Appel à contributions : Imageries et imaginaires du cirque / Images and Representation of the circus (Rouen)

Colloque : Imageries et imaginaires du cirque

Rouen, Musée des Beaux-arts, Hôtel des sociétés savantes

2, 3, 4 mars 2022

Échéance des propositions : 15 octobre 2021

Organisé à Rouen au Musée des Beaux-arts et à l’Hôtel des sociétés savantes, ce colloque international sera consacré aux imageries et imaginaires du cirque. Il s’agira de faire de cette thématique l’objet central des débats en conviant des chercheur·e·s inscrit·e·s dans divers cadres disciplinaires et spécialités universitaires : sociologie, anthropologie, histoire, littérature, musicologie, arts du spectacle, études visuelles, STAPS… Les travaux de recherche sur le cirque connaissent aujourd’hui un essor important. En France, le Collectif de Chercheur·e·s sur le Cirque initié au milieu des années 2000 autour de travaux portant alors principalement sur l’émergence du cirque contemporain, est aujourd’hui structuré en association et rassemble des chercheurs et chercheuses français comme étrangers. En Amérique du Nord, d’autres réseaux (comme le Montreal Working Group/Groupe de recherches montréalais en arts du cirque ou le réseau Circus and Its Others), contribuent à dynamiser les travaux de recherche sur le cirque. À l’Université de Rouen-Normandie, des recherches ont été menées sur le cirque et ses espaces, notamment régionaux (Lefevre et Sizorn, 2004 ; Percheron, 2007 ; Loret, 2012). L’histoire locale du cirque comme sa dynamique contemporaine sont en effet particulièrement riches. Rouen accueillait le premier manège stable de France en 1797, rue Duguay-Trouin, où Franconi se produisit ; Philip Astley, considéré comme le fondateur du cirque moderne vint à Rouen en 1785-1786 ; le Cirque de Rouen, inauguré en 1894 par le Cirque Rancy et détruit en 1973, fut une salle de spectacle très importante pour la ville, accueillant la programmation du Théâtre des Arts suite à sa destruction pendant les bombardements de 1944. À une vingtaine de kilomètres, le Cirque-Théâtre, construit à Elbeuf en 1892 et rénové en 2007, est aujourd’hui Pôle national Cirque. Il accompagne la production et la diffusion du cirque contemporain. Le bâtiment est l’un des huit derniers cirques stables historiques encore visibles en France, le seul avec piste et scène de théâtre à l’italienne.

La 9e édition du Temps des collections organisée par la Réunion des Musées Métropolitains Rouen Normandie accueillera l’exceptionnelle collection de Jeanne-Yvonne et Gérard Borg « Cirque et Saltimbanques » dans 4 musées de la Métropole de décembre 2021 à mai 2022 : affiches, photographies, peintures, costumes sont des traces de l’histoire du cirque, comme de ses liens avec d’autres arts.

Autour de ce Temps des collections et en partenariat avec le Festival Spring, festival des nouvelles formes de cirque en Normandie, ce colloque international se déroulera du 2 au 4 mars 2022. Il est porté par des chercheur·e·s de l’Université de Rouen-Normandie et par le Collectif de Chercheur·e·s sur le Cirque. Il sera l’occasion d’interroger la puissance et la diversité des images du cirque et des récits qui l’accompagnent.

Depuis les premiers spectacles équestres d’Astley au XVIIIe siècle, le cirque a conquis un large public, mais a aussi inspiré d’autres arts (littérature, danse, cinéma, musique…) et imprégné la culture populaire – on pense par exemple à sa place de choix dans la littérature pour enfants ou dans l’univers des jeux, ou encore aux collections forgées par des érudits et amateurs passionnés. Certaines de ses figures emblématiques (clowns, trapézistes, chapiteaux…) semblent également profondément ancrées dans les représentations collectives. Parallèlement, la diversification des esthétiques depuis les années 1970 a pu conduire des artistes à rompre avec des formes jugées « traditionnelles » ou à les revisiter, contribuant ainsi au déploiement d’autres imaginaires de cirque.

Le colloque traitera des transformations qu’ont connues les perceptions, les représentations et les esthétiques du cirque y compris à travers les manières dont s’en emparent d’autres arts et médias (littérature – y compris littérature de jeunesse, arts de la scène, cinéma, radio, jeux et jouets…). Il explorera les valeurs et les imaginaires associés au cirque et à ce qu’ils font aux divers acteurs qui l’investissent (artistes, programmateurs, critiques, pouvoirs publics…). Les mythes et récits qui entourent le cirque aujourd’hui, malgré l’hétérogénéité de ses esthétiques, sont aussi à analyser dans leur persistance et leurs effets, par les formes d’attachements qu’ils contribuent à maintenir avec un univers signifiant, par le « goût du cirque » qu’ils façonnent, ou encore par les réactions que leur absence occasionne parfois, par exemple chez des
spectateurs : imaginaires de la mobilité, du populaire, de la virtuosité… Ainsi, l’analyse de la force des images de cirque, en particulier dans les formes de stylisation opérées, comme leur articulation avec l’imaginaire déployé dès lors qu’il est question de cirque (par les artistes de cirque, par les publics…) constituera un axe privilégié pour les débats occasionnés par ce colloque.

