Voyages illustrés aux pays froids : appel

Froid

Voyages illustrés aux pays froids (XVIe-XIXe siècle)

De l’invention de l’imprimerie à celle de la photographie

Ce colloque international, qui aura lieu en l’Abbaye des Prémontrés de Pont-à-Mousson (Lorraine) du 14 au 17 juin 2017, se propose d’envisager la notion de « pays froid » dans les récits de voyage illustrés entre l’invention de l’imprimerie et celle de la photographie. Il s’agira de définir et d’établir un vaste corpus de sources dans une perspective de recherche interdisciplinaire (littérature, histoire, géographie, histoire de l’art, anthropologie…).

Continuer la lecture de Voyages illustrés aux pays froids : appel

Les nouveaux avatars du roman policier

Policier

« Mais où va donc le roman policier ? »

s’interrogent beaucoup de critiques dont quelques-uns ont fini par succomber à l’idée que la mort du genre est inéluctable. « Il ne va nulle part, rétorque ironiquement le tandem Boileau-Narcejac. C’est un pommier qui donne différentes variétés de fruits, mais ce sont toujours des pommes. L’erreur, précisément, est de vouloir modifier son essence par des greffes qu’il supporte toujours mal ». Depuis les années soixante-dix du siècle écoulé, et devant l’évolution rapide du roman policier, la multiplication de ses branches (roman de suspense, roman noir, néopolar, roman d’espionnage, polar humoristique, polar historique, polar mythique, etc.) et l’apparition de nouvelles formes romanesques mi-littéraires, mi-policières, les théoriciens commencent cependant à s’interroger sur l’avenir de la littérature noire et les risques qu’elle court si elle poursuit ses « mues » successives. Le présent projet d’ouvrage collectif invite les universitaires et les jeunes chercheurs à réfléchir sur les nouveaux avatars du roman policier en étudiant par exemple les enjeux de l’écriture policière subversive et les principales stratégies de détournement, la réception des romans policiers hybrides, le coefficient du style « littéraire » dans le polar, et les nouvelles approches théoriques et méthodologiques pour aborder les avatars contemporains du roman policier. Continuer la lecture de Les nouveaux avatars du roman policier

Peau d’âne : Appel à projet

Peau d'âne

Dans le cadre de ses expositions et plus spécifiquement en direction du jeune public, le centre culturel de Bellegarde (Toulouse) invite de jeunes artistes, étudiants d’écoles d’art, à participer dans la pluralité des pratiques et l’hybridation des formes à une exposition collective sur la thématique du conte Peau d’âne. L’exposition aura lieu du 10 mars au 12 avril 2017.

Conditions d’éligibilité :

Cet appel à projet est ouvert à de multiples champs d’expression : graphisme, photographie, vidéo, animation, arts plastiques, installation, arts textiles, design, etc.

Date limite de candidature : 30 novembre 2016, 18h00

Pour en savoir plus : Appel

Parution: « Harry Potter, adaptations et interprétations »

Parution du numéro 73 :2 de la revue trimestrielle Mélanges de Science Religieuse :

Harry Potter : adaptations et interprétations.

SOMMAIRE
Présentation – Anne-Frédérique Mochel-Caballero (Université de Picardie Jules Verne, Amiens)

Harry Potter et la poétique de l’adaptation – David Goldie (Université d’Aix-Marseille)

Fanfictions et les limites du texte original dans Harry Potter :
hommage ou trangression – Marion Jolin (King’s College, University of Western Ontario)

Les figures christiques dans la série Harry Potter – Anne-Frédérique Mochel-Caballero (Université de Picardie Jules Verne, Amiens)

Reliques, horcruxes ou don de soi : vaincre la mort dans la série Harry Potter – Suzanne Bray (Université Catholique de Lille)

Recensions et comptes rendus

Appel : « Ecrits de la réception »

« Les écrits de la réception : pratiques textuelles des publics médiatiques »

Appel à contribution pour le numéro 7 de la revue Genre en séries : cinéma, télévision, médias

Coordination du numéro :

