Archives par mot-clé : XIXe siècle

Parution: Médias19, Presse et scène au XIXe siècle.

Médias 19

Presse et scène au XIXe siècle
Sous la direction de Olivier Bara et Marie-Ève Thérenty

http://www.medias19.org/index.php?id=1283

dossier-2-presse-et-scene-au-xixe-siecle

Parution: S. Bernard-Griffiths, C. Bricault (dir.), Magie et magies dans la littérature et les arts du XIXe siècle français

Magie et magies dans la littérature et les arts du XIXe siècle français
Sous la direction de Simone Bernard-Griffiths et Céline Bricault

Clermont-Ferrand : Presses universitaires Blaise Pascal, Coll. Révolutions et Romantismes – vol. 19, 2012.

488 p.
EAN 9782845165311. 28 € pour l’édition papier
EAN 9782845165328. 18 € pour le pdf

Présentation de l’éditeur :
Nés dans un monde privé de dieux et de lumières, les artistes français du XIXe siècle s’étaient donné pour mission de ré-enchanter l’univers et de lui faire recouvrer son unité. Alors même que la rationalité, le scientisme et le positivisme devenaient les valeurs de leur temps, ils choisissaient de questionner ces valeurs montantes en les confrontant à des pratiques et des croyances d’un autre âge. À une civilisation qui s’embourgeoisait au gré même de ses révolutions, ils décidaient d’opposer les mystères insondables d’une magie à laquelle, déjà, l’on ne croyait plus, mais qu’ils allaient réinvestir sous de multiples formes dans leurs textes, leur musique, leur peinture ou leurs mises en scène. Ce sont ces enchantements lexicaux, ce personnel féérique, ces représentations visuelles ou ces charmes verbaux propres aux « magies » artistiques que le présent volume se propose d’interroger.

Table des matières

Préface. Savoirs et croyances du 19e siècle : entre magie et magies (Céline Bricault)

I. Pratiques autour de la magie, lexiques et discours

– Magie, sorcellerie et fictionnaires (Jacques-Philippe Saint-Gérand)
– « Mage », « magie », « magique », « magicien(ne) » chez les poètes romantiques (Lise Sabourin)
– Le « magisme » de Balzac (Anne-Marie Baron)
– Enjeux et dangers du ravissement : le magnétisme dans les romans d’Alexandre Dumas (Julie Anselmini)
– Michelet et la sorcière (Paule Petitier)

II. Le personnel de la magie

– Sorcières médiévales romantiques (Isabelle Durand-Le Guern)
– La fée Velléda : figure de l’imaginaire et première Sylphide de l’Enchanteur (Olivier Catel)
– À l’origine des Wilis de Giselle, fées du monde slave (Carole Teulet)
– Les enchantements de la « dernière fée » (Jeannine Guichardet)
– Rhapsodie sandienne sur la Dame blanche : du légendaire à la magie personnelle (Pascale Auraix-Jonchière)
– Un chronotope de la rencontre magique : le seuil dans les romans normands de Barbey d’Aurevilly (Céline Bricault)
– La féerie nervalienne (Charlotte Michaux)
– Entre science et magie : les personnages des romans de Jules Verne (Simone Vierne)

III. Magies visuelles, magies musicales et magies du Verbe

1) Magies visuelles

– Magies et machines : l’atelier de l’illusion de la scène à la salle (Isabelle Michelot)
– La féerie théâtrale au 19e siècle : de la magie « mise en scène » à la magie de l’écriture (Roxane Martin)
– Le surnaturel sur la scène romantique : la « baguette magique » de Dumas père (le cas du Don Juan de Marana) (Sylviane Robardey-Eppstein)
– Magie et peinture : le « Michel-Ange de la féerie ». Théophile Gautier et Sir Noël Paton (Marie-Hélène Girard)

