de l’Université d’Angers.

Informations pratiques

Le colloque est ouvert à toutes et tous gratuitement, sur inscription dans la limite des places disponibles et sur présentation impérative du pass sanitaire. Participer au colloque impose un strict respect des consignes sanitaires (port du masque, distanciation sociale, désinfection des mains et surfaces).

Merci de vous inscrire en remplissant ce formulaire: https://forms.gle/uZnFs45vNqHK6WxS9  

Présentation

Ce colloque, initialement programmé à l’automne 2020, a été reporté d’un an en raison de la mobilisation universitaire contre la Loi de Programmation de la Recherche, puis de la crise sanitaire.

Pour son quatrième colloque, le RT 14 (sociologie des arts et de la culture) s’associe au RT 11 (sociologie de la consommation et du numérique) de l’Association Française de Sociologie afin d’interroger les usages actuels du « temps libre ». Nous proposons de réfléchir à la frontière entre le loisir et le travail, qui distingue d’une part, « des occupations auxquelles l’individu peut s’adonner de plein gré » (repos, divertissement, information, création, engagement volontaire) et, d’autre part, des obligations professionnelles et domestiques (Dumazedier, 1962). Trois questions conduiront nos réflexions : comment les loisirs participent à l’élaboration de nos « styles de vie » (Bourdieu, 1979) ; comment sont-ils sources et preuves d’inégalités liées à la stratification sociale mais aussi aux rapports de domination de genre et de race ? ; et, enfin, comment le numérique vient-il, depuis une vingtaine d’années, bouleverser nos pratiques de loisirs en reconfigurant les modes de production, de circulation et d’appropriation ?

Trois enjeux transversaux irriguent notre approche. L’une des forces des travaux classiques, en particulier ceux de Pierre Bourdieu (1979), était d’intégrer l’étude du loisir dans celle, plus générale, des styles de vie, autrement dit de chercher à comprendre les associations des loisirs avec les autres sphères de la vie quotidienne, du travail aux attitudes politiques. Nous invitons les intervenant·es de ce colloque à dépasser la logique monographique et à confronter leurs résultats à ce que la littérature sociologique décrit des styles de vie des participant·es aux mondes de loisirs. Un deuxième enjeu transverse du colloque est la stratification sociale des loisirs qui, si elle a évolué au cours du temps, demeure forte (Coulangeon, Menger & Roharik, 2002 ; Lombardo & Wolff, 2020). Nous nous intéresserons également aux inégalités et aux différences liées aux appartenances de genre et de race, dans une perspective intersectionnelle. Le numérique constitue le troisième axe de notre questionnement. Il vient modifier les pratiques de loisir de trois manières : en venant équiper les mondes de loisir traditionnels, à la manière du tricot (Zabban, 2015 ; 2016) ; en numérisant certaines pratiques traditionnelles comme l’écoute de musique (Granjon & Combes, 2007) ou la visite patrimoniale (Donnat, 2016) ; et en proposant de nouveaux loisirs comme les jeux vidéo (Ter Minassian, Rufat & Coavoux, 2012). Ces nouveaux loisirs que l’on pourrait dire « proprement numériques » s’inscrivent néanmoins dans des généalogies d’équipements et de pratiques (Berry, 2015) : leur place au sein du quotidien est moins souvent inventée de toute pièce que réaménagée (Boutet & Ter Minassian, 2015).

Les trois enjeux de ce colloque apparaissent sous un autre jour avec la crise sanitaire venue bouleverser le rapport au temps, les modes de travail ou de scolarité. Le confinement a contribué à réorganiser des loisirs soudainement cantonnés au domicile (hausse de pratiques culturelles numériques, intensification des pratiques en amateur) et, pour certaines pratiques, à atténuer des inégalités sociales ou générationnelles (Jonchery & Lombardo, 2020). Pour explorer ces enjeux transversaux, le colloque se concentrera sur cinq angles d’analyse qui éclairent des aspects parfois encore peu explorés des travaux sur les pratiques de loisirs. Les travaux examinant d’autres pistes s’inscrivant dans la thématique seront également examinés avec attention.

