Archives par mot-clé : télévision

Parution : Vices pop. Dysfonctionnements dans la culture pop

Frédérique Toudoire-Surlapierre, Sébastien Hubier (dir.), Vices pop. Dysfonctionnements dans la culture pop, Éditions et Presses universitaires de Reims, 2020. 

La grande révolution hypermoderne correspond à ce moment théorique où bien-être et bonheur n’ont plus été conçus comme un accomplissement personnel, mais érigés au rang de valeur ultime. Bien entendu, cette quête paranoïaque du bonheur – qui s’accompagne de formes insensées d’hypermoralisation, d’hygiénisme, d’aseptisation, de conformisme, d’uniformisation politiquement correcte et de réduction des libertés – est une pure illusion. Au bout du compte, selon la célèbre formule américaine: « life is necessarily experiencing pain and defeat ». Ce volume s’attache justement à toutes les représentations des vices et des dysfonctionnements dans la pop culture – littérature de grande diffusion, littérature pour jeunes adultes, romans graphiques, bandes dessinées, musique, fictions cinématographiques, télévisuelles et néo-médiatiques (webcams, photographies numériques, blogs), reality tv shows, productions vidéo-ludiques. Les études de ce recueil se concentrent ainsi, dans les représentations actuelles, à l’amour du gras, de l’alcool ou des drogues, à l’excès, au sentiment de vide, au burn-out, à l’infantilisation narcissique, à l’hypocondrie, à la neurasthénie, à la névrose, au binge drinking(ou watching), aux nouvelles perversions sexuelles, à la terreur de la contagion, de la mort, voire de l’extermination. Continuer la lecture de Parution : Vices pop. Dysfonctionnements dans la culture pop

Parution: Théorème, n°32 “Dans l’intimité des publics: réceptions audiovisuelles et production de soi”

Delphine Chedaleux, Myriam Juan & Thomas Pillard (dir.), Théorème, n°32, “Dans l’intimité des publics: réceptions audiovisuelles et production de soi”, Presses Sorbonne Nouvelle, 2020
 
Pages : 238 pages
Date de parution : 2020
Format : 19×23
 

Résumé

Quoi de plus personnel, et en même temps inséparable de dynamiques collectives et sociales, que le choix de visionner un film en salle, l’envie de partager une expérience audiovisuelle et le fait d’en cultiver le souvenir, ou encore l’acte banal et routinier consistant à jouer chez soi à un jeu vidéo ? C’est à partir de ce constat paradoxal, ouvrant la voie à de multiples questions, que ce volume entend explorer dans une optique inter et pluridisciplinaire les usages et les appropriations intimes des images animées autour d’une variété d’études de cas, du cinéma muet jusqu’aux médias numériques sans oublier le rapport si particulier tissé avec le petit écran.

Un tel projet se situe dans le prolongement du renouveau des études de réception et du tournant émotionnel des sciences sociales, qui voient l’essor de recherches sur les publics d’une part et sur l’intime en tant qu’objet et catégorie analytique d’autre part. Il semble dès lors pertinent d’adosser ces notions en apparence contradictoires, la première renvoyant censément au « privé » et la seconde à la sphère dite « publique », pour mieux dépasser cet antagonisme afin d’évaluer toute la fécondité de leur rapprochement. Plonger dans « l’intimité des publics » revient, de ce point de vue, à interroger l’imbrication des mondes sociaux et des pratiques liées aux écrans, en envisageant celles-ci tant comme des lieux de négociation ou de tension entre l’individu et le collectif que des techniques de production et de connaissance de soi. Continuer la lecture de Parution: Théorème, n°32 “Dans l’intimité des publics: réceptions audiovisuelles et production de soi”

Parution : Troubles en série. Les séries télé en quête de singularité

Fabien Boully (dir.), Troubles en série. Les séries télé en quête de singularité, Presses universitaires de Paris Nanterre, 2020.

Avec la collaboration éditoriale de Catherine Dessinges et Lucien Perticoz

Préface de Jean-Pierre Esquenazi

L’engouement contemporain pour les séries télé, qui n’est plus neuf tout en restant encore récent, a suivi et accompagné un paysage de création, de production et de diffusion sérielles plein d’inventivité, d’effervescence et de mutations depuis la fin des années 1990. Face à l’importance de ce phénomène culturel, l’étude et l’analyse des séries télé ont pris un essor considérable dans le champ de la critique et de la recherche universitaire françaises.

