Parution : Cahiers de littérature orale, n°89, « L’heure du conte »

Michel Porret, Olivia Testori,  Frankenstein, le démiurge des LumièresGenève, Georg éditions, « L’Equinoxe », 2020.

Dans l’héritage naturaliste et expérimental des Lumières, à la croisée des romans philosophique, épistolaire, gothique, noir et d’épouvante, au carrefour du romantisme littéraire et de la « fiction scientifique », ce livre collectif évoque les thématiques et les questions religieuses, philosophiques, politiques, littéraires, esthétiques, épistémologiques et éthiques sur la connaissance, la science, le savant, le corps, l’identité, le genre, l’expérimentation, la loi, la création et la transmission de la vie, la post-humanité, le mal et la mort que pose en 1818 l’œuvre de Mary Shelley.

Autour du bricolage cadavérique de la créature, dont la bonté innée se brise sur le monde social qui la réprouve en sa difformité corporelle, comme incarnation du mal moral, l’ouvrage balise le périmètre culturel des sens, des usages et des représentations qu’induisent les lectures critiques, les déclinaisons et les réappropriations culturelles de Frankenstein.

Michel Porret est professeur d’histoire moderne à l’Université de Genève. Éminent spécialiste du droit de punir et de la médecine judiciaire, il est également co-directeur, avec F. Rosset et B. Baczko† du Dictionnaire critique de l’utopie (Georg, 2016).

Olinda Testori est doctorante en histoire moderne à l’Université de Genève.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.