Archives par mot-clé : séries télévisées / TV series

François-Ronan Dubois (Université Stendhal-Grenoble 3)

UMR LIRE — Pôle grenoblois, RARE

Agrégé et certifié de Lettres Modernes

Doctorant contractuel

francoisronandubois@gmail.com

Domaines de recherche :

— Méthodologie des études littéraires et de la critique interprétative

— Littérature française des XVIIe et XVIIIe siècles

— Séries télévisées des domaines britanniques et américains : formes, styles, thèmes

Continuer la lecture de François-Ronan Dubois (Université Stendhal-Grenoble 3)

Parution: Sarah Hatchuel, Lost, Fiction vitale

Sarah HATCHUEL, Lost, Fiction vitale

Paris, Presses Universitaires de France, 2013
152 pages, 12 euros
http://www.puf.com/Autres_Collections:Lost,_fiction_vitale

Lost n’est pas seulement l’histoire d’un avion qui s’écrase sur une île (pas si) déserte.
Phénomènes surnaturels, retours dans le passé, bonds dans l’avenir, voyages dans le temps : fresque épique et tragique de 121 épisodes, Lost nous fait vivre la désorientation de ses personnages, met au défi notre compréhension et invite aux visionnages répétés et à l’interprétation en continu. Elle pense notre rapport à autrui, au temps, à la vérité, à la croyance et à la fiction.
Cet ouvrage explore comment la série réconcilie postmodernisme et sincérité, distance critique et émotion pure, visions du monde multiples et expérience universelle de vie et de mort. Série de coïncidences, de miracles et de retrouvailles, fiction vitale qui relie et se relit, Lost a tout simplement révolutionné la construction narrative télévisuelle.

Table des matières

Introduction : Lost ou l’histoire d’un éveil

1. « Nous devons y retourner »
L’art de la nostalgie : retours géographiques, temporels et narratifs
L’art de la remédiation : intertextualités
Lost au-delà la fiction : hypersérialité et constructions médiatiques
Retour d’images : surveillance et télé-réalité
L’art du choc : retournements, renversements

2. « Ce qui est arrivé est arrivé »
Le temps de Lost : écriture et expérience
La mémoire au présent : retour du refoulé
« Sais-tu où tout cela va ? » : la croyance à l’épreuve du récit

3. « Rendez-vous dans une autre vie, mon frère »
« Vivre ensemble ou mourir seul »
Je est un Autre
« Se souvenir » : retrouver Lost ou le retour sur la série

Conclusion. « Lâcher prise » : Lost ou la l’expérience de la vie
Bibliographie

A propos des auteurs

Sarah Hatchuel est professeur en littérature et cinéma anglophones, directrice du groupe de recherche Identités et Cultures à l’université du Havre et codirectrice de la revue TV/Series.

Appel à communications : "Bis repetita placent. Remake et technologie dans le cinéma et les séries télévisées du monde anglophone", Grenoble, 3-5 octobre 2013

« Bis repetita placent » ? Remake et technologie dans le cinéma et les séries télévisées du monde anglophone

Colloque inter-laboratoire CEMRA (Université Stendhal Grenoble 3) et GRIC (Université du Havre)

Université Stendhal Grenoble 3, les 4 et 5 octobre 2013.

Lorsque Serge Daney déclare en 1991 « Ne sera gardé du cinéma que ce qu’on pourra refaire », il dénonce en fait la tendance des studios hollywoodiens à tabler sur le succès d’œuvres antérieures pour alimenter leur usine à rêves, créatrice d’une mythologie qu’il oppose à l’œuvre d’art unique qui « se conserve », alors qu’« une mythologie ne cesse, au contraire, de se gérer, de se recycler selon l’air du temps et l’état des techniques. » Cependant, le remake est loin d’être une pâle imitation de l’œuvre originale et bien des chefs-d’œuvre consacrés sont desremakes, de The Man Who Knew Too Much (Hitchcock, 1956, remake de son propre film de 1934) à A Star is Born (Cukor, 1954, remake de Wellman, 1937), de Scarface (Scorcese, 1973, remake de Hawks, 1932) à The Departed (Scorcese, 2006, remake de Lau et Mak, 2002, et deG-Men, 1935), de True Grit (les frères Coen, 2010, remake de Hathaway, 1969) à 3:10 to Yuma (Mangold, 2007, remake de Daves, 1957). Tous les genres se prêtent aux remakes alors que les technologies évoluent, permettant une actualisation substantielle à partir d’une trame scénaristique connue. L’évolution d’autres facteurs clé, tels que le jeu d’acteur ou les enjeux sociétaux, poussent aux remakes, notamment de films comiques, dramatiques ou politiques.

