Colloque : “Cinéma d’animation”

Colloque : « Ecrire sur le cinéma d’animation »

1er et 2  décembre 2017, à l’INHA (Institut National d’Histoire de l’Art, Paris).

http://nefanimation.fr/etudes-recherches/colloque-universitaire/ 

Image : Lou et l’île aux sirènes  de Masaaki Yuasa

Deuxième colloque d’études francophones, initié par le comité scientifique de la NEF Animation, organisé par Jean-Baptiste Massuet, Marie Pruvost-Delaspre, Nicolas Thys et Pascal Vimenet.

Il est conçu en partenariat avec l’Université Paris Ouest Nanterre-La Défense, l’Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle, l’Université Toulouse Jean Jaurès, l’Ecole National Supérieure des Arts Décoratifs, l’Université de Picardie Jules Verne, l’Université de Rennes 2, l’Ecole des Métiers du Cinéma d’Animation et l’AFCA.

Lire l’argument

Si le cinéma d’animation constitue un territoire
cinématographique aussi bien institutionnel
qu’esthétique, il n’en reste pas moins, également,
une invention discursive.
Principalement institutionnalisé dans les années
1950-1960 par le biais de la création de l’ASIFA
(Association Internationale du Film d’Animation),
d’un grand nombre de manifestations culturelles
(premières Journées Internationales du Cinéma
d’Animation, congrès internationaux et expositions
dès 1956) et de textes dans des revues célèbres
(notamment les Cahiers du cinéma), le cinéma
d’animation n’aurait sans doute pas pu émerger
comme espace institutionnel et esthétique à part
entière s’il n’avait été, d’abord nommé comme tel,
puis surtout pensé comme tel, aussi bien au sein
de revues que dans des ouvrages, sous une forme
écrite.
Si « cinéma d’animation » il y a, c’est bien sûr en
vertu d’une entreprise définitionnelle ouverte par la
plupart de ses représentants, visant à aborder à la
fois cette forme cinématographique et le principe
sur lequel elle repose (l’animation, donc), sous
des angles aussi bien historiques, techniques,
économiques, théoriques qu’esthétiques.
En ce sens, l’émergence du cinéma d’animation
comme concept ne passe pas tant par la
production des films que par la réflexion, écrite,
voire filmée, autour de ces films, ainsi que du
principe sur lequel ils reposent.
Que les premiers écrits consacrés à ce concept
nouveau au lendemain de la guerre soient entre
autres l’apanage de praticiens n’est dès lors guère
étonnant : Alexandre Alexeïeff et Norman McLaren
ont par exemple, dès les années 1950, participé à
l’élaboration d’une définition du film d’animation et
de sa différence avec le cinéma en prises de vues
réelles.
On pourrait penser, de ce point de vue, qu’il existe
une communauté d’écriture cohérente constituée
par des personnalités œuvrant à la création de
tels films et participant ainsi à la constitution
d’une définition basée sur la pratique de cet
art. Ces engagements d’artistes dans le champ
de l’écriture sont, au cours de cette période,
cependant rares. Et l’écriture sur le cinéma
d’animation déborde en réalité très largement ce
petit cercle : preuve en est, à la même époque,
le travail d’un critique comme André Martin,
contribuant largement par ses écrits à la définition et, partant, à l’institutionnalisation de ce qui a pris
le nom de « cinéma d’animation ». Preuve en est
également, simultanément, la prise en compte,
mesurée, de ce nouveau discours par un critique
comme André Bazin.
Mais c’est aussi le même Martin qui, dès la fin des
années 60, doute de la possibilité de survie de ce
cinéma, partant de la construction conceptuelle
elle-même ou du moins de sa possible mutation :
« Devant [la] concurrence perpétuelle des
langages visuels les plus intenses, la position
de l’animation s’est déplacée. Et je pense que
l’animation aujourd’hui est en décadence, car elle
ne parvient plus à dominer les écritures plastiques,
les procédés de manipulation. » 1 Qui aujourd’hui
défend la continuité de cette pensée ?
Si le cinéma d’animation demeure encore
une notion complexe, discutée, constamment
réinventée, ce n’est qu’en partie en raison des
innovations techniques qui modifient son rapport
à un médium cinématographique en perpétuelle
mutation : c’est aussi, et surtout, la conséquence
de la pluralité des regards possibles sur cette
notion.
En engageant cet état des lieux, il s’agit
bien d’ordonner notre perception et notre
compréhension de la provenance des textes
nombreux consacrés à ce concept, et de saisir
leurs multiples divergences de points de vue.
Allons même jusqu’à dire que cette multiplicité
participe de l’énigme qu’il pose.
Qu’est-ce que chacun de ces regards révèle de
la définition même du cinéma d’animation, ou
plutôt de sa « dé-finition » pour emprunter le
terme d’Hervé Joubert-Laurencin2. De fait, ces
diverses modalités d’écriture devraient peut-
être nous inciter à définir autant de chemins
méthodologiques pour aborder le problème : à
la question de la théorisation s’adjoignent des
dimensions sociologiques (qui écrit, de quelle
position, à quelle époque ?), historiques (quel
regard sur l’animation à telle ou telle période ?),
économiques (comment relie-t-on ces productions
aux contextes politico-économiques), techniques
(sont-elles ou non un primat ?), esthétiques ou
critiques (comment écrit-on sur les films euxmêmes,
ou sur l’art de l’animation en tant que
tel ?), politiques ou militantes (comment ce
territoire esthétique s’avère-t-il, ou non, défendu?),
etc.Autant d’approches que ne simplifie pas le
foisonnement de textes parfois peu accessibles
(problèmes de la langue, de la rareté des
documents et de leur diffusion…).