L’objectif de cette manifestation scientifique est de rassembler des chercheurs spécialistes du cirque et d’autres chercheurs travaillant sur la question des représentations du cirque (le cirque mis en scène ou en récit, le cirque imaginé…). Seront ainsi identifiés et analysés les univers symboliques développés au cirque et à partir du cirque. Les représentations – au sens de ce qui fait spectacle – seront étudiées pour ce qu’elles génèrent (réceptions, appropriations, jugements) et pour les représentations sociales qu’elles contribuent à façonner ou déplacer et qu’elles invitent à interpréter. Une attention particulière sera portée aux imaginaires sociaux (images, valeurs, symbolisations…) et à leurs effets. Cet appel ne pose donc pas de restriction
disciplinaire, ni temporelle (bien que le cirque dont il sera question débute avec le théâtre équestre au 18e siècle).

Plusieurs thématiques ont été identifiées par le comité scientifique et les propositions de
communication peuvent s’y inscrire ou les dépasser :

Les grandes figures du cirque

L’imaginaire du cirque est traversé par de grandes figures emblématiques qui ont une certaine permanence malgré leurs variations : aujourd’hui encore, clowns, trapézistes ou chapiteaux font partie des emblèmes qui permettent à eux seuls d’évoquer l’univers du cirque. Ce colloque sera l’occasion d’analyser l’inscription de ces figures ou leur oubli dans l’histoire du cirque et sa fabrique. Il permettra aussi d’analyser les multiples déclinaisons et réappropriations dont elles font l’objet tant dans l’univers du spectacle qu’au-delà. Ces figures sont en effet régulièrement mises en images et en récit dans la culture populaire, depuis les numéros diffusés à la télévision jusqu’aux livres pour enfants et l’univers des jouets. Pourront également être abordés les modalités et enjeux de la mise en image et leurs usages, y compris à des fins de communication ou de commercialisation (rôle des affiches, pratiques de contrecarre des enseignes traditionnelles, conventions graphiques permettant d’attirer un large public…).

Rapports au corps, au risque et à la virtuosité

Les usages du corps comme les techniques sont inscrits dans des conventions qui régissent autant les manières de faire que de recevoir et d’apprécier les numéros et spectacles. Ce qui fait l’artiste de cirque est étroitement lié à un rapport au risque qui s’est aussi déplacé avec des formes de cirque « autre », faisant la part belle à l’abstraction, à la sensation, au « moins ». Comment ce rapport à la prouesse et à l’exposition au danger est-il investi, et cela dans différents contextes culturels, spatiaux et temporels ? Comment les sensations ou images des prises de risque et de la virtuosité sont-elles aujourd’hui réinvesties par les artistes ? Quelles traces de cet engagement du corps peut-on analyser à travers les représentations et les discours sur le cirque ? Quels usages de la prouesse et des corps de cirque peut-on identifier dans les arts du spectacle et les scènes médiatiques d’hier et d’aujourd’hui ?

Mobilités et itinérances

L’imaginaire de la marge, l’association du cirque à la vie de bohème et à ses représentations sont aussi à réinterroger, à historiciser ou à considérer à l’aune des difficultés actuelles liées à un mode de vie nomade. Quels espaces réels et imaginaires sont mobilisés par les artistes de cirque, ainsi que par les publics, les pouvoirs publics, les intermédiaires culturels et artistiques ? Dans quelle mesure le nomadisme est-il encore actif, possible et sous quelle forme ? Comment les imaginaires du déplacement rencontrent-ils les enjeux économiques, socio-politiques et identitaires de la création circassienne contemporaine ? Comment des images et représentations collectives du nomadisme s’actualisent-elles dans des pratiques sociales ? Quelle est, en quelque sorte, l’efficacité pratique des mythes associés au cirque ?