Sébastien François, docteur en sociologie, postdoctorant au Labex ICCA, rattaché aux laboratoires EXPERICE (Université Paris 13) et CERLIS (Université Paris Descartes)

Thomas Pillard, docteur en études cinématographiques et audiovisuelles, chercheur associé à l’IRCAV (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3)

 

Lettres à la célébrité, courriers des lecteurs, analyses critiques, récits dérivés et fanfictions, etc. : l’écrit n’a eu de cesse d’être un vecteur privilégié pour prolonger des expériences de réception médiatiques. Par-delà les contenus qui leur donnent naissance, les différences de contexte historique ou les dispositifs de communication mobilisés, ces textes en disent souvent long sur leurs auteur×e×s, comme sur la composition et le degré de structuration des publics auxquels ils appartiennent (Abercrombie & Longhurst 1998 ; Cefaï & Pasquier 2004). Plus encore, ils sont un des lieux où se jouent et se révèlent les enjeux de genre (gender) qui façonnent ces différents publics (Buckingham 1993 ; Maigret 1995 ; Sellier 2009), fournissant aux chercheur×e×s des ressources précieuses pour traiter des problèmes théoriques, méthodologiques et épistémologiques liés à l’étude du « genre de la réception » (Biscarrat 2015).

Ce numéro de Genre en Séries entend rassembler des travaux qui prennent pour objet ces multiples pratiques textuelles et qui mobilisent, de différentes façons, le prisme du genre pour sa capacité à éclairer tant les contenus médiatiques consommés que les discours suscités. Les écritures « ordinaires », « domestiques » ou « non-scolaires » étant déjà hautement genrées (Blanc 1993 ; Lahire 1997 ; Lyons 2013), il semble essentiel de mieux connaître le profil des rédacteurs/trices de ces textes adossés à la réception d’objets culturels eux-mêmes porteurs de représentations et de normes genrées. L’étude des conditions d’écriture et, le cas échéant, de publication Continuer la lecture de Appel : « Ecrits de la réception »

Colloque Danielle Darrieux – CFP

univ-bordeaux-montaigne              logo_244Appel à communications
Colloque Danielle Darrieux
La traversée d’un siècle
Université Bordeaux Montaigne, 4 et 5 mai 2017

Danielle Darrieux est née le 1er mai 1917 à Bordeaux. Sa carrière est d’une longévité exceptionnelle (1931-2010) et se déploie dans plusieurs champs artistiques : cinéma, chanson, théâtre, télévision, music-hall. Pourtant, aucun ouvrage de référence ne lui a encore été consacré. Le centenaire de sa naissance est l’occasion de réparer cet oubli.

Au cinéma, depuis le début des années 1930, elle a incarné successivement :
– les désirs d’émancipation des jeunes filles pendant les années 30,
– des femmes autonomes pendant l’Occupation
– des femmes intelligentes après-guerre suscitant la peur
– la muse d’un cinéma moderne alternatif
– une figure valorisante du vieillissement

A travers ces successives métamorphoses, elle n’a cessé d’être une figure moderne du féminin, y compris dans son image médiatique. Dans le contexte d’un cinéma populaire abonné à des stéréotypes féminins dévalorisants, elle a pu trouver le succès en construisant une persona contradictoire, entre tradition et modernité. En effet, dans les années 1930, elle incarne des daddy’s girls dont l’émancipation est contrôlée par le patriarcat. Dans les années 1940, sa carrière est hypothéquée par les pressions qu’elle subit sous l’Occupation, puis déstabilisée par les règlements de compte de la Libération. Dans les années 1950, elle retrouve le succès à travers des rôles misogynes de femmes qui utilisent leur intelligence pour dominer et/ou détruire les hommes. Il faudra attendre l’émergence d’une nouvelle génération de cinéastes (Demy, Delouche, Vecchiali, Téchiné, Jacquot, Sautet, Treilhou) pour que Danielle Darrieux puisse faire émerger une figure de vieille dame indigne.

