Parution : Généalogies imaginaires (À l’épreuve, n° 7)

À l’épreuve, n° 7, « Généalogies imaginaires », sous la direction de Sixtine Audebert, Sara Maddalena et Julie Moucheron, 2021.

Revue interdisciplinaire dirigée par les doctorants du RIRRA21

L’engouement pour la généalogie, non encore démenti depuis sa survenue dans les années 1980, traduit une fascination largement partagée pour le mystère des origines. À travers la recherche d’un lignage, la personne qui mène une enquête généalogique en amateur vise à inscrire son existence dans un continuum familial et mémoriel. Le lien recherché est tout à la fois biologique et social, intime et « extime ». À l’échelle des groupes et des communautés, la pratique est universelle : chaque religion, chaque dynastie, commence par énoncer le nom des ancêtres et des patriarches qui l’ont fondée, en fusionnant au besoin les régimes du mythe, de l’histoire et de la légende. Ces questions ont déjà été abondamment étudiées par la psychologie, l’anthropologie ou encore l’histoire. On propose de les aborder du point de vue individuel ou collectif des écrivains et des artistes.

Cette septième livraison de la revue interdisciplinaire À l’épreuve est l’occasion d’investiguer la construction et les usages des « généalogies imaginaires » dans les pratiques et les discours artistiques et littéraires. En accord avec l’esprit d’ouverture de la revue et la volonté d’accueillir des contributions variées en sciences humaines et sociales, aucune restriction de corpus liée à des critères historiques ou géographiques n’a été suggérée. La problématique du numéro suggère un cadrage plutôt sociologique  des travaux : là aussi, les auteur·e·s ont été libres de leurs choix théoriques.

Les contributions réunies montrent bien que, pour les créateurs et créatrices, convoquer un imaginaire généalogique permet de construire une identité d’artiste, aussi bien sur le plan personnel que vis-à-vis de la tradition, de leurs pairs et du public. La famille ainsi imaginée – rêvée, revendiquée – recouvre une pluralité de statuts et de fonctions, parfois contradictoires. S’inventer une filiation peut être un fantasme, un mensonge, une usurpation plus ou moins remarquée : la perspective conduit vers l’examen des procédures de légitimation à l’œuvre dans le champ artistique et littéraire, qu’elles soient concurrentielles ou non, ainsi que les rapports de pouvoir sous-jacents dans la création artistique. En retour, force est de constater que les œuvres ou les performances s’enrichissent de l’imaginaire généalogique mobilisé autour d’elle, qu’elles réfractent parfois, à leur échelle. En somme, l’invention d’une mémoire filiale est un processus qui met en jeu des données affectives, historiques, symboliques, voire mythiques, aux ramifications complexes et aux justifications (conscientes ou non) dont l’étude s’avère passionnante.

Sommaire


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.