Gaëlle Kovaliv (Université de Lausanne)

Diplômée en en français moderne et en sciences du langage à l’Université de Lausanne, Gaëlle Kovaliv étudie les conditions de production et de réception des œuvres de bande dessinées nativement numériques francophones. Sa thèse, entre sociologie et lettres, se concentre ainsi sur six axes de recherche : l’identité de ce nouveau médium, les conséquences de la disparition du filtre éditorial – notamment dans une perspective de genrée –, la place du lectorat, l’économie et le financement, le rôle des éditeurs papier et une comparaison internationale des formes de création et de diffusion. Cette recherche est principalement basée sur des entretiens menés auprès de créateurs et créatrices et par des témoignages provenant du monde professionnel de l’édition.

Dans le cadre du projet, Gaëlle Kovaliv a déjà co-rédigé plusieurs articles. Un glossaire bilingue des unités significatives de la bande dessinée avec Olivier Stucky, une étude de la forme des tables des matières des bandes dessinées numériques avec Anaïs Goumand et un article sur le genre, les media studies et la bande dessinée avec Léonore Porchet. Elle a également participé, avec Raphaël Baroni et Olivier Stucky, à la rédaction d’un article de synthèse sur les obstacles qui s’opposent à l’émergence de supports de publication numériques dans le contexte de la bande dessinée européenne et francophone. Elle vient de co-diriger la publication du dossier « Ce que la bande dessinée numérique fait à la bande dessinée » pour la revue Comicalités. Elle dirige actuellement un dossier consacré aux liens entre bande dessinée et réseaux sociaux pour le site de neuvième art.

 
Par ailleurs, Gaëlle Kovaliv est actuellement co-rédactrice en cheffe de la revue ComicalitésElle co-dirige également le festival de bande dessinée BDFIL.
 

Publications


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Anaïs Goudmand (8 juillet 2021). Gaëlle Kovaliv (Université de Lausanne). LPCM. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/r2hn


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.