Appel à communications : La longue vie des imprimés éphémères

Premier congrès international: « La longue vie des imprimés éphémères »

5-7 mai 2022, Genève

Première circulaire – Appel à communications

(English version below)

La production d’imprimés éphémères et bon marché des siècles passés mérite d’être étudiée avec attention non seulement à cause de l’ampleur de ses tirages, mais aussi pour la diversité de ses contenus et pour les informations précieuses qu’elle apporte dans de nombreux domaines, notamment la culture populaire, la circulation des idées et l’histoire du livre. Souvent désignée par son statut de transport et de vente, elle est apparue conjointement à l’invention de l’imprimerie et l’a accompagnée jusqu’à des époques très récentes. Si les textes et récits publiés sous la forme d’éphémères imprimés survivent encore à certains endroits du globe, ils font désormais partie d’un passé révolu en Europe : la disparition d’une activité éditoriale traditionnelle, allant de pair avec la perte des objets imprimés eux-mêmes, nous pousse à leur étude et nous oblige à la conservation d’une mémoire qui se perd.

Genève, ville importante pour l’histoire de l’imprimerie européenne, est également le lieu de conservation de plusieurs collections de feuillets francophones et anglophones, de pliegos de cordel espagnols et d’imprimés brésiliens. Ce congrès se propose de faire connaître la richesse de ces fonds, de faire le point sur la recherche actuellement menée en Europe occidentale et d’aborder cette production sous un angle transnational avec un spectre chronologique large.

Cette rencontre se veut internationale et interdisciplinaire, à l’image de son objet d’étude, qui traverse résolument les époques, les frontières géographiques et les genres littéraires, éditoriaux et artistiques. Des chapbooks anglais aux fogli volanti italiens, des pliegos de cordel et autres plecs de canya i cordeta ibériques, à la Bibliothèque bleue française et au Volksbuch allemand, nous souhaitons favoriser les échanges et créer des liens entre chercheuses et chercheurs d’horizons divers, qu’elles ou ils soient médiévistes, modernistes, sociologues, historien-ne-s de l’art, folkloristes, historien-ne-s de la littérature, de l’imprimé ou de la musique, ou encore spécialistes des humanités numériques.

Les trois journées prévues pour ce congrès s’articuleront autour de trois axes de recherche, détaillés plus bas. 

Axes de recherche

Les conférencières et conférenciers sont invité-e-s à développer une réflexion à partir d’une des trois perspectives suivantes. 

  • La mise en récit de l’événement : informer, divertir, édifier

Dès les années 1480, de courtes brochures à faible coût sortent des presses des imprimeurs occidentaux ; parmi elles, une proportion non négligeable porte sur l’actualité. Ces occasionnels rapportent couronnements et tremblements de terre, victoires militaires et comètes ; plus tard, s’y ajouteront les faits divers. Au cours du XVIe et du XVIIe siècle, les nouvelles abordées se font de plus en plus variées, et elles commencent à être réunies en gazettes, d’abord hebdomadaires, puis quotidiennes. Comment l’actualité politique, militaire, religieuse est-elle rapportée dans les imprimés bon marché et la littérature de colportage ? Quelle est la place accordée aux phénomènes naturels, aux faits divers ? Ces nouvelles sont-elles rapportées pour elles-mêmes ou servent-elles de support pour convaincre ? Sont-elles commentées, voire analysées ? Quelle est la part d’invention dans ces récits et comment s’y articulent réalité et fiction?

  • L’imprimé et ses frontières : circulation internationale et spécificités culturelles

Charlemagne, Fierabras, Edmond Dantès ou encore l’Atala de Châteaubriand ne sont que quelques exemples parmi tant d’autres des personnages, thèmes et motifs littéraires qui ont franchi les limites géographiques et linguistiques sous la forme d’imprimés éphémères et qui ont fini par présenter des caractéristiques différentes selon les époques et les lieux d’impression. Nombreux sont aussi les exemples d’événements historiques plus ou moins fidèlement relatés qui ont connu une fortune transnationale. Dans ce panel seront attendues des contributions qui mettent l’accent sur la circulation, la traduction et l’adaptation de motifs littéraires ou de thèmes historiques, en vue de répondre aux questionnements suivants : que dire de la mobilité des textes (genre, matérialité, lectures, etc.) ? Quels types d’information traversent les frontières ? Pouvons-nous parler de spécificités culturelles selon le pays, la région ou l’aire confessionnelle d’impression ? Que peut-on dire de la circulation des images qui illustrent ces imprimés ? En ce qui concerne les traductions, quelles sont les omissions, additions, modifications apportées au texte et comment les expliquer ?

