Soutien de la LPCM à Camille Zimmermann

Le 7 septembre 2020, Camille Zimmermann, ancienne doctorante en études culturelles à l’Université de Lorraine, publie sur Medium[1] un témoignage dans lequel elle explique qu’elle a été contrainte d’interrompre sa thèse pour échapper à l’emprise de son directeur de recherche. Elle explique aussi pourquoi elle rend public ce témoignage : une autre doctorante, qui lui avait confié être victime d’agissements comparables de la part du même enseignant, a mis fin à ses jours au début du mois d’août 2020. Le texte, qui utilise des pseudos pour les tierces personnes, se termine par une accusation sans détour :

« J’accuse M. Ts’liche, 6 ans après le début de toute cette histoire, de harcèlement moral, de violences psychologiques et d’abus de son pouvoir et de sa position hiérarchique, et ce notamment et dans les cas les plus graves pour mettre sous emprise des jeunes femmes vulnérables. »

Nous sommes chercheur·euse·s en littératures de l’imaginaire, en littératures populaires et en culture médiatique, et la part de scandale du drame que rapporte Camille Zimmermann nous éclabousse tout particulièrement, parce que nous participons à la même communauté disciplinaire et parce que nous souhaitons que cesse la loi du silence qui y règne et qui dissuade les victimes de passer à l’action par le biais de dénonciations officielles. Il faut que cela change. C’est à ce titre que nous voulons exprimer notre soutien à Camille Zimmermann et, à travers elle, à toutes celles et ceux qui trouveraient dans sa démarche un encouragement à révéler les inconduites dont elles seraient victimes.

En effet, l’affaire en cours nous paraît représentative des dérives, hélas nombreuses[2], permises par un système d’encadrement qui privilégie les échanges en vase clos sans se doter de dispositifs véritablement efficaces pour protéger les étudiant·e·s et les doctorant·e·s des enseignant·e·s qui abuseraient de leur position dominante. Malgré la mise en place de cellules de prévention contre le harcèlement et les discriminations, les universités, dans leur grande majorité, demeurent insuffisamment armées pour lutter contre la perversité des rapports de pouvoir et de genre qui s’exercent en leur sein. Nous constatons que trop souvent, des universitaires mis en cause par de graves chefs d’accusation sont protégés par leur rang, que trop souvent, leurs collègues ou leur direction tardent à agir, voire s’y refusent, lorsqu’ils ou elles ont été alerté·e·s de leurs agissements, que trop souvent, les victimes de harcèlement et/ou de violences voient leur témoignage minimisé ou sont renvoyées au silence, dans un contexte où les possibilités d’une carrière académique sont considérablement amoindries en cas de conflit avec le directeur de recherche. 

Les signataires de ce texte ne veulent pas s’y résigner. Par-delà l’expression de notre soutien explicite et collectif à Camille Zimmermann, afin d’épauler la démarche d’alerte qu’elle a initiée, nous voulons exhorter les responsables de l’Université de Lorraine à informer le public sur les suites concrètes données à ces accusations. À ce jour en effet, l’Université de Lorraine n’a publié aucun communiqué officiel et le Président n’a adressé un courriel aux personnels ALL-SHS que le 11 septembre 2020[3], suivi d’un courriel à l’ensemble de la communauté universitaire lorraine envoyé plus tardivement encore, le 30 septembre 2020[4], afin de l’informer de la tenue d’une enquête interne. Nous déplorons les stratégies rhétoriques bien identifiées auxquelles le Président a recours dans le courriel destiné aux personnels ALL-SHS : il y dénonce notamment la publication des témoignages sur les réseaux sociaux, retournant indirectement l’accusation de harcèlement contre la plaignante. Nous déplorons en outre qu’il ait fallu la mort d’une jeune femme pour que cette enquête ait lieu : Camille Zimmermann indique qu’aucune procédure n’avait été entamée lorsqu’elle avait signalé les abus auxquels elle faisait face auprès du dispositif d’alerte de l’Université de Lorraine. Cette manière de déplacer le débat sur un procès des réseaux sociaux et cette surdité de l’institution sont symptomatiques de la culture de la dénégation qui reste de mise dans l’enseignement supérieur. 

Nous, chercheur·euse·s en littératures de l’imaginaire, en littératures populaires et en culture médiatique ; nous, jeunes chercheur·euse·s vigilant·e·s, mais aussi directeur·rice·s de recherche, constitué·e·s ou non en collectifs, exigeons que les victimes de harcèlement et/ou de violences dans le cadre universitaire soient systématiquement entendues et soutenues dans leurs démarches par des interlocuteur·rice·s fiables, sans que soit remis en cause leur droit à témoigner. Nous exigeons également que les directions des universités mettent en place ou renforcent les structures visant à ce que toutes les formes d’abus, de harcèlement, de violence et d’oppression puissent être signalées, soumises à un examen des faits dès que les premiers soupçons émergent, et qu’elles puissent mener à des procédures disciplinaires.

La LPCM, Association internationale des chercheurs en « Littératures populaires et culture médiatique » 


[1] Camille Zimmermann, « De la toute puissance des prédateurs haut placés, Medium, 7 septembre 2020. URL : https://medium.com/@Camille_Thizbel/de-la-toute-puissance-des-prédateurs-haut-placés-d875001c28a6

[2] Certaines d’entre elles sont répertoriées sur le site Academia : https://academia.hypotheses.org/?s=harc%C3%A8lement&submit=Recherche

[3] Ce courriel a été rendu public sur Academia : https://academia.hypotheses.org/25555

[4] Voir le fil Twitter du carnet Academia : https://twitter.com/Academia_carnet/status/1311246267515895808


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.