Appel à propositions : Formes brèves et adolescence / Call for papers : Short Forms and Adolescence

Modalités pratiques

Dans la continuité des travaux menés sur le thème Formes Brèves et adolescence (journées d’études et colloque), les chercheurs du laboratoire CIRPaLL de l’université d’Angers lancent un appel à contribution à deux ouvrages collectifs (un en anglais et un en français). Les contributions sur le thèmes adolescence et formes brèves audio-visuelles sont particulièrement appréciées.

Vous pouvez envoyer vos propositions (400 mots) en même temps qu’une bio-bibliographie d’une dizaine de lignes maximum à karima.thomas@univ-angers.fr et cecile.meynard@univ-angers.fr pour le 15 décembre 2020.

Si votre projet entre bien dans la ligne éditoriale du volume, vous en serez informé·e·s et il vous sera demandé d’envoyer votre texte pour expertise d’ici 30 Avril 2021.

Afin de garantir la qualité des ouvrages, chaque texte proposé sera expertisé selon le principe du blind peer-review.

(English below)

Appel à propositions

Né dans les sociétés occidentales du XIXe siècle, le concept d’adolescence a évolué jusqu’à « l’éclosion du groupe adolescent comme âge spécifique de la vie » (Christine Cannard, 2012). Plusieurs études ont été menées sur l’imaginaire de l’adolescent, mais le rapport entre adolescent et formes brèves demeure un terrain assez inconnu. D’ailleurs, si des travaux universitaires ont bien été consacrés aux formes brèves dans le contexte de l’enfance, celui des jeunes adultes n’est abordé que rarement.

Les formes brèves et l’adolescence peuvent être envisagées dans des perspectives disciplinaires diverses : littérature, psychologie, histoire, sociologie, arts plastiques et visuels. Le groupe adolescent sera considéré non seulement en tant que récepteur / consommateur de formes brèves, producteur de formes brèves et acteur d’innovations, mais aussi en tant qu’objet de représentation dans un large corpus.

La publication permettra aux chercheurs de s’interroger sur la nature des liens entre adolescence et formes brèves. Par leur capacité de condensation, notamment par recours aux références intersémiotiques, les formes brèves font écho à la double contrainte du dit et du non-dit de cet entre-deux qu’est l’adolescence. La compacité sémantique et poétique inhérente à l’économie des formes brèves entre en résonance avec les interrogations des adolescents en recherche de ressources cognitives et émotionnelles qui à la fois leur lancent des défis et les rassurent. Enfin, les formes brèves, laboratoire d’expérimentations insolites, répondent potentiellement aux besoins créatifs des adolescents.

Les articles couvrant diverses aires géographiques et linguistiques pourront éventuellement porter sur les pistes suivantes :

1) Poétique de la forme brève :

  • Formes brèves et adolescence à travers l’histoire (Exempla médiévaux ; emblèmes ; columna, chronique de presse signée d’un écrivain prestigieux tenant sur une colonne, etc.)
  • Slogans politiques (“Sous les pavés la plage” ou “Interdit d’interdire” en mai 68) ; poèmes en une ligne (One-Line Poems) ; graffiti, traces laissées sur les murs, dans les établissements pénitentiaires, stand-up, théâtre de rue, rap, slam, dessins humoristiques, poésie Beat.
  • Chansons rock, poèmes et autres productions de la contre-culture visant un public adolescent depuis les années 1950.
  • Recueils et cycles de nouvelles s’adressant à (ou comportant comme protagonistes) des adolescents.
  • Classiques de la littérature adaptés à un public adolescent.
  • Productions et adaptations multimodales (films, séries, BD).
  • Nouvelles technologies (hyperlittérature, blogs, tweets).

2) Réception / production des formes brèves par les adolescents

  • Réseaux sociaux : fan-fiction, chroniques.
  • Pratiques de production et de réception collaboratives par les adolescents dans l’espace numérique. Emergence de nouvelles formes de sociabilité.
  • Frontières mouvantes entre production et réception en ligne.
  • Exploitation pédagogique / didactique des formes brèves dans l’enseignement en général et dans l’enseignement des langues en particulier. Modes d’entrée traditionnels dans la littérature (morceaux choisis) ou plus contemporaines (en ligne).

3) Pistes thématiques

  • Construction d’une identité : les questionnements identitaires de l’adolescent pourront être envisagés dans leur rapport avec leurs productions narratives, graphiques, musicales ou théâtrales. Les traces, révélatrices d’une quête de sens, vont de l’inscription sur un mur au journal intime, en passant par la création de noms, de pseudonymes, de signatures reconnaissables chez les rappeurs, les youtubers, les graffeurs.
  • Métamorphose et mutation : Les changements physiques, psychologiques et moraux vécus par l’adolescent représentent un thème récurrent dans les productions culturelles autour de l’adolescent. Les épreuves qu’il doit confronter et les choix qu’il doit faire contribuent à sa transformation, à la découverte de son corps, à son éveil sexuel, au développement de sa conscience politique et morale quant aux différences de sexe, de classe, d’ethnie et aux problèmes de marginalité, d’intégration/exclusion, de rapport à la loi et à l’autorité.
  • Trauma : les expressions et représentations du trauma peuvent

 

Call for Papers

The concept of adolescence, which emerged in a 19th-century occidental context, has evolved towards the birth of “the teenage group as a specific age in life” (C. Cannard, 2012). Several research projects have dealt with the cultural landscape of adolescents (a broader term than “teenager”, both of which are worth exploring), yet the specific articulations of adolescence and short forms have mostly remained uncharted. Moreover, while academic research on short forms and childhood has been carried out, these forms have rarely been addressed in the context of young adulthood.

From the vantage point of various fields, including literature, visual arts, history, sociology and psychology, adolescents will be envisioned not only as consumers, producers and innovators of short forms, but also as objects of representation in a large corpus.

The publication sets out to explore whether specific links bind adolescence to short forms. Because of their density, especially by use of intersemiotic references, short forms echo the double constraint of the spoken and the unspoken that defines the in-betweenness of adolescence. The semantic and poetic compactness typical of the short form’s economy resonates with the questioning of adolescents seeking cognitive and emotional resources that provide both challenges and comfort. Finally, the short form is a laboratory for astounding experiments which potentially meet the creative needs of adolescents.

Papers may address the following aspects, among others:

1. The poetics of the short form

  • Short forms in the adolescent group, both new and old (as some manifestations can be traced back to the Middle Ages).
  • Graffiti, traces on walls, inscriptions in penitentiaries, stand-up, happenings, rap, hip-hop, slam, slogans (May 1968), one-line poems, beat poetry.
  • Rock songs, poems and other counter-culture outputs aimed at a specific teenage audience since the 1950s.
  • Short story collections and cycles aimed at ─ or featuring as protagonists ─ teenagers (Joyce Carol Oats, Small Avalanches; Alice Munro, Lives of Girls and Women; James Joyce’s Dubliners; Rudyard Kipling, Mowgli Stories; John Steinbeck, The Red Pony, Nadine Gordimer, Jump).
  • Literary classics (Poe, Dickens, Shelley, Shakespeare, Wilde, Brontë) adapted for a teenage audience (Sarah K. Herz & Donald R. Gallo, From Hinton to Hamlet: Building Bridges Between Young Adult Literature and The Classics, 2005).
  • Multimodal outputs and adaptations (films, series, comics).
  • The advent of new technologies (hyperliterature, blogs, tweets, etc.).

2. Reception/production of short forms by teenagers

  • Social networks and fan fiction, chronicles.
  • Collaborative reception/production practices on the internet.
  • The blurring of the frontier between reception and production by adolescents (see Convergence Culture. Where old and New Media Collide, 2006).
  • Self-publication of literary short forms on line, self-production and diffusion of short films and songs, user-friendly tutorials enabling fast access to video games.
  • The pedagogical and didactic use of short forms in teaching, especially languages: traditional short forms (morceaux choisis) as well as contemporary ones.

3. Some thematic aspects

  • Identity construction: identity might be assessed based on narrative, graphic, musical or theatrical productions. Among its dominant manifestations are traces of the quest for identity (inscriptions on a wall, journal, names and nicknames, pseudos, signatures by rappers, youtubers, graffiti artists).
  • Metamorphosis and mutation: the physical, psychological and moral changes of adolescents are recurrent themes in literature and the arts. These changes include phases of initiation, transformation and coming of age (Margaret Atwood’s Moral Disorder, Eudora Welty’s The Golden Apples); the development of sexual, ethnic and political awareness (Sherwood Anderson’s I Want to Know Why; the TV series 13 Reasons Why); issues of integration/exclusion and marginality; the questioning of authority (Roberta S. Trite, Disturbing the Universe. Power and Repression in Adolescent Literature, 2012).
  • Trauma: the expression and representation of trauma might be studied through various angles─psychological, historical, sociological, literary and artistic.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.