  • L’actualité de la recherche

Depuis les études pionnières d’il y a plus d’un demi-siècle autour des imprimés éphémères, les recherches individuelles et de groupe se sont multipliées. On a reconnu la valeur littéraire, documentaire et matérielle de cette production pensée pour n’être pas conservée, on lui a consacré des ouvrages, on a commencé à en numériser de grands ensembles. Cependant, la majorité de ces travaux résultent d’initiatives individuelles, locales, souvent brèves, créant une constellation de centres aux approches et aux contenus divers et variés, qui empêchent une vision d’ensemble et un dialogue global. Or, il est nécessaire d’embrasser une perspective plus large – tant pour ce qui concerne l’étude du phénomène, que l’analyse des textes qui le composent et des images qui l’accompagnent. Les communications s’insérant dans cet axe s’attacheront à faire le point sur la recherche, à décrire des travaux en cours, leur objet, leur méthodologie, les problèmes rencontrés, les solutions envisagées pour les résoudre. Chaque projet de recherche sera illustré par un poster au format A0 exposé pendant toute la durée du congrès ; une poster-session sera par ailleurs sera organisée.

Modalités d’inscription

Les personnes souhaitant participer au congrès doivent s’adresser à: ephemera.geneva.2022@gmail.com, en indiquant notamment, le titre de la communication, accompagné d’un résumé (ne dépassant pas les 1500 caractères, espaces compris) ainsi que d’une brève biographie (d’environ 500 caractères, espaces compris).

Délais 

Le délai pour l’envoi des propositions de contribution est fixé au 15.02.2021. Le comité organisateur procédera à la sélection des propositions reçues et prendra contact avec les personnes concernées courant mars 2021. Dès lors, les participants pourront s’acquitter de la taxe d’inscription suivant les modalités qui leur seront notifiées par e-mail.

Frais d’inscription

Les frais d’inscription s’élèvent à 120 francs suisses pour chaque intervenant-e. Les intervenant-e-s encore doctorant-e-s s’acquitteront d’un montant réduit à 80 francs suisses. Les frais de voyage et de séjour sont à la charge des intervenant-e-s. 

Communications

Les communications ne devront pas dépasser 20 minutes. Dix minutes seront accordées à la discussion à l’issue de chaque présentation. 

Les langues principales des travaux seront le français et l’anglais. Des communications dans d’autres langues pourront également être envisagées, pour autant que la documentation les accompagnant (obligatoire, dans ce cas) soit en français ou en anglais : PPT, support papier, etc.

Publication

Le comité d’organisation prévoit la publication des travaux présentés lors du congrès sous forme d’ouvrage collectif évalué en double aveugle par les pair-e-s. 

Voyage et logement

Une liste de suggestions d’hôtels suivra dans une deuxième circulaire d’information.

Responsables

Constance Carta, professeure assistante à l’Unité d’espagnol

Thalia Brero, maître assistante à la Maison de l’Histoire

Co-organisation

Luana Bermúdez, chargée de cours

Belinda Palacios, post-doctorante

Secrétariat

Stéphanie Cavallero

Contact

E-mail : ephemera.geneva.2022@gmail.com

Rue Saint-Ours 5 – CH-1211 Genève 4

 

FIRST INTERNATIONAL CONFERENCE

The Long Life of Ephemeral Literature

5–7 May 2022, Geneva

First communication – Call for papers

The production of ephemeral literature in previous centuries deserves special attention, not only because of the sheer amount of these prints, but also because of the diversity of their contents, and the valuable contributions they make to various fields, particularly popular culture, the circulation of ideas, and the history of books. Frequently referred to as cheap prints, this type of publications appeared hand-in-hand with the invention of the printing press and existed until very recently. Though texts and accounts published in the form of ephemera survive to this day in only a few places around the world, they constitute an important part of Europe’s bygone past. The disappearance of such a traditional editorial activity, along with the loss of the printed objects themselves, compels us to study these publications and preserve what is becoming a fading memory.

Geneva – a city which holds an important place in European printing history – is also the place of the conservation of various collections of French and English booklets, of Spanish pliegos de cordel, and Brazilian prints. This conference offers to make the richness of these collections known, take stock of the research being carried out in western Europe, and approach the production of ephemeral literature from a transnational perspective across a broad chronological spectrum.

