Appel à contributions : Les représentations du crime organisé dans l’aire culturelle romane XIXe-XXIe s. (Cahiers d’Études Romanes)

« Les représentations du crime organisé dans l’aire culturelle romane (XIX/ XXIe) »

Cahiers d’Études Romanes, n°45, 2022

Échéance des propositions : 15 septembre 2021

Sous la direction d’Anne-Sophie Canto, Gerardo Iandoli, Claudio Milanesi (Aix Marseille Université, CAER)

Le crime organisé est un phénomène séculaire, international et particulièrement complexe et caractérisé de surcroît par son aspect protéiforme. Il évolue selon le contexte socio-économique des régions qu’il gangrène, selon les périodes et les latitudes : des campagnes siciliennes du XIXsiècle – berceau de Cosa Nostra – jusqu’à la prison de Tabauté au Brésil qui fait naître le Primeiro Comando da Capital en 1993, du Mexique des narcos à la Costa brava refuge des Vory v Zacone géorgiens, c’est une vaste géographie des organisations criminelles qui se dessine dans toute l’aire romane.

Les sources qui mentionnent le crime organisé, de même que celles qui en font un objet d’étude, sont aujourd’hui pléthoriques et variées. Du point de vue factuel, nous avons désormais accès à de nombreux comptes rendus d’enquêtes policières, judiciaires et journalistiques, ainsi qu’à des témoignages qui donnent la parole à des criminels repentis comme à des victimes. Parallèlement et à degrés variables, la fiction s’est mêlée à la réalité dans des récits littéraires, des films ou des séries et à des compositions musicales. Progressivement, l’ensemble de cet apport est venu à bout de l’aura de mystère qui planait sur des organisations autrefois perçues comme marginales et secrètes. Pourtant, le crime organisé continue d’occuper la scène artistique. En effet, ce thème demeure intrinsèquement lié à la profonde fascination que procure la perpétration du mal, à travers un mécanisme ambivalent d’attirance et de répulsion. Ainsi, le paradigme du mythe s’est diffusé à travers la littérature, la musique et les arts visuels qui n’ont cessé de représenter la figure criminelle pour l’ériger en modèle de l’anti-héros ou pour la condamner sèchement.

L’objectif de ce numéro monographique est d’analyser les stratégies narratives, rhétoriques et linguistiques employées pour représenter le crime organisé à travers différents supports : la littérature – roman, non fiction –, les arts visuels – cinéma, séries, bande dessinée – et enfin, la musique – folklore, pop, rap –. La prégnance de ce sujet dans l’actualité culturelle a vu l’émergence d’œuvres à succès international et transpositions transmédiales. À cet égard, nous pouvons évoquer l’exemple de Gomorra de Roberto Saviano, qui a d’abord été une œuvre littéraire avant d’être par la suite transposée au théâtre, à la télévision et au cinéma. Ou le succès de la série Narcos, qui a ravivé l’engouement populaire autour de la question du narcotrafic et de sa figure de proue, Pablo Escobar.

Dans le cadre de cet appel, nous invitons les candidats à réfléchir à partir des axes suivants :

Formes de la figure mythique du criminel ou du rough hero ;

Les mythes fondateurs des organisations criminelles ;

Les premières traces de représentation d’organisation criminelle dans l’Histoire ;

La comparaison entre plusieurs organisations criminelles ;

Le rapport entre éthique et récit criminel ;

Le rapport entre réalité et fiction dans les représentations du crime ;

Crime organisé, récit et désastres environnementaux ;

Le langage des organisations criminelles ;

Crime organisé et terrorisme politique ;

Les représentations de la femme dans les organisations criminelles ;

Les supports d’apologie ou de déconstruction de la figure criminelle ;

La représentation de la violence dans les médias ;

Jeux-vidéos et perception de l’attitude criminelle ;

La transmédialité du récit du crime organisé ;

La musique du crime organisé (corridosneomelodici…).

Les propositions de contribution, en français, en italien, en espagnol ou en portugais (1500 caractères, espaces compris) sont à envoyer avant le 15 septembre 2021 à Gerardo Iandoli (gerardo.iandoli90@gmail.com) et à Anne-Sophie Canto-Tringali (ascanto@live.fr), accompagnées d’un bref paragraphe indiquant le statut et le rattachement de l’auteur de la proposition.

– Les réponses de la rédaction seront envoyées avant le 15 octobre 2021.

– Les contributions seront à faire parvenir avant le 30 janvier 2022.

– La publication, sous réserve d’expertise des articles par le comité de lecture, est prévue dans le numéro 45 de la revue Cahiers d’Études Romanes (2022).