À ce jour, aucune historiographie des écrits
théoriques sur le cinéma d’animation ni aucune
étude comparative et classificatrice des textes qui
lui ont été consacrés internationalement depuis les
années 50 n’ont été produites (en conséquence,
tous les noms cités qui suivent ne prétendent pas
avoir valeur exhaustive mais indicative, l’un des
objets de ce colloque étant justement d’inviter
à discuter, amender, compléter, ouvrir, enrichir,
contextualiser ou encore simplement dépasser
cette liste d’auteurs et de lieux discursifs).
C’est ce chantier qu’ambitionne d’ouvrir ce
deuxième colloque en interrogeant ces différentes
natures d’écriture. Dans cette production
désormais intense :
• les écrits d’artistes (notamment ceux
d’Alexandre Alexeïeff, de Norman McLaren,
mais aussi de Len Lye, de Robert Lapoujade,
de Jules Engel, de Raoul Servais, de Walerian
Borowczyk, de Jan Svankmajer, de Iouri
Norstein, de René Laloux, d’Isao Takahata,
de Tim Burton, de Pierre Hébert, de Steven
Woloshen, de Robert Breer ou de William
Kentridge),
• les écrits critiques (de Lo Duca à
Benayoun, en passant par Martin jusqu’aux
contemporains, notamment Kuntzel,
Bastiancich, Canemaker, Cosandey, Salomon,
Morritz, Vimenet, Joubert-Laurencin, Pagliano,
Jean, Allan, Pilling, Kovalov, Moins, Bassan ou
Kermabon),
• les écrits encyclopédiques (Maillet,
Bendazzi…),
• les manuels techniques ont une importance
capitale sans compter le travail des revues de
cinéma et celles spécifiquement consacrées
à l’animation, que ce soit en France
(Fantasmagorie, 1974-1981 ; Animation, 1980 ;
Banc Titre, 1978-1985 ; Animatographe, 1985-
1987 ; Anime Land, depuis 1991), en Italie
(Animafilm, 1984-1987) ou encore aux ÉtatsUnis
(Animation – An Interdisciplinary Journal,
depuis 2006).
À ces catégories encore faut-il adjoindre :
• les écrits monographiques ou thématiques
(Brion, Crafton, Cotte, Canemaker, Bendazzi,
Cosandey, Charpin, Hébert, Jean, Lacassin,
B. et F. Martin, Joubert-Laurencin, Roffat,
Vimenet, Willoughby, Floquet, Pilling, Moins,
Kawa-Topor, Nguyen, Denis, Noesser…),
• les écrits transdisciplinaires (Mannoni,
Noguez, Albéra…),

• des encyclopédies spécialisées, des
catalogues muséaux et certaines revues
(dont Du praxinoscope au cellulo, Une
encyclopédie du court métrage français, 1895,
CinémAction ou la prochaine livraison de Slovo
consacrée pour la première fois au cinéma
d’animation russe et soviétique…)
• et les écrits pédagogiques (Cahiers des
différents dispositifs scolaires).
Ces différents types de discours sont par ailleurs
complétés et enrichis par celui des chercheurs
dans le cadre universitaire, territoire relativement
récent se dessinant au tournant des années
1990, notamment autour d’auteurs comme Alan
Cholodenko3 en Australie et Hervé JoubertLaurencin,
Georges Sifianos, Sébastien Roffat,
Patrick Barrès ou Pierre Floquet en France,
et se développant simultanément dans divers
pays, comme autant d’approches possibles de
l’animation.
Suzanne Buchan ou Paul Wells en Angleterre,
Vivian Sobchack, Maureen Furniss (fondatrice,
entre autres, de la Society for Animation Studies)
ou Donald Crafton aux États-Unis, Carolina Lopez
en Espagne, auxquels s’ajoutent les chercheurs
francophones, de plus en plus nombreux, en sont
d’autres exemples.
De même, des discours émanant de directeurs de
cinémathèques et de collectionneurs (Raymond
Maillet, Marco de Blois et Marcel Jean, Maurice
Corbet, Juliette Singer, Serge Bromberg, Pierre
Lambert, Jean-Jacques et Diane Launier,
Akira Toshigi, par exemple), d’associations
professionnelles (Asifa, Afca, diverses associations
regroupées autour de tel ou tel réalisateur, tels Les
Amis d’Émile Reynaud – depuis 1994, etc.) et de
sites internet spécialisés, posent la question de leur
prise en compte – sans même évoquer les discours
sur l’animation ne provenant pas d’auteurs
spécialistes de la question, qui auraient écrit à
l’occasion sur le sujet (dans les divers domaines
précédemment évoqués ou autres).

Ce colloque se donne ainsi pour objectif
de cartographier une historiographie des
différents types de discours écrits sur le
cinéma d’animation tenus dans le monde
afin de mieux saisir les spécificités
méthodologiques actuelles de leurs
approches. L’ambition sera plurielle et
fera appel à des communications sur l’un
des thèmes suivants :
• Historiographie du cinéma d’animation :
Des premiers discours critiques aux ouvrages
encyclopédiques / Réflexion sur les écrits
d’artistes
• Méthodologies, stratégies d’écriture,
terminologies, orientations éditoriales,
traduction : Études de cas : de Benayoun à
Martin et à d’autres auteurs de sommes sur le
cinéma d’animation
• Monographies et revues : Études de cas /
L’interpénétration des champs d’études
• Esthétique(s) de l’écriture : Stylistiques et
thématiques
• Le champ de recherche universitaire
contemporain : Méthodologie(s) et
interdisciplinarité / État des lieux de l’écriture
universitaire sur le cinéma d’animation en
France – Ouvrages, thèses, mémoires, articles
et visibilité
• Les discours « off » : Institutions, collections,
associations
• Les écrits sur l’animation chez les auteurs
non-spécialistes


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.