Journée “La Chanson politique (1780-1830)”

La chanson politique entre deux siècles (1780-1830)

(journée d’étude du CREHS// Les cultures musicales en France // n° 3)

Université d’Artois, Maison de la Recherche, salle R1,

 

le vendredi 13 novembre 2015.

chanson politique

Avant la Révolution, la chanson est déjà une forme d’expression populaire, qui solennise les rites de passage, accompagne le travail aux champs, en atelier ou sur les chantiers, rythme les marches, anime les veillées, les banquets, les fêtes, les bals. La plupart du temps, elle traite d’amour, de vie quotidienne (chansons traditionnelles) ou d’actualité (complaintes, vaudevilles). Traditionnellement, toute manifestation collective s’accompagne de chansons de circonstance en dialecte local. La chanson est donc l’élément d’une culture commune, mais aussi un marqueur identitaire, de métier, de localité, d’âge. La chanson politique est un répertoire spécifique, minoritaire, et pas proprement populaire, au moins au sens de « connu de tous ».

Les histoires spécialisées font souvent références aux mazarinades, comme à une sorte d’origine du genre. Mais il semble qu’il y ait toujours eu, même en volume restreint et clandestinement, des chansons d’opposition ou de protestation. Le plus souvent, c’est contre les ministres et les officiers du roi, plus rarement le souverain lui-même, que s’exerce la verve des chansonniers. La chanson s’attaque aussi aux mauvais prêtres. Plutôt que de chanson politique, il s’agit de satire, qui censure les mœurs sans attaquer les personnes, et n’est pas de l’ordre du débat, mais de la raillerie. Il n’y a pas non plus de « politique » de la chanson sous l’Ancien Régime, même s’il existe une censure (essentiellement morale), qui ne vise d’ailleurs que l’imprimé, alors qu’on tolère comme une soupape la chanson qui circule oralement, jusqu’à un certain point, comme l’a montré récemment Robert Darnton.

En matière de chants, le legs de la Révolution est essentiel : non seulement la Marseillaise devient hymne national, mais plusieurs autres hymnes et chansons, plus ou moins spontanément mobilisés ensuite dans les périodes des crise nationales (révolutions de 1830, 1848, guerre de 1870, 1914), naissent alors. Le moment est particulièrement faste pour la chanson, l’un des genres musicaux les plus répandus, et incontestablement le plus populaire. Plus de trois mille titres nouveaux sont créés entre 1789 et 1799, par une pléthore d’auteurs et d’interprètes plus ou moins improvisés. La chanson et partout sous la Révolution. Mais plus profondément, la Révolution transforme son statut. Ce médium populaire est mis au service ces idées nouvelles, comme le théâtre. De genre mineur, il devient un enjeu stratégique. La politique, les principes et les valeurs nouveaux entrent massivement dans la chanson populaire, dont les formes changent peu par ailleurs. Elle devient en quelque sorte un moyen de l’éducation civique du peuple et le fondement de sa culture politique. L’épisode révolutionnaire introduit une vraie mutation, qui ouvre la voie à Béranger et à ses disciples.

PROGRAMME

9h30-10h : Introduction par Youri CARBONNIER (université d’Artois)

10h-10h30 : Maxime KACI (université de Franche-Comté) : « Chansons et engagements collectifs durant la Révolution française (1789-1799) »

10h30-10h45 Discussion

10h45-11h15 : Corinne LEGOY (université d’Orléans) : « Chanter pour les Bourbons : espaces et messages de la chanson royaliste sous la Restauration »

11h15-11h30 Discussion

11h30-12h : Philippe DARRIULAT (IEP Lille) : « Diffusion, réception et surveillance des paroles séditieuses des chanteurs ambulants et des chanteurs de rues sous la Restauration »

12h-12h15 Discussion

Pause déjeuner

14h-14h30 Romain BENINI (ENS Lyon) : « Émile Debraux et la chanson politique »

14h30-14h45 Discussion

14h45-15h45 Brigitte BUFFARD-MORET (université d’Artois) et Sophie-Anne LETERRIER (université d’Artois) : « Béranger en province : des chansons politiques dans le Nord et le Pas-de-Calais sous la Restauration »

15h45-16h15 Discussion

16h15-16h30 Conclusions par Olivier TORT (université d’Artois)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.