Animalités et naturalités

La présence ou non des animaux – sauvages en particulier – a constitué une ligne de rupture entre un cirque dit « nouveau » et le cirque dit « traditionnel » en France à la fin des années 1980. Tout comme la présentation des animaux sauvages et exotiques dans les cirques ou les foires, l’exhibition des monstres humains témoigne d’un rapport complexe à l’altérité et à l’anormalité. En effet, si l’enceinte du cirque pouvait constituer un espace « hors-normes » (ou interrogeant les normes), dans lequel se côtoyaient « homme-éléphant » et « femmearaignée », l’exhibition de ces corps « extraordinaires » revêtait également un important « pouvoir de normalisation » sur les foules venues les observer. L’interdiction progressive de la présentation d’animaux sauvages sur les pistes des cirques occidentaux témoigne aujourd’hui d’une évolution des rapports entre l’humain et l’animal. La question de la sujétion et de la domestication animale, comme celle de la frontière entre humanité et animalité, sont aujourd’hui revisitées par des artistes contemporains. Dans quelle mesure ces représentations donnent-elles accès au regard de l’humain sur la nature, l’animalité et l’extraordinarité ?

Références : 

Basch S., Romans de cirque, Paris, Robert Laffont, 2002

Borg G., BorgJ.-Y., Bakhuÿs D., Bosc A., Schneider M., Langlois Deschamps L., Beaufils M., Amic S., Synopsis Le Temps des Collections IX Cirque et Saltimbanques, Musées de La Métropole Rouen-Normandie, Mars 2020.

Bouissac P., Circus and Culture: A Semiotic Approach, Indiana University Press, Bloomington IN 1976.

Burckhardt M. (dir.), Le cirque et le jouet, Paris, Musée des Arts décoratifs, 1984.

Corbin A., Courtine J.-J., Vigarello G. (dir.), Histoire du corps, Paris, Le Seuil, 3 vol., 2005-2006.

Coutelet N., Étranges artistes sur la scène des Folies-Bergère (1871-1936), Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes, 2015.

Durand G., L’Imaginaire. Essai sur les sciences et la philosophie de l’image, Paris, Hatier, 1994.

Duvignaud J., Sociologie de l’art, Paris, PUF, 1967.

Foucault M., Les anormaux, Paris, Gallimard/Seuil, 1999.

Guy J.-M., « La fréquentation et l’image du cirque », Développement culturel, n°100, Paris, Ministère de la culture, septembre 1993.

Hennion A., « Réflexivités. L’activité de l’amateur », Réseaux, 2009/1 (n° 153), p. 55-78.

Hodak C., Du théâtre équestre au cirque. Le cheval au cœur des savoirs et des loisirs (1760-1860), Paris, Belin, 2018.

Hotier H., L’imaginaire du cirque, Paris, L’Harmattan, 2005

Kreusch E., « Contemporary Circus Mobilities », Performance Matters, vol. 4, n° 1-2, July 2018, p. 93–98, http://performancematters-thejournal.com/index.php/pm/article/view/132.

Lefevre B., Sizorn M., Petites histoires du Cirque-Théâtre d’Elbeuf, Rouen, PURH, 2004.

Le Men S., Seurat et Chéret, le peintre, le cirque et l’affiche, Paris, éditions du CNRS, 1994.

Leroux P., Batson C.-R., Cirque global. Quebec’s Expanding Circus Boundaries. Montréal, McGill-Queen’s University Press, 2016.

Lestel D., L’Animalité, L’Herne, Paris, 2007.

Loret J., Genèses de la réhabilitation du Cirque-Théâtre d’Elbeuf. Un patrimoine palimpseste, Doctorat de sociologie, sous la dir. De Jean-Luc Nahel, Université de Rouen, 2012.

Morin E., « La Nature de la nature », La Méthode t. 1, Paris, Le Seuil, 1977.

Pastoureau M., L’Ours : histoire d’un roi déchu, Paris, Éditions du Seuil, 2007.

Percheron B., La vie musicale en Seine inférieure pendant la Seconde Guerre mondiale, doctorat de musicologie, sous la dir. de Claude Noisette de Crauzat, Université de Rouen, 2007.

Roland P., Danse et imaginaire. Étude socio-anthropologique de l’univers chorégraphique contemporain, Fernelmont, EME, 2005

Sizorn M., Trapézistes. Ethnosociologie d’un cirque en mouvement, Rennes, PUR, 2013.

Thérenty M.-E. (dir.), « Littérature et cirque », Autour de Vallès, n°42, 2012.

Trapp T., « L’importance du contexte pour la lecture des spectacles de cirque. Le cas de Jimmy Gonzalez, D’Argile », in Cordier M., Dumont A., Salamero E. et Sizorn M. (dir.) Professionnalisation dans les arts du cirque, Reims, EPURE, 2019, p. 153-166.

Vivant E., « La mise en scène d’une friche par un cirque. Le Cirque Électrique à la Cour du Maroc », in Fourmaux F. (dir.), Les lieux du cirque, Paris, Le Manuscrit, 2008, p. 93-122.

