CFP: Cinema et serialite, Paris, 8/10 Septembre 2016

Cinéma et sérialité

 22ème colloque de la Sercia, 8-9-10 septembre 2016

Université Paris Diderot / Université Paris Ouest La Défense / Université du Havre / Guest Normandie / Fondation des Etats-Unis

Les propositions de communication sont à envoyer à sercia2016@gmail.com avant le 15 février 2016 (notice biographique de 150 mots maximum, abstract de 500 mots maximum).

La Société d’Etudes et de Recherche sur le Cinéma Anglophone réunit des chercheurs français et internationaux afin de promouvoir la recherche et l’enseignement dans le domaine du cinéma anglophone.

La nature du cinéma est étroitement liée à la notion de série. C’est par la succession d’une série d’images fixes qu’apparaît le mouvement dans les premières inventions comme le zoetrope, puis dans les appareils des frères Lumière ou de Thomas Edison. Alors que le récit cinématographique se complexifie, certains films choisissent de se décliner sous forme d’épisodes que les spectateurs sont encouragés à suivre, comme The Perils of Pauline (1914) ou The Exploits of Elaine (1914). Le plaisir de suivre une histoire sur plusieurs heures et de retrouver des personnages après une interruption plus ou moins longue construit un sentiment de familiarité et d’attachement accru que le cinéma continue de cultiver tout au long de son histoire. Aujourd’hui, la forme sérielle semble dominante culturellement et économiquement notamment aux Etats-Unis, tout autant associée à la télévision, voire à la « post-télévision » avec les productions de Netflix ou Amazon Prime, qu’au cinéma commercial où règnent les franchises, les sequels, prequels et remakes.

Ce colloque de la Sercia se propose d’explorer les liens entre la forme filmique et la sérialité au sens large. Les communications pourront par exemple s’attacher à une définition de la sérialité, à la manière dont cette dernière s’articule à la question du genre ou aux notions de corpus ou de cycles. L’approche du cinéma par la sérialité permet aussi de replacer le cinéma dans une histoire des représentations plus large : quels liens peut-on tisser avec la sérialité à l’œuvre dans les arts graphiques (retables, fresques, gravures, bandes-dessinées, romans graphiques), ou avec celle du roman feuilleton du XIXè siècle par exemple ? Comment expliquer que, culturellement, la série soit souvent associée aux formes populaires, voire aux « mauvais genres » : polar, animation, comics, horreur, science-fiction (dès les premiers serials commeFlash Gordon)?

Le lien entre cinéma et séries conduit logiquement à considérer la manière dont la forme filmique « déborde » des limites traditionnelles du cinéma. Les séries télévisées sont aujourd’hui souvent perçues comme un prolongement logique du cinéma que de nombreux auteurs (comme Steven Soderbergh par exemple) privilégient désormais. La frontière entre cinéma et séries télévisées semble s’effacer, avec des modes de production et de réception qui se rejoignent, des réalisateurs et acteurs qui passent de l’un à l’autre, des hiérarchies culturelles qui se redistribuent peu à peu. Le rôle des communautés de fans s’accroît, et les histoires se déclinent de plus en plus sous de multiples formes transmédiatiques – film, série, jeux vidéos, réalité alternée  – qui complexifient encore la notion de série et posent la question de l’unité ou de la fragmentation des œuvres aujourd’hui.

Conférenciers invités :
Scott Higgins (Wesleyan University)
Samuel Chambers (Johns Hopkins University)

Pistes d’analyse :

–  Histoire de la sérialité au cinéma / à la télévision

Sérialité et esthétique cinématographique (l’interruption et la reprise, conventions et innovations)

Narration et sérialité (personnages, constructions narratives, spécificités du temps long au cinéma, à la télévision)

–  Sérialité et genres (série et « mauvais genres » : cinéma d’horreur, science fiction, animation, superhéros / le jeu avec les genres que permet la durée et la complexité narrative de la série)

Enjeux économiques et industriels de la sérialité (des serials des premiers temps aux franchises hollywoodiennes du XXIè siècle en passant par les distinctions entre séries des networks, du câble, des sites de VOD…)

Sérialité et adaptation (adaptation de personnages récurrents / de cycles de romans à succès – Philip Marlowe, James Bond, etc, adaptation d’une série en film comme Charlie’s Angels, d’un film en série comme Twelve Monkeys, de comic bookscomme Batman, Spiderman ou Watchmen, de jeux vidéos).

Cinéma et séries télévisées (influences réciproques / concurrences / phénomènes d’intertextualité – citation, emprunt, entre séries télévisées et cinéma. Les séries Netflix ou Amazon Prime sont-elles encore de la télévision ? Comment aborder certaines franchises, comme Marvel ou Star Wars, qui comprennent, entre autres, des œuvres cinématographiques et télévisuelles ?)

Sérialité et réception (processus d’attachement, d’appropriation, voire d’addiction, modes de réception permis par les nouvelles technologies ; comment lesfan fictions s’intrègrent-elles dans la sérialité ?)

Sérialité et auteurs (La notion d’auteur se dilue-t-elle dans la sérialité ? Ou en ressort-elle renforcée, comme on le voit dans une certain culture du « showrunner » aujourd’hui ? Comment vision d’auteur et création collaborative se coordonnent-elles dans les séries télévisées ou les franchises ? Que permet la sérialité pour des auteurs qui naviguent entre plusieurs formes comme Scorsese, Van Sant, Whedon, Abrams ? Où se situe « l’auteurité », entre mise en scène et scénario ?)

Contact organisation :
Ariane Hudelet: ariane.hudelet@gmail.com
Anne Crémieux: anne.cremieux@gmail.com

Comité scientifique :
Jean-François Baillon, Anne Crémieux, Emmanuelle Delanoë-Brun, Sarah Hatchuel, Ariane Hudelet, Jacqueline Nacache, David Roche, Pierre-Olivier Toulza, Dennis Tredy, Shannon Wells-Lassagne.