2) Verbe et magie

– Magie de l’oeil et magie du verbe chez Théophile Gautier (Alain Montandon)
– Magie et Fantasme dans Le Diable amoureux de Jacques Cazotte (Marie-France Borot)
– De Joubert à Chateaubriand : cercle de magie et inspiration littéraire (Emmanuelle Tabet)
– Formes et significations de la magie baudelairienne (Makki Rebai)
– « Une écriture qui a le diable au corps » : charmes aurevilliens (Vigor Caillet)
– La magie biographique selon Sainte-Beuve (Daniel Madelénat)
– « Arrière ces superstitions », la magie romantique en procès chez Rimbaud et Lautréamont (Jean-Luc Pestel)
– Les « sophismes magiques » dans Délires II. Alchimie du verbe (Rimbaud, Une saison en enfer) (Yann Frémy)
– Sapho et l’envoûtement amoureux dans l’oeuvre de Renée Vivien (Marie-Ange Bartholomot Bessou)

Bibliographie primaire
Bibliographie secondaire
Index des noms de personnes
Présentation des auteurs

Adresse : CELISMaison des sciences de l’homme4 rue Ledru63057 Clermont-Ferrand cedex 1

colloque: Presse, prostitution, bas-fonds dans l’espace médiatique francophone 1830-1930 (7-9 juin 2012)

Colloque Médias 19

Presse, prostitution, bas-fonds dans l’espace médiatique francophone 1830-1930

7-9 Juin 2012, Université Laval, Québec

Salle du conseil de la Faculté des lettres, pavillon Charles-De Koninck 3244

Programme

Jeudi 7 juin

13H30-14H00 : Accueil et inscription au colloque

14H00-14H15 : Guillaume Pinson (Université Laval) – Introduction

14H15-16H30 – SÉANCE 1

LA LITTÉRATURE PROSTITUÉE, OU QUE VAUT LE JOURNALISTE ?

Présidente : Micheline Cambron (Université de Montréal)

José-Luis Diaz (Université de Paris 7), « Balzac, le journaliste et la prostitution »

Cary Hollinshead-Strick (American University of Paris), « La presse anglaise, un modèle de prostitution ambitieuse »

Maxime Prévost (Université d’Ottawa), « Notes sur le Beauchamp du Comte de Monte Cristo »

Patrick Suter (Université de Genève), « Relations entre presse et prostitution selon les avant-gardes en  France (de Mallarmé au surréalisme) à la lumière du cadre théorique de  Karl Kraus »

Marie-Ève Thérenty (Université de Montpellier 3), « Un mois chez les filles de Maryse Choisy. Sur le reportage féminin d’immersion »

17H00-18H00 – CONFÉRENCE PLÉNIÈRE

Dominique Kalifa (Université de Paris 1), « La chair des bas-fonds : sexualité, prostitution et érotisme au cœur des bas quartiers »

Vendredi 8 juin

8H30-12H00 – SÉANCE 2

LA PROSTITUTION, ENTRE L’IMAGE ET LE TEXTE

Présidente : Chantal Savoie (Université Laval)

Melanie Conroy (Stanford University), « Comment se vendre : l’escroquerie et le marketing dans La vie publique et privée de mossieu Réac de Nadar »

Anne-Marie Bouchard (Institut français de presse, Université de Paris 2), « “Les Midinettes révolutionnaires” : prostitution et Grand soir dans la presse subversive (1890-1910) »

Philippe Kaenel (Université de Lausanne), « L’illustration de presse comme discours social : les “filles” de Théophile-Alexandre Steinlen (1859-1923) »

Daniel Grojnowski (Université de Paris 7) et Mireille Dottin-Orsini (Université de Toulouse), « La prostitution à l’enseigne de la presse parisienne : Gil Blas et Gil Blas illustré (1891) »

Éloïse Pontbriand (Université de Sherbrooke), « Quand le bédéiste s’intéresse au feuilletoniste : presse et bas-fonds à la Eugène Sue dans Alchimie, bande dessinée du XXIe siècle »

12h00-14h30 – Dîner (Café au Temps perdu, 867 avenue Myrand)

14H30-17H00 – SÉANCE 3

PETITES CHRONIQUES DE LA PROSTITUTION

Président : Guillaume Pinson (Université Laval)

