Parution: Incommunication en BD

Pascal Robert, De l’incommunication au miroir de la Bande Dessinée

Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise Pascal, Collection « Communication, Cultures & Lien social », avril 2017

La communication est difficile à penser. Car, si ça communique vraiment, que dire d’autre ? Ne convient-il pas, dès lors, de renverser la perspective, de penser d’abord en termes d’incommunication et de penser cette incommunication elle-même ? Voilà tout le projet de ce livre. Et s’il n’est pas le premier à s’intéresser à l’incommunication, il possède néanmoins l’indéniable originalité de travailler sur un terreau riche à la fois de toute sa fraîcheur et de sa profondeur, la bande dessinée. Non pour y plaquer une théorie, mais bien pour construire une réflexion sur l’incommunication à partir de la bande dessinée.
On pourrait supposer que la bande dessinée est trop faible pour constituer un support suffisamment pertinent à une telle construction. Or, il n’en est rien. Car elle offre une pré-modélisation des actions, situations et personnages en les épurant, tout en Continuer la lecture de Parution: Incommunication en BD

Appel : « Signatures »

Le Pardaillan n°4, « Signatures »

Appel à propositions d’articles, pour le 15 septembre 2017

 

Le quatrième numéro du Pardaillan, revue de littérature populaire et culture médiatique, se propose d’interroger la notion de signature dans les productions culturelles, artistiques et médiatiques. La question de la signature renvoie à celle de la paternité de l’œuvre : signer une œuvre entérine une forme de reconnaissance de cette paternité, mais aussi une propriété et un droit moral. La signature est également le lieu où s’établit un jugement de valeur sur l’œuvre, distinguant le domaine de l’art de tous les autres domaines. En outre, elle entretient un lien étroit avec l’empreinte personnelle de l’auteur. Si l’on postule en effet que tout artiste signe son œuvre dans les formes qu’il manipule, on peut alors penser que toute œuvre induit une signature spécifique par la récurrence, plus ou moins consciente, de motifs, d’obsessions, ou de procédés particuliers et originaux.

La signature se caractérise en premier lieu par le nom : elle est le Continuer la lecture de Appel : « Signatures »

Parution : « Faire sensation »

Roy Pinker

Faire sensation. De l’enlèvement du bébé Lindbergh au barnum médiatique

Agone, « Contrefeux », mai 2017

 

 

En mars 1932, le fils du célèbre aviateur Charles Lindbergh, âgé de 20 mois, est victime d’un enlèvement puis retrouvé mort. En 1935, Bruno Hauptmann, reconnu coupable du crime lors du tout premier procès filmé, est condamné à mort malgré ses dénégations et des preuves contestables, puis exécuté. Ce qui deviendra rapidement « l’affaire Baby Lindbergh » a passionné la presse et le cinéma d’actualité, et inspiré une foule d’artistes écrivains, d’Agatha Christie à Philip Roth en passant par Hergé et Dali.
Loin d’une énième tentative visant à faire la vérité sur l’affaire Lindbergh, ce livre en fait un moment emblématique où se mettent en place, dans les médias, des méthodes et des habitudes – diffusion d’informations non vérifiées, invention ou distorsion de l’information pour la faire correspondre à la temporalité du média, accentuation d’une réalité étrangère pour renforcer une cohésion communautaire, simplifications visant à donner du sens à ce qui n’en a pas, sensationnalisme en continu – dont on aurait pu croire qu’elles étaient spécifiques à notre époque.

Colloque « Feuilletons »

Feuilletons et séries diffusés sur les écrans de la RTF et de l’ORTF (1949-1974)

Colloque international, Paris, 6-7 juin 2017

 