Parallèlement au cinéma, Danielle Darrieux débute sa carrière au théâtre en 1937 pour répondre aux sollicitations de son mari Henri Decoin. Après des débuts hasardeux le théâtre devient un autre pilier de sa carrière au tournant des années 1950, au moment où les rôles qu’on lui propose au cinéma sont moins intéressants. Elle sera une actrice de tous les registres, de Musset à Bernstein, de Noël Coward à Guitry, d’Anouilh à Sagan, de Marcel Achard à Pierre Barrillet, en passant par Feydeau jusqu’à Éric-Emmanuel Schmitt qui lui permettra d’obtenir un Molière en 2003.

C’est à la suite du succès de La Robe mauve de Valentine, téléfilm adapté en 1969 d’une pièce de Sagan que Darrieux fait de la télévision un nouveau terrain de jeu. Elle y rencontrera de nombreux succès notamment avec la série Miss (1979), puis avec la saga Jalna (1994) qui lui vaudra un Sept d’or.

Darrieux, c’est aussi une chanteuse qui s’impose à l’époque des « petits formats » en chantant jazzie avant l’heure en pleine période des chanteuses réalistes. Musicienne avertie issue d’une famille de mélomanes, elle marquera de son empreinte vocale de soprano léger bon nombre de ses films, du Bal (1931) à Nouvelle chance (2006). Elle se produira lors de tours de chant à la Tête de l’art et l’Alhambra, jusqu’à Brodway même, et sera sollicitée par des compositeurs contemporains comme Philippe Chatel qui inventera pour elle le personnage de l’horloge dans sa reprise du conte musical Émilie Jolie (1997) ou par Patrick Bruel en 2002 pour son album Entre deux consacré aux chansons françaises des années 1930-50.

Voici quelques pistes non exclusives. Toutes les approches disciplinaires sont les bienvenues.

  • Histoire culturelle : Darrieux véhicule de l’identité française
  • études iconiques : le look Darrieux…
  • Star studies :

–     la persona de Darrieux et son évolution

  • Darrieux une star malgré elle : gestion de carrière et vie publique
  • Les genres cinématographiques

Darrieux et les genres populaires du cinéma français : comédie, mélodrame, film à costumes, policier…

  • Histoire du cinéma français
  • Darrieux, la Tradition de la Qualité et la Nouvelle Vague
  • La place de Darrieux dans l’/les histoire(s) du cinéma français.
  • Gender studies : Darrieux, une construction contradictoire de l’identité féminine
  • Études économiques : Darrieux, une actrice « bankable » ?
  • Études de réception
  • Réception critique, spectatorielle, médiatique et box-office
  • Études théâtrales : Darrieux et le théâtre de boulevard
  • Études musicales : Darrieux chanteuse, des années 1930 à nos jours
  • Études télévisuelles :
  • Darrieux héroïne récurrente de feuilletons et de séries : Miss, Marie-Marie, L’Age vermeil, Bonjour maître, Jalna,
  • Études actorales
  • la modernité de son jeu cinématographique au sein du cinéma français classique
  • Études comparatives : Darrieux et les autres
  • ses collaborations répétées avec des réalisateurs et des acteurs… (Henri Decoin, Max Ophüls, Claude Autant-Lara, Julien Duvivier, Jacques Demy ; Albert Préjean, Jean Gabin, Catherine Deneuve, Gérard Philipe)
  • Darrieux, les remakes cinéma ou cinéma-TV (Mayerling 1936-1948-1968, Katia 1938-1959, Ruy Blas 1947-2002, Jean de la lune 1931-1949, Le Rouge et le Noir 1954-1961-1998, : Marie-Octobre 1959-2008, 24 heures dans la vie d’une femme 1968-2002, etc.), et les reprises au théâtre (Sérénade à trois, Faisons un rêve, Domino, Les Amants terribles, Coco, Potiche, Harold et Maude, Oscar et la Dame rose).
  • Destins croisés des trois « glorieuses » : Danielle Darrieux, Michèle Morgan et Micheline Presle

