Lucie Amir (Université de Limoges)

Ancienne élève de l’ENS de Lyon, Lucie Amir est doctorante contractuelle à l’Université de Limoges (ED Humanités, Laboratoire EHIC – EA1087). Elle prépare, sous la direction de Jacques Migozzi et de Natacha Levet, une thèse en littérature française sur les politiques du polar français de l’extrême-contemporain (2000-2018). Elle est, au titre de ses recherches et de son rattachement à l’Université de Limoges, membre du programme européen H2020 DETECt (2018 – 2021), qui rassemble douze universités européennes dans un projet de recherche portant sur les fictions criminelles européennes de 1989 à aujourd’hui.

CV en ligne

Recherche doctorale : Politiques des genres noirs contemporains : le sous-champ du polar français face à l’engagement (2000-2018).

Cette recherche veut explorer les rapports qu’entretient le polar français de l’extrême-contemporain avec la question de l’engagement littéraire, et veut faire l’état d’un sous-champ littéraire fortement polarisé par la question politique. Les genres noirs sont peu considérés dans les études théoriques et critiques sur l’engagement littéraire et sur le « retour au réel » (Viart 2008) contemporain de la littérature. Pourtant, l’espace générique et socio-économique que recouvre le terme « polar », et qui rassemble tous les héritiers des fictions criminelles françaises (roman noir, thriller, etc.) est aujourd’hui encore fortement tributaire du patronage de la littérature politisée des écrivains du néo-polar et de la « génération Poulpe », qui comptaient une majorité d’ex-militants issus de la gauche post-soixante-huitarde (Collovald et Neveu, 2001). Cette association entre roman noir et engagement politique est restée un leitmotiv des discours contemporains sur le genre. Décrit dans la presse comme une « littérature de décryptage », ou comme une « littérature de rebelles », le polar est spontanément appréhendé comme un genre contestataire, a minima ancré dans le réel et engagé dans la dénonciation des dysfonctionnements sociaux. Néanmoins, à la faveur d’un renouvellement éditorial amorcé au milieu des années 2000, on observe depuis lors une tension dans les pratiques qui incarnent le genre, entre une assignation persistante à porter des enjeux politiques et un retrait patent d’une partie des acteurs de la production contemporaine. Il s’agit de saisir ces inflexions, d’interroger la manière dont les écrivains français de polar envisagent aujourd’hui leur rôle, et celui de leur littérature, dans le monde social, de comprendre comment l’espace français du polar se reconfigure autour de cette question, celle de la définition d’un genre (de sa politique). L’étude s’attache en priorité aux politiques littéraires telles qu’elles s’expriment dans les discours des écrivains. Elle s’appuie sur l’analyse d’entretiens critiques et d’entretiens de recherche d’une part, d’un corpus romanesque significatif d’autre part, incluant les écrivains et les romans les plus reconnus par l’espace du polar depuis le début du siècle (parmi lesquels Fred Vargas, Caryl Férey, Franck Thilliez, Michel Bussi, Hervé Le Corre, Dominique Manotti, Pierre Lemaître, Nicolas Mathieu ou DOA).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.