Brigitte Diaz (Université de Caen-Basse Normandie), « “Désinfectionner la littérature” : polémique autour d’une littérature prostituée »

Amélie Chabrier (Université de Montpellier), « Vénus devant Thémis : regards sur la prostitution à travers la chronique judiciaire »

Sarah Mombert (École normale supérieure de Lyon), « Maupassant, le journal et les filles »

Éléonore Reverzy (Université de Strasbourg), « “Écrivains de filles” : romans de prostitution »

Samedi 9 juin

9H00-11H30 – SÉANCE 4

ENQUÊTES DANS LES BAS-FONDS

Présidente : Catherine Nesci (Université de Californie)

Nicolas Gauthier (Université de Waterloo), « Condamner la prostitution, compatir avec la prostituée : le caractère fuyant de l’urbanité inquiétante dans les mystères urbains »

Mélodie Simard-Houde (Université Laval), « Le reporter en conteur de l’urbanité : stéréotypes et imaginaire social dans quelques reportages sur les bas-fonds »

Nicolas Cochard (Université de Caen Basse-Normandie), « Les bas fonds d’une ville portuaire, l’exemple du Havre au XIXe siècle, au prisme de la presse et de la littérature locales »

Paul Aron (Université libre de Bruxelles), « Du fait divers médiatique à la littérature judiciaire : l’affaire Vandersmissen »

11H30 – CONCLUSION DU COLLOQUE

Le romantisme « frénétique » Histoire d’une appellation générique et d’un genre dans la critique de 1821 à 2010 (27 juin 2012)

Le romantisme « frénétique »

Histoire d’une appellation générique et d’un genre dans la critique de 1821 à 2010

Émilie Pezard soutient sa thèse de doctorat intitulée Le romantisme « frénétique » : histoire d’une appellation générique et d’un genre dans la critique de 1821 à 2010. La soutenance a lieu à l’Université Paris-IV, salle J636, le 27 juin 2012 à 14h. La thèse a été menée sous la direction de Bertrand Marchal, et le jury est composé de José-Luis Diaz (Université Paris-VII), Anthony Glinoer (Université de Sherbrooke), Françoise Mélonio (Université Paris-IV) et Daniel Sangsue (Université de Neuchâtel).

RÉSUMÉ

L’appellation « genre frénétique », créée par Charles Nodier en 1821, fait aujourd’hui partie intégrante du vocabulaire des études sur le romantisme. Le genre qu’elle désigne donne cependant lieu à des définitions divergentes, tant au niveau des auteurs qui l’exemplifient qu’au niveau des caractéristiques qui le décrivent. Cette thèse retrace l’histoire du genre frénétique tel qu’il a été défini par la critique, de 1821 à 2010, à partir d’une étude des emplois de l’appellation générique dans un corpus de près de 630 textes critiques.

Dans les années 1820 et 1830, la notion du frénétique revêt une visée polémique dans le cadre du débat sur le romantisme. Alors que Nodier inventait le genre frénétique pour le distinguer du romantisme, de nombreux critiques assimilent au contraire, totalement ou partiellement, les deux notions, l’appellation permettant de décrire le romantisme dans ses dimensions violente et excessive. Après plusieurs décennies où le genre disparaît des lectures du romantisme, le genre « frénétique » est à nouveau convoqué au début du xxe siècle et connaît un succès croissant, qui a pour corollaire une complexification des définitions. Manifestation d’une révolte métaphysique ou transposition littéraire d’un èthos, le « frénétique », qu’il soit jugé favorablement ou non, permet aussi généralement de rendre compte de la vogue, à l’époque romantique, d’un genre horrifique et outrancier, héritier du roman gothique anglais. Ce dernier genre, formé par les romans de Radcliffe, Lewis et Maturin, constitue cependant un corpus hétérogène déterminant deux lignées génériques qui méritent d’être distinguées, le roman noir et le frénétique.

