Archives par mot-clé : bande dessinée

Parution : BD au XIXe siècle

Le Magasin du XIXe siècle n°5 : « Et la BD fut ! »

 couv-magasin

La BD est née au XIXe siècle. Fille de la caricature et des chroniques de la petite presse, elle emprunte à l’illustration romantique, au théâtre et à la pantomime, anticipe le cinéma et lorgne vers la chronophotographie.
Véritable champ d’expérimentation libre et multiforme, elle inspire aux écrivains et aux dessinateurs de nouvelles manières de raconter des histoires. Hors des règles du grand art et des normes de la littérature, elle est foncièrement irrévérente, d’où son potentiel satirique, politique et subversif. Sans date de naissance précise, la BD s’est élaborée tout au long du siècle sous la plume et le crayon de Grandville, Töpffer, Nadar, Doré, Rops, Robida ou encore Christophe et d’une foule d’autres qui méritent un coup d’oeil, ne serait-ce que pour le plaisir d’en rire.

DOSSIER : ET LA BD FUT !

24 • Présentation
Nicolas Wanlin
30 • Questions de méthode et zones d’ombre Thierry Groensteen
36 • Entre rêve et rébus
J.-J.Grandville bédélste ?
Valérie Stiénon
42 • Le creuset du périodique :préhistoire médiatique de la bande dessinée Laurent Bihl et Julien Schuh

Continuer la lecture de Parution : BD au XIXe siècle

Appel : « BD et journal »

Appel à communications  pour le colloque

« Les petits aventuriers du quotidien. Bande dessinée, journal et imaginaires médiatiques (XIXe-XXIe siècles) »

 

Organisé par l’Université de Reims, l’Université Laval et le CELSA Paris-Sorbonne.

Responsables : Alexis Lévrier (Université de Reims) et Guillaume Pinson (Université Laval).

Le colloque aura lieu à l’Université de Reims les 28, 29 et 30 juin 2017.

Les relations entre la bande dessinée et le journalisme sont anciennes et durables. Art médiatique conciliant l’image et le texte, la bande dessinée est née au creuset du journal et de la culture périodique, exploitant dès l’origine les enjeux de l’actualité, recyclant les imaginaires médiatiques et inventant des personnages qui évoluent proches des milieux de l’information, souvent journalistes eux-mêmes. Ce colloque international souhaitera ainsi interroger l’ensemble de ces relations à partir d’une réflexion alliant une poétique de la bande dessinée et un historique de ses formes telles qu’elles se sont développées au cœur de la culture médiatique et des supports périodiques.

La séquence temporelle que nous envisageons pour ce colloque sera largement ouverte, du XIXe siècle à aujourd’hui. Au XIXe siècle, la Continuer la lecture de Appel : « BD et journal »

Parution : « En finir avec le populaire ? »

Fictions médiatiques et récits de genre. Pour en finir avec le populaire ? 

sous la direction d’Anne Besson

Lucie Editions, « Poétiques comparatistes », 2016

poetiques-comparatistes

Il s’agit avec ce numéro de mettre en lumière les évolutions rapides des recherches, largement interdisciplinaires, consacrées à la littérature et plus largement à la culture dites « populaires ». Si la transformation du statut – légitimité, valeur – des fictions médiatiques et des récits de genre semble un fait largement acquis dans la sphère socio-culturelle, cet intérêt plus grand entraîne-t-il des travaux renouvelés et donc, peut-on espérer, l’adaptation ou la mise en place des outils critiques adéquats à leur évaluation ? Ce dossier adoptera une perspective résolument méta-critique : chacun des chercheurs sollicités est invité, dans son domaine de spécialité, à faire le point sur ses pratiques et ses méthodes.

Le sommaire contient les contributions de grands spécialistes français et étrangers parmi les plus reconnus du domaine, et donne aussi la parole pour une part significative aux jeunes chercheurs dans un champ dont le dynamisme actuel constitue justement un trait frappant. Continuer la lecture de Parution : « En finir avec le populaire ? »

Parution : « Feuilletons en BD »

Françoise Revaz, Alain Boillat et alii

Case, strip, action. Les feuilletons en bandes dessinées dans les magazines pour la jeunesse (1946-1959), Infolio, 2016

 

feuilletonsbd

Précurseurs des séries télévisées, les histoires à suivre qui paraissaient en bandes dessinées dans des hebdomadaires pour la jeunesse tels que Le Journal de Tintin, Spirou ou Tarzan ont tenu en haleine les jeunes lecteurs de l’après-guerre et façonné leur imaginaire, mais n’ont à ce jour guère fait l’objet d’études détaillées. Richement illustré, cet ouvrage se propose de faire connaître une production foisonnante et emblématique de la culture populaire de la période 1946-1959 en l’envisageant sous l’angle de l’histoire de la bande dessinée, de l’étude du récit et de l’intermédialité. Les auteurs y soulignent notamment les liens entre BD et cinéma, tant sur un plan théorique (logique du feuilleton, rythme narratif, découpage de l’action) qu’analytique (adaptations de films en BD).

