Sérialité narrative

narratologieLe dernier numéro de la revue Cahiers de narratologie est paru, il porte sur la sérialité narrative. Enjeux esthétiques et économiques.

Les Cahiers de narratologie consacrent ce numéro à l’étude des rapports entre l’esthétique et l’économie, les articles ici réunis éclairent le sujet à partir d’angles de lecture différents, mais gravitent tous autour d’un même thème fédérateur : la notion de sérialité.

Parution : L’âge d’or des médias

Revue « Le Temps des médias », n°27, « L’âge d’or »

temps-medias

Dans un cadre médiatique, l’« âge d’or » est d’abord une formule d’une grande simplicité, aisément mobilisable pour catégoriser un phénomène ou une période. Elle est ainsi perçue comme un levier efficace pour conférer un sentiment de gratification, pour valoriser irréfutablement une période antérieure. En somme, parler d’âge d’or permet de faire référence à un passé révolu dont le souvenir rayonne encore sur le présent, tout en insufflant instantanément une coloration méliorative. Les médias apparaissent comme un terrain privilégié de ce travail en raison de leur rôle dans les représentations collectives. Ce dossier du Temps des médias questionne les dynamiques sous-jacentes à l’oeuvre pour les faire éclore : tour à tour stratégie éditoriale et médiatique, support de rhétoriques professionnelles, ou encore condensation sublimée de la mémoire délayée par le filtrage du présent, l’âge d’or n’est pas un objet propice au lissage uniformisant du processus de catégorisation.

Dossier coordonné par Emmanuelle Fantin et Thibault Le Hégarat.
n° 27, Automne-Hiver 2016-2017.

consulter le sommaire et lire les articles : http://www.histoiredesmedias.com/-27-L-Age-d-or-.html

 

Parution : Radio et jeunesse

Cahiers Robinson n°40, Une radio pour la jeunesse

 

Ce numéro a l’ambition d’ouvrir un champ d’études sur un sujet peu travaillé. Il adopte une perspective essentiellement historique et informative puisque les grandes émissions pour la jeunesse ont disparu. Il s’intéresse à de grands éducateurs comme Lisa Tetzner ou Janusz Korczak, à des artistes comme Alain Saint-Ogan, à des journalistes comme Jacques Pauliac, qui ont inventé ou nourri un nouveau mode d’expression. L’ensemble de cette livraison considère à la fois les aspects éducatifs et récréatifs de ce medium qui a rassemblé les familles autour de jeux ou de feuilletons devenus des lieux de mémoire. Des contributions portent également sur des émissions plus récentes comme L’As-tu lu mon p’tit loup ou Maman les p’tits bateaux.

 

Sommaire:

Francis Marcoin

Tombeau pour une radio jeune et familiale, éducative et récréative

Continuer la lecture de Parution : Radio et jeunesse

Détective, le grand hebdomadaire des fait-divers

detectivefabrique_846

Détective, le grand hebdomadaire des fait-divers

Journée d’étude : sous la présidence de Anne-Emmanuelle Demartini et Matthieu Letourneux,  le samedi 14 janvier 2017 de 09:30 à 17:00

En 1928, Détective, lancé par Gallimard, grâce à l’aide des frères Kessel, prétend être le premier hebdomadaire de faits divers, à la fois journal et magazine : chaque jeudi, la petite fabrique de crimes alimente les kiosques de ses numéros sanglants pour des lecteurs venus chercher leur dose d’énigme et d’horreur. Ses photographies impressionnent, ses reportages passionnent, ses signatures prestigieuses (Carco, Mac Orlan, Kessel) attirent. Détective devient l’atelier où se forge une certaine vision de la France criminelle des années trente et où certaines affaires emblématiques (les soeurs Papin, la parricide Violette Nozière, Stavisky) sont exposées au public.

Véritable succès de vente pour les éditions Gallimard mais aussi cible numéro 1 des critiques qui condamnent son immoralité et son manque de fiabilité, le journal ne laisse pas indifférent. Mais que connaît-on vraiment de son histoire? Comment expliquer une telle réussite ?

Programme : Continuer la lecture de Détective, le grand hebdomadaire des fait-divers

DETECTIVE FABRIQUE DE CRIMES ?

detective

DETECTIVE FABRIQUE DE CRIMES  ?

Le grand hebdomadaire des faits divers

Exposition à la BIBLIOTHÈQUE DES LITTÉRATURES POLICIÈRES (BILIPO) – PARIS 5ème du 20 JANVIER au 1ER AVRIL 2017

En 1928, Détective, lancé par Gallimard, grâce à l’aide des frères Kessel, pré- tend être le premier hebdomadaire de faits divers, à la fois journal et magazine : chaque jeudi, la petite fabrique de crimes alimente les kiosques de ses numé- ros sanglants pour des lecteurs venus chercher leur dose d’énigme et d’horreur. Ses photographies impressionnent, ses reportages passionnent, ses signatures prestigieuses (Carco, Mac Orlan, Kessel) attirent. Détective devient l’atelier où se forge une certaine vision de la France criminelle des années trente et où certaines affaires emblématiques (les soeurs Papin, la parricide Violette Nozière, Stavisky) sont exposées au public. Véritable succès de vente pour les éditions Gallimard mais aussi cible numéro 1 des critiques qui condamnent son immoralité et son manque de fiabilité, le journal ne laisse pas indifférent. Mais que connaît-on vraiment de son histoire? Comment expliquer une telle réussite ? C’est cette recette savamment composée – d’enquêtes rigoureuses et de «bidonnage» de l’information, de combats journalistiques et de recettes sensationnalistes –, que la Bilipo se propose de vous faire redécouvrir à travers cette exposition.

