Double journée d’études : Balzac et Dumas en face-à-face : le colosse et le titan

Double journée d’études

Balzac et Dumas en face-à-face : le colosse et le titan 

Universités Toulouse-Jean Jaurès et Caen Normandie

19 novembre 2021 – Mars 2022 [date à préciser pour la seconde journée]

« C’est à Balzac que l’on demande une peinture de la société de la Restauration et de la monarchie de Juillet, pas à Dumas. À tort1 » ; ainsi Jean Tulard rend-il compte, dans une formule lapidaire, du traitement opposé qu’ont connu Balzac et Dumas dans l’histoire littéraire. Il faut dire que tout semble éloigner tant les deux hommes, qui n’avaient aucune sympathie l’un pour l’autre, que les deux écrivains : sur le plan idéologique, les convictions républicaines de Dumas contrastent avec le monarchisme de Balzac ; du point de vue de la conception de l’écriture, l’auteur de La Comédie humaine voit dans l’exercice de la  littérature un sacerdoce confinant au martyre, tandis que Dumas se distingue par la facilité décomplexée de son écriture, favorisée par la pratique de la collaboration. D’un côté la tentation de l’ascèse avec son cortège de privations, de l’autre le bon vivant notoire, auteur du Grand dictionnaire de cuisine ; d’un côté l’observateur minutieux et le physiologiste acéré de la vie contemporaine ; de l’autre l’auteur de cape et d’épée, le chroniqueur historique qui plonge ses lecteurs dans les grandes pages d’un passé national virevoltant ; d’un côté l’écrivain exigeant qui, élevant le roman au rang d’outil d’investigation du corps social, lui a conféré une légitimité épistémologique inédite, de l’autre le représentant d’une littérature avant tout de divertissement et d’évasion.

Les deux hommes, d’ailleurs, ne s’appréciaient guère et n’en faisaient pas mystère. Ils considéraient leurs œuvres respectives avec une admiration distante chez Dumas et une morgue venimeuse, si ce n’est insultante, chez Balzac. Dumas écrit ainsi dans ses Mémoires : « Comme homme je ne le connais pas, et ce que j’en connais ne m’est pas le moins du monde sympathique ; comme talent, sa façon de composer, de créer, de produire est si différente de la mienne que je suis mauvais juge à son endroit » (chap. CCXVII). Balzac n’est pas plus tendre dans sa correspondance avec MmeHanska, lui qui voit dans l’auteur des Trois Mousquetaires « un homme taré, un danseur de corde et pis que cela, un homme sans talent2 » bénéficiant d’un « nom immérité dans la littérature3 ».

En dépit de cette inimitié viscérale, le rapprochement de ces deux auteurs révèle d’importantes similitudes tant sur le plan de la conception de l’Histoire que de la posture auctoriale ou de la pratique d’écriture. S’il est en effet tentant d’appréhender l’œuvre dumasienne sous le seul prisme du roman historique, on oublie trop souvent que l’auteur du cycle des Mousquetaires a également fait un sort à un passé beaucoup plus proche de lui, qui tend vers le présent de l’écriture et résonne avec une actualité parfois brûlante. Dumas n’évoque-t-il pas dans la préface des Blancs et les Bleus (1867) le rôle crucial de ces « quinze premières années du XIXe siècle » qui sont « la genèse de la société moderne » et dont il ambitionne de livrer le tableau ? Avec des romans comme Cécile, Le Comte de Monte-Cristo, Les Mohicans de Paris ou encore Gabriel Lambert, le chroniqueur des guerres de religion ou de la Révolution se tourne résolument vers une histoire au (quasi) présent qui n’est pas sans rappeler, à certains égards, le projet de la Comédie humaine.

Cette double journée d’études se donne précisément pour objectif de réévaluer les rapports entre ces grandes figures également emblématiques du XIXe siècle. Il s’agira en effet  d’explorer les paradoxales « affinités électives » qui unissent Balzac et Dumas par-delà les stéréotypes dressés par l’histoire littéraire, sans pour autant chercher à nier ou minimiser leurs divergences idéologiques, historiographiques ou esthétiques. Une telle manifestation sera ainsi l’occasion de venir combler un vide relatif de la recherche en la matière, puisque si certains travaux ont déjà mis en relation les deux écrivains, ils l’ont fait soit dans le cadre de questionnements esthétiques plus larges (Stendhal, Balzac, Dumas, un récit romantique ?, Lise Dumasy, Chantal Massol et Marie-Rose Corrédor dir., 2006 ; Le Récit de vengeance au XIXe siècle. Mérimée, Dumas, Balzac, Barbey d’Aurevilly, Kris Vassilev, 2008), soit sous la forme d’articles ponctuels (« Dumas et Balzac, ou ennemis et rivaux », Claude Schopp, 1997).