AXE 1 – Les cadres des loisirs

La lecture, le football en club, la déambulation sur Internet, la visite de châteaux ou d’expositions sont autant d’activités de loisirs solitaires ou collectives qui se superposent, s’articulent ou se concurrencent. S’y intéresser suppose de prendre en compte les temps dans lesquels elles s’insèrent, le plus souvent en opposition aux autres temps sociaux qui organisent la vie des individus : temps professionnel, familial, associatif, etc. (Dumazedier, 1974 ; Pronovost, 2017). Ces activités prennent place dans des cadres tour à tour libérateurs et contraignants, qui éprouvent la capacité réflexive des individus à négocier l’usage de leur temps libre, alors qu’ils sont pris également dans des routines, des habitudes et de l’inertie (Dubuisson-Quellier & Plessz, 2013). Il s’agit donc de questionner les dimensions spatiales et temporelles qui encadrent leurs activités de
loisirs, dans le quotidien comme l’extra-quotidien (au sein du foyer, dans les transports, sur les lieux et temps de vacances). Les pairs, qu’ils et elles s’intègrent dans des réseaux familiaux et conjugaux, professionnels ou amicaux (Bidard, 2012 ; Pasquier, 2005 ; Détrez, 2014), accompagnent et encadrent les pratiques de loisir et participent pleinement à la socialisation primaire et secondaire des individus en matière de goûts et de pratiques de loisir (Lahire, 2004 ; Octobre, 2014). Cette distribution des activités de loisirs entre différents cadres spatiaux, temporels et sociaux/relationnels traduit le rapport des individus à ces pratiques et reflète notamment la stratification sociale de l’espace des loisirs (Coulangeon, Menger & Roharik, 2002 ; Octobre et al., 2014). De plus, l’articulation des différentes activités dépend des infrastructures matérielles et cadres sociotechniques qui viennent équiper les moments (DeNora, 2011), encadrer, prolonger et normer les pratiques (Shove & Pantzar, 2005). À ce titre, les façons dont le numérique vient (ou non) redéfinir ces cadres – en réduisant les distances, les temporalités ou encore l’influence ou l’absence de pairs dans la conduite des activités de loisirs – doivent être interrogées. Rendre compte des cadres des loisirs implique également de questionner le niveau d’attention – plus ou moins flottant – accordé aux pratiques (Auray, 2017), selon qu’elles sont des activités de premier plan ou de fond, mais aussi de penser le degré d’engagement des individus dans les activités de loisirs, selon qu’elles se déroulent dans des temps pleins ou « creux ». Comment s’enchevêtrent et se structurent alors les activités de loisirs ? Comment les individus les organisent, les gèrent, les superposent ?

AXE 2 – Organiser les mondes des loisirs

Les mondes des loisirs sont aussi des espaces marchands, économiques, dont le succès dépend de la capacité à approvisionner les pratiquants en ressources : informations, techniques et matériels, occasions de sociabilité (Fine, 2015 [1989]). Les loisirs s’organisent en famille, dans des associations, ils sont rythmés par des événements dont l’organisation constitue en lui-même un secteur économique. Certaines des fêtes qui structurent les temps sociaux aujourd’hui sont organisées pour et par les acteurs des secteurs du loisir. Les loisirs sont pris en charge et façonnés par des fédérations, des industries, des infrastructures. L’industrie du tourisme oriente les flux de visiteurs et visiteuses (Duhamel, 2018), et les industries culturelles l’attention des consommateur·trices. Les loisirs sont régulés par des agences étatiques ou internationales. Quels sont les supports institutionnels, marchands et non-marchands, des loisirs, et comment fonctionnent-ils ? Que peut-on dire de la manière dont les loisirs sont organisés, promus et consommés, des mondes de production qui y sont liés et des espaces marchands qui leurs sont dédiés (grands et petits commerces, salons, foires) ? Les dispositifs numériques sont, quant à eux, souvent associés, en particulier via l’économie de plateforme, à un processus de marchandisation des pratiques et activités de loisirs (Etsy, Twitch, Ravelry, TripAdvisor) (Chaves Ferreira, Jourdain & Naulin, 2018 ; Naulin & Jourdain, 2019). L’engagement important des consommatrices et consommateurs de loisirs, qui se traduit souvent en contributions créatives et productives, trouve par ailleurs avec le numérique et ses dispositifs de nouvelles dynamiques (Dubuisson Quellier, 2018 ; Mellet & al., 2014). Dans quelle mesure ces nouvelles organisations et ressources affectent-elles les logiques sociales des pratiques de loisir et transforment-elles leur économie ?