Modalités de soumission : 

Les propositions de communication seront rédigées en français ou en anglais. Elles seront présentées sous la forme d’un texte de 300 à 400 mots indiquant l’objet d’étude, le cadre disciplinaire et méthodologique, ainsi que le terrain ou les sources mobilisées. Ce résumé sera accompagné d’une courte bio-bibliographie de 100 et 150 mots.

Journée « Jeunes chercheur·e·s »

Les étudiants (en master, doctorat et post-doctorat) sont invités à participer à une journée « jeunes chercheur·e·s ». Cette journée, qui prendra la forme d’un séminaire doctoral, sera encadré et animé par des chercheurs. Différents ateliers seront proposés : présentation par les participants de leurs recherches en cours ; pluridisciplinarité et fonds d’archives – regards croisés ; ateliers collaboratifs.

Il sera demandé à chaque participant au séminaire doctoral de présenter sous la forme d’un poster la recherche en cours. Ce document devra être transmis par voie électronique dès validation de l’inscription afin de préparer les ateliers.

Il est possible de participer au séminaire doctoral et de soumettre également une proposition de communication pour le colloque international des 3 et 4 mars. Il est aussi envisageable d’y participer sans communiquer lors du colloque.

Les propositions de participation au séminaire doctoral se feront sur présentation d’une courte bio-bibliographie de 100 à 150 mots, dans laquelle seront précisées le niveau d’études et les recherches en cours (titre, direction scientifique, cadre disciplinaire).

Calendrier :

15 octobre 2021 : réception des propositions aux adresses suivantes :

recherche.cirque.asso@gmail.com et colloque.cirque@univ-rouen.fr

30 octobre 2021 : sélection des communications et information aux auteurs et autrices

15 février 2022 : réception d’une première version des communications (en anglais ou en français

2 mars 2022 : séminaire doctoral

3 et 4 mars 2022 : colloque international

Inscriptions :

Les inscriptions se feront après acceptation par le comité scientifique. Les frais d’inscription sont de 50€. Ils incluent la participation au colloque (et au séminaire doctoral pour les jeunes chercheurs), les repas du midi. Des places de spectacle et visites des expositions seront également proposées aux communicants. 

Le comité d’organisation ne prend pas en charge les frais d’hébergement ou de déplacement pour venir au colloque. Nous invitons cependant les jeunes chercheurs qui auraient des difficultés à financer leur venue à nous indiquer leurs éventuels besoins.

Comité d’organisation et comité scientifique: 

Responsable scientifique, coordination :

Magali Sizorn (MCF), socio-anthropologie, CETAPS, Université de Rouen-Normandie

Le comité scientifique et d’organisation du colloque est composé de membres du conseil d’administration du Collectif de Chercheur.e.s sur le Cirque (CCCirque) et de chercheurs reconnus invités. Le comité inclut également des chercheurs de l’Université de Rouen-Normandie, issus de différents laboratoires :

Charles Batson (Prof.), Français et études francophones, Union College, Schenectady New York

Anne Bertin-Renoux (PRCE), docteure en sciences de l’éducation, Université de Bretagne Occidentale

Cécile Carayol (MCF), musicologie, GRHis Université de Rouen-Normandie

Pierre-Albert Castanet (PU), musicologie, GRHis, Université de Rouen-Normandie

Marine Cordier (MCF), sociologie, Université de Nanterre

Agathe Dumont (Professeure d’enseignement artistique), docteure en arts du spectacle, ESAD TALM, Angers.

Aurore Dupuy (doctorante), anthropologie, LIRTES, Université Paris-Est et CETAPS, Université de Rouen-Normandie

Sébastien Fevry (Prof.), culture visuelle, études cinématographiques, SSH/ILC/PCOM, UCLouvain

Florence Filippi (MCF), études théâtrales, CEREDI, Université de Rouen-Normandie

Tony Froissart (PU émérite), histoire, Université de Reims

Alisan Funk (Assit. Prof.), département cirque, Stockholm University of the Arts

Philippe Goudard (PU émérite), arts du spectacle, Université de Montpellier 3

Marion Guyez (MCF), arts du spectacle, Université de Grenoble-Alpes

Sylvain Ledda (PU), études théâtrales, CEREDI, Université de Rouen-Normandie

Betty Lefèvre, anthropologie, a été professeure émérite à l’Université de Rouen-Normandie

Florence Legendre (MCF), sociologie, Université de Reims

Arnaud Lemarchand (MCF), socio-économie, UMR IDEES, Université du Havre

Louis Patrick Leroux (Prof.), Études françaises et English, Université de Concordia-Montréal

Eléonore Martin (MCF), arts du spectacle, Université Bordeaux Montaigne

Pierre Philippe-Meden (MCF), études théâtrales, Université Montpellier 3

Aurélien Poidevin (Prag), histoire, GRHis, Université de Rouen-Normandie

Stéphane Rioland (PAU), histoire, architecture, GRHis, Université de Rouen-Normandie

