APPEL : Que deviennent les grandes figures historiques dans les uchronies ?

Numéro spécial de La Revue des Grandes Figures historiques,

dirigé par Frédéric Briot

 

Et si…

Et si le nez de Cléopâtre….

On aurait mauvaise grâce à refuser à Blaise Pascal le titre de père (involontaire certes, mais la paternité somme toute s’accommode fort bien de cela) de l’uchronie , celle d’une supposition, ridicule ou pas, fictionnelle peut-être, mais où la face du monde change(rait). De la taille d’un nez aux bouleversements (ou pas…) des empires.

Et si Napoléon l’avait emporté à Waterloo ?  Et si l’Empire romain ne s’était pas effondré, perdurant jusqu’à aujourd’hui ? Et si les Alliés avaient perdu la Seconde Guerre Mondiale ? Et si Kennedy n’avait pas été assassiné ? Et si les bolcheviks n’avaient pas pris le Palais d’hiver ?

Jeu d’esprit si l’on veut, l’uchronie tient aussi un discours extrêmement sérieux sur l’Histoire, celle qui fait l’objet du récit aussi bien que celle où se situe son écriture : on en a par exemple quelques aperçus très éclairants concernant la science-fiction soviétique dans Etoiles rouges de Viktoria et Patrick Lajoye (Piranha, 2017).  Aussi dans Pour une histoire des possibles (Le Seuil 2016) Quentin Deluermoz et Pierre Singaravélou lui font une place non négligeable.   

Une conséquence toute pratique s’impose immédiatement : dans cette bifurcation narrative, que deviennent les grandes figures historiques de la version officielle, celle que nous tenons pour vraie ?

Une courte typologie, incomplète, forcément incomplète, vient tout de suite à l’esprit :

On peut imaginer que certaines figures gardent malgré tout, et étonnamment, leur stature, mais sans doute pour d’autres raisons, le contexte ayant changé. On peut imaginer qu’au contraire elles vont être bafouées, malmenées, et deviennent parfois subalternes, voire totalement anonymes. Il faut supposer alors que (revanche ?) des figures anonymes dans l’autre version deviennent ici majeures.

Ce sont ces devenirs, ces secouements des destinées, et tous les enjeux (d’écriture, narrative ou filmique, politiques, idéologiques…), que les contributions devront s’attacher à exposer et à étudier. Si en quelque sorte par définition même du genre les œuvres traitées seront globalement plutôt récentes, il n’y a en revanche aucune exclusive concernant les espaces géographiques et linguistiques dont elles seront issues.

Responsable Frédéric Briot.

Date limite de remise des articles: 1 septembre 2020.

Articles à envoyer à

frederic.briot@univ-lille.fr ou à fiona.mc-intosh-varjabedian@univ-lille.fr ou alison.boulanger@univ-lille.fr


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.