AXE 3 – Usages sociaux des loisirs

Les pratiques culturelles sont souvent observées à partir d’un modèle de consommateur·trice fortement engagé·e et désintéressé·e : cinéphile, mélomane, amateur·e d’art, etc. On sait pourtant que les biens culturels viennent avant tout « équiper la vie » (Burke, 1941) et qu’en ce sens, par
exemple, la lecture esthète n’est qu’un des « usages sociaux de la lecture », avec la lecture de salut (dans les moments de crise biographique) ou encore la lecture didactique ou de divertissement (Radway, 1991[1984], 2020 ; Mauger & Poliak, 1998). Qu’en est-il des loisirs ? À quelles logiques
sociales répondent-ils, au-delà des simples dimensions de plaisir et de divertissement ? Le tourisme culturel peut par exemple répondre à un sentiment d’obligation lié à la bonne volonté culturelle des individus, leurs pratiques de consommation étant alors rapportées aux figures inégalement valorisées de « touriste » ou de « voyageur » (Cousin & Réau, 2009). Les loisirs productifs, le « travail à-côté » (Weber, 2009 [1989]) renvoient en même temps à des logiques économiques, de plaisir, ou encore d’affirmation de soi, souvent indissociables (Naulin & Jourdain, 2019). Les loisirs de bien-être, un ensemble de techniques de soi aujourd’hui fortement valorisées, du yoga à la méditation en passant
par la lecture de guides pratiques, sont associés au développement personnel autant qu’au loisir.

AXE 4 – Apprentissages des loisirs

Apprendre à tricoter et à réaliser différents types de points, à distinguer un bolet d’une amanite, à s’orienter dans une offre d’hébergement par des particuliers en ligne, etc. Les pratiques de loisir comportent pour la plupart une dimension technique importante et sont des espaces privilégiés de l’éducation buissonnière (Barrère, 2011). Elles s’appuient sur des dispositions et supposent le développement d’un certain nombre de compétences. Apprendre est une activité à part entière, constitutive des pratiques de loisir. Les travaux sur les jeux en ligne (Berry, 2012) ont mis en avant leur place dans le processus d’intégration, souvent ritualisé, à des communautés de pratique (Lave & Wenger, 1991). Ils soulignent aussi que si une part importante des apprentissages se font par socialisation et « par frayage » (Delbos & Jorion, 1990) sans jamais être formalisés, les loisirs sont aussi un domaine où une transmission plus formelle sur un modèle scolaire peut être développée (ateliers créatifs (Chateigner, 2008), entraînements sportifs, visites culturelles). Ils doivent alors souvent tenir un équilibre délicat pour rester dans le cadre du non travail et d’activités non contraintes. Quelles sont les modalités des apprentissages et quels sont leurs ressorts sociaux ? Comment s’inscrivent-ils dans le rapport aux techniques, aux savoirs, à l’échelle des biographies individuelles et des sociabilités ? Que dire du caractère transférable et de la dimension située de ces apprentissages ? À quelles conditions les savoirs techniques spécifiques développés dans le cadre de loisirs peuvent-ils être mobilisés ou valorisés au sein d’autres cadres pratiques ou d’autres espaces sociaux ?

AXE 5 – Frontières des loisirs et du travail

Compte tenu des transformations du travail et des conditions d’emploi, comment cette frontière at-elle évolué ? Des modèles managériaux, des régimes de travail (auto-entrepreneuriat), la localisation d’emplois (domicile) ou l’exercice de métiers sur le registre de la passion (Loriol & Leroux, 2015) peuvent contribuer à semer le trouble en imposant un engagement professionnel sur le temps libre. À l’inverse, des pratiques de loisir débordent de leur cadre habituel en fixant progressivement des contraintes ou en revêtant des caractéristiques habituellement associées au travail. Certaines s’immiscent même sur les lieux du travail où elles participent paradoxalement de l’auto-discipline requise des salariés (Boutet, 2017). La transition numérique et les effets de la crise financière et économique de 2008 ont fait émerger des activités réalisées sur les « plateformes », créatrices de valeur et éventuellement rémunérées (Beauvisage & al., 2018), distantes à la fois des activités strictement privées des amateur·es et du travail des professionnel·les (Flichy, 2019). Ce colloque sera l’occasion d’examiner cette zone grise sur laquelle s’établissent des productions numériques mêlant « passe-temps » et « gagne-pain » (Weber, 2009 [1989]), réalisées sur un temps libre, et donnant accès à de nouvelles sociabilités et à des formes de satisfaction personnelle et de gratification symbolique éloignées des situations de précariat et de subordination (Abdelnour & Méda, 2019 ; Naulin & Jourdain 2019).