CFP: A New Look at the Gothic Monster (SAMLA, Durham, North Carolina. Nov. 9-11, 2012)

A New Look at the Gothic Monster

(SAMLA, Durham, North Carolina. Nov. 9-11, 2012)

South Atlantic Modern Language Association
contact email:
shutchis@fhsu.edu

A New Look at the Gothic Monster

This panel explores the cultural roles that monsters inhabit in Gothic fiction. Since the late-Victorian period, popular fiction has featured a panoply of monsters—vampires, werewolves, ghosts, zombies, mummies, shape-shifters, unknowable, and amorphous “things,” and a variety of other undeads. The evolution of monsters, what they represent, and why audiences need them are subjects of interest for this panel. Topics may include, but are not limited to, the following areas: psychology and the monster; the abhuman; the post-human and the monster; the monster in imperial Gothic fiction; popular fiction and the monster; cultural transformations of the monster.

By May 30, 2012, please submit 300-word abstracts to Sharla Hutchison, Fort Hays State University, at shutchis@fhsu.edu.

Journée d'étude: "Le monde du livre face aux lois de copyright international au 19ème siècle

9 mars 2012

Journée d’étude: “Le monde du livre face aux lois de copyright international au 19ème siècle : Grande-Bretagne, France, Belgique, Etats-Unis.”

CRIDAF, Université Paris 13, salle D300, UFR LSHS

Objectif : proposer une réflexion théorique et des études de cas sur le copyright au 19ème siècle, en particulier sur le copyright international : effets sur les auteurs, les éditeurs, et les traducteurs.

Matin: accords bilatéraux au milieu du dix-neuvième siècle: France, Grande-Bretagne, Belgique

9h30-10h30
Jean-Yves Mollier, Université Versailles St-Quentin-en-Yvelines : “De la contrefaçon belge aux accords de 1852-1854”.
Laurent Pfister, Université Versailles St-Quentin-en-Yvelines :  “Internationalisation du droit d’auteur et droit comparé : la convention franco-anglaise du 3 novembre 1851.”

10h30-10h45 Discussion

10h45-11h15: pause

11h15-12h15
Blaise Wilfert, ENS: “Droit d’auteur et stratégie d’éditeur : Hachette, Dickens et la Bibliothèque des meilleurs romans étrangers.”
Susan Pickford, Université Paris 13 : “Les traducteurs face aux enjeux du copyright au 19ème siècle.”

12h15-12h30 : discussion

12h 30: déjeuner

Après-midi: Le cas des Etats-Unis

14h-15h30:
Michael Winship, University of Texas at Austin : “Napoleon Comes to America:
The Publishing of Walter Scott’s Life of Napoleon Buonaparte (1827)”

Will Slauter, Université Paris 8 : “Marks of Ownership and Acknowledgment: The Transformation of Newspaper Texts in 19th-Century America.”

Ellen Gruber Garvey, New Jersey City University: “Mark Twain’s Self-Pasting Scrap-Book, the Authorship of Blank Books, and Intellectual Property”

15h30-16h: discussion et conclusion : l’état du champ

Renseignements :
Claire Parfait claire.parfait@univ-paris13.fr
Susan Pickford, susan.pickford@univ-paris13.fr

Comment venir à Paris 13 : 
http://www.univ-paris13.fr/acces-aux-campus.html

Plan du campus de Villetaneuse :
http://www.univ-paris13.fr/images/stories/plans_des_campus/acces_v.pdf

Anselmini Julie (Université de Caen)

Julie ANSELMINI

LASLAR (EA 4256) – Université de Caen

Photo J. Anselmini

I. PUBLICATIONS

 

1) Ouvrages

Le Roman d’Alexandre Dumas père ou La Réinvention du merveilleux, Genève, Droz, coll. « Histoire des Idées et Critique littéraire », 2010, 471 p.

–  Étude sur Les Trois Mousquetaires d’Alexandre Dumas, Éditions Ellipses, « Résonances », 2008, 106 p.