Concernant la fiction télévisuelle sérielle (ou plurielle, évolutive, …), la recherche universitaire est passée en quelques années du mépris condescendant (qui était, peu ou prou, celui qui s’exprimait pour tout objet télévisuel) à une célébration quasiunanime d’une production devenue parfois, à elle-seule, synonyme de qualité. On réhabilite l’auteur (fût-il lui-même pluriel), on invente le concept de sériephilie, on fait de la production télévisuelle sérielle le lieu de toutes les inventions dans l’art de la conduite du récit et/ou de la mobilisation spectatorielle. Journée d’études, colloques, monographies et ouvrages collectifs se multiplient pour scruter sous toutes les facettes – historique, sociologique, narratologique, philosophique, genré, … – ce nouvel objet désormais éminemment légitime pour les chercheurs. Il y a néanmoins, dans ce nouvel intérêt épistémologique, des territoires encore largement inexplorés. Tout d’abord, force est de constater que, à de rares exceptions près, la réflexion prend essentiellement pour objet les séries anglo-saxonnes, le plus souvent américaines, qui seules incarneraient la « Quality TV ». Ensuite, à scruter le programme de tous ces colloques et les sommaires de tous ces ouvrages consacrés aujourd’hui aux séries, c’est un peu comme si la télévision (et avec elle la fiction sérielle) était née au tournant des années 2000 et n’était un objet digne d’étude que dans son second âge d’or (voire son troisième). C’est un peu comme si la fiction sérielle n’avait pas d’histoire, ni littéraire, ni radiophonique, ni télévisuelle. Et comme si le téléspectateur d’aujourd’hui n’avait pas de mémoire. Or, dès ses origines, la télévision fut (aussi) sérielle et bien des « séries » (qui étaient, pour une grande majorité, plutôt des feuilletons en ce qui concerne la production française) ont laissé des traces encore vivaces dans la mémoire collective. L’idée première de ce colloque, c’est de réorienter le regard des chercheurs vers cette préhistoire des séries, des séries diffusées par une télévision publique – aux temps de la RTF et de l’ORTF – et longtemps en noir et blanc, qui proposa les premières séries américaines mais fit également la part belle aux productions anglaises, canadiennes… et françaises. Il est donc temps maintenant de se lancer dans une investigation plus globalisante et systématique de la période pour mesurer la place que cette fiction plurielle occupait dans la programmation d’une télévision de service public et déterminer quels objectifs lui étaient assignés dans l’ambition qui fut celle de la RTF et de l’ORTF de faire de la télévision un outil de promotion culturelle et d’apprentissage de la citoyenneté. Par ailleurs, les séries contemporaines sont – pas toujours mais souvent – étudiées, dans la globalité fermée de leurs saisons, comme des objets autonomes, comme des unitaires et des collections en quelque sorte, sans que l’on se préoccupe suffisamment de leur généalogie et de leurs modes de Continuer la lecture de Colloque « Feuilletons »

Journée « Fabrique de l’animation »

La Fabrique de l’animation.

Une industrie culturelle saisie par les sciences sociales

Mardi 6 juin 2017, Maison de la Recherche (Paris 3), 4 rue des Irlandais, 75005 Paris 

(animateurs travaillant sur le film Les Aventures de Pinocchio – 1936. Romolo Bacchni)

Cette journée d’étude internationale, à l’initiative du Laboratoire d’excellence « Industries culturelles et création artistique » (LabEx ICCA) et deux de ses composantes, le laboratoire EXPERICE (Université Paris 13) et l’IRCAV (Université Sorbonne Nouvelle) et soutenue par l’association NEF Animation, a pour objectif de donner une visibilité aux recherches en sciences sociales qui traitent de l’animation en tant que processus de production et phénomène socioéconomique. Moment de rencontre et d’échanges entre chercheurs, elle vise également à construire des ponts avec le secteur lui-même.

En plus de sessions thématiques qui feront se croiser recherches académiques et points de vue professionnels, deux conférences (en anglais), assurées par Chris Pallant (Canterbury Christ Church University) et Timothy G. Jones (UCLA), alimenteront la réflexion.

Programme Continuer la lecture de Journée « Fabrique de l’animation »

Parution : Les Experts

Hélène Monnet-Cantagrel

Les Experts, au nom de la science

Atlande  coll. « A suivre… », avril 2017

Crime scene Investigation (CSI), en français Les Experts, est la série de tous les records. Diffusée dans 177 pays, elle a été tournée pendant 16 ans, déclinée en 4 séries autonomes – Miami, New York, Las Vegas et Cyber – connu des dizaines de dérivés (jeux vidéos, rides, comics, romans, etc.) et initié un procédé audiovisuel, les CSI shots, qui donnent à voir des réactions de l’intérieur du corps. L’ouvrage décortique les ressorts de ce succès: bande-son, procédés visuels, liens avec l’actualité.

Hélène Monnet-Cantagrel est professeur de lettres et de culture générale à l’Ecole nationale supérieure des Arts Appliqués et des métiers d’art (ENSAAMA) et docteur en sciences de l’information et de la communication. Auteur d’une thèse sur Les Séries télévisées : du format aux franchises. Pratique et esthétique des dramas américains de Prime-Time, créée entre 1996 et 2006, elle a écrit plusieurs articles pour des revues à propose de CSI, American Horror Story, les séries HBO ou encore Nicolas Le Floch.

 

Colloque : Pouvoirs de la fiction

« La fiction littéraire contemporaine face à ses pouvoirs »

Université de Liège, 4-5 mai 2017

 


Ces vingt dernières années, la fiction et le récit se sont étendus à des contextes sociaux et à des domaines de l’existence toujours plus larges, modifiant en profondeur notre imaginaire et notre rapport aux histoires. Dans le même temps, les débats autour de la notion de « force » ou de « fonction cognitive » de la littérature ont conduit à une nouvelle appréciation des savoirs inhérents aux objets fictionnels.