L’ouvrage Troubles en série apparaît donc dans un environnement déjà riche et nourri, où il entend cependant tenir une place particulière. En réunissant un grand nombre de textes de chercheuses et de chercheurs venus de disciplines et d’horizons divers (études cinématographiques, philosophie, information-communication, sociologie…), l’enjeu est d’offrir un spectre large d’études qui souhaitent d’abord réinterroger et problématiser des concepts devenus clés pour l’analyse des séries (la question des formats, de la matrice, de la construction narrative, des singularités culturelles, de la sociologie des publics). Il s’agit aussi de porter la réflexion sur des terrains encore peu balisés dans le champ des études sérielles (les enjeux éthiques, la dimension théorique de certaines séries, les séries comme art du temps). Ainsi en mêlant une multiplicité de regards et d’objets d’étude, cet ouvrage a pour ambition de se confronter aux troubles de la sérialité. Continuer la lecture de Parution : Troubles en série. Les séries télé en quête de singularité

Parution : L’INDUSTRIE TÉLÉVISUELLE REVISITÉE

Benjamin Derhy Kurtz, L’industrie télévisuelle revisitée. Typologie, relations sociales et notion(s) du succès, 2020, L’Harmattan.

Préface Bernard Miège.

Ce livre explore les discours des professionnels de l’industrie audiovisuelle aux États-Unis et au Royaume-Uni. Mais qu’est-ce qui motive l’industrie TV ? Qu’est-ce que le « succès » pour les personnes y travaillant ? Comment appréhendent-elles cette notion ainsi qu’elles-mêmes, au sein de ce secteur ? Au travers d’entretiens inédits avec des experts, du producteur de Game of Thrones au scénariste de Dr. House, du Dr. Baltar de Battlestar Galactica au créateur de Magnum, Code Quantum ou NCIS et à celui des Tudors et de Vikings, et bien d’autres encore, cet ouvrage analyse la perception du pouvoir et de ses détenteurs, les discours industriels du succès au sein des différentes composantes de l’industrie, et enfin, les mesures personnelles de succès de ses membres.

Lien éditeur

Appel à proposition : Télévision n°12, Questions d’éthique

Appel à proposition d’article pour le numéro 12  de la revue Télévision (CNRS Editions)

Questions d’éthique

Dossier coordonné par François Jost et Sylvie Pierre

Date limite d’envoi des propositions : 12 juillet 2020

Régulièrement, la télévision déclenche des débats qui touchent l’ensemble de la société. Les causes peuvent paraître futiles (les Raisins verts en 1962, les Shadocksen 1968, les reality shows des années 1990, l’avènement de la télé-réalité traitée de « télé-poubelle » en 2001) ou, au contraire graves (les retransmissions en direct des attentats de 2015 ou celle des manifestations des Gilets jaunes en 2019). Dans tous les cas, sont soulevées des questions éthiques sur les limites du représentable et du montrable. Continuer la lecture de Appel à proposition : Télévision n°12, Questions d’éthique

Appel à communications : Extension du domaine du récit criminel : mafias et transmedia

“Extension du domaine du récit criminel : mafias et transmedia”

Journée d’études interdisciplinaire

Cette journée d’études, qui aura lieu le 20 novembre 2020 à l’Université Côte d’Azur, entend préparer les travaux d’un colloque international prévu pour le printemps 2021 ainsi que la création, à l’Université Côte d’Azur, d’un Observatoire du Récit Criminel (ORC-UCA).

Date limite d’envoi des propositions : 10 août 2020

Télécharger le texte de l’appel

Dans ce cadre évolutif, on souhaite explorer l’actuel écosystème transmédiatique afin de privilégier l’analyse des modalités de création, production, diffusion et réception dans de multiples médias d’œuvres de fiction ayant en partage la représentation de la criminalité organisée. En effet, sans négliger les apports critiques déjà disponibles, il ne s’agit pas ici de se consacrer à des problématiques générales, de privilégier le débat sur les nouveaux usages transmédiatiques des histoires ou, comme cela a été fait à de nombreuses reprises dans la dernière décennie, sur la définition même de transmédialité. Il s’agit plutôt de tester les acquis et de faire avancer la réflexion in vivo. Continuer la lecture de Appel à communications : Extension du domaine du récit criminel : mafias et transmedia

Appel à contribution : La semaine : découpe et usages du temps social, XIXe-XXe s.

