Colloque “Feuilletons”

Feuilletons et séries diffusés sur les écrans de la RTF et de l’ORTF (1949-1974)

Colloque international, Paris, 6-7 juin 2017

 

Concernant la fiction télévisuelle sérielle (ou plurielle, évolutive, …), la recherche universitaire est passée en quelques années du mépris condescendant (qui était, peu ou prou, celui qui s’exprimait pour tout objet télévisuel) à une célébration quasiunanime d’une production devenue parfois, à elle-seule, synonyme de qualité. On réhabilite l’auteur (fût-il lui-même pluriel), on invente le concept de sériephilie, on fait de la production télévisuelle sérielle le lieu de toutes les inventions dans l’art de la conduite du récit et/ou de la mobilisation spectatorielle. Journée d’études, colloques, monographies et ouvrages collectifs se multiplient pour scruter sous toutes les facettes – historique, sociologique, narratologique, philosophique, genré, … – ce nouvel objet désormais éminemment légitime pour les chercheurs. Il y a néanmoins, dans ce nouvel intérêt épistémologique, des territoires encore largement inexplorés. Tout d’abord, force est de constater que, à de rares exceptions près, la réflexion prend essentiellement pour objet les séries anglo-saxonnes, le plus souvent américaines, qui seules incarneraient la « Quality TV ». Ensuite, à scruter le programme de tous ces colloques et les sommaires de tous ces ouvrages consacrés aujourd’hui aux séries, c’est un peu comme si la télévision (et avec elle la fiction sérielle) était née au tournant des années 2000 et n’était un objet digne d’étude que dans son second âge d’or (voire son troisième). C’est un peu comme si la fiction sérielle n’avait pas d’histoire, ni littéraire, ni radiophonique, ni télévisuelle. Et comme si le téléspectateur d’aujourd’hui n’avait pas de mémoire. Or, dès ses origines, la télévision fut (aussi) sérielle et bien des « séries » (qui étaient, pour une grande majorité, plutôt des feuilletons en ce qui concerne la production française) ont laissé des traces encore vivaces dans la mémoire collective. L’idée première de ce colloque, c’est de réorienter le regard des chercheurs vers cette préhistoire des séries, des séries diffusées par une télévision publique – aux temps de la RTF et de l’ORTF – et longtemps en noir et blanc, qui proposa les premières séries américaines mais fit également la part belle aux productions anglaises, canadiennes… et françaises. Il est donc temps maintenant de se lancer dans une investigation plus globalisante et systématique de la période pour mesurer la place que cette fiction plurielle occupait dans la programmation d’une télévision de service public et déterminer quels objectifs lui étaient assignés dans l’ambition qui fut celle de la RTF et de l’ORTF de faire de la télévision un outil de promotion culturelle et d’apprentissage de la citoyenneté. Par ailleurs, les séries contemporaines sont – pas toujours mais souvent – étudiées, dans la globalité fermée de leurs saisons, comme des objets autonomes, comme des unitaires et des collections en quelque sorte, sans que l’on se préoccupe suffisamment de leur généalogie et de leurs modes de consommation à une époque où ceux-ci, il est vrai, se sont multipliés et diversifiés. Dans les années 50-70, en revanche, les premières fictions plurielles se sont construites selon une logique de programmation télévisuelle qui avait encore tout son sens, se sont inscrites dans des « grilles », dont elles tiraient parfois leurs caractéristiques majeures en termes de format et de genre. C’est cette logique proprement télévisuelle qu’il s’agira également de restituer dans une conception résolument pragmatique des études sur la télévision.

Comité scientifique : Pierre BARRETTE (Université du Québec), Pierre BEYLOT (Université Bordeaux Montaigne), Sabine CHALVON-DEMERSAY (EHESS/CNRS), Pascale GOETSCHEL (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne), Veronica INNOCENTI (Université de Bologne), François JOST (Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle), Bernard PAPIN (Universités Paris Sud et Paris 3 Sorbonne Nouvelle), Dominique PASQUIER (CNRS), Jean-Michel RODES (Ina), Sarah SEPULCHRE (Université de Louvain), Myriam TSIKOUNAS (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne), François VALLOTTON (Université de Lausanne) .