BIBLIOGRAPHIE

  • Abdelnour, S. et Méda, D. [dir.] (2019). Les Nouveaux travailleurs des applis, Paris, Presses Universitaires de France.
  • Auray, N. (2016). L’Alerte ou l’enquête : Une sociologie pragmatique du numérique, Paris, Presses des mines.
  • Barrère, A. (2011). L’éducation buissonnière : Quand les adolescents se forment par eux-mêmes, Paris, Armand Colin.
  • Beauvisage, T., Beuscart, J.-S. et Mellet, K. (2018). « Numérique et travail à-côté. Enquête exploratoire sur les travailleurs de l’économie collaborative », Sociologie du travail, vol. 60, n° 2, p. 1-22.
  • Berry, V. (2015). « Et si le jeu vidéo n’était qu’un jeu ? ». In Brougère G. [dir.], Penser le jeu : les industries culturelles face au jeu, Paris, Nouveau Monde, p. 26-43.
  • Bidart, C. (2012). « Réseaux personnels et processus de socialisation », Idées économiques et sociales, n° 169, p. 8-15.
  • Bourdieu, P. (1979). La Distinction. Critique sociale du jugement. Paris, Ed. de Minuit.
  • Cousin, S. et Réau, B. (2009). Sociologie du tourisme, Paris, La Découverte.
  • Boutet, M. (2017). « Multi-activité et moments à soi : quand les salariés doivent organiser eux- mêmes leur temps », In Bidet A., Datchary C. et Gaglio G. [dir.], Quand travailler c’est s’organiser. La multi-activité à l’ère numérique, Paris, Presses des Mines, p. 97–111.
  • Boutet, M., Ter Minassian, H. (2015). « Les jeux vidéo dans les routines quotidiennes », Espaces populations sociétés n° 1–2.
  • Burke, K. (1941). « Literature as equipment for living ». In The Philosophy of Literary Form. Studies in Symbolic Action, Baton Rouge, Louisiana State University Press, p. 293-304.
  • Chateigner, F. (2008). Une Société littéraire. Sociologie d’un atelier d’écriture, Bellecombe-en-Bauges, Éditions du Croquant.
  • Coulangeon, P., Menger P.-M. et Roharik I. (2002). « Les loisirs des actifs. Un reflet de la stratification sociale », Économie et statistique, n° 352-353, p. 39-55.
  • DeNora, T. (2011). Music in Everyday Life, Cambridge, New York, Cambridge University Press.
  • Détrez, C. (2014). « Les loisirs à l’adolescence : une affaire sérieuse », Informations sociales, vol.1, n°1, p. 8-18.
  • Donnat, O. [dir.] (2016), « Les publics in situ et en ligne », Culture et recherche, n° 134.
  • Dubuisson-Quellier, S. (2018). La Consommation engagée, Paris, Presses de Sciences Po.
  • Dubuisson-Quellier, S., et Plessz, M. (2013). « La théorie des pratiques ». Sociologie, 4(4), 451-469.
  • Duhamel, P. (2018). Géographie du tourisme et des loisirs : Dynamiques, acteurs, territoire, Paris, Armand Colin.
  • Dumazedier, J. (1974). Sociologie empirique du loisir : critique et contre-critique de la civilisation du loisir, Paris, Seuil.
  • Dumazedier, J. (2018 [1962]). Vers une civilisation du loisir ?, Paris, MKF.
  • Flichy, P. (2019). « Le travail sur plateforme. Une activité ambivalente », Réseaux, n° 213, p. 173-209.