In the image of its object of study, this is an international and interdisciplinary conference, traversing epochs, geographical borders, and literary, editorial, and artistic genres. From English chapbooks, to Italian fogli volanti, Iberian pliegos de cordel and other plecs de canye i cordeta, to the French Bibliothèque bleue and the German Volksbuch, we wish to encourage intellectual exchange and forge connections between researchers of different academic backgrounds, be they medievalists, modernists, sociologists, art historians, folklorists, historians of literature, print, or music, or specialists in the digital humanities.

The three days planned for this conference will focus on three areas of research, detailed below.

Areas of Research

The speakers are invited to develop a reflection based on one of the three following perspectives.

  • Making a narrative out of an event: inform, entertain, lecture 

From the 1480s onwards, small, inexpensive brochures left the press of western printers; among them, a significant portion dealt with current events. These occasional reports related coronations and earthquakes, military victories and comets. Later on, these were expanded to include brief news stories. During the 16th and 17th centuries, these news reports grew increasingly varied, and came to be grouped in periodicals – first weekly, then daily issues. How were political, military, and religious news reported in cheap prints? What place was given to natural phenomena, to “faits divers”? Was this news reported for the sake of reporting, or did it serve as a means of convincing? Was it analysed, or even commented on? What portion of it was pure invention, and how did reality and fiction interact?

  • The printed sheet and its boundaries: international circulation and cultural particularities

Charlemagne, Fierabras, Edmond Dantès, or even the Atala of Châteaubriand are only some examples among countless other literary characters, themes, and motifs that crossed geographical and linguistic boundaries in the form of ephemera, and which manifested differently according to the time and place of printing. There are also numerous examples of historical events, more or less faithfully conveyed, which saw substantial transnational fame. In this panel, we look forward to contributions that highlight the circulation, translation, and adaptation of literary motifs and historical themes, in order to answer the following questions: what can be said of the mobility of texts (genre, materiality, readings, etc.)? What kind of information crossed borders? Is it possible to speak of cultural specificity in terms of the country, region, and religious landscape in which ephemera were published? What can be learned from the circulation of the images illustrating these prints? When it comes to translations, what omissions, additions, or modifications are made to the texts, and how can these be explained?

  • Topicality of the research

Since the first studies into ephemera over half a century ago, individual and group research into this topic has multiplied. Previously believed not to be worth saving, we now recognise the literary, documentary, and material value of these publications; several books have been dedicated to the topic, and endeavours made to digitalise large sets of prints. However, the most of these works are the result of individual, local, and often short-lived efforts, creating a constellation of centres with different approaches and varied content, which impedes the development of a broader vision and global dialogue. As such, it is necessary to adopt a wider perspective: both for the study of the phenomenon, as well as for the analysis of the texts and illustrations that constitute it. Papers within this line of inquiry will assess the state of the research, describe current studies, their goals, their methodology, the issues faced, and how to address them. Each research project will be illustrated by an A0 poster which will be exhibited throughout the duration of the conference; a separate poster-session will also be organised.

Registration

Those wishing to participate in the conference must fill out a registration form and send it to ephemera.geneva.2022@gmail.com. It is necessary to indicate the title of the paper and include an abstract (no longer than 1500 characters, spaces included), as well as a brief biography (roughly 500 characters, spaces included).

Deadlines

The submission deadline for proposals is 15.02.2021. The organisational committee will make a selection of the received proposals and contact the individuals concerned throughout March 2021. Following this, speakers will receive an email with instructions concerning the registration fee. 

Inscription fees

The registration fee amounts to 120 Swiss francs. Speakers who are still undergoing their doctoral studies will be charged 80 Swiss francs. All travel costs including air and hotel accommodations are the responsibility of the attendee.

Presentations

The presentations must not be longer than 20 minutes. Following each presentation, 10 minutes will be allocated to discussion.

Works will be mainly in French and in English. Presentations in other languageswill also be accepted as long as the presentation support (which is in this case obligatory) is provided in either French or English. This includes PPTs, paper hand-outs, etc.

Publication

The organisational committee plans to publish the works presented during the conference in the form of a collective volume, evaluated with a double-blind peer review procedure.

Travel and Accommodation

A list of hotel suggestions will be shared in a second communication.

Direction

Constance Carta, Assistant Professor at the Spanish Unit

Thalia Brero, Research and Teaching Fellow at the Maison de l’Histoire

Co-organisation

Luana Bermúdez, Lecturer

Belinda Palacios, Postdoctoral Researcher

Secretariat

Stéphanie Cavallero

Contact

email: ephemera.geneva.2022@gmail.com

Rue Saint-Ours 5 – CH-1211 Genève 4.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.