Les propositions de contribution, d’un maximum de 3000 signes (500 mots) accompagnées d’une brève bio-bibliographie, devront être envoyées, en français ou en anglais, avant le 1er octobre 2016 à :

gwenlegras@wanadoo.fr
sellier.g@wanadoo.fr

Gwénaëlle Le Gras, Université Bordeaux Montaigne
Geneviève Sellier, Université Bordeaux Montaigne

Call for papers
Conference Danielle Darrieux
A Star Crossing the 20th Century
Université Bordeaux Montaigne, the 4th and 5th May 2017

Daniel Darrieux was born May 1, 1917 in Bordeaux. Her career is exceptionally long (1931-2010) and covers several artistic fields: cinema, song, theatre, television, and music hall. However, no reference book has yet been devoted to her. The centenary of her birth is an opportunity to correct this oversight.

As a movie actress since the early 1930s, she successively embodied:
– young women’s aspiration of emancipation during the 1930s,
– self-determining women during the Occupation
– apprehension of intelligent women in the post-war period
– muse of an alternative modern cinema in the 1970s and 1980s
– a positive and unruly aging figure in the 1990s and 2000s

Through these successive metamorphoses, she remained an important figure of modernity, including in her image in the medias. In the context of a popular cinema used to female stereotypes, she found success by building a contradictory persona, between tradition and modernity. In the 1930s, she personifies “the daddy’s girls” whose emancipation is controlled by patriarchy. In the 1940s, her career was compromised by the German pressures during the Occupation, and destabilized by the settling of score after the Liberation. In the 1950s, she found success through misogynistic roles of women using their intelligence to dominate and/or destroy men. We will have to wait until the emergence of a new generation of filmmakers after the New Wave (Demy, Delouche, Vecchiali, Téchiné, Jacquot, Sautet, Treilhou) allowed Darrieux to bring out the figure of an unworthy old lady.

Darrieux began her career in theatre in 1937 to meet the demands of her husband Henri Decoin. After a risky debut, theatre became another pillar of her career in the early 1950s, when the roles offered to her in the films were less interesting. She experimented all registers and genres, from Musset to Bernstein, from Noël Coward to Guitry, from Anouilh to Sagan, from Achard to Barrillet, from Feydeau to Eric-Emmanuel Schmitt, thanks to whom she received a Molière Award in 2003.

After the success of the TV movie La Robe mauve de Valentine, adapted in 1969 from a play by Sagan, Darrieux became a successful TV star, thanks to TV shows including the serie Miss (1979), the saga Jalna (1994), for which she won a Golden Seven Award.

Darrieux is also a singer who was able to sing jazzy during the time of successful realist singers such as Piaf. From a family of music amateurs, she marked her voiceprint of a light soprano on many films, from Le Bal (1931) all the way to Nouvelle Chance (2006). She made several singing tours at La Tête de l’Art and at l’Alhambra, even on Broadway, and many contemporary composers wrote songs for her, such as Philippe Chatel who invent for her the character of “the Clock” in his musical tale Emilie Jolie (1997) or like Patrick Bruel who included her in his 2002 album Entre deux devoted to 1930s French songs.

Here are some non-exclusive suggestions. All approaches to this subject are welcome.

1- Cultural History: Darrieux, vehicle of French identity

2- Iconic studies: the Darrieux look …

3- Star studies:

  • the Darrieux persona and its evolution
  • Darrieux, a star despite her: career management and public life

4- Genre studies

  • Darrieux and popular genres of French cinema: comedy, melodrama, costume drama, crime film…

5- French film history:

  • Darrieux, the Tradition of Quality and the New Wave
  • the place of Darrieux in French film history
  1. Gender studies: Darrieux, a contradictory construction of female identity

7- Economic studies: Darrieux, a « bankable » actress?