 

Parution : « Des jeux et des mondes »

Revue Interrogations, n°23 : « Des jeux et des mondes »

Numéro coordonné par Laurent Di Filippo et Audrey Tuaillon Demésy

en ligne

Table des matières

  • Préface : Articuler jeux et mondes en SHS : enjeux culturels, sociaux et fictionnels.
  • Peyron David, L’appropriation ludique des mondes fictionnels chez les fans d’imaginaire fantastique.
  • Schmitt Florent, L’art comme jeu(x).
  • Caïra Olivier, Jouer avec ou sans monde : le cas du jeu de rôle sur table.
  • Cayatte Rémi, L’appropriation de contenus vidéoludiques : les mondes possibles du jeu vidéo.
  • Rebuschi Manuel, Jeux, fictions et mondes possibles.
  • Giard Agnès, La love doll au Japon : jeux imaginaires, incarnation et paradoxes.

 

 

Parution : BD au XIXe siècle

Le Magasin du XIXe siècle n°5 : « Et la BD fut ! »

 couv-magasin

La BD est née au XIXe siècle. Fille de la caricature et des chroniques de la petite presse, elle emprunte à l’illustration romantique, au théâtre et à la pantomime, anticipe le cinéma et lorgne vers la chronophotographie.
Véritable champ d’expérimentation libre et multiforme, elle inspire aux écrivains et aux dessinateurs de nouvelles manières de raconter des histoires. Hors des règles du grand art et des normes de la littérature, elle est foncièrement irrévérente, d’où son potentiel satirique, politique et subversif. Sans date de naissance précise, la BD s’est élaborée tout au long du siècle sous la plume et le crayon de Grandville, Töpffer, Nadar, Doré, Rops, Robida ou encore Christophe et d’une foule d’autres qui méritent un coup d’oeil, ne serait-ce que pour le plaisir d’en rire.

DOSSIER : ET LA BD FUT !

24 • Présentation
Nicolas Wanlin
30 • Questions de méthode et zones d’ombre Thierry Groensteen
36 • Entre rêve et rébus
J.-J.Grandville bédélste ?
Valérie Stiénon
42 • Le creuset du périodique :préhistoire médiatique de la bande dessinée Laurent Bihl et Julien Schuh

Continuer la lecture de Parution : BD au XIXe siècle

Parution : « L’impensé numérique »

L’impensé numérique
Tome 1 : Des années 1980 aux réseaux sociaux


Sous la direction de Pascal Robert

 

Parution: 2016/11

 

couv-impnse

L’’informatique se dilue désormais dans le vaste magma du numérique. Un numérique qui irrigue aujourd’’hui les moindres replis de notre société, que ce soit dans les domaines professionnels, transactionnels, domestiques ou relationnels. Cette diffusion modifie-t-elle pour autant ce que nous avons appelé en 2012 le mode d’’existence idéologique des TIC? Cette dissémination permettrait-elle de sortir de ce que nous avions baptisé alors l’’impensé informatique? Il semblerait que non. C’’est en tout cas ce que montre ce livre en deux tomes, puisqu’’il présente ce que l’’on peut désormais appeler un véritable impensé numérique qui travaille à l’’acceptation du numérique dans notre société, voire à un apprivoisement des usagers du numérique aux logiques qu’’il instaure. Le premier tome de ce travail offre un panorama qui va des années 1980 aux réseaux sociaux. Il teste l’’hypothèse de l’’impensé sur des « objets » comme la carte d’’identité et le passeport informatisés, le bogue de l’’an 2000, les rapports officiels, ou les notions-cadres de régulation?/ dérégulation. Il éclaire également d’’un jour nouveau, toujours sous le révélateur de l’’impensé, les pratiques du logiciel libre comme celles des réseaux sociaux, celles de Google comme celles du Web 2.0.

Parution : colloque « Sherlock Holmes »

Sherlock Holmes, un nouveau limier pour le XXIe siècle. Du Strand Magazine au Sherlock de la BBC

Hélène Machinal, Gilles Menegaldo et Jean-Pierre Naugrette (dir.)

couv-shrlock

Des premières adaptations pour l’écran muet jusqu’aux séries télévisées actuelles, entre réécritures et pastiches qui passent par le cinéma, la BD et la littérature, ce livre traque les formes esthétiques et les supports divers qui ont porté l’image protéiforme de Sherlock Holmes et du docteur Watson jusqu’à nous. Venu « d’un Londres de gaz et de bruine », Sherlock Holmes est bien, selon Borges, « une de ces bonnes manies qui nous restent ».

Colloque de Cerisy.

Genèse, origines et contexte

  • Variations textuelles
  • Variations sérielles
  • Variations cinématographiques
  • Variations transmédiatiques

Association internationale des chercheurs en « Littératures populaires et culture médiatique » / International Research Association in Popular Literature and Media Culture