(Parution) La Librairie Tallandier, Histoire d’une grande maison d’édition populaire

Matthieu Letourneux, Jean-Yves Mollier

La Librairie Tallandier, Histoire d’une grande maison d’édition populaire (1870-2000)

Paris, Nouveau Monde, 2011


Fondée en 1871 par François Polo et Georges Decaux, la Librairie Tallandier est une des figures de proue de l’édition populaire.
D’abord connue sous le nom des “Bureaux de l’Eclipse”, puis de “la Librairie Illustrée”, elle ne prend le nom de Tallandier qu’en 1901 et se caractérise par son extrême longévité, malgré les crises et les rachats. Successivement militante et républicaine, spécialisée dans la littérature populaire, puis dans la littérature sentimentale, et finalement dédiée à l’Histoire, elle se transforme au fil du temps et en fonction de la personnalité de ses dirigeants tout en demeurant orientée vers le grand public.
Les auteurs dressent ici le portrait fouillé et nuancé d’une maison représentative des mutations de l’édition au XIXe et au XXe siècle. Ils analysent la construction et l’évolution de l’identité de la Librairie Tallandier, s’adaptant à chaque époque au contexte mouvant de l’édition populaire. A l’origine du “Livre de poche” (en 1915) et pionnière dans la publication de bandes dessinées (avec Benjamin Rabier), Tallandier est aussi reconnue pour des collections comme “Le Livre National” (bleu et rouge) et ses romans d’aventures ou sentimentaux.
Louis Boussenard, Michel Zévaco, Delly et Magali ont été quelques-uns de ses auteurs vedettes avant que les historiens ne prennent le relais.

Matthieu Letourneux est maître de conférences en littérature française à l’université de Paris-Ouest-Nanterre.
Spécialiste des cultures médiatiques et des littératures populaires, il a notamment publié Le Roman d’aventures, 1870-1930 (PULIM, 2010).

Professeur à l’université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, Jean-Yves Mollier a publié de nombreux ouvrages de référence sur l’édition française, dont Louis Hachette (Fayard, 1999) et, dernièrement, Edition, presse et pouvoir en France au XXe siècle (Fayard, 2008).