Anne-Sophie Canto, Gerardo Iandoli, Claudio Milanesi

(Aix Marseille Université, CAER)

Éléments bibliographiques

  • Aire italienne

Benvenuti Giuliana, Il brand Gomorra, il Mulino, Bologna 2018.

Calabrese Stefano, Roberto Rossi, La crime fiction, Carocci, Roma 2018.

Catino Maurizio, Le organizzazioni mafiose, il Mulino, Bologna 2020.

Croci Daniele (a cura di), Cattivi cattivissimi. Cattivi ? Sulle tracce degli eroi criminali, Mimesis, Milano, 2016.

Deaglio Enrico, Il raccolto rosso 1982-2010. Cronaca di una guerra di mafia e delle sue tristissime conseguenze, Milano, il Saggiatore, 2010.

Dickie, John, Mafia brotherhoods (2011), trad. it. Onorate società, Laterza, Roma-Bari 2012.- Mafia Republic (2013), trad. it. Mafia Republic, Laterza, Roma-Bari 2014.

Falcone Giovanni, Cose di Cosa Nostra, a cura di M. Padovani, Rizzoli, Milano 1991.

Guayraud Jean-François, De Saint-Victor Jacques, « Les nouvelles élites criminelles. Vers le crime organisé en col blanc », Cités, 2012/3, n°51, p. 135-147

Meccia Andrea, Mediamafia, Di Girolamo, Trapani 2014.

Morreale Emiliano, La mafia immaginaria, Donzelli, Roma 2020.

Nicaso Antonio, Mafia, Bollati-Boringhieri, Torino 2016.

Quere Stephane, Raufer Xavier, Le Crime organisé, Presses Universitaires de France, Paris, 2005.

Ravveduto, Marcello, Lo spettacolo della mafia, Gruppo Abele, Torino 2019.

Sales Isaia, Storia dell’Italia mafiosa, Rubbettino, Soveria Mannelli 2015.

Varese, Federico, Mafia Life (2017), trad. it. Vita di mafia, Einaudi, Torino 2017.

Vegna Veronica, Donne, mafia e cinema, Longo Angelo, Ravenna 2017.

  • Aire latino-américaine et hispanique

Astorga, L., Seguridad, traficantes y militares. El poder y la sombra. México, Tusquets, 2007.

Aguilar, R. y Castañeda, J., El narco: la guerra fallida. México, Punto de Lectura, 2009.

Barrientos Tecún, Dante, « Representaciones de la violencia en la novela negra centroamericana », in Mackenback, Werner Günther, Maihold (es.), La transformación de la violencia en América Latina, Guatemala, F&G editores, 2015, pp. 293-315.

Dabene, Olivier, « Les narco-démocraties andines » in Les études du CERI, n°20, 1996.

Flores, Enrique, « Rimes de malandrins : du narcocorrido au narco rap », Les Cahiers de Framespa, 21, 2016.

Héau de Giménez, Catherine, « Corrido, identité, idéologie : chant populaire de tradition orale au Mexique », Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien, Toulouse, Presses Universitaires du Midi, no 48 « Musiques populaires et identités en Amérique latine »,‎ 1987.

Hernández, Anabel, Los señores del narco. Grijalbo, México, 2010.

Hernandez Valenzuela, Oscar, Entre yerba, polvo y plomo. Lo fronterizo visto por el cine mexicano, Vol 1 y 2, Tijuana, El Colegio de la Frontera Norte, 1991.

Michael, Joachim, « Narco-violencia y redención en la literatura mexicana », in Mackenbach, Werner, Günther, Maihold (es.), La transformación de la violencia en América Latina, Guatemala, F&G editores, 2015, pp.261-292.

Klahr Lara, Marco, Hoy te toca la muerte. El imperio de las maras visto desde adentro, Mexico, Planeta, 2006.

Maihold, Günther, « La comunicación de la violencia: narcocorridos, narcomantas y narcosantos », in Mackenbach, Werner, Günther, Maihold (es.), La transformación de la violencia en América Latina, Guatemala, F&G editores, 2015, pp. 181-237.

Marcial Jimenez, Rodrigo, Violencia y narcotráfico en México, México, Universidad Autónoma del Estado de México, 2009.

Martinez, Oscar, Una historia de violencia. Vivir y morir en Centroamérica, España, Debate, 2018.

Martínez, Oscar, Juan, José, El niño de Hollywood. Comment les USA et le Salvador ont créé le gang le plus dangereux du monde, Métaillé, 2020.

Morales Oyarvide, César, « La guerra contra el narcotráfico en México. Debilidad del Estados, orden local y fracaso de una estrategia », aposta revista de ciencias sociales, n° 50, Julio, Agosto y Septiembre 2011.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.