Belphégor : Littérature populaire espagnole

Revue Belphégor. Littératures populaires et culture médiatique

APPEL À CONTRIBUTION

La littérature populaire espagnole: bilan et approches

Image : El Coyote. El Diablo en Los Angeles, José Mallorqui. Site http://www.novelascoyote.com

Massif encore peu exploré des études universitaires, la littérature populaire espagnole n’a cessé de dialoguer avec les productions des autres pays occidentaux, se nourrissant des modèles offerts par les auteurs et les genres dominants de ce qui est apparu, dès le XIXe siècle, comme une culture médiatique mondialisée. C’est ce vaste ensemble de textes mal connus aujourd’hui, mais qui ont contribué à structurer les imaginaires modernes espagnols en dialogue avec les cultures médiatiques occidentales que ce numéro de Belphégor se propose d’étudier.

En Espagne, les romanciers considérés comme « populaires » commencent à être publiés à partir de 1834. Tout au long du XIXe siècle, la littérature populaire française représente la source d’inspiration la plus importante dans ce pays. Les romanciers français sont hispanisés et la distance entre les deux cultures n’est pas trop grande pour empêcher un processus d’assimilation. La littérature populaire met en valeur des concepts comme l’honneur, l’amour pur, la fidélité, l’orgueil de race, la fierté et la noblesse, autant de qualités qui font écho à une certaine tradition espagnole, puisqu’au XVIIe siècle des écrivains comme Calderón de la Barca et Lope de Vega les ont bien illustrées. Les romans de Sue, Féval ou Hugo trouvent ainsi un terrain propice et le public espagnol est tout prêt à les aimer et à les accepter comme propres.

La littérature populaire espagnole privilégie les goûts de la majorité au détriment des finalités strictement esthétiques et littéraires. Comme ailleurs, elle recherche le succès commercial. Il s’agit donc d’un phénomène étroitement lié au développement d’une culture médiatique et d’une culture de masse. À partir du XIXe siècle des écrivains de toute sorte vont s’essayer au feuilleton ; il y en a de première ligne comme Benito Pérez Galdós et d’autres moins connus comme Manuel Fernández y González, Enrique Pérez Escrich, Ramón Ortega y Frías, Torcuato Tárrago y Mateos o Wenceslao Ayguals de Izco, sans oublier des auteurs plus obscurs, comme José Muñoz Maldonado, Julián Castellanos, Florencio Luis Parreño, Luis de Val, Diego de San José ou Antonio de San Martín, pour ne citer que quelques noms.

Le XXe siècle voit naître en Espagne un renouveau de publications populaires, surtout dans les années vingt, publications qui se perpétuent dans les années 30. Un seul exemple : la maison d’édition Popular édite une collection intitulée « El Folletín » (Le Roman feuilleton). Dans son catalogue figurent des titres de Paul Féval, Pierre Souvestre et Marcel Allain, Alexandre Dumas ou Emile Zola. Et cela va continuer, tout au long du XXe siècle, jusqu’aux années 70.

Au XXe siècle la littérature populaire se fait connaître à travers de récits brefs, brochés, qui ne dépassent pas les cent pages et utilisent un papier de qualité inférieure, ce qui rend ces produits très bon marché. Plusieurs maisons d’édition se sont spécialisées dans ce type de littérature de masses, surtout à Barcelone, à l’instar d’Editorial Bruguera, d’Ediciones Toray ou d’Editorial Molino. Parmi les auteurs les plus connus à l’époque nous pouvons citer en particulier Corín Tellado, qui a écrit plus de quatre mille romans sentimentaux destinés au public féminin, Marcial Lafuente Estefania, spécialisé dans les romans westerns, José Mallorquí, créateur du personnage d’« El Coyote », Luis García Lecha, auteur de presque deux mille romans d’aventures, de science fiction, policier et de terreur, Juan Gallardo Muñoz, Francisco Gonzalez Ledesma, ou encore Pascual Enguidanos, qui fournit la Saga de los Aznar, série de romans de science fiction devenue classique selon les spécialistes du genre.

Étant donnée l’importance de la matière traitée, et dans la mesure où les études consacrées à la littérature populaire espagnole sont encore peu abondantes, dans ce dossier nous aspirons à mesurer la portée de ce genre de productions en Espagne, en nous attachant de préférence au roman ou aux fictions narratives en général.

Plusieurs axes d’étude nous semblent pertinents :

-L’influence française dans la littérature populaire espagnole : aux XIXe, XXe et XXIe siècles.

– Les spécificités de la littérature populaire espagnole aux XIXe, XXe et XXIe siècles.

-Le feuilleton : fonctionnement, typologie et spécificités nationales.

– Les processus de mondialisation qui affectent cette littérature

-Les auteurs les plus importants, leur influence sur les courants populaires nationaux et leur fortune internationale.

-Les genres et leur actualisation en Espagne : le roman historique ; le western ; le récit de brigands; la littérature fantastique ; la littérature d’évasion ; le roman d’aventures ; le roman sentimental ; la dimension érotique

Nous vous invitons a proposer des articles sur l’une ou l’autre de ces thématiques. Les propositions seront de 500 mots maximum et seront envoyées à Àngels Santa (asanta@filcef.udl.cat) ou à M. Carme Figuerola (cfiguerola@filcef.udl.cat) avant janvier 2017. Une fois examinées les propositions, vous recevrez un courriel d’acceptation avant le 15 avril 2017. Les articles (35.000 signes environ), rédigés en français ou en espagnol, devront nous parvenir vers la fin août 2017.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.