Archives par mot-clé : bande dessinée

Appel : Space in comics

Spaced Out : Spatiality in Comics

International Conference

Cagliari / 26-27 October 2017

26 October / Aula Magna / Department of Humanities

27 October / Conference Hall/ MEM

Appel : avant le 31 mai 2017

keynote speaker Michael A. Chaney (Dartmouth College)

with the participation of Sara Colaone / Manuele Fior

Space does for comics what time does for film.

McCloud 1994

How is space thematised and transformed, strengthened or weakened in the narrative comic? To what extent do comics rewrite and reinvent space by offering a place where spatial coordinates can be reconfigured in a utopian or fantastic manner? How does this reconfiguration affect perception devices? And again, how can the representation of spatiality in comics be modified within the network of the ongoing transmedia transformations? Continuer la lecture de Appel : Space in comics

Colloque : chapitres en BD

Les avatars du chapitre en bande dessinée

11-12 mai 2017

Université de Lausanne

Auditoire 125, Bâtiment Extranef, UNIL-Dorigny

Colloque international organisé par Prof. Raphaël Baroni et Anaïs Goudmand dans le cadre du Projet ANR : « Pratiques et poétique du chapitre du XIXe au XXIe siècle »

PROGRAMME

JEUDI 11 MAI

08h45 Raphaël Baroni et Anaïs Goudmand : Ouverture du colloque

09h00 Thierry Groensteen : Jacques Tardi ou le parti pris de la continuité

09h30 Raphaël Baroni : De l’épisode au chapitre dans les graphic novels : le cas de Daniel Clowes et de Chester Brown Continuer la lecture de Colloque : chapitres en BD

Parution : Julius Corentin Acquefacques

Dany RASEMONT, Julius Corentin Acquefacques, par-delà la bande et le dessin, réédition augmentée,

Louvain-La-Neuve, Academia/L’Harmattan, 2016, 112 p., coll. « Texte-Image, n°1 ».
Bande dessinée particulièrement déroutante, Julius Corentin Acquefacques de Marc-Antoine Mathieu invite le lecteur curieux dans un labyrinthe aux contours absurdes, surréalistes et humoristiques à la fois. L’œuvre suscite et parfois implique la relecture en un mouvement circulaire tendant à absorber toute référence rationnelle. Mais, comme souvent, l’absurdité a ses raisons et sous l’apparente perte de repères, des lignes de force subsistent qui, mises au jour, invitent à une nouvelle relecture…

Parution : Statut culturel de la BD

 Le statut culturel de la bande dessinée. Ambiguïtés et évolutions/The Cultural Standing of Comics. Ambiguities and changes,

Maaheen AHMED, DELNESTE Stéphanie et TILLEUIL Jean-Louis (dir.),

histoire_de_france_bd

Louvain-la-Neuve, Academia/L’Harmattan, 2016, 277 p., coll. « Texte-Image, n°8 ».
En ce temps de crise des légitimités culturelles, il est pour le moins pertinent de faire le point sur les statuts des productions qui en sont l’objet. Et ce, quelle que soit leur position au sein du marché concerné, jusqu’il y a peu dominante ou, inversement, dominée. Se focaliser sur la bande dessinée parmi ces productions s’avère particulièrement de circonstance, pour peu que l’on tienne compte de la critique qui lui est faite.

Parution : BD au XIXe siècle

Le Magasin du XIXe siècle n°5 : « Et la BD fut ! »

 couv-magasin

La BD est née au XIXe siècle. Fille de la caricature et des chroniques de la petite presse, elle emprunte à l’illustration romantique, au théâtre et à la pantomime, anticipe le cinéma et lorgne vers la chronophotographie.
Véritable champ d’expérimentation libre et multiforme, elle inspire aux écrivains et aux dessinateurs de nouvelles manières de raconter des histoires. Hors des règles du grand art et des normes de la littérature, elle est foncièrement irrévérente, d’où son potentiel satirique, politique et subversif. Sans date de naissance précise, la BD s’est élaborée tout au long du siècle sous la plume et le crayon de Grandville, Töpffer, Nadar, Doré, Rops, Robida ou encore Christophe et d’une foule d’autres qui méritent un coup d’oeil, ne serait-ce que pour le plaisir d’en rire.

DOSSIER : ET LA BD FUT !

24 • Présentation
Nicolas Wanlin
30 • Questions de méthode et zones d’ombre Thierry Groensteen
36 • Entre rêve et rébus
J.-J.Grandville bédélste ?
Valérie Stiénon
42 • Le creuset du périodique :préhistoire médiatique de la bande dessinée Laurent Bihl et Julien Schuh

Continuer la lecture de Parution : BD au XIXe siècle

Appel : « BD et journal »

Appel à communications  pour le colloque

« Les petits aventuriers du quotidien. Bande dessinée, journal et imaginaires médiatiques (XIXe-XXIe siècles) »

 

Organisé par l’Université de Reims, l’Université Laval et le CELSA Paris-Sorbonne.

Responsables : Alexis Lévrier (Université de Reims) et Guillaume Pinson (Université Laval).

Le colloque aura lieu à l’Université de Reims les 28, 29 et 30 juin 2017.

Les relations entre la bande dessinée et le journalisme sont anciennes et durables. Art médiatique conciliant l’image et le texte, la bande dessinée est née au creuset du journal et de la culture périodique, exploitant dès l’origine les enjeux de l’actualité, recyclant les imaginaires médiatiques et inventant des personnages qui évoluent proches des milieux de l’information, souvent journalistes eux-mêmes. Ce colloque international souhaitera ainsi interroger l’ensemble de ces relations à partir d’une réflexion alliant une poétique de la bande dessinée et un historique de ses formes telles qu’elles se sont développées au cœur de la culture médiatique et des supports périodiques.

