Appel : colloque « Crack »

Colloque international EESI, Université de Poitiers et UCL
21 et 22 mars 2019 à Angoulême

La fissure ouvre une percée de lumière vers les espaces derrière les murs. Ces espaces et ces marges, lorsqu’ils sont réutilisés, donnent lieu à des créations neuves qui composent avec l’héritage géographique, technique, ou historique en réinventant les formes anciennes. Avec ce colloque nous ouvrons un discours sur la vitalité de ces marges et sur l’idée d’une nouvelle marginalité qui se réapproprie la notion d’alternatif.

Aujourd’hui, des nombreux débats et initiatives se regroupant sous le concept d’habitat participatif [D’Orazio, 2012] se développent dans un contexte nouveau de re-négociation des politiques sociales de transformations des formes d’occupation de l’espace urbain. On peut penser aux TAZ (temporary autonomous zone), les zones autonomes temporaires dont parlait Hakim Bey, qui survivent en fuitant d’une poche de liberté à une autre. On peut penser aux plantes pionnières qui arrivent portées par les vents aux abords des voies ferrées et finissent par s’étendre, fortes et sauvages. Aujourd’hui, les indomptées d’hier sont mises en valeur par les paysagistes des municipalités, qui utilisent les graminées et les arbres aux papillons comme ornement car elles sont résistantes et économiques. Qui sont les nouvelles pousses, et quels sont leurs rapports avec les institutions et le système de l’art ou de la BD contemporaine ? Comment un artiste peut-il utiliser des espaces déjà existants, et les réactiver sous une autre forme ? Comment se sert-il de supports, de références, de lieux ou d’œuvres produits par d’autres comme base pour sa propre création ? Quels sont les mécanismes de la dé-contextualisation, et comment peut-on utiliser autrement des formes préexistantes ? Quelles sont les règles d’un bon piratage ?

Se réapproprier une œuvre ou un espace qu’on n’est pas censé prendre est toujours délicat, car on déclenche tous les mécanismes de protection et de conservation qui protègent les créations des autres. Le détournement nous permet aussi de parler des objets qu’on détourne, à travers un discours diffèrent, un discours en biais. Le détournement et la récupération sont des forces à double sens, celles du système qui récupère les anges de l’histoire (Walter Benjamin) et celles des marges qui s’infiltrent, qui détournent les usages avec espièglerie et habileté.

Les appareils connectés du quotidien sont devenus nos nouveaux supports de lecture et de diffusion. Les écrans ont un fort impact sur la création (Éric Sadin, 2016) et par leur interactivité croissante, ils donnent naissance à de nouvelles formes de communication et par conséquent, à des nouvelles formes de sociabilité. L’appropriation de nouveaux supports et de nouveaux vecteurs de diffusion à des fins narratives a engendré la bande dessinée telle que nous la connaissons. C’est pourquoi nous nous intéressons aux médias traditionnels autant qu’aux formes émergentes, fruits des « croisements » entre formes d’origines et propriétés numériques.

Nous sommes face à une génération aux connaissances transversales qui se nourrit de tout, et qui possède les outils pour inventer ses propres formes. L’accès aux savoirs, aux données ou aux logiciels se cracke. L’intérêt grandissant pour les possibilités de l’autoédition, ainsi que la réutilisation de techniques artistiques anciennes et de moyens d’impressions délaissés comme la risographie par exemple, ou les possibilités naissantes de la réalité virtuelle sont différentes facettes d’une vision renouvelées des samizdats.

Toute transgression des codes commence par une remise en question de la forme de base, de sa faillibilité, de sa capacité à héberger quelque chose d’inattendu. Le « pourquoi » nous intéresse autant que le « comment » car ce qui compte, c’est de donner du sens au récit et d’avoir une technicité du geste créatif (technique artistique, logiciel, outil etc.) qui respecte ce nouveau discours. C’est une ambiance qui plane et qui rapproche des créateurs de domaines très différents.

Nous aimerions entendre parler de hackers, d’architecture en friche, d’alternative situationniste, de littérature pirate aux temps de la censure, et de celle d’aujourd’hui. Nous aimerions voir de face ces créations d’un genre nouveau, ces goûts électriques, ces marges et leurs enjeux.

Pour ouvrir la parole sur des canaux variés nous vous proposons des formes d’intervention différentes.  Ces modes de communication sont multiples, pour que l’idée soit au plus proche de son véhicule. Ils visent à susciter des convergences inédites. Notre objectif principal est de faire d’initier collaborations artistiques, des rencontres et des débats scientifiques entre les disciplines, les méthodes, les outils, les groupes et réseaux.

Pour participer il serait donc possible de proposer des contributions sur ces formats modifiables :

  1. Communication (20 minutes)
  • Conférence
  • Entretien
  •  Poster

3. Exposition / Performance / Installation 

4. Concert / Projection

5. Table ronde 

6. Workshop

7. Collaboration (artistique / scientifique / picturaux-musicale etc.). 

Les propositions d’intervention doivent renseigner les formats de participation au colloque (cf. la liste ci-dessus). Elles feront un maximum de 300 mots ou 2000 signes, devront être accompagnées d’une courte notice biographique des intervenants. Elles sont à adresser à colloque.crack@gmail.com au plus tard pour le 17 décembre 2018.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.