Les propositions pourront s’inscrire de manière privilégiée dans les axes suivants, qui ne sont toutefois ni exclusifs, ni exhaustifs :

  • Balzac et Dumas : la poétique du personnage

Le partage d’un même personnel romanesque – criminels, banquiers, agents de police ou encore bagnards, pour ne citer que ceux-là – invite à une comparaison des techniques de création du personnage et des influences littéraires perceptibles chez les deux auteurs. On pourra ainsi interroger les modèles et sources d’inspiration à l’œuvre, depuis les parangons littéraires tels que Walter Scott jusqu’aux personnalités scientifiques à la mode dont Lavater et Gall font partie, tout autant que le régime discursif de présentation du personnage en consacrant une attention toute particulière à l’art du portrait dans les romans balzaciens et dumasiens. Pareillement, la présence de personnages de même type ouvre sur la question de la typification et engage une réflexion sur la représentation au confluent de la systématisation – au risque de la stéréotypie, de la généralisation et de la sursignification. La construction du personnage théâtral, chez ces auteurs qui furent également tous deux dramaturges, pourra également être interrogée.

  • Balzac et Dumas en (proto)sociologues moralistes

Les propos de Jean Tulard cités en introduction offrent un éclairage nouveau sur l’œuvre dumasienne en proposant une lecture sociologique des romans de l’auteur. En effet, tant Dumas que Balzac s’attachent à une investigation des rouages de la société post-révolutionnaire, leur propos dépassant bien souvent la seule peinture sociale par la superposition d’un questionnement moral où s’entremêlent intentions mimétiques et préoccupations éthiques. Aussi Balzac rétorque-t-il à ceux qui taxent son œuvre d’immoralité que « moraliser son époque est le but que tout écrivain doit se proposer, sous peine de n’être qu’un amuseur de gens4». Ainsi, parce qu’il conjugue savoir et réflexion morale, le roman de Balzac et de Dumas semble assurer à la fois la validité historique et sociologique mais aussi la vocation exemplaire de la fiction. Aussi sera-t-il fructueux de se demander dans quelle mesure et par quels moyens les deux écrivains mettent en place un système axiologique qui fait du roman un outil de critique et de refondation sociales, où s’établissent des modèles et des contre-modèles à même d’éduquer le lecteur, tout en restant sensible à la distance ironique s’instaurant parfois entre l’intention explicitement moralisante et le propos romanesque. Les textes critiques rédigés par Balzac et Dumas pourront également être convoqués à l’appui de cette réflexion.

  • Balzac et Dumas : la tentation du mythe

Parallèlement et dans une forme de mise en tension avec cette tentative d’ordonnancement du réel, le roman balzacien et dumasien échappe à la systématicité et à la catégorisation par la présence du hors-norme et de l’inclassable. Qu’il s’agisse de la thématique du travestissement ou bien de la tonalité fantastique, les deux auteurs s’attachent à flouter les frontières et tirent l’univers romanesque du côté de l’opacité et de l’indiscernable, quand les personnages de surhommes ne contredisent pas simplement toute notion de limite. En réaction à un réel déspiritualisé gagné par le rationalisme, l’instillation de l’extraordinaire apparaît comme une résistance au matérialisme scientiste du siècle. Il conviendra ainsi de se montrer sensible aux procédés de mythification de la fiction, au rebours de la vraisemblance, dans une tension constante entre ressemblance et discordance avec la réalité.

