Appel : John Carpenter

APPEL: COLLOQUE

JOHN CARPENTER, « MAITRE DE L’HORREUR »

(IRCAV/CERILAC, PARIS 2019)

Artwork : Pierre-Luc Boucher

Organisé par l’IRCAV (Mélanie Boissonneau, Quentin Mazel, Thomas Pillard) et le CERILAC (Gaspard Delon) les 30 et 31 octobre 2019 à Paris ; réponses à l’AAC avant le 24 octobre 2018

Peu étudiée, l’œuvre de John Carpenter a marqué de son empreinte la culture populaire. Ce colloque entend se saisir au prisme d’une pluralité d’approches, des multiples enjeux et questions que posent la filmographie du « maître de l’horreur », son parcours professionnel au sein et en dehors de l’industrie hollywoodienne, ainsi que les discours et les usages sociaux liés à sa persona comme à l’ensemble de ses activités. 

 

Propositions (résumé de 500 mots accompagné d’une mini bio) à envoyer avant la sortie de Halloween Returns, le 24 octobre 2018 à jcmasterofhorror@gmail.com

COMMUNEMENT RECONNU COMME « MAITRE DE L’HORREUR» grâce à des films dont l’impact culturel excède largement la semi clandestinité généralement attachée à ce genre, John Carpenter doit paradoxalement ce surnom à sa participation à deux modestes épisodes de la série anthologique Masters of Horror (2005-2006), qui ambitionnait de revitaliser l’épouvante télévisuelle contemporaine en faisant appel à d’anciennes gloires du cinéma de genre des années 1970-1990 (Tobe Hopper, Dario Argento, Joe Dante, John Landis, etc.). De manière tout aussi curieuse, le cinéaste a commencé à son grand étonnement à être considéré  comme un « auteur » au moment où une succession d’échecs commerciaux semble peu à peu
l’avoir conduit à délaisser son métier de réalisateur au profit d’autres activités plus ou moins liées au cinéma et à sa carrière passée (composition d’albums de musique et tournées mondiales devant des salles ferventes, écriture de comics, participation au développement artistique de jeux vidéo). Ayant atteint aujourd’hui un statut et une légitimité peu imaginables au lendemain du naufrage de The Thing (1982) ou de l’incompréhension suscitée par un film de commande entre-temps devenu « culte » (Big Trouble in Little China, 1986), Carpenter cultive désormais avec un brin de réflexivité sa persona d’artisan émérite et « maudit » du
cinéma populaire. Investi dans les échanges avec ses fans sur Internet où il n’hésite pas à reprendre lui-même à son compte l’épithète « master of horror » pour définir son profil sur les réseaux sociaux, adoubant avec une émotion visiblement sincère les projets de remakes de ses oeuvres désormais établies comme « classiques », Carpenter ne manque jamais pour autant une occasion de dire que la critique le prend bien trop au sérieux alors même qu’il n’est
qu’« un vieux réalisateur fatigué de films d’horreur ».
Ces contradictions pourraient surprendre, si l’oeuvre et la trajectoire de Carpenter n’avaient pas pour caractéristique majeure, depuis ses débuts et sa formation à l’USC, prestigieuse école proche des studios hollywoodiens qui semblait devoir le diriger vers une carrière plus conforme aux cinéastes de sa génération (De Palma, Lucas, Spielberg, etc.), de se définir au regard d’orientations atypiques et souvent paradoxales, interrogeant aussi bien la spécificité de sa contribution au cinéma américain que les réceptions très contrastées et fréquemment antagonistes de ses films lors de leur sortie ou au fil des années. Aussi bien perçus par la
