Parution : Vices pop. Dysfonctionnements dans la culture pop

Frédérique Toudoire-Surlapierre, Sébastien Hubier (dir.), Vices pop. Dysfonctionnements dans la culture pop, Éditions et Presses universitaires de Reims, 2020. 

La grande révolution hypermoderne correspond à ce moment théorique où bien-être et bonheur n’ont plus été conçus comme un accomplissement personnel, mais érigés au rang de valeur ultime. Bien entendu, cette quête paranoïaque du bonheur – qui s’accompagne de formes insensées d’hypermoralisation, d’hygiénisme, d’aseptisation, de conformisme, d’uniformisation politiquement correcte et de réduction des libertés – est une pure illusion. Au bout du compte, selon la célèbre formule américaine: « life is necessarily experiencing pain and defeat ». Ce volume s’attache justement à toutes les représentations des vices et des dysfonctionnements dans la pop culture – littérature de grande diffusion, littérature pour jeunes adultes, romans graphiques, bandes dessinées, musique, fictions cinématographiques, télévisuelles et néo-médiatiques (webcams, photographies numériques, blogs), reality tv shows, productions vidéo-ludiques. Les études de ce recueil se concentrent ainsi, dans les représentations actuelles, à l’amour du gras, de l’alcool ou des drogues, à l’excès, au sentiment de vide, au burn-out, à l’infantilisation narcissique, à l’hypocondrie, à la neurasthénie, à la névrose, au binge drinking(ou watching), aux nouvelles perversions sexuelles, à la terreur de la contagion, de la mort, voire de l’extermination.

Sommaire

Frédérique Toudoire-Surlapierre (Université de Limoges) – Les sévices de la pop

Sébastien Hubier (Université de Reims Champagne-Ardenne) – La rhétorique néohygiéniste : entre mépris de classe et « fascisme mou »

Federica Santoni (Università degli Studi di Roma Tre) – Désir et névrose dans la contemporanéité

Victor-Arthur Piégay (Université de Lorraine) – Agir en fonctionnaire non éthique et irresponsable. Comédies scolaires et enseignants indignes

Lorène Trémerel (Tulane University) – La trinité satanique dans les slashers : au nom du sexe, de la drogue et de l’alcool

Lucie Bertrand-Luthereau (IEP d’Aix-en-Provence) – Le personnage féminin de Virginie Despentes, doigt d’honneur cathartique aux injonctions infernales de la féminité occidentale

Sophie Benard (Université de Picardie-Jules Verne) – Give me vice : Ed Sheeran, le roi de la pop qui se néglige

Elise Van Haesebroeck (Université Toulouse II Jean Jaurès) – Mettre en scène la perte du secret des choses de l’intime

Cyril Cottineau (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3) – Le coach, entité ludique de soumission au bien-être

Arthur Ségard (New York University) – Figures de l’oblomovisme dans le rap français

Camille Zimmermann (Université de Lorraine) – Tabou de la violence féminine et injonction à la maternité dans la pop culture

Angel Delrez (Université Paris Nanterre) – « Everything burns », ou la société de consumation

Guillaume Gomot (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3) – « I failed you » : Star Wars : Les Derniers Jedi ou la poétique de l’échec

Guillaume Labrude (Université de Lorraine)– Ivre, il traverse la ville en char d’assaut. Ébriété et morale dans les jeux vidéo Rockstar Games


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.