APPEL : L’ÉCRIVAIN DILETTANTE À L’ÉPOQUE ROMANTIQUE

Journée d’étude – Université de Caen-Normandie, LASLAR-MRSH, 7 février 2020

Présentation

Dans les premières années du XIXe siècle, la figure du « dilettante » est attachée à l’engouement rossiniste et au Théâtre-Italien, haut lieu de la vie mondaine sous la Restauration. Ce terme italien, introduit dans la langue française au milieu du XVIIIesiècle, dans un temps où la musique italienne pénètre en France, est contemporain de la querelle qui s’ensuivit entre les partisans de Rameau et ceux de Gluck. La notion de dilettante a ainsi désigné, dans un premier temps, une passion exclusive pour la musique avant de renvoyer à une posture, définie notamment par un rapport sensible à l’art. Elle épouse les contours du romantisme, tant par son ouverture aux influences étrangères perçues comme régénératrices, que par le rejet d’un académisme suspicieux à l’égard de la sensibilité artistique.

Cette journée d’étude vise à interroger l’émergence d’une posture qui s’inscrit à la croisée des arts et annonce la figure de l’artiste, qui s’imposera un peu plus tard dans le siècle. Il s’agira également de cerner les contours en pleine évolution d’une notion qui, après avoir désigné l’amateur passionné de musique, s’est élargie à toute personne exerçant une activité au gré de sa fantaisie et de ses goûts.

On pourra traiter cette question selon plusieurs axes de réflexion :

  • Les confluences du dilettantisme et du romantisme, dont la définition plurielle procède d’une ouverture sur le monde conjuguée à une approche sensible, cultivée jusqu’au paroxysme.
  • L’investissement de cette posture par les élites intellectuelles du temps : le rapport entre dilettantisme, élitisme et marginalité se doit d’être interrogé, le dilettantisme pouvant être perçu comme la marque de reconnaissance d’un petit nombre de semblables, mais aussi comme le moyen par lequel certains individus refoulés des cercles influents, retournent ce rejet en signe d’élection.
  • La dimension littéraire du dilettante, aussi bien d’un point de vue thématique (sa représentation dans les œuvres) que d’un point de vue poétique (ses applications narratives et stylistiques), voire éthique (le dilettantisme comme posture auctoriale).
  • Le discours critique sur le dilettantisme dans les arts.

Modalités de participation

Les propositions, d’une longueur de 2 000 signes environ, seront accompagnées d’une courte notice biographique et envoyées pour le 15 octobre aux adresses suivantes : samantha.caretti@unicaen.fret brigitte.diaz@unicaen.fr.

Un courrier de réponse sera adressé à chacun début décembre 2019, après réunion du comité scientifique.

Lieu du colloque : MRSH, Salle des actes – SH 027, Esplanade de la Paix 14032 – Caen

Responsables : Samantha CARETTI et Brigitte DIAZ, LASLAR, Université de Caen Normandie – Société des amis de Custine.

Comité scientifique

  • Julie ANSELMINI, maître de conférences, université de Caen Normandie, LASLAR.
  • Samantha CARETTI, doctorante, université de Caen Normandie, LASLAR.
  • Brigitte DIAZ, professeure, université de Caen Normandie, LASLAR.
  • Marie-Bénédicte DIETHELM, chercheur associé au CELLF 19-21, université Paris-Sorbonne.
  • Gérard GENGEMBRE, professeur émérite, université de Caen Normandie.

Bibliographie indicative

  • Sur le dilettantisme

Léon CURY,« Du Dilettantisme », discours prononcé à la distribution des prix du lycée le 5 août 1890, Le Mans, E. Lebrault, 1890.

Gaston DUBREUILH. L’École du dilettante, Paris, Bibliothèque artistique et littéraire, 1895.

Félix KLEIN (abbé), Autour du Dilettantisme, Paris, Lecoffre, 1895.

Claude SAULNIER, Le Dilettantisme, essai de psychologie, de morale et d’esthétique, Paris, J. Vrin, 1940.

