Appel à contributions : Visions et apparitions au cinéma: L’instant de la révélation (éditions Academia)

Visions et apparitions au cinéma. L’instant de la révélation.

Appel à contributions en vue de la publication d’un ouvrage collectif aux éditions Academia (dans la collection «  Esthétique et Spiritualité »).  

Textes entièrement rédigés à envoyer avant le 1er juin 2021

L’appel à contributions vise à enrichir les réflexions issues du colloque international sur le même thème  qui a été organisé par le groupe de recherche Cinespi à l’Université de Louvain, du 12 au 13 décembre 2019. Lien ici.

(english version below)

Argumentaire

Par vision doit être ici entendue la représentation d’ordre surnaturel apparaissant aux yeux (ou à l’esprit) du (ou des) personnages d’un film donné. Celle-ci peut illustrer un épisode biblique (ex : le Buisson ardent) ou impliquer une relation avec des puissances qui peuvent être divines ou divinisées (Dieu, le Christ, anges, saints…), sataniques (Diable, démons), élémentaires (forces naturelles), merveilleuses (fées, magiciens, super-héros…) ou obscures (fantômes, créatures monstrueuses…).

Au cinéma, les formes prises incluent les rêves prémonitoires, les expériences subliminales à la limite de la conscience, les signes disséminés dans le récit filmique qui témoignent de la présence de cet ordre surnaturel (dont le ou les personnages ont conscience ou non). La vision implique donc un instant où un « autre monde » se révèle au monde du réel. C’est sur ce moment particulier de la révélation que les études publiées porteront.

Parfois seulement anecdotique ou illustratif, il arrive que l’instant de la révélation soit essentiel à l’histoire racontée. Souvent, il constitue une étape charnière dans le parcours du héros, plus spécifiquement quand il l’aide à définir son action ou à lui donner pleinement son sens. Ce faisant, il ouvre sur les questions complexes du rapport entre le réel et le monde invisible, voire divin que soit sur le plan individuel ou collectif.

De même, cet instant offre de s’interroger sur le rôle et les capacités du cinéma en la matière. Car s’il est représenté, c’est à l’aide de dispositifs esthétiques, techniques et narratifs qui invitent eux aussi à un décryptage : effets spéciaux et numériques, effets de focalisation, inserts, surimpressions, hors champ, choix de montage, durée des plans… sans oublier les effets sonores ou le choix de certaines plages musicales.

L’instant de révélation peut se retrouver dans tous les types de réalisations audiovisuelles, lesquels sont donc tous a priori à considérer : fictions, documentaires, longs ou courts métrages, séries… Les contenus des œuvres peuvent relever de religions reconnues (chrétiennes, juives, hindoues, musulmanes, bouddhistes…) ou présenter un contenu spirituel non religieux. Le thème étant très ample, la réflexion portera avant tout sur la production audiovisuelle après 2000.

Axes de recherche

Divers axes sont possibles pour aborder le thème. Merci de situer votre proposition explicitement dans un des axes suivants :

1. Axe esthétique et narratif

Les choix de représentation de l’instant de la révélation sont nombreux et variés et méritent d’être étudiés. Certains cinéastes utiliseront des moyens cinématographiques importants (dont un usage massif d’effets spéciaux), souvent pour souligner le caractère grandiose et exceptionnel de l’expérience montrée. À l’opposé, d’autres feront appel à des signaux plus discrets (le vent dans les feuillages, le son d’une voix…), lesquels auront tendance à suggérer la fugacité, voire l’indicibilité d’un événement, d’une expérience. De même, on notera que certaines œuvres suivent des procédés narratifs complexes (multiplicité des points de vue et des temporalités, flashback et flashforward…), alors que d’autres se contentent d’une structure classique, neutre et continue.