Alain Boillat est professeur à la Section d’histoire et esthétique du cinéma de la Faculté des lettres de l’Université de Lausanne. Ses dernières recherches portent sur l’histoire des liens entre bande dessinée et cinéma. Marine Borel réalise actuellement une thèse de doctorat en linguistique française à l’Université de Fribourg et à l’Université de Lorraine. Raphaël Oesterlé est licencié en Histoire et esthétique du cinéma à l’Université de Lausanne. Il mène une thèse sur les périodiques de bandes dessinées francophones de l’après-guerre. Françoise Revaz est professeure de linguistique française à la Faculté des Lettres de l’Université de Fribourg. Elle a fondé, avec R. Baroni, le Réseau Romand de Narratologie.

Appel: Sacré et profane en BD

Le sacré & le profane dans la bande dessinée

Cinquième édition du CRAS (ou Colloque de recherche en arts séquentiels)

Samedi 27 mai 2017 dans le cadre de la programmation de Mai, mois de la BD du Festival BD de Montréal.

Tel que nous l’entendons, le sacré englobe bien sûr ce qui se rapporte au divin, au culte ou à la liturgie, mais peut aussi renvoyer, par analogie, à ce qui mérite un respect absolu, à ce que l’on tient pour intouchable. Le profane, quant à lui, peut être compris comme ce qui est simplement dénué de caractère divin (l’humain, le terrestre) ou comme ce qui porte atteinte au divin (l’impie, le sacrilège). Le profane peut également désigner celui qui ne fait pas partie d’un groupe ou qui est considéré comme un non-initié.

Nous vous invitons à étudier ces notions dans la bande dessinée sous leur aspect thématique, technique ou social (votre réflexion pourra être bien campée dans un de ces aspects ou se situer à leur confluent).

Aspect thématique

De nombreux auteurs de BD accordent une place privilégiée au sacré dans leur œuvre. On peut penser, notamment, à Philippe Girard (La grande noirceurTuer Vélasquez) ou à Craig Thompson Continuer la lecture de Appel: Sacré et profane en BD

Parution : Belphégor « Sérialités »

Le nouveau numéro de la revue internationale plurilingue Belphégor,  consacrée à l’étude des littératures populaires et de la culture médiatique, est en ligne. Son dossier est consacré aux sérialités.

Si l’on allume la radio, si l’on regarde des programmes télévisuels ou si l’on ouvre les pages « culture » de la presse quotidienne ou hebdomadaire, on ne peut faire que le constat d’une culture devenue avant tout culture de masse, dans laquelle la plupart des pratiques distinctives s’inscrivent elles-mêmes dans un dialogue avec les productions de la culture industrielle. Tout un ensemble d’objets – les séries télévisées, la littérature de genre, les blockbusters, les bandes dessinées, les produits dérivés, les jeux vidéo ont en quelques décennies glissé de pratiques délégitimées stigmatisées par les prescripteurs, au sujet principal des discours critiques, au cœur de nos imaginaires. Or, tous ont en commun de pouvoir être décrits comme des productions sérielles. Par productions sérielles, nous entendons toute œuvre dont les modalités de Continuer la lecture de Parution : Belphégor « Sérialités »

Conférences de Benoît Peeters

Conférences de Benoît Peeters

La révolution des images (1830-1914)

9 octobre 2016 – 10 mai 2017

Musée des arts et métiers

60 rue Réaumur, Paris 3e

Image : Winsor McCay, Little Nemo, 1908

Au cours de ces huit Conférences Étienne-Jules Marey, Benoît Peeters analysera les mutations fondamentales qu’ont connues les images entre 1830 et 1914, en devenant reproductibles et séquentielles, puis mobiles. Ce sont les médias naissants – la caricature, le livre illustré, la bande dessinée, la photographie, le cinéma et le dessin animé – qui seront surtout évoqués. Mais au lieu de les séparer, la recherche mettra en évidence tout ce qui les relie.

Il sera question des panoramas et de la lithographie, du télégraphe et du phonographe, du chemin de fer et de l’aviation, mais aussi de personnages qui ont joué un rôle de passeurs entre les disciplines comme Töpffer, Nadar, Muybridge, Marey, Edison, les frères Lumière, Méliès et Winsor McCay. Il y aura des échappées vers Daumier, Meissonier et Degas, mais aussi vers Balzac, Jules Verne, Charles Cros, Clément Ader, Darwin et Freud. Plus souterrainement, il s’agira d’une réflexion sur les liens entre l’histoire des arts et celle des techniques.