« La semaine : découpe et usages du temps social » (XIXe- XXe siècles)

Projet de n° 52 de Sociétés & Représentations, 2021,
dirigé par Dominique Kalifa dans le cadre de l’ANR Numapresse (2017-2022)

La semaine est évidemment une veille affaire puisqu’elle présida à l’invention du monde. Mais il se trouve que beaucoup l’oublièrent. Si ses usages, notamment religieux, ont longtemps ordonné l’organisation du temps collectif, ils tendirent à s’affaiblir dans le cours ordinaire des choses qui lui préféra d’autres scansions, quotidiennes, agricoles, saisonnières, etc. Une inflexion est cependant sensible à compter de la fin du XIXe siècle. Le déclin (relatif) de la semaine religieuse s’accompagne en effet, et paradoxalement, d’usages de plus en plus nombreux de découpes hebdomadaires. Au théâtre, puis au cinéma, la « semaine culturelle » a le vent en poupe. Le monde des affaires ou celui de la politique tendent également à réordonner le temps sur un mode hebdomadaire. Le temps scolaire suit le mouvement, celui du sport également, tandis que la paye « à la semaine » supplante progressivement la « journée » et que les lois sociales réglementent la durée hebdomadaire du travail, accordent le « repos hebdomadaire », puis la « semaine anglaise ». La radio, précédant la télévision, met en place des « grilles hebdomadaires » ; les médecins prescrivent des posologies hebdomadaires. Dans les bureaux, le semainier se substitue peu à peu à l’éphéméride et l’on sait combien l’hebdomadaire détrône peu à peu le quotidien dans les usages ordinaires de la presse. Quant aux quelques tentatives mises en œuvre pour détrôner la semaine traditionnelle (celle de la décade des révolutionnaires français ou celle de la nepreryvka soviétique), elles se soldèrent par des fiascos. Continuer la lecture de Appel à contribution : La semaine : découpe et usages du temps social, XIXe-XXe s.

Parution : Les Émotions imaginaires. Une esthétique des séries télé

Stéphane Benassi, Les Émotions imaginaires. Une esthétique des séries télé, Garnier, 2020. 

En pensant l’esthétique des fictions plurielles de la télévision, cet ouvrage dépasse les approches particulières qui dominent leur étude depuis une dizaine d’années pour les appréhender de façon globale en se concentrant sur la relation sensible qui lie ses productions à leurs publics.

Parution : Transgenerational Media Industries

Derek Johnson,Transgenerational Media Industries. Adults, Children, and the Reproduction of Culture, The University of Michigan Press, 2019
Description
Within corporate media industries, adults produce children’s entertainment. Yet children, presumed to exist outside the professional adult world, make their own contributions to it—creating and posting unboxing videos, for example, that provide content for toy marketers. Many adults, meanwhile, avidly consume entertainment products nominally meant for children. Media industries reincorporate this market-disrupting participation into their strategies, even turning to adult consumers to pass fandom to the next generation.

Derek Johnson presents an innovative perspective that looks beyond the simple category of “kids’ media” to consider how entertainment industry strategies invite producers and consumers alike to cross boundaries between adulthood and childhood, professional and amateur, new media and old. Revealing the social norms, reproductive ideals, and labor hierarchies on which such transformations depend, he identifies the lines of authority and power around which legacy media institutions like television, comics, and toys imagine their futures in a digital age. Johnson proposes that it is not strategies of media production, but of media reproduction, that are most essential in this context. To understand these critical intersections, he investigates transgenerational industry practice in television co-viewing, recruitment of adult comic readers as youth outreach ambassadors, media professionals’ identification with childhood, the branded management of adult fans of LEGO, and the labor of child YouTube video creators. These dynamic relationships may appear to disrupt generational and industry boundaries alike. However, by considering who media industries empower when generating the future in these reproductive terms and who they leave out, Johnson ultimately demonstrates how their strategies reinforce existing power structures.

This book makes vital contributions to media studies in its fresh approach to the intersections of adulthood and childhood, its attention to the relationship between legacy and digital media industries, and its advancement of dialogue between media production and consumption researchers. It will interest scholars in media industry studies and across media studies more broadly, with particular appeal to those concerned about the current and future reach of media industries into our lives.

Derek Johnson is Professor of Media and Cultural Studies in the Department of Communication Arts at the University of Wisconsin–Madison.