Appel à communication : Autopsie du Méchant : de l’ombre à la lumière

Journée d’étude
« Autopsie du Méchant : de l’ombre à la lumière »
Jeudi 9 avril 2020​, Faculté des Lettres et Sciences Humaines de Limoges
Campus Vanteaux, 39E Rue Camille Guérin, 87036 Limoges

APPEL À COMMUNICATION

Il y a de cela quelques années il était impossible dans une œuvre cinématographique d’imaginer que le héros soit un méchant. Le film Joker a prouvé que la figure du méchant s’offre le premier rôle dans la culture populaire de nos jours. Le personnage du Joker était à l’origine l’adversaire d’un héros, mais son succès et ses réécritures lui ont permis de s’émanciper et de s’imposer sur le devant de la scène.
Peut-on saisir une identité du méchant ? L’histoire culturelle et artistique explore différents portraits du méchant ; il est donc difficile de définir ce personnage protéiforme. La figure du méchant peut-elle être cristallisée ? Parallèlement, dans l’actualité, l’instrumentalisation du méchant est omniprésente (tyrans au pouvoir, terroristes, tueurs en série, etc.). Cette figure est-elle en train de s’imposer face aux anciens « gentils » héros ?
Il se dégage une forme de fascination pour la figure du méchant, à la fois esthétique et sociale. Mais à quel moment la société a-t-elle commencé à troquer ses héros contre des figures parfois complètement opposées ?
Le temps des bons héros est révolu.
Les étudiant.es du Master Lettres et Arts de Limoges ont décidé d’organiser une journée d’étude sur ce sujet très contemporain et en pleine effervescence, en réunissant des acteurs.rices de plusieurs disciplines pour répondre aux différentes questions qu’il pose :Philosophie
Naît-on ou devient-on méchant ?
Existe-t-il un lien de causalité entre l’environnement (conditions sociales, matérielles, spirituelles…) et la méchanceté ?
Est-ce qu’être méchant c’est être immoral ou amoral ?

Sciences sociales
Pourquoi et comment défendre un méchant ?
Être méchant n’est-ce pas s’émanciper d’une société corruptrice ?
Quand la prise de conscience n’arrête pas l’acte mais le renforce.
Le méchant a-t-il un rôle social et si oui, lequel ?

Esthétique
Pourquoi aime-t-on les méchants ?
Comment rendre un méchant attractif ?
Comment construit-on et incarne-t-on un méchant ? (Roman, cinéma, théâtre…)
Comment évolue la figure du méchant dans les arts, la littérature et la culture populaire ?
Peut-on parler d’autonomisation de la figure du méchant ?
Le démon de l’enfance : quelles sont les formes de méchanceté dans l’enfance ?

Calendrier
Date limite de soumission des propositions : 9 février 2020.
Réponse du comité : à partir du 20 février 2020.
Journée d’étude : 9 avril 2020.
La journée d’étude se déroulera en français.

Soumission
Les propositions de communication (1500 signes environ) ainsi qu’une courte notice biobibliographique (CV) sont à envoyer jusqu’au 9 février 2020 inclus à :
odile.pauchet@unilim.fr, antoinette.gimaret@unilim.fr, autopsiedumechant.limoges@gmail.com

Responsables
Antoinette Gimaret, Odile Richard-Pauchet.

Partenaires
Université de Limoges, FLSH, Département de Langue et Littérature Française.
Laboratoire EHIC — Espaces Humains et Interactions Culturelles.
ENSA Limoges. Association étudiante La Péponne.

Organisateurs
Les deux promotions d’étudiants du Master 1 Lettres & Arts :
T.R.M. (Textes et Représentations du Monde) et C.C.I.C. (Création Contemporaine et Industries Culturelles).

Comité Scientifique
Loic Artiaga, Damien Roets, Thibault Catel, Jean-Michel Devésa, Antoinette Gimaret, Till Kuhnle, Odile Richard-Pauchet.

Bibliographie sommaire

Études récentes :
Stéphane Bourgoin, Le Livre noir des serial killers, dans la tête des tueurs en série, Paris, Points Seuil, 2017.
Jean-Baptiste Causin, Comprendre et prévenir la violence : Apports de la psychiatrie à la compréhension des comportements violents, Mona édition, coll. « La réponse du psy », 2015.
Gille Kepel, Terreur dans l’hexagone, Genèse du djihad, Paris, Gallimard, 2015.
François Jost, La Méchanceté en actes à l’ère numérique, CNRS éditions, 2018.
François Jost, Les Nouveaux méchants. Quand les séries américaines font bouger les lignes du Bien et du mal, Bayard, 2015
Sébastien Schehr, Traîtres et trahisons de l’Antiquité à nos jours, Paris, Berg international, 2008.
Adèle Van Reeth et Michaël Foessel, La Méchanceté, questions de caractère, Paris, Plon, 2014.
Frédéric Worms, L’Homme neuronal, trente ans après : dialogue avec Jean-Pierre Changeux, éd. ENS, 2016.

Philosophes :
Platon, La République.
Jean-Jacques Rousseau, Discours sur les Sciences et les Arts ; Discours sur l’inégalité.
Emmanuel Kant, Critique de la faculté de juger.
Nietszche, Par-delà le bien et le mal.
Hanna Arendt, La Condition de l’homme moderne.
Vladimir Jankélévitch, Le Traité des vertus.
Jean-Pierre Changeux, L’homme neuronal.

Littérature :
François Villon, Le Testament
Molière, Don Juan, Le Misanthrope
Sade, Les Cent vingt journées de Sodome
Goethe, Faust
Lautréamont, Les Chants de Maldoror
Rimbaud, Une saison en enfer
Lovecraft, Le Mythe de Cthulhu
Dostoievski, Crime et Châtiment
Tolkien, Le Hobbit, Le Seigneur des anneaux
Céline, Voyage au bout de la nuit
Camus, Caligula, La Peste, L’Étranger

Cinéma :
Orson Wells, La Soif du Mal
Ingmar Bergman, L’Œuf du serpent
Pier Paolo Pasolini, Les Cent vingt journées de Sodome
Alfred Hitchcock, Psychose
Alex Haley, Racines
Stanley Kubrick, Shining
Martin Scorsese, Les Affranchis
Jonathan Demme, Le Silence des Agneaux
Steven Spielberg, La Liste de Schindler
Mathieu Kassovitz, La Haine
Quentin Tarantino, Inglorious Bastards
Ladj Ly, Les Misérables
Todd Phillips, Joker


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.