Appel à contribution : La semaine : découpe et usages du temps social, XIXe-XXe s.

« La semaine : découpe et usages du temps social » (XIXe- XXe siècles)

Projet de n° 52 de Sociétés & Représentations, 2021,
dirigé par Dominique Kalifa dans le cadre de l’ANR Numapresse (2017-2022)

La semaine est évidemment une veille affaire puisqu’elle présida à l’invention du monde. Mais il se trouve que beaucoup l’oublièrent. Si ses usages, notamment religieux, ont longtemps ordonné l’organisation du temps collectif, ils tendirent à s’affaiblir dans le cours ordinaire des choses qui lui préféra d’autres scansions, quotidiennes, agricoles, saisonnières, etc. Une inflexion est cependant sensible à compter de la fin du XIXe siècle. Le déclin (relatif) de la semaine religieuse s’accompagne en effet, et paradoxalement, d’usages de plus en plus nombreux de découpes hebdomadaires. Au théâtre, puis au cinéma, la « semaine culturelle » a le vent en poupe. Le monde des affaires ou celui de la politique tendent également à réordonner le temps sur un mode hebdomadaire. Le temps scolaire suit le mouvement, celui du sport également, tandis que la paye « à la semaine » supplante progressivement la « journée » et que les lois sociales réglementent la durée hebdomadaire du travail, accordent le « repos hebdomadaire », puis la « semaine anglaise ». La radio, précédant la télévision, met en place des « grilles hebdomadaires » ; les médecins prescrivent des posologies hebdomadaires. Dans les bureaux, le semainier se substitue peu à peu à l’éphéméride et l’on sait combien l’hebdomadaire détrône peu à peu le quotidien dans les usages ordinaires de la presse. Quant aux quelques tentatives mises en œuvre pour détrôner la semaine traditionnelle (celle de la décade des révolutionnaires français ou celle de la nepreryvka soviétique), elles se soldèrent par des fiascos.
Une telle question n’a suscité jusqu’à nos jours qu’une bibliographie étique, surtout centrée sur les origines et les usages cosmico-religieux de la semaine1. Or la singularité de la semaine est d’être une pure création sociale. Elle est en effet la seule découpe du temps totalement indépendante des cycles ou des périodicités naturelles comme la journée, le mois ou l’année (d’où sa complète absence de synchronisation avec ces autres rythmes). Pur produit de l’activité humaine, elle offre en ce sens un bel exemple de « construction sociale de la réalité ». Les activités, les sentiments, les corps (pensons au cas de la pilule contraceptive dont la configuration hebdomadaire en est venue à affecter les rythmes biologiques) en sont tous affectés. L’expansion et la généralisation de la semaine depuis le fin du XIXe siècle, sa propension à réordonner l’ensemble du temps social, en lien avec ce que Lewis Mumford appelait la « périodicité mécanique »2, constituent donc des phénomènes particulièrement intéressants pour l’histoire et les sciences sociales.
Ce sont les usages renouvelés du temps par la découpe hebdomadaire que cette livraison entend explorer, à partir d’une série d’essais empiriques centrés sur des pratiques ou des activités caractéristiques de la modernité occidentale. Les articles pourront se centrer sur des formes particulières d’organisation hebdomadaire du temps collectif (vie sociale, culturelle, religieuse, politique, économique), sur les matérialités ou les artefacts spécifiques du rythme semainier, sur ses représentations ou mises en scènes médiatiques.

Les propositions (1500 signes max) assorties d’un bref CV sont à envoyer avant le 15 juillet à l’adresse suivante :
kalifa@univ-paris1.fr
Les articles (30 000 signes hors notes) seront à remettre avant le 15 janvier 2021.

  1. Francis Henry Colson, The Week. An Essay on the Origin and Development of the Seven-day Cycle. Cambridge University Press, 1926. Les seuls travaux qui envisagent la question dans une perspective sociologique sont ceux d’Eviatar Zerubavel The Seven Day Circle. The History and Meaning of the Week, New York, Free Press, 1985; Hidden Rythms. Schedules and Calendars in Social Life [1981], Berkeley, University of California Press, 1985 []
  2. Lewis Mumford, Technics and Civilization, New-York, Harbinger, 1963. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.