2) Direction d’ouvrage collectif

Dumas critique, sous la dir. de J. Anselmini, Limoges, PULIM, « Médiatextes », 2013, 264 p.

De l’émerveillement dans les littératures narratives et poétiques du XIXe et XXe siècles, sous la dir. de J. Anselmini et M.-H. Boblet, Grenoble, ELLUG, « Ateliers de l’imaginaire », à paraître en 2016.

3) Editions critiques

– 2004-2010 : participation à l’édition électronique des journaux d’Alexandre Dumas au sein de l’équipe de recherches dirigée par Sarah Mombert (UMR LIRE ; ENS Lettres et Sciences humaines de Lyon). Voir alexandredumas.org.

– Alexandre Dumas (père), Gaule et France, éd. J. Anselmini, Editions Garnier, « Le Siècle de l’Histoire », 2015, 336 p.

– Alexandre Dumas (père), Teresa et Les Mohicans de Paris, in Théâtre complet, sous la dir. d’A.-M. Callet-Bianco et S. Ledda, Garnier, à paraître en 2016 et 2019.

– Les articles du Nouvelliste, in Barbey d’Aurevilly, Œuvre critique, t. X, sous la dir. de P. Glaudes et C. Mayaux, Les Belles Lettres, à paraître.

4) Direction de numéro de revue

– L’Idiot de la famille de Jean-Paul Sartre, textes réunis et présentés par J. Anselmini et J. Aucagne. Recherches et Travaux, n° 71, Grenoble, ELLUG, 2007, 190 p.

L’ « anti-critique » des écrivains au XIXe siècle, sous la dir. de J. Anselmini et B. Diaz. Elseneur, n° 28, Caen, PUC, 2013, 242 p.

Cahiers Alexandre Dumas, n° 42 : Alexandre Dumas critique dramatique (mars 1836-mars 1838), sous la dir. de J. Anselmini, Garnier, 2015, 522 p.

5) Articles publiés en revues

– « De Galland à Dumas : la métamorphose romanesque du conte oriental », Féeries, n° 2 (Le conte oriental, sous la dir. de J.-F. Perrin), Grenoble, ELLUG, février 2005, p. 209-227.

– « Isaac Laquedem ou les errances d’Alexandre Dumas », Errances, éd. R. Bouvet et M. Latendresse-Drapeau, Montréal, Université du Québec, Centre de recherche Figura sur le texte et l’imaginaire, coll. « Figura », n° 13, 2005, p. 107-123.

– « Les stratégies argumentatives dans L’Idiot de la famille », Recherches et Travaux, n° 71, Grenoble, ELLUG, 2007, p. 93-106.

– « L’adaptation, pour une littérature appropriée. Le cas des Trois Mousquetaires », Cahiers de Lire écrire à l’école, n° 2 (Adapter des œuvres littéraires pour les enfants, sous la dir. d’A. Vibert), Grenoble, CRDP, 2008, p. 131-146.

– « Vies historiques et destins romanesques dans La San Felice d’Alexandre Dumas », Revue des Sciences Humaines, n° 290 (Les vies parallèles d’Alexandre Dumas, sous la dir. de Ch. Grivel), avril-juin 2008, p. 49-59.

– « Extase et hystérie : le ravissement musical dans les romans d’Alexandre Dumas », communication à l’Université Stendhal-Grenoble 3, 12 mai 2009. Parue dans Recherches et Travaux, n° 78 (La haine de la musique, sous la dir. de C. Coste et B. Vibert), Grenoble, ELLUG, 2011, p. 69-79.

– « La critique à bâtons rompus d’Alexandre Dumas », à paraître dans la Revue des Sciences Humaines (L’écrivain critique, sous la dir. de M.-P. Berranger), 2012.

– « Les correspondances dans le fonds Hetzel de l’IMEC », communication à la journée d’étude « Les correspondances : archives de la création » organisée par B. Diaz à l’Université de Caen le 7 mai 2010. Parue dans Epistolaire. Revue de l’AIRE, n° 38 (Archives de la création, sous la dir. de B. Diaz), 2012, p. 53-63.