8- Reception Studies

  • Critical reception, spectatorship, media and box office

9- Theatre studies: Darrieux and the boulevard

10- Musical studies: Darrieux singer from the 1930s until today

11- Television studies:

  • Darrieux, recurrent heroine of shows and serials: Miss, Marie-Marie, L’Age vermeil, Bonjour maître, Jalna

11 Performance studies

  • Her modern way of acting in the classic French cinema

12 Comparative studies: Darrieux and other

  • Her repeated collaborations with directors and actors ((Henri Decoin, Max Ophüls, Claude Autant-Lara, Julien Duvivier, Jacques Demy; Albert Préjean, Jean Gabin, Catherine Deneuve, Gérard Philipe)
  • Her movie and TV remakes ((Mayerling 1936-1948-1968, Katia 1938-1959, Ruy Blas 1947-2002, Jean de la lune 1931-1949, Le Rouge et le Noir 1954-1961-1998, : Marie-Octobre 1959-2008, 24 heures dans la vie d’une femme 1968-2002, etc.), et les reprises au théâtre (Sérénade à trois, Faisons un rêve, Domino, Les Amants terribles, Coco, Potiche, Harold et Maude, Oscar et la Dame rose)
  • Crossing destinies of the three female stars: Darrieux, Morgan and Presle

The proposals (500 words maximum), with a brief bio-bibliography, will be sent in English or in French, before October 1st 2016 to:

gwenlegras@wanadoo.fr
sellier.g@wanadoo.fr

Gwénaëlle Le Gras, Université Bordeaux Montaigne
Geneviève Sellier, Université Bordeaux Montaigne

Rencontre : Edogawa Ranpo

 

Les paysages infernaux d’Edogawa Ranpo

 

Rencontre à la Bibliothèque des littératures policières (BiLiPo),   

Le samedi 24 septembre 2016 de 16h00 à 17h00

http://quefaire.paris.fr/fiche/153175_les_paysages_infernaux_d_edogawa_ranpo

 

Difficile de parler du roman policier japonais sans évoquer la figure tutélaire d’Edogawa Ranpo (1894-1965) considéré comme le « créateur » du genre au Japon. Son œuvre protéiforme continue à marquer de son empreinte la culture populaire de son pays à travers des rééditions sans cesse renouvelées de ses récits, à travers des adaptations en manga, à la télévision et au cinéma, tandis que la réflexion académique s’est emparée de ses récits devenus des marqueurs culturels des « années folles » japonaises.

Ses œuvres sont entrées en janvier 2016 dans le domaine public au Japon et Paris accueille en octobre le premier colloque international en Europe entièrement consacré à  l’auteur de La Chenille. A cette occasion, Miyako Slocombe et Gérald Peloux présentent à la BILIPO les diverses facettes de l’homme et de l’écrivain que fut Ranpo dont l’œuvre multiforme se déploie de brillantes nouvelles aux intrigues élaborées jusqu’à des romans baroques qui lient érotisme et grotesque, sans oublier sa production littéraire pour enfants et son intense activité de passeur et de promoteur du genre au Japon. Continuer la lecture de Rencontre : Edogawa Ranpo

Appel : « Médiations apocalyptiques »

Colloque : « Médiations apocalyptiques », Université de Bretagne Occidentale, Brest, 8- 10 mars 2017.

Comité d’organisation : Hélène Machinal, Beth Mullen, Joanna Thornborrow, Monica Michlin, Arnaud Regnauld.

La date limite pour faire une proposition est le 30 octobre 2016.
Les propositions de communications doivent être déposées à l’adresse suivante :
https://easychair.org/

«When Armageddon takes place, parking is going to be a major problem»,
J.G. Ballard, Millenium People (2003)