  • Granjon, F. et Combes, C. (2007). « La numérimorphose des pratiques de consommation musicale. Le cas des jeunes amateurs », Réseaux, n°145-146, p. 291-334.
  • Jonchery, A. et Lombardo, P. (2020). « Pratiques culturelles en temps de confinement », Collection Culture études, 2020-6.
  • Lahire, B. (2004). La Culture des individus : dissonances culturelles et distinction de soi, Paris, La Découverte.
  • Loriol, M. et Leroux, N. [dir.] (2015). Le Travail passionné. L’engagement artistique, sportif ou politique, Toulouse, Erès.
  • Lombardo, P. et Wolff, L. (2020). « Cinquante ans de pratiques culturelles en France », Collection Culture études 2020-2.
  • Mauger, G. et Poliak, C. (1998). « Les usages sociaux de la lecture », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 123, p. 3-24.
  • Mellet, K., Beauvisage, T., Beuscart, J.-S. et Trespeuch, M. (2014). « A “Democratization” of Markets? Online Consumer Reviews in the Restaurant Industry », Valuation Studies, vol. 2, n° 1, p. 125-146.
  • Naulin, S. et Jourdain A. [dir.] (2019). The Social meaning of extra money. Capitalism and the commodification of domestic and leisure activities, Palgrave Macmillan.
  • Octobre, S., Détrez, C., Mercklé, P., & Berthomier, N. (2010). L’enfance des loisirs : Trajectoires communes et parcours individuels de la fin de l’enfance à la grande adolescence, Paris : Documentation française, Ministère de la culture et de la communication.
  • Octobre, S. (2014). « Les enfants du numérique : Mutations culturelles et mutations sociales ». Informations sociales, 181, 50-60.
  • Pasquier, D. (2005). Cultures Lycéennes. Paris, Autrement.
  • Pronovost, G. (2017 [1993]). Loisir et société : traité de sociologie empirique, Sainte Foy : Presses de l’Université du Québec.
  • Radway, J. A. (1991[1984]). Reading the romance : Women, patriarchy, and popular literature. University of North Carolina Press.
  • Radway, J. (2020). « L’acte de lire des romans d’amour : S’évader et s’instruire ». Théorème, n°32, p.139-174.
  • Shove, E. et Pantzar, M. (2005). « Consumers, Producers and Practices : Understanding the invention and reinvention of Nordic walking », Journal of Consumer Culture, n° 5, p. 43-64.
  • Ter Minassian, H., Rufat, S. et Coavoux, S. (2012). Espaces et temps du jeu vidéo, France, Question théoriques.
  • Weber, F. (2009 [1989]). Le Travail à-côté. Une ethnographie des perceptions, Paris, École des Hautes Études en Sciences Sociales.
  • Zabban, V. (2015). « Tricoter sur Internet. Le recadrage social et technique d’un loisir ordinaire », Tracés, n° 28, p. 157-182.
  • Zabban, V. (2016). « Tricoter en public. Internet et le ‘coming out’ de la tricoteuse », In Martin, O. et É. Dagiral [dir.], L’ordinaire d’internet : le web dans nos pratiques et relations sociales, Malakoff, Armand Colin.