– « Totaliser l’Histoire en marche : de Gaule et France (1833) au “Drame de la France” (1833-1870) d’Alexandre Dumas », Œuvres et Critiques, XXXIX, 1 (Le roman historique français, sous la dir. de B. Jakobs), 2014, p. 55- 71.

« Le roman et les sortilèges : réemplois du conte merveilleux chez George Sand et Jules Barbey d’Aurevilly », Féeries, n° 12, 2015 (À la croisée des genres : intergénéricité du merveilleux au XIXe siècle, sous la dir. de V. Partensky), p. 57-77.

– « Le mythe en scène : La Jeunesse des Mousquetaires ou “Cinq ans après”, à paraître dans un numéro spécial des Cahiers Dumas dirigé par M. Letourneux et I. Safa (La Figure du Mousquetaire).

6) Contributions à des ouvrages collectifs

– « Fiction biographique moderne et roman historique romantique : La San Felice d’Alexandre Dumas », communication à l’Université Stendhal-Grenoble 3, 2004. Parue dans Fictions biographiques XIXe-XXIe siècles, sous la dir. d’A.-M. Monluçon et A. Salha, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, coll. « Cribles », janvier 2007, p. 93-103.

– « Quand les pygmées devinrent géants : Alexandre Dumas et la Révolution française », communication au colloque « Les géants, entre mythe et littérature », Université d’Artois, 24-25 novembre 2005. Parue dans Les géants entre mythe et littérature, sous la dir. de M. Closson et M. White-Le Goff, Arras, Artois Presses Université, 2007, p. 171-179.

– « Franchir le fleuve de sang : représentation et transgression dans les romans de la Terreur d’Alexandre Dumas », communication au colloque « Frontières en question », Université Stendhal-Grenoble 3, 1-2 juin 2006. Parue dans Les Frontières en question, sous la dir. de N. Auzas, N. Cohen et S. Scarpa, Presses universitaires de Grenoble, mars 2007, p. 189-199.

– « Dumas en Algérie », L’Algérie et la France. Dictionnaire, sous la dir. de J. Verdès-Leroux, Éditions Robert Laffont, « Bouquins », 2009, p. 304-307.

– « Chapitre 8. Physiologies. Le journaliste et la Grande Ville », Entre presse et littérature. Le Mousquetaire, journal d’Alexandre Dumas, sous la dir. de P. Durand et S. Mombert, Liège, « Bibliothèque de la Faculté de Philosophie et Lettres », n° CCXCVII, 2009, p. 155-177.

– « Les jumeaux littéraires au XIXe siècle, merveille et monstruosité », communication à l’ENS-LSH de Lyon le 15 octobre 2009, dans le cadre d’un colloque. Parue dans Adelphiques. Sœurs et frères dans la littérature française du XIXe siècle, sous la dir. de C. Bernard, Ch. Massol et J.-M. Roulin, Paris, Editions Kimé, 2010, p. 301-316.

– « L’auteur bifrons, pour enfants / pour adultes. L’exemple de P.-J. Stahl »,  communication à la journée d’étude « L’auteur pour la jeunesse », le 28 avril 2009 à l’Université Stendhal-Grenoble 3. Parue dans L’Auteur pour la jeunesse, de l’édition à l’école, sous la dir. de J.-F. Massol et F. Quet, Grenoble, ELLUG, coll. « Didaskein », 2011, p. 43-57.

– « Voyager en peinture : récit viatique et critique d’art chez Dumas », communication à la journée d’études « Alexandre Dumas et les arts » organisée le 20 novembre 2010 au château de Monte-Cristo (Port-Marly) par la Société des Amis d’Alexandre Dumas. Parue dans Alexandre Dumas : histoire(s) de l’Art, Société des Amis d’Alexandre Dumas, 2011, p. 67-80.

– « Enjeux et dangers du ravissement : le magnétisme dans les romans d’Alexandre Dumas », Magie et magies dans la littérature et les arts du XIXe siècle français, sous la dir. de S. Bernard-Griffiths et C. Bricault, Presses Universitaires Blaise Pascal, 2012, p. 85-101.