Depuis le tournant du XXe au XXIe siècle, la fin du monde est redevenue un sujet privilégié dans les différentes formes d’expression de la culture populaire, par exemple dans les médias sociaux mais aussi dans la fiction, cette dernière s’inscrivant dans un imaginaire de la fin qui fait régulièrement retour aux périodes de crises et tensions ontologiques et épistémologiques.
La fin du monde et/ou la fin de l’espèce humaine (qu’il convient de distinguer) sont ainsi revenues sur le devant de la scène dans l’imaginaire collectif, tout comme dans le réel, avec la résurgence de « discours de la fin » qui passent parfois par une rhétorique de la décadence ou de la dégénérescence et peuvent acquérir une dimension politique dès lors que ces discours visent à opposer soi et l’autre, une identité normative et une altérité érigée en spectre
menaçant. Au niveau politique, on pense à « l’axe du mal » de George W. Bush et aux discours et croisades qu’il a produits, à la récupération idéologique et politique de la peur de l’autre perçu comme une menace, pouvant mener à la perte de soi telle que Donald Trump ou les idéologies de l’extrême droite peuvent la relayer. On note aussi une contamination médiatique des formes et figures de l’apocalypse dans les espaces liés aux réseaux sociaux et à la culture populaire, qui donnent lieu à un foisonnement linguistique, lexical et médiatique dans lequel l’apocalypse se décline en jeu (« Zombie-apocalypse »), en néologismes et mots valises (avec les suffixes -geddon ou -pocalypse, par exemple « trumpageddon »), ou en campagne de publicité autour du dernier film de la franchise Marvel, « X-Men Apocalypse ».
Après un premier volet consacré à « Formes de l’apocalypse » en mars 2016 à Paris 8, nous proposons de poursuivre notre exploration des figurations/représentations de l’apocalypse, du cataclysme et de son « après », si tant est qu’un « post » soit envisagé/able. Le colloque organisé par HCTI (UBO, EA4249), EMMA (Montpellier 3, EA741) et Transferts critiques et dynamiques des savoirs (Paris 8, EA1569) entend introduire plus spécifiquement la culture de l’écran (Gervais) et la société écranique (Lipovetsky, Serroy) qui sont devenus les signes distinctifs de la période contemporaine. Quels discours et figurations de l’apocalypse et d’une fin éventuelle du monde la société du tout numérique produit-elle ? Quel rôle joue/nt l’/les écran/s et le numérique dans le développement et la diffusion d’un discours de la fin du monde ? Quelle place pour les espaces et les univers virtuels dans cette « mode » de l’apocalypse, où la société transforme la notion marchandise à consommer sans modération?
Il y aurait donc un « marché » de l’apocalypse qui décline à loisir la thématique en parc d’attraction, hashtags liés à la « culture vampire », produits allant de la réalisation d’un « zombie-cake » aux sites d’annonces de la fin du monde en passant par les reality shows (Fear Factor, Survivor), sans oublier les jeux vidéos et jeux en ligne. Il s’agira donc d’étudier par le prisme des media studies et des études culturelles ce foisonnement linguistique et intermédial qui transforme l’apocalypse en produit d’appel publicitaire, en jeu, en scénario, en espace virtuel. Quel rôle jouent le virtuel et les espaces du numérique dans cette hyper-réalité qui fait de l’apocalypse un objet culturel souvent associé au divertissement et au ludique ? (Hubner, Leaning and Manning ou Weiss and Taylor). Plus généralement, peut-on penser une spécificité du discours et de la figuration de l’apocalypse dans une société contemporaine où les images sont devenues omniprésentes et où le rapport au temps et à l’espace a profondément muté? D’un point de vue iconographique et iconique, la culture de l’écran a-t-elle une incidence sur les représentations de l’apocalypse et de son éventuel « après »?

L’objectif de ce second colloque est en effet d’interroger plus particulièrement le rôle (spécifique?) de l’image dans les discours et les représentations de la fin du monde. Les écrans qui nous entourent de toutes parts contribuent-ils à déréaliser le monde, Continuer la lecture de Appel : « Médiations apocalyptiques »

Maxime Prévost (Université d’Ottawa)

maxime-prevost

Maxime Prévost est professeur au Département de français de l’Université d’Ottawa. Auteur de Rictus romantiques. Politiques du rire chez Victor Hugo (Presses de l’Université de Montréal, 2002) et de L’Aventure extérieure. Alexandre Dumas mythographe et mythologue (Honoré Champion, à paraître en 2017), il s’intéresse à la littérature romantique et aux mythologies modernes. Avec Guillaume Pinson (Université Laval), il dirige un projet de recherche intitulé Le Canada de Jules Verne : savoirs, représentations, imaginaire social (Conseil de recherches en sciences humaines du Canada, 2013-2017). Il codirige avec François-Emmanuël Boucher la collection «Littérature et imaginaire contemporain» aux Presses de l’Université Laval.

