Journée d’étude: Quand le noir se met au vert : polar, ruralité, écologie

Journée d’étude 2 mai 2018
« Quand le noir se met au vert : polar, ruralité, écologie »
Université de Poitiers / MSHS Salle Mélusine / 10h-17h30h

FORELL B1 et FORELL B3 (« Poétiques de la représentation » & « Esthétiques comparées »)

École doctorale LPAH (« Lettres, pensées, arts, histoire »)

Argument et programme

Depuis son apparition au début des années 1930 aux États-Unis à l’heure de la Prohibition et des crime waves, le genre « noir » n’a cessé de se métamorphoser et de se confronter aux nouvelles problématiques sociales et politiques qu’il rencontrait. D’un genre à l’origine très urbain, il semble aujourd’hui que le polar se déplace vers de nouveaux territoires marginalisés et de nouveaux espaces en danger : l’environnement rural. Tout se passe comme si les espaces naturels venaient sur le devant de la scène policière, notamment à travers le genre du country noir ou du rural noir qui se consolide aux États-Unis et arrive peu à peu dans les régions françaises. Ce ne sont plus Los Angeles ou San Francisco qu’explorent les auteurs américains de polars contemporains, Daniel Woodrell, Tony Hillerman, Larry Brown, Craig Johnson ou encore James Crumley, mais bien des territoires reculés, du Nouveau Mexique au fin fond du Missouri, ainsi que les grands espaces sauvages, dans la tradition du nature writing.

Grâce à la maison d’édition Gallmeister, notamment, ces textes sont traduits et lisibles en France, mais certains auteurs français déplacent, eux aussi, les codes du polar et s’enfoncent dans des régions et campagnes isolées : qu’il s’agisse des Vosges de Nicolas Matthieu (Aux animaux la guerre), la Nièvre de Benoît Minville (Rural Noir) ou la Creuse d’Antonin Varenne (Battues), le noir se glisse chez les oubliés de la mondialisation. Il s’agira, lors de cette journée d’étude internationale, d’interroger le contexte socio-politique conditionnant l’émergence de ce nouveau genre qu’est le polar rural ainsi que les conséquences – en termes d’imaginaire et d’esthétique – qu’implique le déplacement de l’action policière dans des espaces non-urbains.

10h-10h30 : Accueil

10h30-10h45 : Ouverture

Le country noir, genèses d’un genre

10h45-11h15

BENOIT TADIÉ (Rennes) : Les paradoxes du polar rural, de Faulkner à Whittington

11h15-12h

DENIS MELLIER (Poitiers) et ALICE JACQUELIN (Poitiers) : Entretien avec Oliver Gallmeister

12h15-14h : Pause déjeuner

Récit policier et marges rurales en France

14h-14h30

MADELEINE MIALOCQ (Poitiers) : La notion de marges rurales : état des lieux

14h30-15h

NATACHA LEVET (Limoges) : Le polar français et les marges rurales: modalités, enjeux et évolutions

15h15-15h30 : Pause café

Le polar et l’écologie

15h30-16h

SÉBASTIAN THILTGES (U. de Lorraine) : Polar régional et écopolar : quatre exemples luxembourgeois

16h-16h30

ANNE-LAURE BONVALOT (Nîmes) : Élucider l’écocide : le pétropolar africain à l’heure de l’extractivisme

16h30-17h

ANNE-RACHEL HERMETET (Angers) : Polar rural et écologie : effet de mode ou écopoétique?

17h15-17h30 : Clôture

*

Les communications s’articuleront autour de trois axes problématiques :

Axe n°1 : Contexte socio-politique des marges rurales et émergence d’un polar rural

Les lieux que s’attachent à décrire ces polars ruraux sont, le plus souvent, appréhendés avec une connaissance fine du territoire et des dynamiques économiques, politiques, sociales, culturelles qui traversent celui-ci. Entre érudition, enquête documentaire et engagement politique, les auteurs se font transcripteurs des évolutions contemporaines que connaissent les marges rurales des pays occidentaux en contexte de crise environnementale, évolutions dont ils sont le plus souvent les témoins directs. Il s’agira de faire un état des lieux de ce contexte socio-politique et des représentations sociales des campagnes sur les changements environnementaux dont les polars verts se font l’écho.

Axe n°2 : Polar et expérience écologique

Dans ces nouveaux polars ruraux, la nature n’est pas uniquement le lieu du crime, mais bien souvent aussi la première victime. Loin d’être circonscrit à un cadavre isolé, le meurtre central touche alors tout un ensemble de communautés locales, aussi bien humaines que végétales et animales. Cette menace généralisée pose avec une acuité nouvelle la question de l’expérience partagée et du monde commun – sur le plan social, politique mais aussi écologique. Face au trauma, comment l’écriture policière réorganise-t-elle les configurations traditionnelles et les discours, croyances, imaginaires qui tissent les communautés ?

Axe n°3 : Vitesse du monde moderne et temporalité du polar vert

Lorsque le polar se déplace dans les espaces naturels en contexte écologique, la temporalité du crime se voit largement modifiée. Que se passe-t-il quand le crime n’est pas le meurtre d’un mafieux mais l’explosion d’une plateforme pétrolière ou la contamination d’un territoire ? On passe, dans ce cas-là, d’un meurtre brutal à une extinction au long terme. Le roman noir retrouve toute son ampleur par rapport à la double temporalité – relativement rapprochée – du roman d’énigme. Le crime peut s’inscrire sur des générations et dans des histoires tragiques au long cours, qui impliquent le plus souvent la sauvegarde, le contrôle ou la propriété d’un territoire. Délaissant la ville, le policier vert investit ainsi un tempo narratif plus lent, à contre-courant de la frénésie du monde moderne.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *