Parution : objets et littérature

Objets insignes, objet infâmes de la littérature,
Marie-Eve Thérenty, Adeline Wrona (dir.),
Edition des archives contemporaines, 2019.

Tee-shirt (c) doctorak.co

Balzac Paris est aujourd’hui le nom d’une marque de vêtements vendus en ligne, qui concurrence la ligne plus ancienne intitulée Zadig & Voltaire; on peut offrir à un écolier une trousse ou un cartable à l’effigie du Petit Prince, ou encore, à quelqu’un qu’on connaît vraiment bien, des accessoires intimes inspirés du best-seller Fifty Shades of Grey.

Les objets dérivés de la littérature peuplent notre vie quotidienne; ils identifient des lieux associés à des auteurs, enchantent des gestes ordinaires en leur donnant l’épaisseur de la fiction, ouvrent des opportunités pour se rêver en personnage de roman.

Comment comprendre cet univers proliférant et hétérogène, qui donne corps à la littérature? Faut-il y voir le triomphe du marché et du matérialisme, dégradant en pratique commerciale cet art immatériel qu’est la création littéraire? Ou bien plutôt une forme d’appropriation oblique, qui témoigne de la survie du livre et de l’auteur, au-delà de leurs univers d’origine?

Telles sont les questions auxquelles répond cet ouvrage, à travers quinze contributions qui interrogent des cas très diversifiés de dérivation littéraire, de la statue au carnet griffé, en passant par les parcs à thèmes. Tantôt insignes, tantôt infâmes, ces objets permettent d’analyser les processus par lesquels la littérature, dans une dynamique de transformation permanente, devient une forme de vie.

Sommaire

 Introduction

Marie-Ève Thérenty(1), Adeline Wrona(2)

 La littérature en gilet rouge

Marie-Ève Thérenty

 Victor Hugo en scène

Marie-Clémence Régnier

 Rimbaud fétiche

Denis Saint-Amand

 Spectres, gages et stigmates: l’objectivation de l’engagement littéraire dans l’entre-deux-guerres

Yves Jeanneret

 Quand les statues d’écrivains fondent devant l’histoire

Adeline Wrona

 Maïakovski, Rimbaud et Cie: Ernest Pignon-Ernest affiche les poètes

Catherine Soulier

 Comment se porte la littérature?

Christèle Couleau(1), Oriane Deseilligny(2)

 La constellation des objets Cocteau

Audrey Garcia

 Du carnet de molesquine au carnet Moleskine: le magnétisme du champ littéraire

Séverine Barthes

 La valeur littéraire, enjeu médiatique et publicitaire

Caroline Marti

 Le jeu, on ne sait, qui confirme la fiction

Yoan Vérilhac

 Du journal au joujou

Valérie Stiénon

 Glad Game, Wonderland et Jeux de l’oie du Juif Errant

Matthieu Letourneux

 T’as le bonjour d’Alfred, ou les médiamorphoses du pingouin

Jean Rime

 Du livre au parc à thème, pérennisation ou déperdition du littéraire?

Justine Delassus


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.