À travers des études de cas aussi bien que des réflexions théoriques, le colloque tentera de répondre aux questions que toute étude desremakes soulève : quel est le statut du remake ? Quelles sont ses relations avec l’œuvre antérieure ? Que mettent à jour les modulations scénaristiques, esthétiques et technologiques ? En particulier, les typologies des remakes proposées par Michael Druxman, Harvey Roy Greenberg ou, plus récemment, Constantine Verevis peuvent être envisagée à la lumière des nouvelles technologies, qui élargissent les différents types de remake déjà repérés. Si, comme l’affirme Greenberg, le remake est « pré-vendu » au public qui reconnaît l’œuvre originale, l’apport technologique sert-il exclusivement cet objectif de (pré)vente ou peut-on en discerner d’autres fonctions ? Ainsi, on notera que certains films ressortent, inchangés à l’exception de leur « transformation » de 2D en 3D ou voient leurs effets spéciaux « mis à jour ». S’agit-t-il d’une forme nouvelle de remake, et ces ajouts digitaux répondent-ils à la même logique que la colorisation subie en leur temps par les films originellement distribués en noir et blanc, ou que les remakes parlant de films muets, dans la mesure où la technologie altère l’expérience spectatrice ? S’agit-t-il d’un retour aux sources du « cinéma des attractions » permis par la technologie numérique ?

Ces questions sont d’autant plus pertinentes à l’ère des technologies numériques qui repoussent les limites de fabrication de mondes imaginaires. Les films d’horreur, de science-fiction et de fantasy sont depuis longtemps sujets aux remakes et à la sérialité, notamment à l’âge d’or du cinéma et jusque dans les années soixante, où s’enchaînaient les DraculasFrankenstein et autres Nosferatu. Le numérique a permis une recrudescence des remakes de science-fiction et de fantasy, que ce soit sur le grand ou le petit écran. Peut-on en mesurer l’apport, idéologique et esthétique, au-delà de la démarche économique répondant à l’attente d’un public friand d’effets spéciaux et de films en 3D ?

On peut également s’interroger sur la nature et la valeur de la métamorphose la plus récente du remake qu’est le reboot, où ce ne sont plus des films individuels mais des « franchises » entières qui sont remises à zéro et relancées (Star Trek, 2009, Spiderman, 2012). Le phénomène pointe du doigt les nouvelles stratégies mises en place par des studios cherchant à renouveler leurs franchises les plus rentables. Pourtant si la trame générale reste plus ou moins la même d’une mouture à l’autre, les intrigues unitaires peuvent être totalement inédites, les personnages et leurs biographies entièrement refondés, l’esthétique des séries radicalement repensée, tandis que des échos de nature très différentes (scènes ou dialogues qui se répondent d’un métrage à l’autre sans nécessairement se copier) rendent plus complexes qu’autrefois les liens unissant les originaux à leurs remakes. Lorsque Tim Burton, en 2001, qualifie de « reimagining » sa version de La Planète des singes, il cherche à se défendre de l’accusation d’inutile remake, mais il souligne également les possibilités créatives nouvelles offertes par la technologie numérique en même temps qu’il met en avant la capacité d’un auteur à se réapproprier un matériau préexistant et à s’éloigner de celui-ci, au même titre que l’adaptation (et cette deuxième Planète des singes, pour reprendre cet exemple, n’est-elle pas aussi une seconde adaptation du roman de Pierre Boulle avant d’être le remake du premier film ? La distinction a-t-elle encore un sens ?).

Nous invitons les participants à explorer ces questions théoriques et le rapport entre technologie et remake ainsi que l’évolution de celui-ci, en particulier depuis une trentaine d’années et l’apparition des technologies numériques ;

  • Ainsi, on pourra s’intéresser à la représentation, et la mise en scène de la technologie dans les remakes eux-mêmes (notamment les enjeux esthétiques et idéologiques) ;
  • Le remake connaît de nombreux dérivés : quel statut donner à des séries et des films homonymes de l’original dont ils s’inspirent, mais que tout semble séparer ?
  • Comment traiter les cross-overs : la série qui devient film (Twin Peaks, Star Trek…) ou le film qui devient série (M*A*S*H*) ? Quand considère-t-on avec le changement de média que le remake est une adaptation, au même titre que l’adaptation littéraire ?
  • Les remakes de télévision : comment expliquer l’apparition récente des remakes télévisés (Battlestar GalacticaBionic WomanV,Knight Rider, Hawaii Five-O, Charlie’s Angels), ou, si l’on veut, l’absence si longue du phénomène sur le petit écran ? Quel rôle, esthétique ou thématique, y joue la technologie ? Quelles sont les spécificités des remakes télévisés vis-à-vis du cinéma ?
  • Enfin, que dire du rôle des technologies dans la diffusion élargie des films et séries télévisées et les « échos » comme le vidding, desremakes amateurs parodiques postés sur Internet et diffusés par les réseaux sociaux, le rôle des blogs et des fanzines électroniques dans la faisabilité économique d’un remake ?

