Appel à contributions : « Le genre à travers la technologie / Gender through technology » (Variations, n° 28, 2022)

Variations, n° 28 (2022) : « Le genre à travers la technologie / Gender through technology« 

Échéance des propositions : 15 septembre 2021

Depuis quelques années, la question des rapports entre la technologie, le genre et la culture suscite un intérêt croissant auprès de la recherche universitaire. Ces relations font ainsi l’objet d’une pluralité d’approches intermédiales, allant des considérations liées au genre dans le discours littéraire portant sur les technologies jusqu’aux analyses cinématographiques et télévisuelles (Westworld, Ex Machina ou encore Her)*, en passant par les réflexions qui prolifèrent à ce sujet dans la sphère des études culturelles.

Cependant, comme l’a noté la sociologue Judy Wajcman, la progression continuelle des phénomènes de technologisation et de numérisation dans la société n’exerce pas seulement une influence sur les rapports de force et de genre. Ce que l’on observe bien plutôt, c’est une relation de réciprocité entre le genre et la technologie, cette dernière devant être comprise à la fois comme cause et conséquence des relations entre les genres**.

On assiste ainsi d’un côté, au début du XXe siècle, à l’émergence de nouveaux profils professionnels, tels que la sténotypiste, la secrétaire ou encore la standardiste, qui structurent le travail autour de certaines technologies nouvelles en fonction du genre, et de l’autre côté on observe une « genrification », une sexuation des artefacts technologiques, comme on a pu le voir récemment avec l’apparition de systèmes d’exploitation numériques tels que « Siri » ou « Alexa », qui sont dotés de voix féminines.

À l’aune de ces considérations, le genre n’apparaît plus comme propriété inhérente au corps ou comme attribut originel, mais plutôt, comme le suggèrent Michel Foucault, Judith Butler ou encore Teresa de Lauretis, à la fois comme produit et processus d’une multitude de technologies sociales**.

Le numéro thématique de la revue comparative Variations, intitulé « Le genre à travers la technologie », se concentrera sur la signification de l’identité de genre et de l’attribution de rôles stéréotypés dans le discours sur la technologie, en prenant en considération les approches issues des études culturelles ainsi que les analyses cinématographiques et littéraires.

Les propositions de contribution, d’une longueur de 300 à 400 mots, peuvent être soumises jusqu’au 15 septembre 2021 en allemand, français et anglais. Les contributions finalisées, d’une longueur de 10-15 pages, seront ensuite attendues pour le début de l’année 2022.

Propositions de contribution :           15 septembre 2021

Contact :                                            variations@rom.uzh.ch

Évaluation par les pairs :                    Les contributions seront évaluées selon une procédure en double aveugle

Éditeur :                                               Winter Verlag (Heidelberg)

Thèmes de recherche (liste non exhaustive) :

Cyberféminisme, féminisme glitch

Les conceptions du futur dans la littérature et au cinéma (utopies/dystopies technologiques), science-fiction, installations vidéos etc.

Langue et voix (par exemple les assistants vocaux)

Corps virtuels/Concepts corporels

Intersectionnalité : genre, race et technologie

Espace/Architecture

* Berscheid, Anna-Lena, Ilona Horwath und Birgitt Riegraf: “Cyborgs Revisited: zur Verbindung von Geschlecht, Technologien und Maschinen.” Feministische Studien. Berlin: De Gruyter, 2019; Durham, Meenakshi Gigi. Technosex: Precarious Corporealities, Mediated Sexualities, and the Ethics of Embodied Technics. Cham: Springer International Publishing, 2016; Hester, Helen, and Armen Avanessian. Dea ex machina. Berlin: Merve Verlag, 2015; Brackin, Adam L., und Natacha Guyot: Stories in Post-Human Cultures. Leiden/Boston: BRILL, 2013.

** Judy Wajcman: TechnoFeminism. Polity Press: Cambridge 2004, S. 7.

*** Teresa de Lauretis: Die Technologie des Geschlechts. In: Medien & Gender Reader. Hrsg.: Kathrin Peters, Andrea Seier, diaphanes: Zürich-Berlin 2016, p. 453 – 473


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.