Parution : « Analyser une adaptation »

Jean Cléder, Laurent Jullier, Analyser une adaptation. Du texte à l’écran, Flammarion « Champs Arts »

Image : Tamara Drewe, film de Stephen Frears et roman graphique  de Posy Simmonds.

Que se passe-t-il lorsqu’une œuvre littéraire est adaptée au cinéma ? Pour analyser le passage du texte à l’image, comment aller au-delà d’une simple énumération des changements ? Une adaptation cinématographique est-elle une interprétation d’un texte ou un objet autonome ?
De La Princesse de Clèves à Shining, de Tamara Drewe à Madame Bovary, Jean Cléder et Laurent Jullier examinent les notions de personnage, de narration ou de fidélité, pour présenter des clefs de réflexion dans cette perspective : mieux comprendre ce qui se joue lorsqu’un livre devient film (et inversement).
Analyser une adaptation nous invite à identifier les spécificités de chaque genre et les passerelles qui les relient, en abandonnant la séparation entre les arts qui limite la compréhension de la littérature comme du cinéma, pour les faire véritablement dialoguer.

Maître de conférences en littérature générale et comparée à l’université Rennes 2 et agrégé de lettres modernes, Jean Cléder a Continuer la lecture de Parution : « Analyser une adaptation »

Parution : Victorien Sardou

Drames et pièces historiques de Victorien Sardou

Classiques Garnier, 2017

 

Image : « Victorien Sardou (1831-1908), sa femme et ses enfants dans le grand salon de leur maison de Marly-le-Roi » par Auguste de la Brély, vers 1885. Huile sur toile. Paris, musée Carnavalet.

 

Victorien Sardou (1831-1908) – l’auteur de La Tosca et de Madame Sans-Gêne, l’ami de Sarah Bernhardt et de Coquelin – s’illustra dans la comédie, le vaudeville, la féerie et le drame. Brillantes et bien ficelées, propices au déploiement de la mise en scène et aptes à soulever l’enthousiasme de publics très divers, ses œuvres furent jouées, traduites et adaptées dans le monde entier.
Les six premiers volumes du Théâtre complet réunissent les 16 grandes pièces de la maturité : Patrie ! et La Haine (tome I), Fédora, La Tosca et Spiritisme (tome II), Thermidor et Robespierre (tome III), Les Merveilleuses, Madame Sans-Gêne et Paméla, marchande de frivolités (tome IV), Théodora, Cléopâtre et Gismonda (tome V), La Sorcière, Dante et L’Affaire des poisons (tome VI). Le premier tome comprend en outre une biographie de l’auteur.
Il s’agit de la première édition critique du théâtre de Victorien Sardou, établie à partir des manuscrits, éditions et livrets de mise en scène de l’époque de l’auteur, ainsi que de quantité d’autres archives.

Elle a été réalisée sous la direction d’Isabelle Moindrot par une équipe de dix universitaires en études théâtrales, littérature Continuer la lecture de Parution : Victorien Sardou

Appel : Femmes de presse

The Presence of Women Editors in the Press Industry 1850-1950

49th annual NeMLA convention (Pittsburgh, 12-15 avril 2018)

Pour le 30 septembre 2017

This panel examines the active participation of women in the public dialogue through the prism of their periodical publications. The rise of the periodical press has been recognized as a key factor in the formation of the public sphere in the nineteenth century (Habermas 1962). Studies of twentieth-century editorship, however, tend to take the institutionalization of editorship for granted. Male editors are often known by name, and they are studied in the light of their impact on the socio-political landscape of their time. Historically, however, editorship (and women’s editorship in particular) was often anonymous or pseudonymous and even explicitly staged as performance. Therefore, this panel encourages a thorough study of the common strategies and the cross-cultural networks that women editors developed in order to make their voices heard. More particularly, this panel outlines possible avenues for theoretical reflection on editorship by shedding light on periodical publications across linguistic, socio-cultural and historical boundaries. Continuer la lecture de Appel : Femmes de presse

Parution : justice à la télévision

Myriam Tsikounas, La caméra explore le crime. Les causes célèbres du XIXe siècle, Rennes, PUR, 2017.

