Parution : Belle au bois dormant

La Belle au bois dormant en ses métamorphoses. Textualité, transtextualité, iconotextualité, Pascale Auraix-Jonchière et Frédéric Calas (dir.) , Clermont-Ferrand, PU Blaise Pascal, 2018


Kizzy Matiakis, Aurore dans La Belle au Bois dormant, ballet royal du Danemark, 2010. Source : http://blueballet.blog.lemonde.fr

La séduction et le charme des contes ont partie liée avec leur capacité à se métamorphoser au cours du temps en adoptant tout type de scénographies, de genres et de supports tout en réin- vestissant de nouvelles significations et en variant ou mêlant les destinataires. C’est ce pouvoir métamorphique fort que le présent volume interroge à partir d’un personnage qui incarne mieux que tout autre ces virtualités latentes : la Belle endormie aux rêves insondables. L’approche retenue est motivée par la nature du dialogue qui se noue entre deux productions littéraires elles-mêmes riches de résonances intertextuelles, distantes de deux siècles et ancrées dans deux pays et cultures différents : « La Belle au bois dormant » de Charles Perrault et « Dornröschen » des frères Grimm. Ce rapport problématique sert de point d’ancrage aux diverses réécritures auxquelles ces deux contes, tour à tour isolés ou croisés, donnent lieu dans les domaines du texte et de l’image jusqu’à l’époque contemporaine.



Citer ce billet
Anne Besson (2019, 26 janvier). Parution : Belle au bois dormant. LPCM. Consulté le 27 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r1yi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.