Arielle Nganso (Université de Limoges)

Arielle NGANSO est actuellement Attachée temporaire d’enseignement et de recherche (ATER) à l’université de Limoges. Elle y prépare également une thèse portant sur les circulations musicales entre la France, l’Afrique centrale et les États-Unis sous la direction de Loic Artiaga et de Till Kuhnle. Elle est membre du laboratoire EHIC (Espaces humains et interactions culturelles) de l’Université de Limoges et fait partie du réseau de chercheurs du projet Transatlantic Cultures qui vise à la réalisation d’un Dictionnaire d’histoire culturelle transatlantique : une encyclopédie numérique éditée en ligne et en quatre langues (anglais, français, portugais, espagnol), destinée à analyser les dynamiques circulatoires dans l’espace atlantique et à comprendre le rôle de ce dernier dans le processus de mondialisation contemporain. Ses principaux champs de recherches portent sur les transferts culturels, l’histoire culturelle de l’Afrique centrale contemporaine, les postcolonial studies, la Francophonie, le patrimoine immatériel africain, la production et la diffusion des musiques urbaines africaines en France, l’identité.

Sujet de thèse : La réception en France des musiques urbaines des pays d’Afrique centrale de 1960 à 1990

Ce travail interroge les antécédents de la relation unissant l’Afrique centrale (précisément le Cameroun et les deux Congo) à la France, en examinant l’émergence des « musiques urbaines » en Afrique centrale jusqu’à leur réception sur le sol français. La première partie de ma recherche consiste à explorer les différentes influences musicales occidentales et les contextes socio-politiques qui ont donné lieu à la création de mélodies nouvelles (makossa, rumba, soukous, bitkutsi) en Afrique centrale. Ensuite, il est question d’explorer les différents détours géographiques (aux Etats-Unis notamment) qu’ont emprunté ces musiques avant d’être propulsées sur les scènes françaises et permettre à ce pays de revendiquer l’étiquette de « creuset de la sono mondiale ». Enfin, j’entends dessiner une cartographie des acteurs de ces circulations, des réseaux constitués et, souligner le rôle joué par les institutions politiques françaises et les institutions internationales dans la production, la diffusion et la commercialisation de ces musiques tout en interrogeant les enjeux et les défis que cette dynamique soulève sur les questions de préservation du patrimoine culturel immatériel en Afrique centrale.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.