 

En 1955, la télévision française crée la collection « En Votre âme et conscience ». Elle raconte, dans un nouveau langage spécialement conçu pour le petit écran – la Dramatique –, les causes judiciaires les plus célèbres du XIXe et des débuts du XXe siècle. Après avoir relaté 66 affaires, la série disparaît en 1969. Durant toute cette période, Pierre Desgraupes et Pierre Dumayet ont réussi à faire comprendre aux Français le fonctionnement de la justice et les ont amenés à réfléchir sur la difficulté de juger.

Avec le soutien de l’INA et de l’équipe ISOR du Centre d’histoire du XIXe siècle Paris 1 Panthéon-Sorbonne-Paris Sorbonne.

Une série judiciaire télévisuelle

  • Étudier la série « En votre âme et conscience » dans une perspective historique
  • Les objectifs d’« En votre âme et conscience »
  • Les contraintes télévisuelles d’« En votre âme et conscience » *Le dispositif télévisuel retenu et son évolution

Continuer la lecture de Parution : justice à la télévision

Appel : Héros de série TV

Les métamorphoses du héros sériel » (Télévision, n° 9)

Proposition de contribution  (2000 signes maximum) à adresser avant le 30 juin 2017

 

Au début, au temps des origines, les choses étaient simples : le héros sériel était un solitaire, plutôt ombrageux et sourcilleux sur ses valeurs, un représentant de l’ordre, sans peur ni reproche, agissant sans barguigner au nom de la loi…  Le récit sériel inscrivait ses aventures dans une perspective narrative plutôt linéaire, une sorte de ligne claire, en quelque sorte. Mais, très vite, les choses ont évolué. Le héros a pris ses habitudes et, à force de s’inviter chaque semaine, voire chaque jour, insensiblement, de « saison » en « saison », il s’est imposé dans notre temporalité de téléspectateur et, dans le même temps, a changé de nature et de statut, nous révélant peu à peu sa « vraie nature » (Sabine Chalvon Demersay). En accentuant sa récurrence, il a perdu son rang, il est devenu « multiple », simple protagoniste de récits devenus parfois choraux, à l’orientation axiologique de plus en plus mal définie.

Télévision s’est demandé récemment (n° 7, 2016) ce que les séries télévisées ont fait au récit : il est temps de se demander ce que le récit sériel fait à son héros et de s’interroger sur les métamorphoses de celui-ci. Ce questionnement pourra se faire selon divers axes épistémologiques : sémantique, narratologique, générique, axiologique, … 

La construction au long cours du héros

Le héros sériel entretient avec la temporalité fictionnelle et spectatorielle un rapport inédit et acquiert de ce fait une épaisseur et une complexité qui ne peuvent être celles du héros cinématographique, fût-il récurrent, comme Fantomas ou James Bond. Le héros sériel est un héros qui se construit dans la durée et la répétition. Il est l’objet d’un « récit sans fin » (Jean-Pierre Esquenazi), d’où un approfondissement inédit dans la construction de ce vecteur audiovisuel de nos émotions et de nos investissements de téléspectateur. Un approfondissement d’autant plus conséquent que le personnage est lui-même de plus en plus souvent le produit d’un travail pluriel, au sein d’ateliers d’écriture qui multiplient les facettes de personnages, désormais dotés d’une capacité à se réinventer presqu’à l’infini – ce que le cinéma, récit fermé, clos sur lui-même, ne permet guère. Cette « consistance ontologique pratiquement inégalable » que leur permet d’acquérir la  « durée du spectacle » (Raphaël Baroni) et qui contraint l’art du récit à s’inventer de nouvelles voies narratives reste à approfondir.

