Marie Gaboriaud (Université de Gênes, Italie)

Marie Gaboriaud est agrégée de Lettres Modernes et docteure en littérature des Universités de Paris-Sorbonne, Bonn et Florence (co-diplomation). Elle et actuellement lectrice d’échange à l’Université de Gênes (recherche postdoctorale et enseignement), où elle est également chargée de coopération universitaire pour l’Institut français en Italie.

Sa thèse, menée sous la direction de Didier Alexandre, Michela Landi et Paul Geyer, a été publiée en 2017 sous le titre Une vie de gloire et de souffrance. Le mythe de Beethoven sous la Troisième République. Elle interroge la construction d’un mythe culturel dans l’imaginaire collectif, à travers un corpus musicographique constitué de romans, pièces de théâtre, presse musicale, biographies, littérature de vulgarisation, littérature jeunesse, etc. 

Elle travaille aujourd’hui sur la presse et les biographies musicales, les collections éditoriales de vulgarisation artistique, et plus largement sur la construction des canons culturels dans des corpus “délégitimés”.

Elle coordonne depuis 2018 la rubrique musicale du Magasin du XIXe siècle, dirigé par José-Luis Diaz, ainsi que le site d’informations en études franco-italiennes EFMR, et le carnet Hypothèses lié à ce projet. 

Bibliographie (sélection):

Ouvrages 

  • Romans et récits français, entre nationalisme et cosmopolitisme, Anne Cadin, Perrine Coudurier, Jessica Desclaux, Marie Gaboriaud et Delphine Pierre (dir.), Paris, Classiques Garnier, 2017.
  • Une vie de gloire et de souffrance. Le mythe Beethoven sous la Troisième République, Paris, Classiques Garnier, 2017.

Articles

  • « Die Republik und der Deutsche. Wie Beethoven zum französisches Klassiker wurde », Klassiker als kulturelle Praxis, Paula Wojcik, Stefan Matuschek, Sophie Picard, Monika Wolting (dir.), Berlin/Boston, De Gruyter, 2019, p.281-294.
  • « Un Titan chez les Pardaillan : les deux visages de la gloire beethovénienne », La Machine à gloire. Le Magasin du XIXe siècle, n°7, José-Luis Diaz (dir.), 2017, p.52-59.
  • « Statues ou silhouettes ? Portraits de l’artiste en grand homme à l’aube de la Troisième République », Le Portrait. Revue Romantisme, n°176, Fabienne Bercegol (dir.), 2017, p.70-79.
  • « Proust, Romain Rolland et le modèle beethovénien », Quaderni Proustiani, n°11, Geneviève Henrot (dir.), 2017, p. 139-152.
  • « Le discours musical, un objet en soi ? », Le Comparatisme comme approche critique. Littérature, arts, sciences humaines et sociales, Tome 2, Anne Tomiche (dir.), Classiques Garnier, 2017, p. 409-423.
  • « Vie d’amour et vie de souffrance. Les monographies sur Beethoven au début du XXe siècle, entre canonisation et fictionnalisation », Critique et Médium (XXe-XXIe siècles), Ivanne Rialland (dir.), Paris, CNRS Editions, 2016, p.169-184.
  • « La « vie de musicien », une projection du masculin idéal ? », Fictions du masculin dans les littératures occidentales, Anne Tomiche, Monica Zapata, Bernard Banoun (dir.), Paris, Classiques Garnier, 2014, p.117-132.
  • « Les écrits musicaux de René Fauchois : entre incarnation et indignation », Ecrire (sur) la musique. Comparatismes en Sorbonne, n°5, mai 2014. URL : http://www.crlc.paris-sorbonne.fr/FR/Page_revue_comparatisme.php 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.