La séquence temporelle que nous envisageons pour ce colloque sera largement ouverte, du XIXe siècle à aujourd’hui. Au XIXe siècle, la Continuer la lecture de Appel : « BD et journal »

Parution : « En finir avec le populaire ? »

Fictions médiatiques et récits de genre. Pour en finir avec le populaire ? 

sous la direction d’Anne Besson

Lucie Editions, « Poétiques comparatistes », 2016

poetiques-comparatistes

Il s’agit avec ce numéro de mettre en lumière les évolutions rapides des recherches, largement interdisciplinaires, consacrées à la littérature et plus largement à la culture dites « populaires ». Si la transformation du statut – légitimité, valeur – des fictions médiatiques et des récits de genre semble un fait largement acquis dans la sphère socio-culturelle, cet intérêt plus grand entraîne-t-il des travaux renouvelés et donc, peut-on espérer, l’adaptation ou la mise en place des outils critiques adéquats à leur évaluation ? Ce dossier adoptera une perspective résolument méta-critique : chacun des chercheurs sollicités est invité, dans son domaine de spécialité, à faire le point sur ses pratiques et ses méthodes.

Le sommaire contient les contributions de grands spécialistes français et étrangers parmi les plus reconnus du domaine, et donne aussi la parole pour une part significative aux jeunes chercheurs dans un champ dont le dynamisme actuel constitue justement un trait frappant. Continuer la lecture de Parution : « En finir avec le populaire ? »

Parution : « Feuilletons en BD »

Françoise Revaz, Alain Boillat et alii

Case, strip, action. Les feuilletons en bandes dessinées dans les magazines pour la jeunesse (1946-1959), Infolio, 2016

 

feuilletonsbd

Précurseurs des séries télévisées, les histoires à suivre qui paraissaient en bandes dessinées dans des hebdomadaires pour la jeunesse tels que Le Journal de Tintin, Spirou ou Tarzan ont tenu en haleine les jeunes lecteurs de l’après-guerre et façonné leur imaginaire, mais n’ont à ce jour guère fait l’objet d’études détaillées. Richement illustré, cet ouvrage se propose de faire connaître une production foisonnante et emblématique de la culture populaire de la période 1946-1959 en l’envisageant sous l’angle de l’histoire de la bande dessinée, de l’étude du récit et de l’intermédialité. Les auteurs y soulignent notamment les liens entre BD et cinéma, tant sur un plan théorique (logique du feuilleton, rythme narratif, découpage de l’action) qu’analytique (adaptations de films en BD).

Alain Boillat est professeur à la Section d’histoire et esthétique du cinéma de la Faculté des lettres de l’Université de Lausanne. Ses dernières recherches portent sur l’histoire des liens entre bande dessinée et cinéma. Marine Borel réalise actuellement une thèse de doctorat en linguistique française à l’Université de Fribourg et à l’Université de Lorraine. Raphaël Oesterlé est licencié en Histoire et esthétique du cinéma à l’Université de Lausanne. Il mène une thèse sur les périodiques de bandes dessinées francophones de l’après-guerre. Françoise Revaz est professeure de linguistique française à la Faculté des Lettres de l’Université de Fribourg. Elle a fondé, avec R. Baroni, le Réseau Romand de Narratologie.

Appel: Sacré et profane en BD

Le sacré & le profane dans la bande dessinée

Cinquième édition du CRAS (ou Colloque de recherche en arts séquentiels)

Samedi 27 mai 2017 dans le cadre de la programmation de Mai, mois de la BD du Festival BD de Montréal.

Tel que nous l’entendons, le sacré englobe bien sûr ce qui se rapporte au divin, au culte ou à la liturgie, mais peut aussi renvoyer, par analogie, à ce qui mérite un respect absolu, à ce que l’on tient pour intouchable. Le profane, quant à lui, peut être compris comme ce qui est simplement dénué de caractère divin (l’humain, le terrestre) ou comme ce qui porte atteinte au divin (l’impie, le sacrilège). Le profane peut également désigner celui qui ne fait pas partie d’un groupe ou qui est considéré comme un non-initié.

Nous vous invitons à étudier ces notions dans la bande dessinée sous leur aspect thématique, technique ou social (votre réflexion pourra être bien campée dans un de ces aspects ou se situer à leur confluent).

Aspect thématique

De nombreux auteurs de BD accordent une place privilégiée au sacré dans leur œuvre. On peut penser, notamment, à Philippe Girard (La grande noirceurTuer Vélasquez) ou à Craig Thompson Continuer la lecture de Appel: Sacré et profane en BD

Parution : Belphégor « Sérialités »

Le nouveau numéro de la revue internationale plurilingue Belphégor,  consacrée à l’étude des littératures populaires et de la culture médiatique, est en ligne. Son dossier est consacré aux sérialités.

Si l’on allume la radio, si l’on regarde des programmes télévisuels ou si l’on ouvre les pages « culture » de la presse quotidienne ou hebdomadaire, on ne peut faire que le constat d’une culture devenue avant tout culture de masse, dans laquelle la plupart des pratiques distinctives s’inscrivent elles-mêmes dans un dialogue avec les productions de la culture industrielle. Tout un ensemble d’objets – les séries télévisées, la littérature de genre, les blockbusters, les bandes dessinées, les produits dérivés, les jeux vidéo ont en quelques décennies glissé de pratiques délégitimées stigmatisées par les prescripteurs, au sujet principal des discours critiques, au cœur de nos imaginaires. Or, tous ont en commun de pouvoir être décrits comme des productions sérielles. Par productions sérielles, nous entendons toute œuvre dont les modalités de Continuer la lecture de Parution : Belphégor « Sérialités »