Le rapport au corps de l’acteur

De cette permanence, de cette présence réitérée découle également une manière inédite d’investir nos vies qui fait que nous, téléspectateurs, vieillissons avec le personnage, en « observant le vieillissement non simulé des acteurs qui les incarnent » (François Jost, Raphaël Baroni), ce qui produit un effet de familiarité inédite. C’est qu’en effet le héros sériel procède « d’une fusion d’un type particulier entre le personnage et le comédien » (Sabine Chalvon-Demersay). Le comédien se glisse régulièrement dans la peau du personnage et celui-ci, beaucoup plus qu’au cinéma où les acteurs sont souvent interchangeables pour un même rôle, s’incarne dans le comédien. Il y a dans le récit sériel une accoutumance au visage, aux tics de langage, à la gestuelle du comédien, etc., qui rend le personnage consubstantiel à l’acteur au point de constituer une « être hybride qui a un pied dans le monde et un pied hors du monde, un être composite qui a un seul corps et deux âmes » (Sabine Chalvon-Demersay). En conséquence de quoi, la construction des héros de fiction ne peut pas faire l’économie du temps qui passe, pour le personnage comme pour le comédien qui l’incarne. Dans l’univers sériel, on note aujourd’hui le retour en force de « la mise en feuilleton » (Stéphane Bénassi), qui fait se multiplier les « séries feuilletonnantes » ou les « feuilletons sérialisants », ce qui est une manière de prendre en compte une temporalité qui n’était guère de mise dans les « séries canoniques » où le héros était figé dans une éternelle jeunesse. Par ailleurs, bien des auteurs confient que des personnages mineurs dans leur dessein initial ont pu prendre une ampleur imprévisible et accéder au statut de protagonistes par le truchement du corps et du jeu de l’acteur. Sans compter les « incidents de production » (Jean-Pierre Esquenazi), qui peuvent contraindre un show runner à « tuer » l’un de ses personnages majeurs…et à donner à l’intrigue une direction inattendue.

Du simple au « multiple »

Le temps du « pauvre cow-boy solitaire » est passé. Le héros sériel d’aujourd’hui trouve souvent sens et place dans une communauté de destin qui est celle d’un commissariat, d’une étude d’avocats, d’un service hospitalier, d’un « village », … au point d’en devenir « multiple ». Dans cette « configuration où plusieurs personnages remplissent l’actant sujet » (Sarah Sépulchre), le héros ne se disperse pas en une collection de personnages juxtaposant leurs solitudes mais devient une entité collective qui va faire l’objet d’un récit « choral ». Le héros devient alors le support mosaïque d’une caractérisation multiple dont la construction mobilise, au fil des épisodes et des saisons, toute l’attention des ateliers d’écriture. Comment le héros sériel « multiple » se construit-il dans la multiplicité des « rôles » qu’il doit assumer ? D’autant que, loin des seuls commissariats d’antan, les séries envahissent aujourd’hui les sociétés de pompes funèbres, les séminaires, les « bureaux des légendes » des agences de renseignement… L’expansion générique des séries semble infinie et, loin de la mythologie du demi-dieu redresseur de torts, voici venu le temps des héros ordinaires (ou presque).

L’art et la manière de devenir méchant

Autrefois, le héros était, sans contestation possible, un « gentil », un « incorruptible », qui, sans être un « super-héros », faisait toujours triompher le Bien. Il assumait en quelque sorte des missions régaliennes, et s’il n’était pas gendarme, du moins était-il justicier, bandit d’honneur ou voleur gentleman… Puis est venu le temps de héros plus problématiques, parfois qualifiés d’« anti-héros », qui, loin de réconcilier le téléspectateur avec lui–même et de le conforter dans ses valeurs, le laissent dans le trouble et l’incertitude (Umberto Eco) : Est-il bon ? Est-il méchant, comme eût dit Denis Diderot. Nous en sommes aujourd’hui à l’ère des « nouveaux méchants » (François Jost) qui font « bouger les lignes du Bien et du Mal ». Le temps du héros « monolithique » est révolu : voici venu celui des « breaking bad ».  Le positionnement éthique du téléspectateur s’en trouve chamboulé et des postures nouvelles – l’empathie plus que la sympathie, par exemple – sont à inventer  dans l’appréhension du héros par le téléspectateur.

