Parution : La vie sociale des choses – Les marchandises dans une perspective culturelle

Arjun Appadurai (dir.), La vie sociale des choses – Les marchandises dans une perspective culturelle, Les Presses du Réel, 2020. 

Avant-propos de Nancy Farriss.
Essais de Arjun Appadurai, C. A. Bayly, Lee V. Cassanelli, William H. Davenport, Patrick Geary, Alfred Gell, Igor Kopytoff, William M. Reddy, Colin Renfrew, Brian Spooner.

Traduction de l’anglais (américain) par Nadège Dulot.

Publié avec la collaboration de Laurence Bertrand Dorléac – Centre d’Histoire de Sciences Po – et le concours de la Fondation de France.

La signification que les individus donnent aux choses repose nécessairement sur les transactions et les motivations humaines, et plus particulièrement sur la façon dont ces choses circulent et dont on en fait usage. Grâce aux essais de spécialistes en anthropologie sociale et d’historiens, ce livre construit un pont entre l’histoire sociale, l’anthropologie culturelle et l’économie et marque une étape majeure dans notre compréhension des fondements culturels de la vie économique et de la sociologie de la culture. Il trouvera un écho chez les anthropologues, les historiens des sociétés, les économistes, les archéologues et les historiens de l’art.
Les contributeurs de cet ouvrage examinent comment les choses sont vendues et échangées au sein de divers environnements culturels, passés et présents. En se concentrant sur des aspects de l’échange culturellement définis et des processus de circulation socialement régulés, les essais de ce livre visent à mettre au jour les façons dont les individus trouvent de la valeur dans les choses et dont ces dernières donnent de la valeur aux relations sociales. En envisageant les choses comme dotées d’une vie sociale, les auteurs nous livrent une nouvelle façon de comprendre comment la valeur est extériorisée et recherchée. Ils évoquent un grand éventail de biens – des tapis orientaux aux reliques sacrés – afin de démontrer que la logique sous-jacente à la vie économique quotidienne n’est pas si éloignée des principes de la circulation des objets exotiques et que la distinction entre les économies contemporaines et les économies plus distantes moins complexes est moins marquée qu’on ne le croit. Comme l’écrit Arjun Appadurai dans son introduction, derrière l’apparente infinité des besoins humains et la multiplicité des formes matérielles se cachent en réalité des mécanismes sociaux et politiques complexes, mais spécifiques, qui régulent les goûts, les échanges et le désir.

Sociologue culturaliste et anthropologue, spécialiste de l’Asie du Sud, reconnu comme théoricien majeur de la modernité et de la mondialisation, Arjun Appadurai (né en 1949 à Bombay) est professeur d’anthropologie à l’université de Pennsylvanie. Il est l’auteur de Worship and Conflict Under Colonial Rule (1981).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.