presse spécialisée et la littérature savante comme politiquement de gauche ou de droite, fortement engagés ou privilégiant au contraire le spectacle à la critique sociale, progressistes ou conservateurs, subversifs ou réactionnaires, anti-américains ou nationalistes, ces « textes incohérents » (Burch 2000) font écho, par les discours opposés qu’ils ont suscité, aux déclarations contradictoires du cinéaste concernant son identité et ses motivations en tant qu’artiste. Celui-ci confie par exemple envisager le cinéma comme un vecteur d’émotions plutôt que de réflexion, utilisant volontiers le terme « apolitique » pour définir sa sensibilité comme pour relativiser les lectures allégoriques d’une oeuvre comme The Thing (1982). Carpenter a pourtant tout aussi bien pu affirmer qu’il faisait « des films politiques », que  certains d’entre eux comme They live (1988) répondaient aux bouleversements des années Reagan, ou encore qu’il est « irresponsable de faire des films qui ne reflètent en rien notre existence, qui se bornent à être des divertissements imaginaires remplis d’effets spéciaux » (Boulenger 2001). Les paradoxes ne s’arrêtent pas ici, comme le montre le décalage entre le fort ancrage américain de son oeuvre, le manque d’intérêt critique dont elle a pu ou continue d’être l’objet aux États-Unis en comparaison d’une réception française plus enthousiaste, et son retentissement mondial auprès d’un public d’aficionados dont les profils et l’expertise mais aussi le rôle dans l’évolution de la perception médiatique et du statut artistique de Carpenter restent à évaluer.
Autre contradiction, que ce colloque entend contribuer à résorber : cette oeuvre conséquente, ayant profondément marqué de son empreinte l’ensemble de la culture populaire, n’a été que peu étudiée à ce jour en dépit de quelques travaux anglo-saxons (Williams 1979 ; Clover 1992 ; Cumbow 2000 ; Conrich & Woods 2004 ; Glyth 2018) et dans une moindre mesure français et francophones (Lagier & Thoret 1998 ; Derfoufi 1998 ; Boillat 2006), dont la complémentarité illustre la pertinence d’une démarche pluridisciplinaire. S’inscrivant dans le prolongement du séminaire « Cinémas de genre : formes, usages, étiquetages » (2017-2019), cette manifestation scientifique permettra d’approfondir la réflexion sur ce « cinéaste de genre » en constituant ses films en tant qu’objets d’étude, sans pour autant se donner comme objectif de légitimer ou réévaluer sa filmographie au moyen de la « politique des auteurs » ou d’une lecture dénuée de distance critique et de mise en perspective industrielle et sociohistorique. Il s’agit bien plutôt de saisir, au prisme d’une pluralité d’approches (économique, formelle, culturelle, civilisationnelle, pragmatique, etc.) appelées à dialoguer entre elles, des multiples enjeux et questions que posent l’oeuvre de Carpenter, son parcours professionnel au sein et en dehors de l’industrie hollywoodienne, ainsi que les discours et les usages sociaux liés à sa persona comme à l’ensemble de ses activités. Le colloque entend ainsi couvrir un large spectre allant de ses longs-métrages distribués en salles à ses téléfilms en passant par ses scénarios et bandes originales de films, de ses réalisations les plus fameuses (Halloween,1978 ; Escape from New York, 1981) aux moins fréquemment étudiées (Memoirs of an Invisible Man, 1992 ; Village of the Damned, 1995) ou aux plus obscures (Someone’s Watching Me !, 1978 ; Elvis, 1979) sans occulter les suites, remakes, produits dérivés et pratiques de fans qui nous renseignent sur les modes de transmission de son cinéma comme sur sa place dans notre culture et notre société.

Toutes les communications seront bienvenues dans ce cadre. Nous indiquons toutefois à titre indicatif les 6 axes de recherche prévisionnels du colloque :
1) Un « maverick » à Hollywood ? Art, divertissement et industrie
2) La Carpenter’s touch. Esthétique, musique et dramaturgie
3) Carpenter et les genres. Recyclages, usages et idéologies
4) Carpenter et la société américaine. Approches civilisationnelles, culturelles et gender
5) Les discours sur Carpenter. Réceptions critiques et ordinaires, pratiques de fans
6) L’héritage de Carpenter. Suites et remakes, postérité audiovisuelle et artistique

Une sélection des communications fera l’objet d’une publication.

Lien pour télécharger l’appel (version courte ou longue) en PDF: https://filesender.renater.fr/?s=download&token=730312a6-88a5-79d2-125f-c558981de899


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.