6 JUIN 2017 – CENTRE PANTHÉON – SALLE 1

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne Centre Panthéon 12, place du Panthéon – 75005 Paris

9h15-9h30 – Accueil des participants

9h30-9h45 – Ouverture du colloque par la vice-présidente de la commission de la recherche de l’Université Paris 1, Mme Hélène Sirven

9h45-10h00 – Introduction par les organisateurs, Sabine Chalvon-Demersay, Bernard Papin et Myriam Tsikounas

Politiques culturelles et stratégies de production

Présidence : Pascale Goetschel

10h-10h30 – Bruno Henocque : « Place de la fiction sérielle et des feuilletons dans la politique culturelle de l’ORTF au début des années 1970 ».

10h30-11h00 – Bruno Cailler : « Les coproductions internationales de l’ORTF : contexte, bilan et perspectives ».

11h00-11h30 – Yannick Lebtahi : « L’art de s’inventer une histoire à la lumière des Petites enquêtes du père Fichau, feuilleton de la direction régionale de Lille (1963) ».

12h00-12h30 – Marine Zelverte : « Comment travailler sur les feuilletons à partir des archives de l’ORTF ? »

Figures du héros sériel

Présidence : Jean-Michel Rodes

14h30-15h00 – Sébastien Le Pajolec : « Steve McQueen, une star américaine de la télévision française ? La diffusion française de la série Au nom de la loi ».

15h00-15h30 – Hélène Monnet-Cantagrel : « Belphégor, enjeux esthétiques d’une réception spectaculaire ».

15h30-16h00 – Pascal Cesaro, Pierre Fournier : « Les Atomistes, témoin non singulier d’une production de feuilletons de divertissement pour une télévision citoyenne (1967-1968) ».

Discussion et pause

16h30-17h00 – Extraits de Histoires de fiction, série documentaire télévisuelle de Sabine Chalvon-Demersay et Patrick Jeudy (Telfrance, 2004). 17h30-18h30 – Cocktail en salle Goullencourt

7 JUIN 2017 – MAISON DE LA RECHERCHE – SALLE Claude Simon

Maison de la Recherche – Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle 4, rue des Irlandais – 75005 Paris

9h15 : Ouverture de la journée par le vice-président recherche de l’Université Paris 3, M. Laurent Creton

« Des garçons et des filles »

Présidence : François Jost

9h30-10h00 – Aline Garin : « Le Tour de la France par deux enfants (1957- 1958) ou quand un feuilleton pour enfants devient une expérience pour la RTF ».

10h00-10h30 – Maëlla Kancel : « À la mode de Paris : les fictions jeunesse françaises des années soixante ».

10h30-11h00 – Taline Karamanoukian : « Les figures de femme moderne dans les fictions plurielles de l’ORTF ».

11h00-11h30 – Discussion et pause

11h30-12h00 – Extraits de Histoires de fiction, série documentaire télévisuelle de Sabine Chalvon-Demersay et Patrick Jeudy (Telfrance, 2004).

A la recherche d’un langage spécifique

Présidence : Dominique Kalifa

14h-14h30 – Philippe Lavat : « Les Cinq dernières minutes de Claude Loursais : Vers une autonomisation du spectacle télévisuel ? »

14h30-15h00 – Séverine Barthes : « Suivez Budart d’André Voisin : plus beau le “néo-feuilleton“ ? »

15h-15h30 – Marie-France Chambat-Houillon : « L’Affaire Faber : quand la fiction télévisée fait œuvre de critique sociale ».

15h30-16h00 – Discussion et pause

16h00-16h30 – Géraldine Poels : « L’audience des fictions sérielles dans les années 1960 : la mesure de l’âge d’or ».

16h30-17h00 – Discussion et conclusions du colloque.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.