2. Approche par motif

Un même motif peut surgir dans différents films. Il peut s’agir d’un moment fameux du récit biblique (le Buisson ardent, les tentations du Christ, le chemin de Damas…) ou de l’histoire religieuse (les « voix » de Jeanne d’Arc), de personnages classiques ayant une ou des visions (un prophète, un faux prophète, un missionnaire…), d’apparitions archétypales (le Diable, la Grâce, la Nature…) ou de phénomènes affectant la nature, l’art, l’environnement, les personnes (déformations physiques). La diversité du traitement de ces motifs pourra être étudiée dans une perspective esthétique et/ou historique.

3. Axe auctorial

Pour certains metteurs en scène accomplis, la représentation de visions ou d’apparitions est fréquente. C’est le cas pour Malick, von Trier, Lynch, Scorsese, Haneke… Il sera intéressant de parcourir leur œuvre à partir de la question de l’instant de la révélation.

4. Axe anthropologique

Il sera aussi intéressant de s’interroger sur le personnage du « voyant » (ou prophète) : son statut, ses qualités, son rôle, son écoute, son milieu social. Dans quelle mesure s’inscrit-il dans la tradition iconographique, religieuse au cinéma ? Comment se définit-il par rapport à d’autres personnages qui jouent un rôle important dans la vie en société (scientifiques, artistes, hommes politiques…) ? Celui qui voit invite à réfléchir à ce qui est vu et au sens qui lui est donné (l’avenir, le royaume des cieux, le rôle d’êtres mystérieux dans la nature), éventuellement avec un message (une information, une mission à accomplir). Enfin le choix du cadre où la révélation s’opère (le désert, la montagne, le lieu de culte…) méritera aussi d’être abordé, dans la mesure où il est rarement neutre.

5. Axe théologique

L’instant de la révélation peut être mis en lien avec les « signes et les prodiges » les miracles ou les visions bibliques qui sont des formes d’excès par rapport à l’expérience naturelle. À partir de P. Schoonenberg, on peut voir le signe comme un fait frappant, qui concerne une perception objectivante, ensuite comme l’indication d’un rapport interpersonnel, enfin souvent comme un appel et une promesse liée (ou une mise en garde), qui peuvent devenir un signe de lecture dans le dialogue entre Dieu et l’homme et contenir donc un message. Il s’agit dès lors de recourir à l’interprétation, dans l’horizon de compréhension historique, culturel et social du voyant à l’instant de révélation. Dans le domaine du récit, le souvenir des révélations joue un rôle structurant pour une communauté, en vue d’une actualisation et d’une ouverture vers le futur. On se demandera quel imaginaire est sollicité, quelles sources sont mobilisées, quels procédsés sont mis en jeux (explicites ou implicites…), quel sens est donné à l’œuvre, et par qui.

Modalités pratiques

Comité organisateur et contacts pour information :

Le groupe de recherche Cinespi de l’Université de Louvain (Louvain-la-Neuve) est l’organisateur de cet appel à textes.

Serge Goriely : Serge.Goriely@uclouvain.be

Jean-Luc Maroy : Jean-Luc.Maroy@uclouvain.be

Arnaud Join-Lambert : Arnaud.Join-Lambert@uclouvain.be

Textes entièrement rédigés à envoyer avant le 1er juin 2021 conjointement aux adresses mail ci-dessus.

Les réponses d’acceptation seront données d’ici le 1er juillet 2021.

Publication prévue approximativement en janvier 2022.

Précisions éditoriales

  • Les textes qui nous seront proposés et envoyés feront de 20.000 à 40.000 caractères (espaces compris, bibliographie incluse) et être écrits en caractères « Times ». 
  • Ils seront rédigés en français ou en anglais
  • En dessous du titre du texte, les auteurs et autrices indiqueront leur étiquette institutionnelle ou la façon dont il convient de les présenter (chercheurs indépendants, auteurs, etc.).
  • Un résumé d’environ 250 mots sera présent au début du texte.
  • Les références apparaîtront, dans le texte, sous la forme d’appel de note de bas de page, avec, dans ces notes de bas de page, la référence complète.
  • Les textes comporteront, en fin de texte, une partie « Bibliographie ».