  • Balzac et Dumas : écriture et pensée de l’Histoire

Tributaires de l’école romantique, qui voit dans la marche de l’histoire l’expression d’un sens supérieur propre à introduire de la cohérence et de la lisibilité au sein du foisonnement apparemment chaotique des actions humaines, Balzac et Dumas ne manquent pas d’inscrire leur pratique de romancier (et de dramaturge, au moins chez Dumas) dans le cadre d’une certaine pensée de l’histoire. L’un et l’autre partagent notamment l’ambition d’une écriture fictionnelle qui « donne un corps à l’Histoire5 », en accord avec les préceptes du « récit romantique » tel qu’il s’impose au cours des années 1830. Le parcours individuel des personnages contribue ainsi dans leurs œuvres à la lisibilité d’une histoire foncièrement incarnée, qui articule en permanence les niveaux du singulier et du collectif, du particulier et du général, du microcosme familial et / ou social et du macrocosme national. Or, s’ils en tirent des conclusions opposées – l’un pour la déplorer, l’autre pour la célébrer, même si c’est parfois sur le mode de la nostalgie –, les deux auteurs ont en commun de voir dans l’élan démocratique la principale force à l’œuvre dans l’évolution de la société contemporaine. On pourra donc s’intéresser avec profit aux procédés employés par Balzac et Dumas pour donner chair à une histoire perçue comme l’expression d’une lutte incessante entre ces deux principes antagonistes que sont la pulsion égalitariste et la tentation aristocratique.

  • Balzac et Dumas : la forgerie auctoriale

Quoique les deux auteurs aient insisté sur leurs divergences en matière de création, la postérité conserve d’eux une image similaire à même de motiver leur rapprochement. Souvent associés, dans les discours critiques du temps, à des figures mythologiques, Balzac et Dumas profitent en effet d’une même aura liée à leur démesure. Leurs personnalités originales et excessives jusqu’à l’excentricité, dont la canne aux turquoises pour l’un et le château de Monte Cristo pour l’autre sont devenus les emblèmes, ont ainsi fait le bonheur des caricaturistes dans des œuvres brocardant la mégalomanie des deux hommes, tandis que l’envergure de leurs œuvres a durablement forgé le mythe d’auteurs miraculeusement prolifiques. De fait, le fantasme d’une inspiration intarissable procède d’une même scénographie du génie créateur à travers laquelle peuvent se lire un culte similaire de l’énergie ainsi qu’une même volonté d’hégémonie littéraire. La double posture auctoriale de Balzac et de Dumas depuis sa construction jusqu’à sa réception pourra ainsi faire l’objet de comparaisons fécondes mettant au jour des ressemblances inavouées, susceptibles d’éclairer en partie la rivalité des deux hommes.

Comité scientifique : Julie Anselmini, Lauren Bentolila-Fanon, Marine Le Bail, Claude Schopp, Isabelle Safa, Andrea Del Lungo.

Les propositions, qui devront prendre la forme d’un paragraphe de 300 mots, devront être envoyées avant le 31 mars 2021, accompagnées d’une courte notice bio-bibliographique, aux organisatrices : julie.anselmini@unicaen.fr, lauren.fanon@ac-toulouse.fr et marine.le-bail@univ-tlse2.fr

Bibliographie sélective :

Balzac : l’invention du roman, Claude Duchet et Jacques Neefs (dir.),  actes du colloque de Cerisy-la-Salle, Belfond, 1982.

 Balzac et la Révolution, L’Année balzacienne 1990, n°11.

Balzac dans l’Histoire, Nicole Mozet et Paule Petitier (dir.), Paris, SEDES, 2001.

 Stendhal, Balzac, Dumas : un récit romantique ?, Lise Dumasy, Chantal Massol et Marie-Rose Corredor (dir.), Toulouse, PUM, coll. « Cribles », 2006.

Dictionnaire Alexandre Dumas, Claude Schopp (dir.), Paris, éd. du CNRS, 2010.

Modernités d’Alexandre Dumas, Sarah Mombert (dir)., Cahiers Alexandre Dumas, n° 41, Paris, éd. Classiques Garnier, 2014.

Balzac, l’invention de la sociologie, Andrea Del Lungo et Pierre Glaudes (dir.), Paris, Classiques Garnier, « Rencontres », 2018.

Dumas en caricatures, Julie Anselmini et Isabelle Safa (dir.), Cahiers Alexandre Dumas, n° 45, Paris, éd. Classiques Garnier, 2019.

Abraham, Pierre, Créatures chez Balzac, Paris, Gallimard, « nrf », 1931.