Informations et réservations : arts-et-metiers.net

Conférences de Benoît Peeters au Musée des arts et métiers de 18h30 à 20h30

Mercredi 19 octobre 2016

Paris 1830 : UN NOUVEAU MONDE Continuer la lecture de Conférences de Benoît Peeters

Parution : « BD et numérique »

Bande dessinée et numérique

bande-dessinee-et-numerique_jpg

CNRS Editions « Les Essentiels d’Hermès », 2016

sous la direction de Pascal Robert

La bande dessinée est née sur papier et peut-être même du papier : depuis les journaux grand public ou spécialisés, les fascicules de petits formats ou les albums cartonnés, jusqu’aux romans graphiques d’aujourd’hui. Mais elle investit également depuis quelques années les supports numériques et se développe sur Internet. Le numérique interpelle la bande dessinée et sans doute la bouscule-t-il quelque peu, car il offre des possibilités que n’autorise pas le papier : introduire du mouvement, du son etc.

Mais alors, est-ce encore véritablement de la bande dessinée ? À l’inverse, la bande dessinée possède une réelle capacité à investir ses supports et à les reconfigurer selon ses propres règles…

Cet Essentiel, illustré par les dessins de Martin Guillaumie, réunit auteurs, acteurs et théoriciens de la bande dessinée. Il fait le point sur la question de la relation entre bande dessinée et numérique pour apporter des réponses et offrir des éléments de réflexion critique.

Auteurs et contributeurs : Julien Baudry, Benoît Berthou, Yves Bigerel (Balak), Julia Bonaccorsi, Magali Boudissa, Christophe Evans, Julien Falgas, Martin Guillaumie, Olivier Jouvray, Simon Kansara (Simon), Marc-Antoine Mathieu, Philippe Paolucci, Anthony Rageul, Pascal Robert.

Appel : « Tintin au XXIe siècle »

Tintin au XXIe siècle : territoires et temporalités

Colloque international
Du mercredi 17 au samedi 20 mai 2017
Louvain-la-Neuve – Belgique
Appel à communication

110 ans exactement après la naissance de Georges Remi, un colloque international rassemble pendant quatre jours à Louvain-la-Neuve, en Belgique, scientifiques, tintinologues et tintinophiles sur le thème « Tintin au XXIe siècle : territoires et temporalités ».

Le but de ce colloque est de mettre en lumière l’importance exceptionnelle de l’oeuvre d’Hergé dans l’histoire artistique et culturelle du XXe siècle et de saisir le caractère mythique et universel des Aventures de Tintin et de leurs prolongements au XXIe siècle.

Territoires

Axe 1 – Territoires de l’imaginaire. Il s’agira dans un premier temps, de montrer les représentations du monde présentes dans l’œuvre d’Hergé. Quels pays, régions, terres, mers, paysages, naturels ou urbains, nous donnent à voir les Aventures de Tintin.

Quels sont les territoires visibles dans l’œuvre : les continents visités par Tintin, puis les pays imaginaires créés par Hergé, ceux qui nous donnent à voir une représentation de la véritable patrie de Tintin, la Belgique.

Axe 2 – Imaginaire des territoires. Dans un deuxième temps, nous montrerons le rapport de l’œuvre aux régions du monde et en mesurerons l’universalité. En Europe, où les Aventures de Tintin ont prospéré sous l’impulsion des ayants droit et de groupes de passionnés, à l’origine d’évènements et de toute une littérature ou de traductions en langues régionales.

En Afrique ou en Asie, où le tourisme de masse est à l’origine d’une « tintinomania » indigène en partie destinée aux occidentaux de passage. En Amérique, où le petit reporter peine peut-être à rencontrer le succès. En Chine, enfin, où l’on observe un succès grandissant.

Axe 3 – Territoires virtuels. Enfin, nous élargirons notre exploration aux territoires virtuels qui existent hors de l’œuvre d’Hergé. Le média de la presse écrite, par exemple, du vivant de l’auteur comme dans l’après-Hergé, a été envahi par un imaginaire tintinophile qui lui sert désormais souvent pour faire ce qu’il a à faire et assurer ses missions : « montrer » et « dire » le monde…

De la même manière, la publicité, la recherche, la très importante littérature secondaire – les biographies, les exégèses et les analyses – la profusion de détournements et d’hommages artistiques en tout Continuer la lecture de Appel : « Tintin au XXIe siècle »

Maison Fumetti

fumetti

La Maison Fumetti est un lieu nantais dédié à la bande dessinée et aux arts graphiques. L’ ouverture est prévue en septembre 2016.
Ils lancent plusieurs appels à candidature, concernant les interventions pédagogiques, des résidences d’auteur ou des ateliers Manu-Manu.
Les réponses sont à adresser avant le 31 mai 2016, à l’adresse contact@maisonfumetti.fr  ou à cette adresse  :
Maison Fumetti
18 rue Geoffroy Drouet
44000 Nantes
Plus d’informations sur le site.