Être devenu méchant, mais aussi définitivement hybride, le héros sériel, multiple et mosaïque,  continue, chaque nouvelle « saison », ses métamorphoses. Ce sont les métamorphoses décrites brièvement ici, et sans doute bien d’autres encore, qu’il conviendra de mettre en perspective et de questionner plus avant dans ce numéro de Télévision.

Proposition de contribution  (2000 signes maximum) à adresser avant le 30 juin 2017 à :

François Jost (francoisjost@orange.fr) et Bernard Papin (bernard.papin@u-psud.fr)

Les textes feront de 35 000 à 45 000 signes et devront être envoyés fin octobre. Après une lecture en double aveugle, le texte définitif, après correction si nécessaire, devra être remis le 22 décembre 2017.

Parution : Affaire Fualdès

L’Affaire Fualdès, le sang et la rumeur

 sous la direction de Jacques Miquel et Aurélien Pierre (Musée Fenaille), Le Rouergue, 2017

Au matin du 20 mars 1817, le corps du procureur Antoine Bernardin Fualdès était retrouvé égorgé dans l’Aveyron. Une extraordinaire affaire commençait, retentissant fiasco policier et judiciaire sur lequel se sont penchées plusieurs générations d’historiens et de chercheurs. Deux cents ans après les faits, le musée Fenaille revient sur l’incroyable feuilleton qui passionna la France et toute l’Europe. Dans un pays usé par les guerres napoléoniennes, agité par des complots et des conspirations, l’affaire Fualdès agit comme un révélateur. Elle annonce le mariage entre la presse écrite et les chroniques judiciaires, le crime et les récits populaires, l’encre et le sang. En fait foi la profusion d’images produites : lithographies et estampes sont publiées par dizaines. La riche iconographie rassemblée dans ce livre témoigne de la postérité de l’affaire dans la culture populaire mais nous rappelle aussi que de grands artistes tels que Théodore Géricault s’emparèrent du sujet. Quant aux Continuer la lecture de Parution : Affaire Fualdès

Appel : adaptation et animation

AU MILIEU DE L’IMAGE COULENT LES TEXTES

(Adaptation littéraire & Courts métrages d’animation)

 22, 23 et 24 mars 2018

COLLOQUE INTERNATIONAL

CELEC (EA 3069), Université Jean Monnet Saint-Etienne

en partenariat avec l’IUT de Roanne et le Festival Ciné Court de Roanne, 9ème édition

et avec le soutien de la NEF Animation

 Direction : Jérôme Dutel

 

« Dans les rapports entre l’histoire et l’image,

l’histoire, pour moi, ressemble à un vampire

qui essaie de vider l’image de son sang. »

Wim Wenders[1]

 

Appel à contribution

Après ses premières années et expérimentations, le cinéma d’animation a très tôt été rattrapé par la question de l’adaptation de sources littéraires. Ce qui a été longtemps considéré comme le premier long métrage d’animation, Les Aventures du Prince Ahmed (Die Abenteuer des Prinzen Achmed, 1926) de Lotte Reininger (1899-1981), puise ainsi directement dans Les Mille et une nuits. En 1928, l’ouverture d’un des premiers chefs d’œuvre de Walt Disney (1901-1966) montre elle aussi à quel point le passage « du littéraire au filmique »[2] est devenu un enjeu fondamental.

Blanche Neige débute par l’image d’un livre à lourd fermoir et respectable reliure, luxueusement serti d’enluminures dorées, le Continuer la lecture de Appel : adaptation et animation

Appel : Verne américain

L’Imaginaire nord-américain de Jules Verne

Colloque par Guillaume Pinson et Maxime Prévost

Université d’Ottawa

7 et 8 juin 2018

 

