Parution : « Bande dessinée et littérature »

Vittorio Frigerio, Bande dessinée et littérature  : intersections, fascinations, divergences, Quodlibet « Eléments », 2018

Cet essai se penche sur les rapports entre bande dessinée et littérature en privilégiant les discours tenus par la critique, ou par certains praticiens relevant des milieux de la nouvelle « bande dessinée d’auteur », pour revenir sur la question longtemps débattue, et toujours pas résolue, de savoir ce qui distingue et ce qui rapproche ces deux modes d’expression. On y analyse les aspects techniques identifiés comme propres au « roman graphique » moderne (utilisation du noir et blanc, longueur dépassant le nombre de pages standard imposé par les éditeurs commerciaux, division en chapitres), pour en vérifier la pertinence à la lumière d’une comparaison avec d’autres traditions nationales que la franco-belge (en particulier la tradition italienne) et sur un laps de temps dépassant la période où l’on situe généralement leur adoption : les années soixante-dix. Une attention particulière est réservée au cas de Hugo Pratt, dont La Ballade de la mer salée et considérée comme étant le premier « roman graphique », ainsi qu’à la question des contraintes formelles et éditoriales, à la notion problématique de « bande dessinée adulte » et aux rapports de la bande dessinée avec les avant-gardes artistiques et littéraires. Au bout de ce parcours, on note, dans les débats opposant les tenants d’une bande dessinée résolument littéraire et les praticiens d’une BD populaire d’inspiration feuilletonesque, un décalque remarquable des arguments ayant opposé jadis les réalistes aux romantiques. La question du positionnement symbolique du médium au sein du monde de la culture semble alors prendre le dessus sur toute autre considération.

This essay deals with the relationship between “bande dessinée” and literature based on contemporary academic critical discourse, and on the writings of those authors belonging to the new wave of “literary bande dessinée”. Its goal is to delve once again into the vexing question of the differences and similarities between these two related but independent modes of expression. Certain technical aspects deemed typical of “graphic novel” aesthetics (the use of black and white, the length of the works, the use of chapters) are analyzed in comparison with national traditions other than the Franco Belgian one (in particular, the Italian tradition). This is followed by an analysis of the case of Hugo Pratt, who is widely considered the father of the “graphic novel” with his Ballad of the Salt Sea. Thereafter is a discussion of formal and editorial constraints, of the controversial notion of “adult bande dessinée” and of the relationship between “bande dessinée” and artistic and literary avant-garde movements. The conclusion notes the striking resemblances between present debates and those that opposed realist and romantic authors in the mid-nineteenth century. The real crux of the matter seems then to be the question of the symbolic positioning of “bande dessinée” within the cultural world.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.