Parution : Sociologie du cinéma (Philippe Mary, Aurélie Pinto)

Philippe Mary, Aurélie Pinto, Sociologie du cinéma, La Découverte, 2021. 

Comment le cinéma français est-il structuré ? Comment analyser le regard des différentes catégories de spectateurs ? Comment se fabriquent collectivement les films ? Comment le cinéma parle-t-il du monde social ?

Ce livre s’interroge sur la polarisation du cinéma français entre cinéma commercial et cinéma d’auteur. Il analyse ensuite la consommation des films à travers l’étude de la fréquentation des salles, des pratiques de visionnage et des préférences des publics, sans oublier le rôle des intermédiaires, distributeurs et salles de cinéma. Il montre également les modalités concrètes de fabrication des films, de constitution des équipes et les rapports de force (en termes de statut, de genre, etc.) propres aux différents métiers (techniciens, réalisateurs, producteurs et acteurs, diffuseurs, administrateurs, etc.). Enfin, il s’intéresse aux relations entre cinéma et sociologie : dans quelle mesure peut-on considérer le cinéma comme un mode de connaissance du monde social ?

Lire un extrait 

SOMMAIRE

Introduction
I – L’espace du cinéma français

L’émergence d’une structure dualiste
Naissance du cinéma et émergence d’un art
Le cinéma des professionnels
La révolution symbolique du cinéma d’auteur
Administration de la qualité
Réussite économique et reconnaissance artistique
La réussite économique
Encadré : La saga Astérix, des films « commerciaux » ?
La réussite symbolique
Encadré : Jean-Luc Godard, sociologie d’un « génie du cinéma »
L’espace de la création cinématographique
Pour une définition non essentialiste des pôles
Continuité des positions et possibilité de circulations
La distribution des ressources
Encadré : Une représentation graphique du cinéma français
La « politique » des auteurs
Les frontières du cinéma français : la télévision, Internet et l’international
Grand et petit écrans
Le « cinéma français » : une certaine vision du cinéma
II – Les publics du cinéma : lieux, goûts et pratiques
La différenciation des salles de cinéma
Labelliser la « qualité » : l’ajustement problématique des œuvres et des publics
Un « brouillage des frontières » ? Circuits, multiplexes et salles Art et Essai
Une dualisation croissante des lieux
Encadré : Le classement Art et Essai
Le travail des intermédiaires
La consommation des films. Qui va au cinéma ?
Segmentation sociale des publics des salles de cinéma
Encadré : Indicateurs utilisés par le CNC et sources sur les publics du cinéma
Le cinéma à la télévision
La stratification sociale des goûts. Qui aime quels films ?
Le modèle de la distinction : l’espace des préférences cinématographiques
Encadré : Le genre et les genres
Approches critiques
III – Travail et professions cinématographiques
Un milieu professionnel hiérarchisé et genré
Travail cinématographique et luttes de pouvoir
Encadré : Qui crée ? Droit d’auteur versus copyright
La population cinématographique
Les trois cercles du cinéma français
Le cinéma, un monde masculin ?
« Faire carrière » dans le cinéma
Recrutement social
Entrer dans le métier
Encadré : La Fémis, école du cinéma
Des investissements différés
« Survivre » au premier film
Une féminisation paradoxale
La fabrication d’un film : un processus social
Projets, équipes et appariements
Écriture et développement
Préparation et tournage
Mise en scène et actorat
Postproduction
Diffusion
Le gouvernement du cinéma
Administrer par missions et commissions
Le pouvoir cinématographique
IV – Le cinéma et le sens du réel social
Le regard sociologique des cinéastes
Filmer les milieux populaires : le social vu par les auteurs
Deux regards sociologiques et quelques représentations idéologiques
Encadré : Le Goût des autres : une sociologie cinématographique de la distinction
Les films comme enquêtes
La sociologie visuelle
L’analyse sociologique des films
Microcosme cinématographique et cosmologies culturelles
Encadré : Socioanalyse d’un mouvement de caméra : Rohmer et le travelling
L’analyse sociologique du sens du réel social
Désenchanter le cinéma ?
Encadré : Frederick Wiseman ne fait pas de sociologie
Conclusion


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.