  • Dilettantisme à l’époque romantique

Rémy ARCEMISBEHERE et Juliette MASCART, « Le dilettante et l’érudit : du discours académique à la critique romantique du savoir (Stendhal, Nerval) », Belphégor[En ligne], 17, 1 | 2019, mis en ligne le 18 avril 2019, consulté le 29 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/belphegor/1634 ; DOI : 10.4000/belphegor.1634

Suzel ESQUIER, Musique et écriture chez Stendhal : autour de la vie de Rossini, 4epartie « Le dilettante », Thèse de doctorat, Paris 4, 1994.

Suzel ESQUIER, « Stendhal dilettante et son héritage rousseauiste » dans Rousseau en musique, 1760-1830, Orages, n°11, Université de Lyon, mars 2012, p. 129-144.

Paul d’ESTREE & Edmond NEUKOMM, « Napoléon dilettante », Le Ménestrel, Paris, 1891.

Eva FLEGEL, « Alles ist Wechselwirkung » : Dilettantismus als Lebens-Kunst-Programm : Naturwissenschaftler in der Nachfolge Goethes, Hamburg, Kovac, 2010.

Henri GIRARD, Émile Deschamps dilettante : relations d’un poète romantique avec les peintres, les sculpteurs et les musiciens de son temps,Paris, Honoré Champion, 1921.

Johann Wolfgang GOETHE et Friedrich SCHILLER, Il Dilettante ed altri scritti di Ludwig, Kassner, Keller, Mann, Moritz, Paul, Schlegel, Wackenroder e Wagner sull’artista nella letteratura tedesca, Enrico De Angelis (éd.), Roma, Donzelli editore, 1993.

Andrea HEINZ,Dilettantismus um 1800, Heidelberg, Winter, 2007.

Richard HIBBITT, Dilettantism and its values : from Weimar classicism to the fin de siècle, Oxford, Legenda, 2006.

Adolphe JULLIEN, « Mérimée dilettante », Revue et gazette musicale de Paris, 1879.

Adolphe JULLIEN, Paris dilettante au commencement du siècle, Paris, Firmin-Didot, 1884.

Pierre LASSERRE, Le Romantisme français. Essai sur la révolution dans les sentiments et les idées au XIXesiècle, chapitre 6 : « Le panthéisme du cœur ou le dilettantisme », Paris, Société du Mercure de France, 1907.

Frédéric SÉGU, Un journaliste dilettante : H. de Latouche et son intervention dans les arts, Paris, Société d’édition « Les Belles-Lettres », 1931.

Henri Esmenjaud SIXTE, Dilettantisme romantique moderne, Paris, Chauny, A. Baticle, 1948.

STENDHAL, Vie de Rossini ; (suivie des) Notes d’un dilettante, dans Œuvres complètes de Stendhal, Henry Prunières (éd.), Paris, Champion, 1923.

STENDHAL, « Nouvelles notes d’un dilettante », La Revue hebdomadaire, 13 août 1921, p. 125-148.

Correspondance de Stendhal : 1800-1842, II, 3. L’homme du monde et le dilettante (1815-1830), Ad. Paupe et P.-A. Cheramy (éd.), Maurice Barrès (préf.), Paris, C. Bosse, 1908.

Julien-Frédéric TARN, Le Marquis de Custine ou les malheurs de l’exactitude, Paris, Fayard, 1985.

Paul YVON, Horace Walpole (1717-1797) : essai de biographie psychologique et littéraire, « La vie d’un dilettante »,Thèse de doctorat en Lettres, Caen, E. Lanier, 1924.

« Lettres d’un dilettante anglais », Revue et Gazette musicale de Paris, 1839.

Le Dilettante, journal de Musique, de Littérature, de Théâtres et de Beaux-arts, G. d’Egrefeuille (gérant), Paris, Guiraudet, 1833-1834, 1reannée, n°1 (6 octobre 1833) – 2eannée, n°2 (8 janvier 1834) & Paris, V. Gentile, 1838-1839, 1reannée, n°1 (mai 1838) – 2eannée, n°4 (27 janvier 1839),

Le Dilettante des salons, journal de chant d’un genre nouveau, Paris, 1838 n°1-12 ; oct. 1840. Absorbé par L’Abeille musicale de 1839 à oct. 1840.