Pascal Roland (MCF), socio-anthropologie, CETAPS, Université de Rouen-Normandie

Emilie Salamero (MCF), sociologie, Université de Toulouse 3

Philippe Scieur (Prof.), sociologie, IACCHOS-CRIDIS/ILC-GIRCAM, UCLouvain

Roberta Shapiro (chargée de recherche), sociologie, IIAC-EHESS et CEET-Cnam

Olivier Sirost (PU), sociologie, CETAPS, Université de Rouen-Normandie

Cyril Thomas (Responsable recherche et développement), CNAC/Chaire ICiMa

Premiers partenaires :

Le colloque est co-porté par l’Université de Rouen et le Collectif de Chercheur·e·s sur le Cirque :

https://cccirque.hypotheses.org/

recherche.cirque.asso@gmail.com

https://www.facebook.com/CCCirque/

Il est organisé en partenariat de premier cercle avec la Réunion des Musées Métropolitains Rouen Normandie et le Festival Spring, festival des nouvelles formes de cirque en Normandie. Le festival est proposé par la plateforme 2 pôles cirque en Normandie (le Cirque-Théâtre d’Elbeuf et La Brèche à Cherbourg).

Le Centre national des arts du cirque (pôle recherche), membre du CA du collectif de chercheur·e·s sur le cirque, est également partenaire, soutenant en particulier le séminaire doctoral.

Une conférence grand-public sera proposée le 2 mars à 18h, en partenariat avec l’Université de Toutes Les Cultures (UTLC), cycle de conférences programmé par l’Université de Rouen, soutenu par la Fondation Flaubert.

Ce colloque a reçu le soutien de l’Institut de Recherche Inter-disciplinaire Homme Société (Université de Rouen)

ENGLISH

Images and Representation of the circus

This international conference, taking place in Rouen between the Musée des Beaux-arts and the Hôtel des sociétés savantes, will address the theme of images and representations of circus. Its aim is to invite researchers from various academic disciplines – sociology, anthropology, history, sport science, literature, musicology, performing arts, visual arts – to discuss these issues.

Research on the circus is currently experiencing a significant growth. In France, the Collectif de Chercheur-e-s sur le Cirque, which was initiated in the early 2000s and focused on the emergence of the contemporary circus, is now structured as an association and brings together French and foreign researchers. In North America, other networks (such as the Montreal Working Group or the Circus and Its Others network), contribute to the dynamization of research on and from the circus. At the University of Rouen-Normandie, various research projects have been conducted on the circus and its spaces (Lefevre and Sizorn, 2004; Percheron, 2007; Loret, 2012). The local history of the circus as well as its contemporary dynamics are indeed particularly rich in this region of France. Rouen was the hometown to the first permanent circus in France in 1797, on rue Duguay-Trouin, where the Franconi familyperformed. Philip Astley, considered as the founder of modern circus, came to Rouen in 1785-1786. The “Cirque de Rouen”, inaugurated in 1894 by the Cirque Rancy and destroyed in 1973, was a very important performance hall for the city, hosting in particular the program of the Théâtre des Arts following its destruction during the 1944 bombings. Twenty kilometers away, the Cirque-Théâtre, built in Elbeuf in 1892 and renovated in 2007, is today a national hub for the circus arts (Pôle national Cirque), contributing to the production and visibility of contemporary circus. The building is one of the last permanent circuses to be seen in France, the only one with a ring and a proscenium stage.

The 9th edition of the event “Le temps des collections” organized by the” Réunion des Musées Métropolitains Rouen Normandie” will host the exceptional collection of Jeanne-Yvonne and Gérard Borg « Cirque et Saltimbanques » in 4 museums of the area from December 2021 to May 2022: posters, photographs, paintings, costumes relate to the theory of the circus as well as manifesting its relationship with other arts

In partnership with “Le temps des Collections » and the new forms of circus festival “Spring” in Normandy, this international conference will take place from March 2 to 4, 2022. It is led by researchers from the University of Rouen-Normandy and the Collectif de Chercheur-e-s sur le Cirque. It will be an opportunity to question the power and diversity of circus images, as well as the narratives that still structure it today.

Since Astley’s first equestrian shows, the circus has conquered a large audience, but has also inspired other arts (literature, dance, cinema, etc.) and influenced popular culture.  We can think for example of its prominent place in children’s literature but also in the world of games, or look at the collections assembled by passionate amateurs. Some of its emblematic symbols (clowns, trapeze artists, big tops, etc.) also seem deeply rooted in collective representations. However, the diversification of aesthetics since the 1970s has led some artists to break with forms considered as « traditional » or to revisit them, thus contributing to the deployment of other circus imaginaries.