Appel à communications

L’Amérique du Nord et les Nord-Américains sont omniprésents dans les Voyages extraordinaires : Marie-Hélène Huet y dénombre 85 personnages américains jouant un rôle de premier plan dans 26 romans, auxquels s’ajoutent les trois romans entièrement consacrés au Canada que Verne, dans une lettre du 31 mai 1887 à Louis-Jules Hetzel, appelle «mon pays de prédilection» (Le Pays des fourrures, 1873; Famille-sans-nom, 1889; Le Volcan d’or, première publication posthume en 1906). Il est pourtant fascinant de constater que, dans toute son existence, Jules Verne n’aura passé que quelques jours aux États-Unis et moins de vingt-quatre heures au Canada : tout son savoir sur l’ethnologie et les mœurs de ces pays lui proviennent de sources livresques et, surtout, de la presse contemporaine, tant quotidienne que périodique. Tel Phileas Fogg, Jules Verne est en effet un homme en prise directe sur le discours social de son époque, et qui se distingue par la maîtrise qu’il en affiche : tout ce qui s’écrit, se pense et se représente dans la presse et la littérature contemporaine pénètre ses notes de lecture et la composition de ses romans. Ainsi, son Amérique textuelle procède entièrement de l’imaginaire social ambiant, qui le nourrit et auquel il ajoute en retour des représentations marquantes. Continuer la lecture de Appel : Verne américain

Appel : érudition des amateurs

Des savants amateurs aux fans experts : contours et évolutions de l’érudition, entre populaire et académique

 

16- 17 novembre 2017, MESHS de Lille, colloque coordonné par Anne Besson et Anne-Gaëlle Weber (Université d’Artois)

Réponses attendues avant le 31 juillet 2017 (résumés de 1000 à 3000 signes, accompagnés d’une courte notice bio-bibliographique).

Le champ de l’expertise critique, entend-on souvent ces dernières années, serait en crise ; du moins subirait-il une profonde mutation, qui conduirait d’une traditionnelle verticalité (le savoir se diffusant de haut en bas, du « sachant » au néophyte) à une nouvelle horizontalité, celle des pairs connectés, des communautés d’amateurs partageant leur intelligence collective, celle des réseaux, sociaux bien sûr. La prégnance d’Internet dans nos vies culturelles est en effet bien identifiée comme la source principale de ce transfert d’influence décisif : des critiques érudits, savants professionnels, et seuls aptes à conférer la légitimité, vers un pouvoir aux consommateurs, lecteurs, joueurs, spectateurs – fans. Au passage, de nouveaux équilibres s’instaurent, donnant plus de visibilité aux productions qu’on qualifiera de « geek », culture populaire et médiatique, goût pour les séries, les genres de l’imaginaire et les œuvres « transgénérationnelles »[1].

Il s’agira durant ce colloque, qui s’inscrit dans le cadre du projet LegiPop (MESHS Lille-Nord de France : voir descriptif ci-dessous), d’interroger de tels constats, pour repenser les contours et évolutions de l’érudition qu’ils sous-entendent. Continuer la lecture de Appel : érudition des amateurs

Parution : Fan/Gender Studies

Fan studies gender studies : la rencontre, Editions du Téraèdre, 2017,  dir. Mélanie Bourdaa et Arnaud Alessandrin

 

La rencontre entre fan studies et gender studies, largement engagée dans le monde académique anglo-saxon, a très tôt permis d’analysé les activités de fans au prisme du genre, en mobilisant les apports de travaux explicitement féministes. Sur un plan théorique, ces rapprochements pourront donc être (re)discutés, car ils n’ont rien d’évident et ont souvent été sélectifs, à l’image de l’intégration complexe des perspectives féministes au sein des cultural studies. En conséquence, les contributions à cet ouvrage s’attacheront chaque fois à préciser quels aspects des gender studies contribuent à l’approfondissement des fan studies et de quelle manière. Sur un plan empirique, elles mettront en exergue les frontières de genre comme leurs éventuelles remises en cause au sein de différents groupes de fans et envisageront leurs significations et leurs effets à une échelle plus large. La rencontre offerte par ces pages en enfin une rencontre pluridisciplinaire, venant éclairer, de diverses façons, le couple « fan & genre ».

Édito : ce que les fan studies font au genre, et inversement.

QUEMENER Nelly

Fan & gender studies : introduction Continuer la lecture de Parution : Fan/Gender Studies

Association internationale des chercheurs en « Littératures populaires et culture médiatique » / International Research Association in Popular Literature and Media Culture