"Interférences littéraires": call for papers

Croqués par eux-mêmes
La société à l’épreuve du « panoramique »
Dossier coordonné par
Nathalie Preiss (Université de Reims) & Valérie Stiénon (F.N.R.S – Université de Liège )
Interférences littéraires / Literaire interferenties, n° 8, mai 2012

Dans la première moitié du XIXe siècle, nombreux dans toute l’Europe sont les volumes qui mêlent l’étude de moeurs satirique à l’autoportrait sur le modèle « peint par soi-même ». Organisés en collections et rédigés collectivement, ces volumes présentent de la société un ensemble de représentations textuelles et iconiques associées à une typification des statuts sociaux et des professions : le médecin, la grisette, le gamin de Paris, la portière, le bourgeois, le poète, etc. Après Walter Benjamin, on a qualifié rétrospectivement cette littérature de « panoramique » [Benjamin 1989], d’après le modèle des spectacles optiques de masse que sont les panoramas et les dioramas [Comment 1993].
Le développement de cette littérature se caractérise par l’influence mutuelle des esquisses françaises, anglaises, allemandes, autrichiennes, espagnoles et belges, parmi lesquelles figurent England and the English (London, Bentley, 1833), Paris ou le Livre des Cent-et-un (Paris, Ladvocat, 1831-1834), Les Français peints par eux-mêmes (Paris, Curmer, 1842), La Grande Ville (Paris, Bureau Central des Publications nouvelles, 1842-1843), Le Diable à Paris (Paris, Hetzel, 1845-1846), Les Belges peints par eux-mêmes (Bruxelles, Raabé, 1839), Berlin und die Berliner (Berlin, Klemann, 1840-1841), Wien und die Wiener (Pesth, Heckenast, 1844, en séries à partir de 1841) et Los Españoles pintados por sí mismos (Madrid, Ignacio Boix, 1843). Les Physiologies françaises [Preiss 1999], le costumbrismo espagnol [Montesinos 1960], le portrait générationnel en Allemagne et en Autriche [Oettermann 1980] et l’esquisse anglaise [Sha 1998] constituent autant de sous-genres de cette littérature qui engage l’histoire culturelle du dix-neuvième siècle en marche vers la modernité, désireux d’affirmer son originalité et sa spécificité.
Ces tableaux sociographiques élaborent la figuration des moeurs d’une société européenne coïncidant avec l’émergence des romantismes et avec un éveil des nationalités, au point de se faire, à l’occasion, les vecteurs d’une réflexion sur la notion de nation. À ce titre, cette littérature publiée au moment où sont lancées les premières grandes enquêtes sociales [Leclerc 1979], dans le contexte du développement des principales sciences humaines et de l’émergence de la grande et de la petite presse, constitue un relais spécifique d’enjeux politiques et idéologiques. Le répertoire d’ethnotypes composé par ces autoportraits de peuples en entités-nations apparaît comme une ressource déterminante pour la connaissance historique et sociologique de la période.
Sur le plan du système littéraire, la période se caractérise par une progressive spécialisation des discours et des savoirs. Le développement des sciences naturelles et l’apparition de ce que l’on appellera plus tard les « sciences humaines » ont pour conséquence le fait que le domaine du « littéraire », auquel ces discours appartenaient jusqu’alors, se redéfinit. Dans ce contexte, la littérature panoramique se pense en référence et par différence à des modèles scientifiques [Carlino & Wenger 2007]. Une importante fraction du corpus emprunte en effet ses dénominations et ses modèles cognitifs aux sciences médicales (« Physiologies » en France ; « Anatomy » en Angleterre, sur le modèle de Anatomy of Melancholy de 1621 souvent rééditée entre 1800 et 1830) et à l’hygiène (« Pathologie » comme titre de brèves monographies descriptives). Ces désignations conditionnant des catégories génériques et des modèles d’écriture conduisent à reconsidérer la place de la littérature dans l’ensemble des discours et des savoirs de l’époque, permettant ainsi de mieux cerner son évolution historique en tant que production culturelle spécifique dans une société en voie d’industrialisation.
Le présent projet a pour objectif de fédérer et de systématiser sur un plan international les recherches conduites sur ce corpus, encore largement méconnu en dépit de quelques études pionnières [Preiss 1999 ; Diaz 2004 ; Lauster 2007] et de plusieurs répertoires ayant opéré un premier recensement [Lacombe 1887]. La sociologie de la littérature offre un outil important pour penser l’ancrage sociétal de ces productions qui constituent un ensemble original de médiations par rapport aux savoirs et aux discours de leur époque. Un tel programme de recherche s’inscrit dans le renouvellement apporté par l’étude des rapports entre littérature et journalisme [Chollet 1983 ; Thérenty & Vaillant 2005] ainsi que par l’analyse des relations entre littérature et sciences, initiée notamment avec l’épistémocritique [Pierssens 1990].
Compte tenu de la nature particulière de l’objet d’étude, celui-ci sera envisagé dans une perspective pluri-méthodologique. L’approche poéticienne et linguistique permettra de rendre compte de la diversité des dispositifs scripturaux que subsume le modèle générique du « peint par soi-même » : micro-récit journalistique (chronique, fait-Paris, article de moeurs), esquisse, tableau, silhouette, pathologie, physiologie, code, art de, panthéon parodique, etc. L’approche épistémocritique mettra en évidence les formes de connaissance produites ou ambitionnées auxquelles ces volumes s’associent (ethnographie, sociologie, économie, anatomie, hygiène médicale). L’approche comparatiste rendra compte des influences et des transferts à l’échelle européenne, étudiant notamment le rôle médiateur joué par les projets éditoriaux et considérant les calques linguistiques comme celui de Los Españoles pintados por sí mismos à partir des Français peints par eux-mêmes.
*
* *
Afin de mettre en oeuvre cette interdisciplinarité et d’éviter la juxtaposition d’articles monographiques, un axe d’étude transversal est proposé : il s’agira en effet de s’intéresser non seulement à la façon dont l’Autre est vu et constitué comme Autre dans la production de chacun de ces pays, mais aussi de mettre en lumière la réfraction et la circulation des modèles et des motifs d’un ouvrage à l’autre, par-delà les frontières.
La revue Interférences littéraires – Literaire interferenties a pour objectif scientifique d’étudier le discours littéraire dans une perspective à la fois théorique et historique, en fonction de ses interactions avec d’autres types de discours et d’autres paradigmes de pensée. Elle dispose en outre du comité scientifique pluri-linguistique requis pour aborder ce corpus dans la diversité de ses manifestations nationales.

Les propositions d’articles, d’environ 350 mots, sont attendues pour le 20 septembre 2011 aux trois adresses suivantes : blaguezac@wanadoo.fr, V.Stienon@ulg.ac.be et david.martens@arts.kuleuven.be. La sélection des propositions sera communiquée aux auteurs à partir du 20 octobre 2011. La remise de la première version de leurs textes est fixée au 31 janvier 2012.

http://interferenceslitteraires.be/sites/drupal.arts.kuleuven.be.interferences/files/ILLI8%20-%20Croqu%C3%A9s%20par%20eux-m%C3%AAmes.pdf



Citer ce billet
Langlet Irène (2011, 6 septembre). "Interférences littéraires": call for papers. LPCM. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r11h