Continuer la lecture de Maxime Prévost (Université d’Ottawa)

RESF 12 (CFP) Science-fiction et jeu vidéo

Appel à contributions pour le n°12 de la revue ReS Futurae (2ème semestre 2018)

Dossier dirigé par Julie Delbouille, Björn-Olav Dozo et Lison Jousten, université de Liège.

Les propositions d’articles d’environ 250 mots, accompagnées d’une brève bio-bibliographie, sont à envoyer avant le 30 octobre 2016  à Julie Delbouille (jdelbouille@ulg.ac.be), Björn-Olav Dozo (bodozo@ulg.ac.be) et à Lison Jousten (Lison.Jousten@ulg.ac.be).

La date de remise des articles est fixée au 30 septembre 2017.

Les futurs auteurs pourront consulter en ligne le processus d’évaluation, ainsi que les normes éditoriales de la revue.

Argument

Lorsque Spacewar!, considéré comme un des premiers jeux vidéo, voit le jour en 1962 dans les salles du Massachussets Institute of Technology, il marque le début d’une longue relation entre ce médium et la science-fiction. À l’heure où l’informatique est encore fort peu micro, la thématique spatiale que ce précurseur exploite présente en effet un avantage certain : celui de déployer à l’écran un « espace dont la principale caractéristique est le vide […] un lieu qui exige moins de puissance de calcul » (Triclot, 2011). Cette thématique traverse d’ailleurs toujours une grande partie de la production vidéoludique, comme en témoignent Dead Space (EA, 2008) ou Mass Effect (Microsoft Game Studio, 2007). De l’émergence de cette culture hacker dans les années 1960 à la production actuelle, le jeu vidéo a constamment puisé dans les ressorts propres à la science-fiction – que ce soit les accents cyberpunk d’un Deus Ex : Human Revolution (Square Enix, 2011), l’uchronie d’un Wolfenstein : The New Order (Bethesda Softworks, 2014) ou encore la dystopie constitutive d’un Bioshock (2K Games, 2007). Cette richesse spécifique a pourtant été peu interrogée, à l’exception notable des travaux de Stephen Kline et Dyer Whiteford qui interrogent la place occupée par la science-fiction au sein des industries du divertissement, en prenant en compte le contexte socio-politique (Kline S., Dyer-Witheford N., de Peuter G., 2003).

Par ailleurs, les médias entretiennent aujourd’hui des rapports de plus en plus nombreux, en perpétuelle évolution – et expansion –, entraînant la circulation d’un imaginaire, de formes, de figures et de récits. Cette perméabilité autorise les glissements de contenu fictionnel entre jeu vidéo d’une part, et cinéma, littérature, bande dessinée,… d’autre part. La thématique sur laquelle se centre ce numéro se prête ainsi particulièrement bien à une approche intermédiale. En effet, le jeu vidéo est devenu un motif récurrent pour d’autres objets culturels – comme dans No pasarán, le jeu de Christian Lehman (L’école des Loisirs, 1996) en littérature (sur les rapports entre jeu vidéo et livre, voir Barnabé et Dozo, 2015), Tron réalisé par Steven Lisberger au cinéma (voir Blanchet, 2010), ou encore à travers la figure du jeune « geek » dans Kid Paddle, en bande dessinée. A contrario, le jeu vidéo s’exporte également sous une forme littéraire (avec, par exemple, la novellisation de la série Halo) ou filmique (comme en témoigne l’adaptation de l’univers de Silent Hill) ; enfin, il peut lui-même reposer sur l’adaptation d’œuvres préexistantes (comme le jeu The Walking Dead [Telltales Games, 2012] dérivé des comics de Kirkman et Moore). Continuer la lecture de RESF 12 (CFP) Science-fiction et jeu vidéo

Association internationale des chercheurs en « Littératures populaires et culture médiatique » / International Research Association in Popular Literature and Media Culture