Programme

Jeudi 14 octobre 2021

  • 9h Accueil des participant·es
  • 9h15 Introduction du colloque par Samuel Coavoux et Vinciane Zabban
  • 9h45-11h Session 1 : Temps libres et contraints dans le monde ouvrier. Discutante : Emmanuelle Guittet

Le temps libre ouvrier sous contraintes. Un regard à partir du travail dans les entrepôts de logistique Gwendal Simon (Université Gustave Eiffel, LVMT)

« On a autre chose dans la vie ». Place et fonctions des loisirs chez des éboueurs et des balayeurs du secteur public à Paris et en région parisienne Hugo Bret (Université de Paris, Cerlis)

  • 11h-11h15 Pause
  • 11h15-13h Session 2 : Le genre des loisirs. Discutante : Marie Sonnette

Loisirs et domination masculine : analyse de l’incorporation juvénile d’un ordre du genre inégal à partir du cas des colonies de vacances Pauline Clech (INJEP)

Le bruit et la musique. Comment l’écoute musicale des hommes structure la sphère domestique Garance Clément (École Polytechnique Fédérale de Lausanne, LASUR) et Fiona del Puppo (École Polytechnique Fédérale de Lausanne, LASUR)

Les femmes dans le jeu de société : la présence des autrices dans la création ludique Virginie Tacq (Haute Ecole de Bruxelles-Brabant)

  • 13h-14h30 Pause déjeuner
  • 14h30-15h45 Session 3 : Encadrer les activités de loisir. Discutant : Manuel Boutet

L’encadrement des jeunes par des jeunes. Incidence de l’animation occasionnelle dans les parcours personnels et/ou professionnels des jeunes Natacha Ducatez (OVLEJ, Passages) et Luc Greffier (Université de Bordeaux Montaigne, Passages)

Quel loisir sans le travail ? La découverte des jeux vidéo dans des ateliers collectifs en EHPAD Gabrielle Lavenir (Université Concordia, TAG)

  • 15h45-16h Pause
  • 16h-17h15 Session 4 : Infrastructures des loisirs. Discutante : Anne Bessette

Société et loisirs : cinéma, sociabilité et politique à Bouaké 1930-1990 Brahima Ouattara (Université Alassane Ouattara)

Les universités populaires, des promoteurs de loisirs comme les autres ? Emmanuel de Lescure (Université de Paris, Cerlis) et Pauline Vessely (Université de Paris, Cerlis)

Vendredi 15 octobre 2021

  • 9h45-11h Session 5 : Apprendre sur son temps libre. Discutant : Samuel Coavoux

D’un loisir amateur à une orientation professionnelle : l’exemple des autodidactes en programmation informatique Antoine Larribeau (Université Sorbonne Paris Nord, Experice)

Regarder, créer et apprendre : la place des vidéos de loisirs chez les 6-18 ans Noémie Roques (Université Sorbonne Paris Nord, Experice, LabEx ICCA)

  • 11h-11h15 Pause
  • 11h15-13h Session 6 : Marchés, médiations et ressources des loisirs. Discutante : Chloé Delaporte

La marchandisation de la relation à l’animal : une analyse de la segmentation des biens au sein des marchés du pet care Patience Le Coustumer (Université de Bordeaux, GREThA)

Les ressources de la participation : étude de la participation des fans de Pokémon au prisme de la consommation Quentin Gervasoni (Université Sorbonne Paris Nord, Experice)

Du loisir au travail : la marchandisation des loisirs créatifs et culinaires sur Internet Anne Jourdain (Université Paris-Dauphine, IRISSO) et Sidonie Naulin (Sciences Po Grenoble, Pacte)

  • 13h-14h30 Pause déjeuner
  • 14h30-15h45 Session 7 : Les cadres de l’engagement compétitif. Discutant : Clément Combes

« L’amateur », le « semi-pro » et le « professionnel » dans les compétitions de jeux vidéo Samuel Vansyngel (Université Sorbonne Paris Nord, Experice, LabEx ICCA)

Esportif amateur, un loisir compétitif ? Le cas des joueurs de FUT sur FIFA Renaud Garcia-Bardidia (Université de Bourgogne, CREGO), Baptiste Cléret (IAE de Rouen, NIMEC) et Loïc Comino (Université de Lorraine, CEREFIGE)

  • 15h45-16h Pause
  • 16h-17h45 Session 8 : Le loisir, entre ressource au travail et enjeu de professionnalisation. Discutante : Vinciane Zabban

La passion comme convention de travail dans la critique cinématographique Quentin Mazel (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, IRCAV)

Pratiquer le rap en amateur : un loisir professionnalisant Garance Bressaud (EHESS, CRAL)

Réenchantement du travail via une pratique de loisirs : l’étude des usages du yoga au sein de l’espace scolaire Marie Doga (Université Paul Sabatier Toulouse 3 – CRESCO), Émilie Salaméro  (Université Paul Sabatier Toulouse 3 – CRESCO), Myriam Jacolin (Université Paul Sabatier Toulouse 3 – CRESCO) et Samuel Juhle (Université Clermont Auvergne, LESCORES)

  • 17h45-18h Pause
  • 18h-18h30 Conclusion du colloque par Maylis Nouvellon, Quentin Gilliotte et Emmanuelle Guittet, suivie d’un cocktail de clôture


Citer ce billet
Fanny Barnabé (2021, 28 septembre). Colloque : “Loisirs et styles de vie” (MSH Paris Nord). LPCM. Consulté le 19 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r2it

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.