Exemple d’article

Pour les consignes de rédaction, lien utile ici ou référez-vous à la présentation des publications précédentes.

Publiés précédemment (Editions Academia):

  • A. Join-Lambert, S. Goriely, S. Fevry (dir.), L’imaginaire de l’apocalypse au cinéma. Paris, L’Harmattan, 2012 (Structures et pouvoirs des imaginaires) 196 p. ISBN 978-2-296-96971-1.
  • S. Fevry, S. Goriely,  A. Join-Lambert (dir.), Regards croisés sur Incendies. Du théâtre de Mouawad au cinéma de Villeneuve, Louvain-la-Neuve, Academia-L’Harmattan, 2016 (Imaginaires) 142 p. ISBN 978-2-8061-0281-2.

Call for full papers for the publication of a collective work by Editions Academia (collection “Esthétique et Spiritualité”).

This call for full papers aims to enrich the works from an international conference on the same theme that was organized by the Cinespi research group at the University of Louvain, December 12-13, 2019. Link here.

Objectives & Theme

Vision is here to be understood as a supernatural representation coming into sight (or mind) of one or more character within a film. It may illustrate a biblical episode (e.g. the Burning Bush) or involve a relationship with powers that can be divine or divinized (God, Christ, angels, saints…), satanic (Devil, demons…), elementary (natural forces), magical (fairies, magicians, superheroes…) or obscure (ghosts, monstrous creatures…).

The forms under which visions and apparitions are represented in cinema include premonitory dreams, subliminal experiences at the limit of consciousness, scattered signs across the storyline suggesting a supernatural order. Therefore, visions as well as apparitions imply a time when an “other world” is revealed to the real world. The papers to be published will focus on this particular moment of revelation.

Sometimes only anecdotal or illustrative, the moment of revelation can also be crucial for the entire story. Often, it represents a turning point in the hero’s journey, especially when it helps them define their action or give them its full meaning. In doing so, the moment of revelation opens up complex issues such as the relationship between worlds of different nature – real, invisible or even divine -, be it at an individual or collective level.

Likewise, the moment of revelation offers an opportunity to question the role and means of cinema itself. As a representation, it involves aesthetic, technical and narrative devices that also deserve to be analyzed: special and digital effects, focusing effects, inserts, overprints, off camera, editing choices, shot length… and of course the sound effects and music choices.

The moment of revelation can be found in many different types of audiovisual production, all of them deserving to be considered: fiction, non-fiction, short or feature films, documentaries, TV series… The spiritual dimension within a film may be related to a recognized religion (i. a. Christianity, Judaism, Hinduism, Islam, Buddhism) or not. Since the general theme is very broad, the Conference will focus on audiovisual production after 2000.

Research areas

Different approaches are possible to address the theme. Please situate your proposal explicitly in one of the following areas:

1) Aesthetic and Narrative Axis

The representation of the revelation moment gives rise to various choices. As such, they all deserve to be studied. Some filmmakers use significant film resources (like special effects), often in order to highlight the greatness and uniqueness of a given experience. In contrast, others prefer to rely on more discrete signals (like rustling leaves, the sound of a voice), which will tend to suggest the elusive, even indescribable nature of a special event. Similarly, it should be noted that some filmic works involve complex narrative processes (multi-point of view sequences, mixed temporalities, flashback, flashforward…), whereas others remain merely attached to classic, neutral and continuous patterns.

2) Approach by Motif

The same motif can appear in different films. This may be a famous moment within the biblical story (the burning bush, temptations of Christ, road to Damascus…) or religious history (e.g. the “voices” of Joan of Arc). It can also be related to classic characters famous for their visions (prophet, false prophet, missionary…), archetypal apparitions (Devil, Grace, Nature…) or phenomena affecting nature, art, the environment or even people (physical deformation). The diversity of treatment of these motifs can be studied from an aesthetic and/or historical perspective.