The conference will address the evolution of perceptions, representations and aesthetics of the circus as well as their use and reinvestment in and by other arts or media (literature – including children’s literature – performing arts, cinema, radio, games and toys…). It will also look at the power of the imagination and the values associated with circus and how they impact those who are committed to the circus (cultural operators, institutions, critics, cultural policy makers, artists…). Despite its heterogeneity, the myths and narratives that shape the circus can also be analyzed through the lense of their persistence and impacts. They create forms of attachment that contribute to maintaining a universe that makes sense, a « taste for the circus » built on a popular culture, the ideal of mobility, the myth of virtuosity and others.  The strength of circus images will constitute a privileged axis for the discussions during the conference. Particularly the stylized images in children’s literature for example, and how they occupy the imaginary deployed whenever the circus is questioned (by circus artists, by audiences …).

The objective of this scientific gathering is to bring together researchers who are circus specialists and/or who work on other objects and fields in which the question of circus representations is addressed (staging circus, circus stories, fantasized circus, etc.). The symbolic universes developed in and from the circus will therefore be discussed. What defines live performances will be studied for what it generates (receptions, appropriations, judgments) and for the social representations that it contributes to shape, move and how we interpret them. Particular attention will be paid to social imaginaries (images, values, symbolizations…) and their effects. This call for proposals does not imply any disciplinary or historical restrictions (although circus is considered circus starting from equestrian theater in the 18th century).

Several themes have been identified by the scientific committee and presenters are invited to discuss them or go even beyond.

The classic representations of the circus

Circus images are crossed by emblematic figures that have a certain permanence despite their transformations: even today, clowns, trapeze artists or circus tents are among the emblems that can evoke the circus on their own. This conference will be an opportunity to analyze the continuity or disappearance of these figures in the making of circus history. It will also allow us to analyze the multiple variations and reappropriations of these figures both in the performing art world and beyond. These figures are regularly present in images and stories of popular culture, from TV shows to children’s books and toys. It will also be possible to discuss the methods and stakes of the images thus created and their uses, in particular for purposes of communication or marketing (posters, detour of the traditional signs, graphic charts to attract a broad audience…)

Relationship to the body, to risk and to virtuosity

The uses of the body as well as the techniques are inscribed in conventions that govern the ways of doing as much as the ways of receiving and appreciating the acts and shows. What makes the circus artist is closely linked to a relationship to risk that has also shifted with « other » forms of circus, giving more place to abstraction, sensation, doing « less ». How is this relationship to prowess and exposure to danger invested in different cultural, spatial and temporal contexts? How are the sensations or images of risk-taking and virtuosity reinvested by artists today? How can we analyze what is left of the commitment of the performing body through representations and discourses on the circus?  What uses of prowess and circus bodies can we identify in the performing arts and media of yesterday and today?

Mobility and nomadism

The imaginary of the margins, the association of the circus with bohemian life and its representations are also to be reinterrogated, historicized or considered in the light of current difficulties linked to a nomadic lifestyle. What real and imaginary spaces are mobilized by circus artists, as well as by audiences, cultural policy makers and other artistic or cultural actors? To what extent is nomadism still active, possible and in what form? How do the fantasies of mobility meet the economic, socio-political and identity-related issues of contemporary circus creation? How are collective images and representations of nomadism actualized in social practices? What is, in a way, the practical effectiveness of the myths associated with the circus?

Animalities and naturalities

The presence or absence of animals – wild animals in particular – has been a dividing line between the so-called « new » circus and the so-called « traditional » circus in France in the late 1980s. Just like the presentation of wild and exotic animals in circuses or fairs, the exhibition of human monsters bears witness to a complex relationship to otherness and abnormality.  Indeed, if circus space could be considered a non-standard space in which « elephant men » and « spider women » lived together, showing these « extraordinary » bodies also had an important power of normalization on people that came to observe them. The gradual banning of the presentation of wild animals on the rings of Western circuses today echoes the evolution of the relationship between humans and animals. The question of subjection and animal domestication, as well as that of the border between humanity and animality, are now revisited by contemporary artists. To what extent do these representations give access to the human  vision of nature, animality and the extraordinary?

References :

Basch S., Romans de cirque, Paris, Robert Laffont, 2002

Borg G., Borg J.-Y., Bakhuÿs D., Bosc A., Schneider M., Langlois Deschamps L., Beaufils M., Amic S., Synopsis Le Temps des Collections IX Cirque et Saltimbanques, Musées de La Métropole Rouen-Normandie, Mars 2020.

Bouissac P., Circus and Culture: A Semiotic Approach, Indiana University Press, Bloomington IN 1976.

