Appel : « Cannibales ! »

Colloque interdisciplinaire « Jeunes chercheurs »

CANNIBALES !

13-14 octobre 2016, Nancy.

«Non loin de là, une mère donne le sein à son bébé, ce qui éveille quelque chose d’horrible en moi. »
American Psycho– Breat Easton Ellis

« Repas de Thanksgiving pour cannibales », montages réalisés par des internautes à l’initiative du site Worth 1000.

Des ogres de contes de fées aux recettes gastronomiques de Hannibal Lecter, en passant par les enquêtes de Tony Chu et la régénération anthropophage des derniers Fallout, le cannibalisme nourrit depuis bien longtemps la part sombre de l’imagerie populaire. Mais les dévoreurs de chair humaine ne peuplent pas seulement le monde de la fiction. Plus encore, ces monstres de papier, de pellicule ou d’imagerie numérique s’inspirent bien souvent de faits réels comme le tristement célèbre tableau de chasse de Peter Kürten, le vampire de Düsseldorf qui inspira Fritz Lang, Albert Fish, Issei Sagawa, le japonais cannibale ou bien encore les grands récits ethnologiques comme celui du Vol 571 Fuerza Aérea Uruguaya.

Au-delà de la dimension animale et horrifique, le cannibalisme interroge d’autres dimensions : dévorer le corps de son semblable, de sa victime est-il une façon de se l’approprier ? De ne faire qu’un avec elle ? De lui voler son âme et de le maudire ? Ce crime contre-nature est-il un défi aux règles établies par la société , par la civilisation, par la religion qui l’ont érigé au rang de tabou ? Ou est-ce au contraire un retour aux us des origines de l’humanité ?

S’interroger sur le cannibalisme de fiction implique également de s’interroger sur la dimension psychologique, philosophique et métaphysique de l’acte de dévoration , qu’il soit inventé, fantasmé ou rapporté de faits réels. Nous invitons ainsi les jeunes chercheurs à s’interroger sur différents axes :

Le cannibalisme fantasmé :

Cet axe repose sur les représentations du cannibalisme dans la fiction, qu’il s’agisse d’œuvres romanesques, de bandes-dessinées, de films, de séries télévisées ou bien encore de jeux vidéo. La figure du cannibale, souvent maléfique, est une caste emblématique des anti-héros comme des super-vilains : de Chronos aux films de Ruggero Deodato tels que le mythique Cannibal Holocaust, le cannibale revêt de multiples facettes et explore, à chaque réinvention du mythe, un nouveau comportement meurtrier, tantôt dans le raffinement, tantôt dans la sauvagerie.

Le cannibalisme en psychologie :

Pour comprendre l’intérêt de tels personnages, de tels récits, il est nécessaire de mettre en lumière les percées psychologiques, psychiatriques et psychanalytiques sur le cannibalisme. Des individus tels que Leatherface ou Flamingo pourraient-ils exister dans notre réalité ou sont-ils seulement les fantasmes morbides d’auteurs désireux de créer des monstres de fiction ? Le psychiatre Fredric Wertham, qui dédia une grande partie de sa carrière à diaboliser ces œuvres et influença le Comics Code, fut en charge d’analyser la psyché d’Albert Fish, «l’ogre de Wysteria », lors de son procès en 1935. Ainsi, l’étude des fonctionnements et des comportements humains forme-t-elle un axe fondamental à l’étude de cette ancestrale figure de fiction.

Cannibalisme et grands récits ethnologiques :

Tribus amazoniennes, évadés de goulags ou rugbymen échoués dans les Andes, bien des récits ethnologiques ont nourri les œuvres de fiction qui ont perpétué l’image du cannibale. Cet axe s’intéresse par conséquent aux études de peuplades mais également aux faits historiques relatés par des survivants s’articulant autour de faits, avérés ou non, de dévoration du corps humain. Quel en est le symbolisme dans les tribus qui le pratiquent couramment ? Quel en est l’impact sur ceux qui doivent s’y livrer par nécessité, par survie ? Comprendre cet acte est un pas en avant vers la compréhension de l’image que nous nous faisons aujourd’hui de ce supposé monstre qui, parfois, n’en est pas véritablement un.

La finalité de ce colloque est de mettre en relation les différentes images du cannibalisme par rapport à leurs traitements fictionnels, psychologiques et ethnologiques afin de comprendre comment s’est développé ce mythe – qui, aujourd’hui encore, nous fait frémir !

Modalités de participation

Ce colloque interdisciplinaire accueillera les jeunes chercheurs en sciences humaines. Il se tiendra les 13 et 14 octobre 2016 sur le campus Lettres et Sciences humaines de l’Université de Lorraine à Nancy. Les propositions de communication (titre et résumé de 300 mots, accompagné d’une courte notice biobibliographique), rédigées en français devront être envisagées pour une communication de 20 minutes et seront à soumettre au comité organisateur (jeuneschercheursLIS2016@gmail.com) avant le 31 mai 2016.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.