3) Focus on Author

Some accomplished film directors are very familiar with the representation of visions or apparitions. This is the case for Malick, von Trier, Lynch, Scorsese, Haneke, etc.. Going through their films on the basis of the moment of revelation is very relevant and likely to be fruitful.

4) Anthropological Axis

It would also be interesting to question the figure of the clairvoyant (or prophet) in cinema : his/her status, qualities, role, listening skills, social environment. To what extent does s/he fit into the iconographic, religious tradition? How does s/he define him-herself in relation to other characters who play an important role in society (scientists, artists, politicians…)? As a person “who sees”, s/he encourages reflection on what s/he sees, the meaning of it (the future, kingdom of heaven, the role of mysterious creature in nature), and possibly the message it carries (a piece of information, mission to be accomplished). Finally, the choice of the place where the revelation occurs (the desert, mountain, place of worship…) deserves also to be addressed, since it is rarely neutral.

5)Theological Axis

The moment of revelation can also be linked to the topic of “signs and wonders”, all the miracles or biblical visions being forms of excess compared to natural experience. According to P. Schoonenberg, the sign can be seen in different ways: first, as a striking fact implying an objectifying awareness; then, as an indication of an interpersonal relationship; and finally as a call bound to a promise (or warning) which should be considered as a part of the dialogue between God and man and therefore contains a message. It is thus necessary to take into consideration the historical, cultural and social background of the clairvoyant at the moment of revelation. As a matter of fact, remembering revelations plays a structuring role for a given community with a view to updating it and opening up to the future. It raises therefore questions such as : which imaginary is solicited? which sources are mobilised? which processes are at stake (explicitly or implicitly)? what meaning is to be understood? and by whom?

Practical information

Organizing committee and contacts for information:

The Cinespi research group of the University of Louvain (Louvain-la-Neuve) is the organizer of this call for papers.

Serge Goriely : Serge.Goriely@uclouvain.be

Jean-Luc Maroy : Jean-Luc.Maroy@uclouvain.be

Arnaud Join-Lambert : Arnaud.Join-Lambert@uclouvain.be

Fully written texts to be sent before June 1st , 2021 jointly to the email addresses above.

Acceptance answers will be given by July 1st, 2021.

Publication expected approximately in January 2022.

Editorial details

  • Texts will be between 20,000 and 40,000 characters (spaces and bibliography included) and will be written in “Times” font.
  • Texts will be submitted in English or French.
  • Below the title of the text, authors will indicate their institutional label or the way in which they wanted to be presented (independent researchers, authors, etc.).
  • An abstract of approximately 250 words will be included at the beginning of the text.
  • References will appear in the text as footnotes, with the full reference in the footnotes.
  • The texts will include a “Bibliography” section at the end of the text.

Sample Paper

For your reference, kindly click here or refer one of our previously published books to help you with your referencing.

Previously Published (Editions Academia)

  • A. Join-Lambert, S. Goriely, S. Fevry (dir.), L’imaginaire de l’apocalypse au cinéma. Paris, L’Harmattan, 2012 (Structures et pouvoirs des imaginaires) 196 p. ISBN 978-2-296-96971-1.
  • S. Fevry, S. Goriely,  A. Join-Lambert (dir.), Regards croisés sur Incendies. Du théâtre de Mouawad au cinéma de Villeneuve, Louvain-la-Neuve, Academia-L’Harmattan, 2016 (Imaginaires) 142 p. ISBN 978-2-8061-0281-2.


Citer ce billet
Anaïs Goudmand (2021, 17 mars). Appel à contributions : Visions et apparitions au cinéma: L’instant de la révélation (éditions Academia). LPCM. Consulté le 30 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r2d0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.