Anselmini, Julie, Le Roman d’Alexandre Dumas père ou la réinvention du merveilleux, Genève, Droz, coll. « Histoire des idées et critique littéraire », 2010.

Barbéris, Pierre, Balzac et le mal du siècle, Gallimard, 1970

–, Balzac, une mythologie réaliste, Paris, Larousse, « Thèmes et textes », 1971.

 –, Mythes balzaciens, Paris, Armand Colin, 1972.

Baron, Anne-Marie, Balzac occulte. Alchimie, magnétisme, sociétés secrètes, Lausanne, L’Âge d’homme, « Océan noir », 2013.

Borderie, Régine, Balzac, peintre de corps, Paris, Sedes, « Collection du Bicentenaire », 2002.

Déruelle, Aude, « Le roman Balzacien entre histoire et mémoire », L’Année balzacienne, 2007, p. 33-48.

Desormeaux, Daniel, Alexandre Dumas, fabrique d’immortalité, Paris, éd. Classiques Garnier, coll. « Études romantiques et dix-neuviémistes », 2014.

Diaz, José-Luis, « Balzac romancier de la ‘grande maladie sociale’ (1838-1847) », L’Année balzacienne 2016, n°17.

 –, Devenir Balzac. L’invention de l’écrivain par lui-même, Paris, Christian Pirot, 2007.

 –, « Ce que Balzac fait au fantastique », L’Année balzacienne, 2012, p. 61-83.

Ebguy, Jacques-David, Le héros balzacien. Balzac et la question de l’héroïsme, Saint-Cyr-sur-Loire, Christian Pirot, « Collection Balzac », 2010.

Gengembre, Gérard, Balzac : le forçat des lettres, Paris : Perrin, 2013.

Hallade, Sébastien, « Aux frontières de la littérature et de la politique : les feuilletonistes Alexandre Dumas, Paul Féval et Eugène Sue sous la Deuxième République, des écrivains transgressifs », Sociétés & Représentations, 2015/1, n° 39, p. 13-32.

Le Roman de mœurs. Un genre roturier à l’âge démocratique, Philippe Dufour, Bernard Gendrel, Guy Larroux (dir.), Paris, Classiques Garnier, 2019.

Michel, Arlette, « Balzac et la morale du roman », L’Année balzacienne, 2003, p. 225-247.

Mozet, Nicole, Balzac et le temps, Saint-Cyr-sur-Loire, Christian Pirot, 2005.

 –, Honoré de Balzac, l’hommœuvre, Christian Pirot, 2017

Mozet, Nicole, et Petitier, Paule (dir.), Balzac dans l’Histoire, Paris, SEDES, 2001.

Prévost, Maxime, Alexandre Dumas mythographe et mythologue, Paris, H. Champion, coll. « Romantisme et modernités », 2018.

Roth, Danièle, Honoré de Balzac : la vertu de l’excès, Crest, Droséra, 2009.

Schopp, Claude, Alexandre Dumas : le génie de la vie, Paris, Fayard, 1997.

-, Le Paris de Dumas, Paris, éditions Alexandrine, coll. « Le Paris des écrivains », 2015.

Tulard, Jean, Alexandre Dumas, Paris, Presses universitaires de France, « Figures et plumes », 2008.

Vachon, Stéphane (éd.), Balzac. Une poétique du roman, Saint-Denis, P.U.V, 1996, p. 201-211.

Vannier, Bernard, L’Inscription du corps : pour une sémiotique du portrait balzacien, Paris, Klincksieck, 1972.

  1. Jean Tulard, Alexandre Dumas, Paris, Presses universitaires de France, « Figures et plumes», 2008, p. 12 []
  2. Lettre à Mme Hanska de 1836 []
  3. Lettre à Mme Hanska de 1840. []
  4. Balzac, Lettre à Hippolyte Castille du 11 octobre 1846, Stéphane Vachon [éd.], Balzac. Écrits sur le roman, Paris, LGF, « Le Livre de Poche », 2000, p. 318. []
  5. Jean-Marie Roulin, « L’Histoire à l’estomac. Corps, société, pouvoir dans le récit romantique », dans Stendhal, Balzac, Dumas : un récit romantique ?, Lise Dumasy, Chantal Massol et Marie-Rose Corredor dir., Toulouse, PUM, coll. « Cribles », 2006, p. 236. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.