Parution : Les métamorphoses de la grandeur. Imaginaire social et célébrité au Québec

Alex Gagnon, Les métamorphoses de la grandeur. Imaginaire social et célébrité au Québec (de Louis Cyr à Dédé Fortin), Presses de l’Université de Montréal, coll. Socius, 2020. 

En mai 2000, à Montréal, le chanteur André « Dédé » Fortin s’enlève la vie et laisse dans le deuil une collectivité affligée. Un an plus tard, le commandant Robert Piché fait atterrir aux Açores un avion en panne, arrachant à une mort certaine quelques centaines de passagers. À l’été 2005, la criminelle Karla Homolka sort de prison et plonge dans la peur la région montréalaise. Au même moment, une biographie de Louis Cyr ravive la gloire du célèbre athlète du XIXe siècle.

Le « génie », le « héros », le « monstre » et le « champion » : ce livre retrace l’histoire de ces quatre figures de la grandeur dans l’imaginaire social québécois des dernières décennies. Leur vie dans l’espace public de notre société met en jeu des systèmes complexes de pratiques et de représentations collectives ; ce n’est pas l’affaire du biographe, mais celle de l’histoire culturelle, des études littéraires et des sciences sociales.

Aussi loin de la glorification que de la dénonciation, cet ouvrage cherche à restituer, pour les comprendre, les logiques collectives qui gouvernent, dans la société contemporaine et dans la québécoise en particulier, les mécanismes d’élaboration de la célébrité et de la grandeur. Rédigé dans une prose à la fois vivante et savante, il contribue à éclairer, plus largement, les dynamiques constitutives de l’imaginaire et de son histoire, l’étude des figures autour desquelles se rassemble une collectivité donnant au chercheur un accès intime à ce qu’elle pense, éprouve et sent, bref à tout ce qui fait et refait, à chaque moment de son existence, la vie d’une société et d’une culture.

Alex Gagnon est chercheur post – doctoral Banting à l’Université Laval, où il prépare une histoire culturelle du chemin de fer et des rapports à l’espace et au temps au Québec. Il a remporté de nombreux prix pour son ouvrage La communauté du dehors (PUM, 2016) et a publié en 2017 un essai intitulé Nouvelles obscurités. Ses travaux portent sur l’histoire de l’imaginaire social et des systèmes symboliques.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.