Les propositions de 350 mots en français ou en anglais, accompagnées d’une notice bio-bibliographique de 200 mots environ sont à envoyer àClaire.Maniez@u-grenoble3.fr et Donna.Andreolle@univ-lehavre.fr pour le 15 février 2013.

Parution TV/Series, n°2, "Les séries télévisées dans le monde : Echanges, déplacements et transpositions"

Parution du numéro 2 de TV/Series, « Les Séries télévisées dans le monde : Échanges, déplacements et transpositions ».

Ce numéro est en ligne à l’adresse suivante:

http://www.univ-lehavre.fr/ulh_services/Numero-2-Issue-2,1656.html

SOMMAIRE

Preface (Sylvaine Bataille et Sarah Hatchuel)

1. Échanges : « Mirroir, Mirroir »

  • Donna Andréolle, Gérald Billard, Arnaud Brennetot, Bertrand Pleven, Amandine Prié. « Subversive suburbia : L’effondrement du mythe de la banlieue résidentielle dans les séries américaines »
  • Donna Spalding-Andréolle. « … Paved with the Best Intentions ? Utopian Spaces in Star Trek, the Original Series (NBC, 1966-1969) »
  • Jennifer Houdiard. « La série catalane Ventdelplà, entre réalisme et utopie »
  • Valérie Foulquier. « Promenades au cœur du Village : L’articulation des espaces dans la série Le Prisonnier »
  • Sébastien Lefait. « Dystopian Villages : Surveillance and Re-mediation in The Prisoner »
  • Eric Gatefin. « La représentation de l’espace américain dans The West Wing »
  • Florence Cabaret. « Representations of Power Shifts Between Great Britain and India in The Jewel in the Crown (ITV, 1984) »
  • Amandine Ducray. « Take Me Back to Dear Old Blighty ? Déplacements, hybridation et oscillation identitaires dans les séries humoristiques à contenu ethnique à la télévision outre-Manche (1972-2011) »

2. Déplacements : circulation et adaptation

  • Eliane Wolff. « Du Mexique à l’Île de La Réunion : Études de réception de deux telenovelas “créolisées” »
  • Shannon Wells-Lassagne. « Crossing the Pond : Adapting The Office to an American Audience »
  • Justine Huet et Sathya Rao. « Les Invincibles en France : Temps et espace d’une adaptation »
  • Stéphane Thévenet. « La localisation à l’étranger dans les séries télévisuelles contemporaines et l’affirmation internationale de la Corée du Sud »
  • Marine Legagneur. « Importations, transpositions, adaptation dans le feuilleton quotidien Plus belle la vie »
  • Marie Tréfousse. « Jean-Paul Boher, ou le détournement du héros de 24 Heures chrono par Plus belle la vie »

3. Transpositions : intertextualité et transferts

  • Ronan Ludot-Vlasak. « Canon Trouble : Intertextuality and Subversion in Queer as Folk »
  • Natalie Depraz et Frédéric Mauriac. « Figures de la mobilité dans la série télévisée Dr. House et dans le service d’urgence médicale ERIC : Étude comparative de phénoménologie appliquée »

Notices biographiques des auteurs

Appel à communications : Philoséries, "Philosopher avec les séries télévisées", n° 5 : A la Maison Blanche

Philoséries « Philosopher avec les séries télévisées »

Episode n°5 : A la Maison Blanche

Vendredi 5 et samedi 6 juillet 2013, Paris.

Appel à contributions (pdf)

