Hommage à Dominique Kalifa

Le bureau de la LPCM (Association internationale des chercheurs en Littératures Populaires et Culture Médiatique) a appris la disparition brutale de Dominique Kalifa. Il s’est donné la mort à Brugheas, dans l’Allier, le jour de ses 63 ans.

Dominique était un compagnon de route de la LPCM, un inspirateur, un ami. Dès les années 1990, il avait fait du populaire un terrain d’investigations, et s’était impliqué pour rassembler plusieurs générations de chercheurs travaillant sur des objets culturels jusqu’alors peu reconnus institutionnellement, afin de  renouveler en profondeur les approches sur la culture médiatique. Il avait contribué de façon décisive à donner une densité et une charpente historiques au phénomène, entretenant un dialogue fructueux avec les spécialistes d’autres disciplines. Ces dernières années, il avait pris part aux travaux de Media19 et de Numapresse. Sa contribution à La Civilisation du journal fut capitale, et a contribué à la réévaluation du caractère central de la presse dans les sociétés modernes, pour lesquelles il affirmait l’existence d’un véritable « paradigme médiatique ». Ses travaux antérieurs capitaux sur la police, les détectives, les bas-fonds, les faits-divers ou le bagne et, plus largement la manière avec laquelle il a su interroger les imaginaires du crime dans la presse, la littérature et l’espace public ont révolutionné la manière de penser la relation de la culture médiatique avec les imaginaires sociaux. Par-dessus tout, la générosité avec laquelle il savait mettre son intelligence et sa finesse d’analyse au service de la collectivité manqueront à tous ceux qui l’ont côtoyé.

La brillante carrière de Dominique ne l’empêchait pas de revendiquer son premier titre, celui de président de l’association des Amis de Fantômas. Cette fidélité l’avait conduit à consacrer en 2017 une nouvelle monographie au Prince des ténèbres.

Chez Dominique, l’exploration du contemporain dépassait les limites du populaire. Il entretenait le foyer de l’histoire culturelle, continuait l’œuvre de ses maîtres, Alain Corbin et Michèle Perrot, à qui il rendait souvent hommage.

Les témoignages amicaux, nombreux, affluent depuis ce matin de collègues d’aires et de spécialités différentes. Ils disent le vide immense laissé par cet intellectuel brillant, auteurs d’ouvrages qui ont fait date, et par cet homme aux qualités de cœur exceptionnelles. Il laisse une bibliographie exigeante, de nombreux chantiers ouverts, mais aussi de nombreux élèves, qu’il guidait avec intelligence et bienveillance.

Nous pensons à ses enfants à qui nous présentons nos condoléances.

 

 

Au fil de sa carrière, Dominique Kalifa a offert une impressionnante contribution à la recherche, dont voici quelques titres :

L’Encre et le Sang : récits de crimes et société à la Belle Époque, Paris, Fayard, 1995.
La Culture de masse en France, tome 1  (1860–1930), Paris, La Découverte, 2001.
Crime et culture au XIXe siècle, Paris, Perrin, coll. « Pour l’histoire », 2005.
Avec Philippe Régnier, Marie-Ève Thérenty et Alain Vaillant [dir.], La civilisation du journal. Histoire culturelle et littéraire de la presse française au XIXe siècle, Paris, Nouveau Monde éditions, 2011.
Les Bas-fonds. Histoire d’un imaginaire, Paris, Seuil, 2013.
La Véritable Histoire de la « Belle Époque », Paris, Fayard, 2017.
Tu entreras dans le siècle en lisant Fantômas, Paris, Vendémiaire, 2017.
Paris. Une histoire érotique, d’Offenbach aux Sixties, Paris, Payot, 2018.

Une réflexion sur « Hommage à Dominique Kalifa »

  1. En effet, c’est un grand vide qui nous arrive.
    Merci Monsieur Kalifa, grand merci, pour cette oeuvre si importante.
    Parce qu’elle a rendu visible des champs d’investigations inattendus, mouvementés, complexes, souterrains, bifurquants, archéologiques, drôles comme l’est la vie des hommes.
    Une série d’audace qui réduit les barrières culturelles et sociales à ce qu’elles ne devraient jamais cesser d’être : des objets d’études historiques.
    Tachons de prendre acte de cette oeuvre, contre le vide et pour l’histoire de la vie des hommes.
    Des pensées pour sa famille, proches, collaborateurs, étudiants et prédécesseurs M. Corbin et Mme Perrot dont nous partageons la peine immense.
    Une ancienne étudiante.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.