Colloque : Images fixes et Images animées

Colloque international 

Images fixes et Images animées. Livres illustrés, bandes dessinées et courts métrages d’animation 

du 19 au 21 mars 2020 – Roanne 

Contexte et argument

Ce colloque poursuit une réflexion initiée lors d’une journée d’études organisée à l’occasion de l’édition 2019 du Festival Ciné Court Animé de Roanne. Les travaux de cette journée d’études feront l’objet, avec ceux de ce colloque, d’une publication au sein de la collection Cinémas d’animations de L’Harmattan – elle-même faisant suite à l’édition d’un premier ouvrage reprenant la journée d’études et le colloque qui se sont tenus en 2017 et 2018.

Alors que la première phase de ces réflexions se consacrait principalement à la problématique de l’adaptation littéraire dans le cadre du court métrage d’animation, ce colloque souhaite les prolonger en ouvrant à d’autres espaces artistiques dans un monde où « toutes les formes de communication fonctionnent maintenant comme des vases communicants. » (A. Martin).

Nous nous proposons donc de nous pencher sur les rapports – terme qui inclut l’adaptation mais se propose aussi de lui échapper – entre, d’un côté, les formes courtes du cinéma d’animation et, de l’autre, des formes livresques unissant textuel et visuel, à l’image des livres illustrés et des bandes dessinées. 

Si des travaux ont déjà été effectués sur l’adaptation cinématographique dans le domaine de la bande dessinée, ceux-ci n’ont que marginalement approché le cinéma d’animation, dont ce colloque souhaite faire son objet d’étude central. 

Il est incontestable que le cinéma d’animation ne reflète pas la ‘réalité’ d’une classique prise de vue réelle mais qu’il propose des filtres et des modes graphiques et esthétiques particuliers. En ce sens, étudier les spécificités du cinéma d’animation et celles des planches, des cases et des images de la bande dessinée permet de questionner la pluralité et la spécificité des regards portés par un médium sur l’autre à l’intérieur d’un espace iconographique semblant pouvoir les réunir.

Par la pratique du storyboard et du scénario, le cinéma sait presque naturellement jouer de la forme narrative iconotextuelle de la bande dessinée et ainsi transposer les images fixes de la bande dessinée en images mobiles. L’histoire contemporaine du cinéma ne fait certainement que démontrer les succès de cette intermédialité si spécifique.

L’illustration, image qui peut accompagner un texte demandeur ou non, s’introduit dans tous les pans de l’édition. Première forme d’adaptation visuelle de la littérature, l’illustration pose des enjeux de représentation qui touchent à la fois aux dimensions esthétiques et narratives. D’une manière parfois très différente parfois très proche de la bande dessinée, l’illustration crée, par son association aux mots, un espace séquentiel complexe dont le cinéma d’animation peut naturellement s’inspirer. 

En privilégiant une approche intermédiale et en nous concentrant sur le cinéma d’animation à travers ses créations les plus singulières, celles du court métrage, nous souhaitons mettre en lumière tous les rapports qui peuvent, au-delà de la déjà riche question de l’adaptation transmédiale, s’opérer entre ces trois espaces narratifs où langue et image s’unissent si étroitement.

Adresses

 IUT de Roanne : Conférences du jeudi 19 mars 14 h jusqu’au samedi 21 mars 12 h, Amphithéâtre TC, Département Techniques de Commercialisation, 20 Avenue de Paris (Roanne) 

Médiathèque de Roanne :  Conférence professionnelle du samedi 21 mars à 14 h, 30 Avenue de Paris (Roanne) 

Espace Renoir : Conférence professionnelle du vendredi 20 mars à 17 h et séances Festival, 12 bis Rue Jean Puy (Roanne)  

Informations 

www.nefanimation.fr 

www.cinecourtanime.fr

Télécharger le programme


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.