Le cycle de colloques « Philosopher avec les séries télévisées » initié en 2009 avec Buffy, tueuse de vampires se propose d’analyser chaque année une série télévisée déterminée, sur un mode à la fois monographique et interdisciplinaire. Pour 2013, renouant avec les thématiques ouvertes en 2011 avec le colloque consacré à la série 24h chrono, nous proposons de concentrer notre attention sur A la Maison Blanche (The West Wing), série américaine en sept saisons créée par Aaron Sorkin et initialement diffusée de 1999 à 2006. Mettant en scène de façon à la fois uchronique et réaliste sept ans de vie « à la Maison Blanche », et plus précisément dans « l’aile ouest » (« The West Wing ») qui abrite les bureaux de la Présidence américaine, la série suit les deux mandats successifs du président démocrate Josiah Bartlet (Martin Sheen) et de son équipe.
En continuité avec les précédents événements Philoséries, ces journées doivent s’entendre comme d’abord philosophiques, tout en étant largement ouvertes aux contributions d’autres sciences humaines et sociales : histoire, droit, science politique…  Si les dimensions éthiques, politiques et historiques en particulier de l’univers A la Maison Blanche méritent d’être analysées avec toute l’attention requise, les communications pourront s’attacher à d’autres questions, du moment qu’elles permettent de contribuer à répondre à celle qui sert de fil conducteur à l’ensemble du cycle : dans quelle mesure la série télévisée fictionnelle peut nous aider à mieux philosopher sur le monde, à mieux le comprendre, à mieux exister en lui ? Le fait-elle nécessairement, ou sinon, à quelles conditions ?
Le colloque aura lieu les vendredi et samedi 5 et 6 juillet 2013.
Les communications dureront chacune 30 mn et seront suivies de 15 mn de discussion. Merci de bien vouloir envoyer vos propositions (max. une page) à allouche.sylvie@gmail.com avant le 1er février 2013. Une réponse vous sera donnée avant le 1er mars 2013. Nous prions en outre les contributeurs de remettre leur texte définitif en vue de sa publication avant le 1er novembre 2013.

Comité d’organisation :
Sylvie Allouche (IHPST, U. Paris 1 – CEM, U. of Bristol)
Sandra Laugier (PhiCo, U. Paris 1)
Marjolaine Boutet, (CHSSC, U. de Picardie)

Philoséries « Philosopher avec les séries télévisées » – Episode n°4 : L’univers Battlestar Galactica

Université Paris 1 Panthéon Sorbonne – UFR de Philosophie – EA PhiCo Philosophies contemporaines – EXeCO Expérience et Connaissance

Philoséries « Philosopher avec les séries télévisées » – Episode n°4 : L’univers Battlestar Galactica

Lundi 3 décembre 2012, entrée libre, inscription recommandée

Cité Internationale Universitaire de Paris – Fondation Lucien Paye, 45 B Boulevard Jourdan, 75014 Paris – Métro Porte d’Orléans ou Tram Montsouris ou RER Cité Universitaire

http://philofictions.org

Programme

09:00-09:15 Accueil et introduction (Sandra Laugier et Sylvie Allouche)

Matinée : Anthropologie du cylon

I.  Le cylon est-il un homme comme les autres ? (Sandra Laugier)

  • 09:15-09:45 : Donna Andréolle : A Tale of Two Toasters (part 1) : Evolutions de la figure du cylon dans Battlestar Galactica (versions 1978-79 et 2003-09)
  • 09:45-10:15 : Olivia Chevalier-Chandeigne : L’homme et la machine : reformulation d’une distinction classique
  • 10:15-10:45 : Ophir Levy : Le cylon est-il un humain en souffrance ?
  • 10:45-11:15 : Discussion
  • 11:15-11:30 : Pause

II. Quel genre d’autre le cylon est-il ? (Marco Dell’Omodarme)

  • 11:30-12:00 : Pascale Molinier : Battlestar Galactica : un féminisme choral ?
  • 12:00-12:30 : Sylvie Allouche : Aperçus sur l’« altersubjectivité » cylon
  • 12:30-13:00 : Discussion

Après-midi : Physique et métaphysique dans l’univers de Battlestar Galactica

III. Des temps et des dieux (Marc Cerisuelo)

  • 14:15-14:45 : Mehdi Achouche : A Tale of Two Toasters (part 2) : Caprica et le « cyborg spirituel »
  • 14:45-15:15 : Sylvaine Bataille : Quelques enjeux philosophiques de la présence de l’Antiquité dans Battlestar Galactica
  • 15:15-15:45 : Isabelle Périer : Destin, providence et temps cyclique : quelle liberté pour les personnages du Battlestar Galactica ?
  • 15:45-16:15 : Discussion
  • 16:15-16:30 : Pause

IV. Vertigineux espaces (Monica Michlin)

  • 16:30-17:00 : Sarah Hatchuel : Vivre une fiction authentique ? Les rencontres (virtuelles ?) d’Amanda et Daniel Graystone dans Caprica
  • 17:00-17:30 : Thibaut de Saint-Maurice : Battlestar Galactica ou le spectacle de l’humanité perdue dans l’immensité
  • 17:30-18:00 : Discussion
  • 18:00-18:15 : Conclusion (Sylvie Allouche)

Comité d’organisation

Sandra Laugier (EXeCO, Paris 1)

Sylvie Allouche (IHPST, Paris 1 – CEM, Bristol)

Monica Michlin (Paris 4)

Marco Dell’Omodarme, (EXeCO, Paris 1)

Contact et inscription : allouche.sylvie@gmail.com

Pour des informations supplémentaires sur la journée d’étude et le programme Philoséries en général, voir http://philofictions.org.

