Appel à contributions – Les Cahiers Dumas (n°46), Réécritures dumasiennes : un imaginaire de l’innutrition

Considéré à juste titre comme le principal fondateur du roman historique en France, Alexandre Dumas fut dès son vivant imité par une constellation d’auteurs. Le roman historique connaît alors dès le Second Empire sur le territoire national puis en Europe un incontestable âge d’or. Du chevalier justicier Henri de Lagardère de Paul Féval aux formidables prouesses du cycle des Pardaillan chez Michel Zévaco, cinquante années suffisent en effet pour voir éclore une abondante descendance d’auteurs dans un genre à succès. Ces derniers ne dissimulent pas, dans les choix retenus (époque, lieux et personnages choisis) l’influence du grand maître. Leurs héros déplacés dans un passé à reconquérir se caractérisent surtout par un héroïsme exacerbé, un culte de passions mélodramatiques mais surtout évoluent indéniablement dans un style à reproduire. Cette reconduction par les épigones des romans historiques « à la Dumas » participe ainsi à la construction d’une nouvelle culture médiatique (M. Letourneux).

Parallèlement et avec l’invention et le succès des premières productions cinématographiques qui accompagnent un genre à la mode, les adaptations et réécritures littéraires continuent de circuler dans la première partie du XXe siècle et contribuent à perpétuer le souvenir du père du cycle des Mousquetaires. Or, ces réécritures s’accompagnent dès lors d’une écriture indéniablement pétrie de la référence dumasienne. Paul Claudel dans Le Père humilié ou Maurice Leblanc (avec La Comtesse de Cagliostro) la cultivent à différents degrés. De son côté, Gaston Leroux rend explicitement un vif hommage à « l’auteur des Trois mousquetaires, notre père à tous » dans les premières lignes du Roi mystère.

L’ensemble de ces réécritures, génériquement assumées ou génétiquement modifiées, participe à la lente mythologisation d’une œuvre et de son auteur dans l’imaginaire culturel commun. Plusieurs pistes s’offrent alors à cette nouvelle étude dumasienne. Il conviendrait dans une démarche historique (du Second Empire contemporain à l’auteur au milieu du XXe siècle) de rendre compte à la fois de l’évolution de ces influences (thématiques et stylistiques) à la source de l’affirmation d’un genre tout en mettant au jour les analogies plus subtiles entre les productions d’Alexandre Dumas et des récits situés à l’intérieur et en marge du champ historique.

À titre d’exemples et non dans une perspective exhaustive, nous proposons les pistes de réflexion suivantes :

  • L’intertextualité dumasienne comme affirmation d’une appartenance au roman historique ;
  • La référence à Dumas père comme principe d’arborescence d’un genre nouveau ;
  • La référence au roman dumasien dans l’histoire littéraire ;
  • La démonstration des liens de parenté à l’œuvre dumasienne par le biais d’études stylistiques, lexicales…
  • La réécriture des œuvres dans une perspective scolaire…

Les propositions d’articles, de 2000 caractères au maximum, accompagnées d’un titre (provisoire) et d’une notice biographique devront être envoyées à l’adresse cedric.hannedouche@wanadoo.fr pour le 15 décembre 2020 au plus tard. Une réponse sera rapidement envoyée aux auteurs.

Les articles, ne dépassant pas les 30 000 signes, devront être rédigés conformément aux consignes éditoriales et transmis au plus tard le 15 avril 2021.

Bibliographie indicative

BOUCHARD Pierre-Olivier, « Le roman historique de 1900 à 1930 : entre rupture et continuité », Fabula / Les colloques, L’art, machine à voyager dans le temps, URL : http://www.fabula.org/colloques/document4757.php

DURAND LE-GUERN, Isabelle, Le roman historique, Paris, Colin, 2008, 127 p.

GENGEMBRE, Gérard, « Le roman historique : mensonge historique ou vérité romanesque ? », dans Études, vol. tome 413, no. 10, 2010, pp. 367-377.

HARTOG, François, Régimes d’historicitéprésentisme et expérience du temps, Paris, Seuil (Points), 2012 (2003), 321 p.

LETOURNEUX, Matthieu, Le roman d’aventures : 1870-1930, Limoges, PULIM, 2010, 455 p.

LUKÁCS, György, Le roman historique, Paris, Payot, 2000 [1937], 410 p.

MOLINO, Jean, « Qu’est-ce que le roman historique ? », dans Revue d’histoire littéraire de la France, vol. 75, no° 2, 1975, p. 233-234.

NELOD, Gilles, Panorama du roman historique, Paris, Sodi, 1969, 497 p.

PRÉVOST, Maxime, Alexandre Dumas mythographe et mythologue l’aventure extérieure, Paris, Honoré Champion, 2018, 286 p.

SARROT, Jean-Christophe, Le roman policier historique : histoire et polar, autour d’une rencontre, Paris, Nouveau Monde, 2009, 495 p.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.