Burckhardt M. (dir.), Le cirque et le jouet, Paris, Musée des Arts décoratifs, 1984.

Corbin A., Courtine J.-J., Vigarello G. (dir.), Histoire du corps, Paris, Le Seuil, 3 vol., 2005-2006.

Coutelet N., Étranges artistes sur la scène des Folies-Bergère (1871-1936), Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes, 2015.

Durand G., L’Imaginaire. Essai sur les sciences et la philosophie de l’image, Paris, Hatier, 1994.

Duvignaud J., Sociologie de l’art, Paris, PUF, 1967.

Foucault M., Les anormaux, Paris, Gallimard/Seuil, 1999.

Guy J.-M., « La fréquentation et l’image du cirque », Développement culturel, n°100, Paris, Ministère de la culture, septembre 1993.

Hennion A., « Réflexivités. L’activité de l’amateur », Réseaux, 2009/1 (n° 153), p. 55-78.

Hodak C., Du théâtre équestre au cirque. Le cheval au cœur des savoirs et des loisirs (1760-1860), Paris, Belin, 2018.

Hotier H., L’imaginaire du cirque, Paris, L’Harmattan, 2005

Kreusch E., « Contemporary Circus Mobilities », Performance Matters, vol. 4, n° 1-2, July 2018, p. 93–98, http://performancematters-thejournal.com/index.php/pm/article/view/132.

Lefevre B., Sizorn M., Petites histoires du Cirque-Théâtre d’Elbeuf, Rouen, PURH, 2004.

Le Men S., Seurat et Chéret, le peintre, le cirque et l’affiche, Paris, éditions du CNRS, 1994.

Leroux P., Batson C.-R., Cirque global. Quebec’s Expanding Circus Boundaries. Montréal, McGill-Queen’s University Press, 2016.

Lestel D., L’Animalité, L’Herne, Paris, 2007.

Loret J., Genèses de la réhabilitation du Cirque-Théâtre d’Elbeuf. Un patrimoine palimpseste, Doctorat de sociologie, sous la dir. De Jean-Luc Nahel, Université de Rouen, 2012.

Morin E., « La Nature de la nature », La Méthode t. 1, Paris, Le Seuil, 1977.

Pastoureau M., L’Ours : histoire d’un roi déchu, Paris, Éditions du Seuil, 2007.

Percheron B., La vie musicale en Seine inférieure pendant la Seconde Guerre mondiale, doctorat de musicologie, sous la dir. de Claude Noisette de Crauzat, Université de Rouen, 2007.

Roland P., Danse et imaginaire. Étude socio-anthropologique de l’univers chorégraphique contemporain, Fernelmont, EME, 2005

Sizorn M., Trapézistes. Ethnosociologie d’un cirque en mouvement, Rennes, PUR, 2013.

Thérenty M.-E. (dir.), « Littérature et cirque », Autour de Vallès, n°42, 2012.

Trapp T., « L’importance du contexte pour la lecture des spectacles de cirque. Le cas de Jimmy Gonzalez, D’Argile », in Cordier M., Dumont A., Salamero E. et Sizorn M. (dir.) Professionnalisation dans les arts du cirque, Reims, EPURE, 2019, p. 153-166.

Vivant E., « La mise en scène d’une friche par un cirque. Le Cirque Électrique à la Cour du Maroc », in Fourmaux F. (dir.), Les lieux du cirque, Paris, Le Manuscrit, 2008, p. 93-122.

Submission process:

Proposals should be written in French or English. They will be presented in the form of a 300 to 400 words abstract indicating the object of study, the disciplinary and methodological framework, as well as the field mobilized and the sources used. This summary will be accompanied by a short bio-bibliography of 100 to 150 words.

A day for “young researchers”:

Master students, Phd Candidates and postdoctoral students are invited to participate in a « young researchers » day. This doctoral seminar will be supervised and led by researchers. Different workshops will be offered: presentation by the participants of their current research; crossed analysis of archives and multidisciplinarity; collaborative workshops.

Each participant in the doctoral seminar will be asked to present his or her current research in the form of a poster which must be sent electronically as soon as the registration is validated in order to prepare the workshops.

It is possible to participate in the doctoral seminar and also to submit a presentation for the international conference on March 3 and 4. It is also possible to participate without presenting at the conference.

Proposals for participation in the doctoral seminar include a short bio-bibliography of 100 to 150 words presenting the curriculum and current research (title, scientific background, disciplinary framework).