BIBLIOGRAPHY

ALLEN R. and BERG T. (2014) Serialization in Popular Culture. London: Routledge.

AUBRY D.  (2006) Du Roman feuilleton à la série télévisuelle. Pour une rhétorique du genre et de la sérialité. Berne, Peter Lang,

BAREFOOT, Guy. (2016) The Lost Jungle: The Hollywood Sound Serial of the 1930s and 1940s. U of Exeter P.

BEYLOT P. Le Récit audiovisuel. (2005) Paris, Armand Colin, collection « Fac », série « Cinéma ».

BEYLOT P. et SELLIER G. (2004) Les Séries policières. Paris, INA-L’Harmattan, coll. « Médias en actes ».

BUXTON D. (1991) De Bonanza à Miami Vice. Formes et idéologies dans les séries télévisées. Paris : éd. Espace européen.

CANJELS, R. (2016) Distributing Silent Film Serials. London and New York: Routledge.

CHAMBERS, S. (2009) The Queer Politics of Television. New York: IB Tauris.

CHATMAN S. (1990) Coming to Terms. The Rhetoric of Narrative in Fiction and Film. Ithaca & London, Cornell UP.

CLINE W. C. (1994) Serials-ly Speaking: Essays on Cliffhangers. Jefferson, N.C.: McFarland.

CLINE W. C. (1998) In the Nick of Time: Motion Picture Sound Serials. London: McFarland.

CREEBER G. (2004) Serial Television: Big Drama on the Small Screen. London: BFI Publishing.

DENSON S. (2011) “To Be Continued…”: Seriality and Serialization in Interdisciplinary Perspective [What Happens Next: The Mechanics of Serialization. Graduate Conference at the University of Amsterdam, March 25–26, 2011.]’, JLT Online Conference Proceedings. Available at: http://www.jltonline.de/index.php/conferences/article/view/346/1004.

DYER, R. (2015) Lethal Repetition: Serial Killing in European Cinema. London: BFI.

CHAMBERS, S. (2009) The Queer Politics of Television. New York: IB Tauris.

ECO U. (1990) ‘Interpreting Serials: Chapter of The limits of interpretation’, The Limits of Interpretation. Bloomington, Ind: Indiana University Press.

ESQUENAZI, J.P. (2014) Les Séries télévisées : l’avenir du cinéma ? Paris : Armand Colin.

HARRIGAN P. and WARDRIP-FRUIN N. (2009) Third Person: Authoring and Exploring Vast Narratives. Cambridge, Mass: MIT Press.

HAYWARD J. (1997) Consuming Pleasures: Active Audiences and Serial Fictions from Dickens to the Soap Opera. Lexington, Ky: University Press of Kentucky.

HIGGINS, S. (2016) Matinee Melodrama: Playing with Formula in the Sound Serial. Rutgers UP.

HIGGINS S. (2007) ‘Suspenseful Situations: Melodramatic Narrative and the Contemporary Action Film’, Cinema Journal, 47(2), pp. 74–96.

HIGGINS S. (2014) ‘Seriality’s Ludic Promise: Film Serials and the Pre-History of Digital Gaming’, Eludamos. Journal for Computer Game Culture, 8(1). Available at:http://www.eludamos.org/index.php/eludamos/article/viewArticle/vol8no1-7.

GIDDINGS R. and SELBY K. (2001) The Classic Serial on Television and Radio. Basingstoke: Palgrave.

JENKINS H. (2008) ‘Searching for the Origami Unicorn: The Matrix and Transmedia Storytelling: Chapter of Convergence culture: where old and new media collide’, Convergence Culture: Where Old and New Media Collide. New York, N.Y.: New York University Press.

JESS-COOKE, C.(2012) Film Sequels. Edinburgh UP.

KLEIN, A.A. (2016) Cycles, Sequels, Spin-offs, Remakes, and Reboots: Multiplicities in Film and Television. Austin: U of Texas P.

LIMBACHER, J. L. (1991) Haven’t I Seen You Somewhere Before? Remakes, Sequels, and Series in Motion Pictures and Television, 1896–1978. New York: Pierian.

MILLS B. (2005) Television Sitcom. London, British Film Institute,

MITTELL J. (2006) ‘Narrative complexity in contemporary American television’, Velvet Light Trap, 2006 (2006). Available at:

http://go.galegroup.com/ps/i.do?id=GALE|A151394853&v=2.1&u=leicester&it=r&p=EAIM&sw=w&asid=f39796cc3bf98afd4c4a84ccdfed5b90.

MITTEL J. (2015) ‘Ends, Chapter of Complex TV: the poetics of contemporary television storytelling’, Complex TV: the Poetics of Contemporary Television Storytelling. New York: New York University Press.

NOWLAN, R. A., and G.W. NOWLAN. (1989) Cinema Sequels and Remakes, 1903–1987. Jefferson, NC: McFarland.

RAINEY B. (2010) Serials and Series: a World Filmography, 1912-1956. Jefferson, N.C.: McFarland.

REIMER M., Ali N., ENGLAND D. and UNRAU M. D. (eds) (2014) Seriality and Texts for Young People: the Compulsion to Repeat. Houndmills, Basingstoke, Hampshire: Palgrave Macmillan. Available at:

http://ezproxy.lib.le.ac.uk/login?url=http://lib.myilibrary.com?id=727927.

SCHASCHEK, S. Pornography and Seriality. (2013) Palgrave Macmillan.

THOMPSON R. J. (1997) Television’s Second Golden Age: From Hill Street Blues to ER.Syracuse, N.Y.: Syracuse University Press.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.