Publication : la sériephilie. Sociologie d’un attachement culturel, Hervé Glevarec

La sériephilie. Sociologie d’un attachement culturel, Hervé Glevarec, Ellipses, Paris, 2012.

Depuis une dizaine d’années, les séries télévisées de provenance américaine sont devenues l’objet déclaré de passion de la part de catégories peu enclines jusque-là à valoriser ce genre télévisé, tout autant qu’un format de premier plan dans la programmation de soirée des grandes télévisions en France. Que se passe-t-il donc de si nouveau depuis les années 1990 du côté des séries télévisées ?
À partir d’entretiens avec une trentaine d’amateurs, corpus dont le noyau dur est constitué d’une population de jeunes adultes, cet ouvrage rend compte des raisons d’une passion qui met en avant la valeur des personnages, aux personnalités fouillées, fréquemment traversés par des questions existentielles et pourvus de talents ignorés, mais aussi des univers narratifs troublants par leur rapport aux sentiments, au quotidien et aux faits du monde, ce qui en fait des sortes de fictions de l’ordinaire. Les séries contemporaines sont des séries à hypothèses. Elles offrent un espace de questionnement et de projection à des jeunes adultes notamment, individus en devenir et aux identités plus labiles qu’auparavant.

Information et sommaire : http://www.editions-ellipses.fr/product_info.php?products_id=8742

Appel à communication: Adaptations et transferts télévisuels dans la francophonie

Appel à textes pour le no6 du journal en ligne Alternative Francophone

http://ejournals.library.ualberta.ca/index.php/af

Thème : Adaptations et transferts télévisuels dans la francophonie

Comme l’a montré Albert Moran dans TV Formats Worldwide, la circulation de programmes télévisés (séries, jeux, émissions d’actualité) a été accélérée dans le contexte de la mondialisation. Le succès de ces programmes dans leur pays d’accueil sera d’autant plus grand qu’ils auront été préalablement reconditionnés pour répondre aux attentes spécifiques de leur(s) public(s) cible(s). L’objet de ce sixième numéro d’Alternative Francophone sera de s’interroger sur la nature et la forme de ces transferts dans le contexte francophone notamment à partir des axes de réflexion suivants, mais pas uniquement :

-Analyse et/ou comparaison d’adaptations d’émissions télévisées (séries, sitcoms, reality shows, etc.) entre espaces francophones. L’accent pourra être mis sur les questions de représentation ethnique, sexuelle et sociale. On se demandera notamment si la pratique de l’adaptation et du changement de format dans le contexte francophone peuvent faire l’objet d’une théorisation particulière.

-Comparaison entre les pratiques télévisuelles en vigueur entre espaces francophones. On pourra se questionner sur l’usage qui est fait de la langue française et de son éventuelle cohabitation avec d’autres langues à travers les pratiques de la traduction et du doublage.

-Comparaison entre programmes télévisés francophones et non-francophones. On pourra notamment s’interroger sur l’influence qu’exercent les programmes anglophones sur ceux produits dans le contexte francophone. On se demandera également dans quelle mesure le produit télévisuel francophone peut rivaliser avec son équivalent anglophone à partir d’études de cas précis. Est-il légitime de parler comme beaucoup de spécialistes d’un « retard » des séries francophones?

-Modes et stratégies de construction de l’identité francophone dans les médias, qu’ils soient minoritaires ou majoritaires, en particulier la télévision. On pourra se demander comment les francophonies se représentent entre elles et quelle image d’elles-mêmes elles donnent à voir aux publics non-francophones.

-Collaboration et compétition au niveau international entre médias francophones. On s’interrogera sur les rapports de force à l’œuvre entre médias francophones du centre et de la périphérie pour ce qui est en particulier de la construction de l’information.

Calendrier de publication :

Les auteurs sont priés d’adresser leurs articles à Sathya Rao (srao@ualberta.ca) et Chris Reyns-Chikuma (reynschi@ualberta.ca) avec comme objet : « Proposition AF/6 ». Les articles ne respectant pas le protocole de publication ne seront pas acceptés. Pour toute demande d’informations, veuillez contacter Sathya Rao et/ou Chris Reyns-Chikuma.

-Remise des articles : 15 janvier 2013

-Réponse aux auteurs : fin mars 2013

-Publication en ligne : fin juillet 2013