– « L’art et les artistes dans Les Mohicans de Paris », communication au colloque « La critique littéraire d’A. Dumas (père) », Caen, 15- 16 novembre 2012. Parue dans Dumas critique, sous la dir. de J. Anselmini, Limoges, PULIM, « Médiatextes », 2013, p. 141-152.

– « Le discours anti-médical des Physiologies au XIXe siècle », communication au colloque international « Médecine, sciences de la vie et littérature », Université Stendhal-Grenoble 3, 12-15 mars 2008. Parue dans Médecine, sciences de la vie et littérature en France et en Europe de la Révolution à nos jours, sous la dir. de L. Dumasy et H. Spengler, Genève, Droz, « Histoire des Idées et Critique littéraire », 2014, t. I, p. 223-235.

– « L’impossible héritage de Jules Barbey d’Aurevilly », communication au colloque « Accepter ou refuser l’héritage », Université de Göttingen, 10-11 mai 2012. Parue dans Les Héritages littéraires dans la littérature française (XVIe-XXe siècles), sous la dir. de F. Meier, B. Diaz et F. Wild, Classiques Garnier, 2014, p. 133-148.

– « Comédiens et surhommes dans l’œuvre de Dumas père », communication au colloque « L’acteur au XIXe siècle : une figure héroïque ? », Lyon, 22-24 novembre 2012. Parue dans Les Héroïsmes de l’acteur au XIXe siècle, sous la dir. d’O. Bara, M. Losco et A. Pellois, Presses universitaires de Lyon, 2014, p. 157-167.

– « Roman populaire romantique et institution littéraire : du rejet à l’intégration ? » communication au colloque « Réévaluations du romantisme », Montpellier 3, 26-27 avril 2012. Parue dans Réévaluations du Romantisme. Mutations des idées de littérature – 1, sous la dir . de M. Blaise, Presses universitaires de la Méditerranée, 2014, p. 309-320.

– « Gautier contre Sainte-Beuve. Les Grotesques », in Archéologie du Contre Sainte-Beuve, sous la dir. de M. Brix, Garnier, « Bibliothèque proustienne », 2015, p. 101-120.

– « Comment écrire l’Histoire ? Barbey d’Aurevilly et les historiens de son temps », communication au colloque international « Barbey d’Aurevilly : bilan critique », Cerisy-la-Salle, 25 août-1er septembre 2014. Parue dans Barbey d’Aurevilly. Perspectives critiques, sous la dir. de P. Glaudes et M.-F. Melmoux-Montaubin, Garnier, « Colloques de Cerisy – Littérature », 2016, p. 161-182.

– « Des expériences aux rêves d’un spectateur: Théophile Gautier, critique et romancier du théâtre », communication prévue au colloque « Récits de spectateurs », Caen, 18-20 mars 2015. A paraître dans les actes.

– « de Paris à Naples : espaces réel et fantasmatique dans Teresa », communication prévue aux journées d’études « Le théâtre (co)signé Dumas : espace et généricité », Université d’Uppsala (Suède), 28-29 mai 2015. A paraître dans les actes (chez Garnier, sous la dir. de S. Robardey-Eppstein).

– « Critique dramatique et auto-promotion du dramaturge : Dumas feuilletoniste dans L’Impartial et La Presse (1836-1838), communication au colloque « L’auteur et ses stratégies publicitaires au XIXe siècle », Université de Caen, 4-5 février 2016. A paraître dans les actes, sous la dir. de B. Diaz, PUC.

– « DUMAS, Alexandre », in Dictionnaire de l’autobiographie française et francophone, à paraître chez Champion en 2016.

– « Les Cent-Jours vus par Dumas », communication au colloque « Les Cent-Jours vus de la littérature », Université Paris-Est Créteil, 8-9 octobre 2015. A paraître dans les actes (aux Presses universitaires de Rennes, sous la dir. de B. Gendrel et M. Labouret).