Séminaire LPCM/Nanterre : le 11 mars, Irène Langlet

Irène Langlet (Université de Limoges)

« Pour une poétique des fictions industrielles »

Université Paris Ouest-Nanterre La Défense, salle L 205

Vendredi 11 mars, 15-18h

Séminaire « Fictions médiatiques », LPCM (Association internationale des chercheurs en Littératures populaires et Culture Médiatique) et CSLF (EA 1586, équipe Phistem)

coordonné par Anne Besson (Université d’Artois) et Matthieu Letourneux (Université Paris Ouest-Nanterre La Défense).

On s’intéressera au texte des fictions industrielles, et pour commencer à leur texte littéraire, qui me semble resté coincé dans l’angle mort des perspectives de la recherche et de l’enseignement sur les littératures populaires et les cultures médiatiques. L’interdisciplinarité requise, et désormais acquise, dans l’enquête sur les dynamiques multimédiatiques des fictions de grande consommation, a rendu marginales les lectures de leur matériau verbal, de leur style, de leur littérature, finalement – et rien ne semble plus éloigné de ce champ de recherche qu’une approche poéticienne. Des contresens paradoxalement féconds (comme ce malheureux « plaisir du texte » barthésien injustement attribué aux lectures de l’élite) ; la nécessité de rendre justice à des fonctionnements hétérogènes, et leur progressive prise d’autonomie épistémologique (que l’on pense à la querelle des ludologues, ou à la défunte image de la « caméra-stylo ») ; le poids, aussi, de certaines pratiques académiques faisant figure de remparts du ghetto (de la « belle page » à l’explication de texte) : on portera le regard sur quelques lignes qui dessinent cet angle aveugle textuel. On tentera ensuite de les comprendre : entre « l’Absolu littéraire » des Romantiques d’Iéna (Lacoue-Labarthe & Nancy), qui règle probablement encore le régime d’une « Littérature » conçue comme l’un des Beaux-Arts, et « l’objet trouvé » des esthétiques néo-analytiques américaines de Goodman et Binkley, qui ouvrait déjà il y a 40 ans la possibilité d’un régime attentionnel de la littérarité, en passant par les « poétiques du support » que laisse attendre l’histoire de la « civilisation du journal » (Thérenty) ou les contradictions anciennes ou récentes d’une politique des fictions populaires (Gramsci, Trotski, Citton), on prendra le risque de circuler à travers, non seulement « deux siècles de paralittérature » (Thoveron) mais aussi deux cents ans de dialogue de sourds entre l’art et l’industrie, la poétique des textes et les littératures de genre, la littérature et les cultures médiatiques, pour proposer quelques raisons de souhaiter son dépassement positif.

Irène Langlet est professeur de littérature contemporaine à l’université de Limoges, où elle dirige le master Lettres et arts. Elle est spécialiste de science-fiction, des cultures médiatiques et des littératures non-fictionnelles. Elle a publié de nombreux articles sur l’essai ainsi que La Science-fiction. Lecture et poétique d’un genre littéraire (Paris, 2006) et dirige la revue internationale en ligne ReS Futurae

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.