Si cette intelligence de la fiction a pour vertu de rapprocher les « trois cultures » (Lepenies, 1990; Jablonka 2014) en favorisant l’échange et la circulation des savoirs entre les entreprises littéraire et scientifique (épistémocritique, sociologie « par » la fiction, théorie littéraire des mondes possibles, cognitive literary studies), elle n’est pas non plus sans effet sur les créateurs qui, à leur tour, pensent ce pouvoir de parler du monde. D’objet sur lequel exercer des savoirs ou des techniques plus forts que lui, le document littéraire est devenu un instrument de connaissance, un interlocuteur à part entière interrogé pour son mode de saisie et de compréhension de phénomènes longtemps considérés comme extérieurs à lui ou comme agissant à travers lui et à son insu. En quoi ce nouveau contexte de bienveillance et de réflexivité à l’égard de la connaissance par la fiction change-t-il les pratiques littéraires ? Que font les écrivains des pouvoirs qui leur sont désormais reconnus ? Comment rendre compte de l’effectivité propre du savoir de fiction dans les dispositifs narratifs contemporains ?

Organisées à l’Université de Liège dans le cadre du projet de recherche STORYFIC (PDR-FNRS), avec le soutien de l’UR Traverses et de la revue de sociologie de littérature COnTEXTES, ces journées d’étude visent à penser la manière dont les « pouvoirs de la fiction » font retour sur les pratiques des écrivains.

 

Programme

Jeudi 4 mai

Continuer la lecture de Colloque : Pouvoirs de la fiction

Parution : Analyse des séries

Eléments pour l’analyse des séries

Recueil d’articles de Jean-Pierre Esquenazi 

L’Harmattan « Champs visuel »

Les textes rassemblés explorent notamment deux questions. La première concerne la série comme « tout », comme objet singulier : comment parler de l’unité d’un objet aussi morcelé, comment le saisir comme une oeuvre achevée ? La seconde touche à une éventuelle spécificité des séries : peuvent-elles se prévaloir d’une qualité narrative et esthétique distincte d’autres objets narratifs, romans, films, bandes dessinées ? De nombreux exemples sont proposés : Six Feet Under, Breaking Bad, 24 heures chrono, Battlestar Galactia, Law and Order, et bien d’autres sont examinées.

Parution : « Imaginaire sériel »

Imaginaire sériel : les mécanismes sériels à l’œuvre dans l’acte créatif

J. Fruoco, A. Rando Martin, A. Laimé (dir.),

UGA Editions, Collection Ateliers de l’imaginaire, avril 2017

Le succès d’un service comme Netflix qui propose un flux continu de films et de séries télévisées sur internet montre un engouement de plus en plus important pour les œuvres en séries.  La question de savoir pourquoi notre esprit réagit si bien à une suite de films, une série télévisée ou à des romans en plusieurs volumes se pose alors. Qu’est-ce qui rend ces récits fragmentés si attractifs ? Pourquoi la division d’une histoire en épisodes fascine tant ?

L’objectif de ce livre est dès lors simple et offre quelques réponses à ces questions en tentant de comprendre l’impact de la sérialité sur l’imaginaire. L’ouvrage Imaginaire sériel propose donc de revenir sur les mécanismes de réception d’une œuvre sérielle, sur l’importance de leur matérialité mais aussi sur le rôle de la répétition et de la temporalité.

Quel que soit votre médium de consommation préféré, ce livre vous accompagnera sur le chemin de la sérialité en suivant les pas de Charles Dickens, Michel Butor et de nombreux autres artistes Continuer la lecture de Parution : « Imaginaire sériel »

Colloque : Anticipation francophone

L’émergence du roman d’anticipation scientifique dans l’espace médiatique francophone 1860-1940

Université du Québec à Montréal – Local D-R200 et Salon Orange

3-5 mai 2017

Le roman d’anticipation scientifique se développe, dans le domaine francophone, au tournant du XXe siècle. Situé au croisement de la littérature et des sciences, à la lisière du roman d’aventure et du fantastique, il ne s’impose pas immédiatement comme un genre à part entière, mais se pense peu à peu à travers une série de dénominations génériques, du « merveilleux scientifique » au « roman des temps futurs » ou à la « science-fiction ». Cette cristallisation accompagne l’essor de la vulgarisation scientifique, adoptant souvent de semblables  logiques de diffusion et de popularisation.
À l’exception de quelques auteurs (Verne, Robida, Rosny aîné, Renard…), le vaste corpus qui compose cette littérature est peu connu. Le roman d’anticipation échappe au canon littéraire, à la fois parce qu’il relève de la littérature populaire et parce que ses productions ne sont pas unifiées sous une même bannière. L’un des objectifs de ce colloque est de remédier à cette méconnaissance en identifiant les parentés, les réseaux, les supports éditoriaux permettant de circonscrire cet ensemble générique. Pour ce faire, il propose d’aborder des romans et des nouvelles de littérature française, québécoise, belge et suisse, entre 1860 et 1940, soit du début des « Voyages extraordinaires » de Jules Verne jusqu’à la Seconde Guerre mondiale.
Dans ce cadre général, nous souhaiterions plus spécifiquement Continuer la lecture de Colloque : Anticipation francophone

Association internationale des chercheurs en « Littératures populaires et culture médiatique » / International Research Association in Popular Literature and Media Culture