  • (Musique) A titre indicatif

Balcon ou le dilettante, prologue représenté sur le théâtre des Arts, à Rouen, le jour de la première représentation de « La Dame blanche »,25 février 1826, Rouen, N. Périaux jeune, 1826.

Théodore ANNE, Jean-Baptiste GONDELIER & Emmanuel THEAULON, Le Dilettante, ou le Siège de l’Opéra, folie-vaudeville en 5 petits actes, à propos du siège de Corinthe, Paris, Duvernois, 1826.

Crispiniano BOSISIO, Le dilettante parisien : quadrille [pour piano avec accompagnement de flûte, violon, flageolet et piston], Paris, 1848.

Luigi BORDESE, La Dilettante. Scène lyriquepour soprano ou mezzo-soprano, Alexandre Flan (paroles), Paris, chez l’auteur, 1860.

Fromental HALEVY, Le Dilettante d’Avignon. Opéra-comique en un acte, François-Benoît Hoffmann et Léon Halévy (paroles), Paris, M. Schlésinger, 1829.

Félix JOUFFROY, Milord dilettante ! Scène comique, F. Vergeron, Paris, A. Huré, 1860.

Joseph VIMEUX, Souvenir du dilettante, choix des plus jolis motifs étrangers et français arrangés pour guitare, Paris, J. Meissonnier, 1835.

  • Dilettantisme fin-de-siècle

Roger AUDOUIN, « Du Dilettantisme : Anatole France et Barrès », La Grande Revue, s l., 25 mars 1913.

Alexis AZEVEDO, Impressions d’un vieux dilettante. Jules Diaz de Sorïa, Paris, L. Escudier, 1873.

Alexandre BEBIANO, « En défense de Swann : l’emploi du moi « dilettante » », Bulletin d’informations proustiennes, n° 43, numéro spécial : centenaire de Swann, 2013, p. 77-84.

Maarten van BUUREN, « Le dilettantisme, style de vie », Poétique, n° 137, Le Seuil, 2004/1, p. 53-71.

CHAIX, De Renan à Jacques Rivière : dilettantisme et amoralisme, Paris, Bloud et Gay, 24 avril 1930.

Claire EVESQUE, « Jules Lemaitre, Ernest Renan et la question du dilettantisme », Fabula/Les colloques, Jules Lemaitre: « un don d’ubiquité familière», URL : http://www.fabula.org/colloques/document1616.php.

Paul HERVIEU, La Bêtise parisienne, chapitre V : « Le faux dilettantisme », Paris, Charavay, 1884.

Jean-François HUGOT, Le Dilettantisme dans la littérature française d’Ernest Renan à Ernest Psichari, Paris, Aux Amateurs de livres, 1984.

Joris-Karl HUYSMANS, « Du Dilettantisme », Certains, Paris, Plon, 1889.

Paul LALLEMAND, Dilettantisme ou christianisme ?, Paris, V. Retaux et fils, 1892.

Constantin LECIGNE, Du Dilettantisme à l’Action : études contemporaines, Paris, Lethielleux, 1910.

Gustave MICHAUT, « Le dilettantisme et M. Anatole France », Paris, Le Correspondant, 10 mai 1913.

Pierre-Henri PETITBON, Taine, Renan, Barrès : étude d’influence, chapitre II : « Dilettantisme et analyse », Paris, Société d’étude « Les Belles Lettres », 1934.

Philippe de RIBAUCOURT, « La nature du dilettantisme », Revue néo-scolastique. 14ᵉ année, n°53, 1907, p. 37-49.

de S., Mouvement social et dilettantisme en France à la fin du XIXesiècle, Marseille, Barthelet, 1896.

Joëlle STOUPY, « La mode intellectuelle du dilettantisme aux alentours de 1890 à Vienne et le jeune Hofmannsthal », Germanica, n° 43, 2008, p. 65-74.

L’Art et l’idée. Revue contemporaine du dilettantisme littéraire et la curiosité, publiée par Octave UZANNE, 20 janv.-20 déc. 1892, Paris, Ancienne maison Quantin, 1892.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.