Calendar :

October 15, 2021:  end of submissions, sent at the following addresses:

recherche.cirque.asso@gmail.com and colloque.cirque@univ-rouen.fr

October 30, 2021: selection of presentations and information to authors

February 15, 2022: submission of the first draft of the presentation (in English or in French)

March 2, 2022: doctoral seminar

March 3 and 4, 2022 : international conference

*

Registration :

Registrations will be made after acceptance by the scientific committee. The registration fee is 50€. It includes the entrance to the conference (and to the doctoral seminar for the young researchers) and lunches. Tickets to the show and visits of the exhibitions will also be offered to the speakers. 

The organizing committee does not cover accommodation or travel expenses to attend the conference. However, we invite young researchers who would have difficulties to fund their travel to communicate their possible needs.

Organizing and scientific committee :

Scientific leader and coordination :

Magali Sizorn, PhD, lecturer in socio-anthropology, CETAPS, University of Rouen-Normandie

The scientific and organization committee of the conference includes members of the board of the french Collectif de Chercheur.e.s sur le Cirque (CCCirque) and invited recognized researchers.The committee also includes researchers from the University of Rouen-Normandie, from different research units.

Charles Batson, PhD, Professor in French and Francophone Studies, Union College, Schenectady New York.

Anne Bertin-Renoux, PhD, Lecturer in Educational Science, Université de Bretagne Occidentale.

Cécile Carayol, PhD, Lecturer in  musicology, GRHis, University of Rouen-Normandy.

Pierre-Albert Castanet, PhD, Professor of musicology, GRHis, University of Rouen-Normandie.

Marine Cordier, PhD, Lecturer in  sociology, University of Nanterre.

Agathe Dumont, PhD, Lecturer in arts, ESAD TALM, Angers.

Aurore Dupuy, PhD candidate in anthropology, LIRTES, Université Paris-Est and CETAPS, Université de Rouen-Normandie

Sébastien Fevry, PhD, Professor of visual culture and film studies, SSH/ILC/PCOM, UCLouvain

Florence Filippi, PhD, Lecturer, Professor in theatre studies, CEREDI, University of Rouen-Normandie.
Tony Froissart, PhD, Professor emeritus in history, University of Reims.

Alisan Funk, Teaching assistant at the circus department, Stockholm University of the Arts.

Philippe Goudard, PhD,  Professor emeritus in performing arts, University of Montpellier 3.

Marion Guyez, PhD, lecturer in performing arts, University of Grenoble-Alpes.

Sylvain Ledda, PhD, Professor emeritus in  theatre studies, CEREDI, University of Rouen-Normandie.
Betty Lefèvre, PhD, former professor emeritus in anthropology, University of Rouen-Normandie.
Florence Legendre, PhD, lecturer in sociology, University of Reims

Arnaud Le Marchand, PhD, Lecturer in socio-economics, UMR IDEES, University of Le Havre.

Louis Patrick Leroux, PhD, Professor of French and English Studies, Concordia University-Montreal.

Eléonore Martin, PhD, Lecturer in Performing Arts, Bordeaux Montaigne University.

Pierre Philippe-Meden, PhD, Lecturer in Theatre Studies, University of Montpellier 3.

Aurélien Poidevin, Lecturer in History, GRHis, University of Rouen-Normandy.

Stéphane Rioland, Lecturer in History and architecture, GRHis, University of Rouen-Normandie.

Pascal Roland, PhD, Lecturer in socio-anthropology, CETAPS, University of Rouen-Normandie.

Emilie Salamero, PhD, Lecturer in sociology, University of Toulouse 3.

Philippe Scieur, PhD, Professor of sociology, IACCHOS-CRIDIS/ILC-GIRCAM, UCLouvain.

Roberta Shapiro, Research fellow in sociology, IIAC-EHESS and CEET-Cnam.

Olivier Sirost, PhD, Professor of sociology, CETAPS, University of Rouen-Normandy

Cyril Thomas, Research and Development Manager, CNAC/Chaire ICiMa.

Partners :

The conference is co-funded by the University of Rouen and the Collectif de Chercheur-e-s sur le Cirque :

https://cccirque.hypotheses.org/

recherche.cirque.asso@gmail.com

https://www.facebook.com/CCCirque/

It is organized in close partnership with the Réunion des Musées Métropolitains Rouen Normandie and the Spring Festival, festival of new circus forms in Normandy. The festival is hosted by the Platform 2 Pôles Cirque en Normandie (Cirque-Théâtre d’Elbeuf and La Brèche in Cherbourg).

The Centre national des arts du cirque (Department of Research), board member of Collectif des Chercheur·e·s sur le Cirque, will co-fund the conference and in particular the doctoral seminar.

A conference for the general public will be held on March 2 at 6:00 pm, in partnership with the University of All Cultures (UTLC), a series of conferences programmed by the University of Rouen and supported by the Flaubert Foundation.

This conference has received the support of the interdisciplinary Research Institute “Homme Société” of the University of Rouen.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.